Didier Lebouc (1) - "Hommage à Charles de Vion d'Alibray - Chronique littéraire" (25/03/12)

Plus d'informations
23 Mai 2012 18:15 #670 par Loys
Sur son blog, cet article de Didier Lebouc, qui se présente comme "Ingénieur - Chef de projet - Enseignant et auteur en management de projet - Webmestre amateur" :



Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
23 Mai 2012 18:33 #671 par Loys
Bon, on ne peut pas dire que ce soit un article de fond, on est plutôt dans la pratique du bashing. L'intention n'est certes pas de réfléchir : inutile donc d'y consacrer trop de temps.

Loys Bonod, professeur de lettres dans un lycée parisien, a fait le bonheur récent des gazettes en racontant comment il a "piégé le Net pour donner une bonne leçon à ses élèves".
Pendant plusieurs semaines, il a systématiquement posté sur Wikipedia, sur des forums et sur des sites spécialisés en corrigés de devoirs des informations erronées ou fantaisistes sur le célèbre écrivain du dix-septième siècle Charles de Vion d'Alibray.

Des "informations erronées ou fantaisistes" ? Il s'agit d'un faux corrigé, tout à fait inepte. :roll:

Ensuite, ses élèves de première ont eu à rédiger un commentaire à propos d'un quatrain de ce poète "bachique et érotique".

Pas besoin de chercher très loin : M. Lebouc copie-colle ses notices biographiques sur Wikipédia. On a tout de suite l'air plus intelligent et cultivé. :lol:

Mus par un désintérêt pour "l'épicurisme insouciant et badin" et par une fainéantise certaine, beaucoup de lycéens sont tombés dans le panneau et ont recopié des passages entiers trouvés sur le web dont leur enseignant était l'auteur véritable.
Ce dernier conclut son expérience par des propos désabusés. Selon lui, les élèves manquent de la "maturité nécessaire pour tirer un quelconque profit du numérique" qui d'ailleurs "creuse la tombe de l'école républicaine".

Remplacer "désabusé" par "lucides". :mrgreen:

Je comprends l'ire de ce pédagogue. Charles de Vion d'Alibray est un monument de la littérature française.

Ironie inside.. Enfin, c'est surtout l'ironie de l'inculture qu'on voudrait partagée.

Ce qui est amusant, c'est que souvent les mêmes contempteurs de la culture scolaire réclament de l'estampillé "monument de la littérature française". :roll:

Que de jeunes écervelés, plutôt que de frotter leur matière grise à la pensée féconde d'un spécialiste de la "poésie de cabaret", préfèrent la facilité de Google et de la copie digitale a de quoi énerver.

La "copie digitale", c'est tout de suite plus intelligent que la simple copie.

De nos jours encore, les vers du grand Charles continuent de nous éclairer sur bien des aspects de l'actualité.

Car il est évident, dans une perspective utilitariste, que la culture littéraire n'a d'intérêt que si elle peut être mise en relation avec l'actualité, laquelle est par définition passionnante, comme chacun sait.

Je ne reproduis pas les vers cités de Vion d'Alibray interprétées de façon burlesque, mais pas toujours très inspirée...

Injustement boudées par les éditeurs, les poésies de Charles Vion d'Alibray sont fort heureusement accessibles sur le web où je les ai, à l'instar des lycéens de Loys Bonod, découvert.

Découvertes. Le poème de Vion d'Alibray est dans le magnifique recueil de Jean Rousset, mais sans doute ce grand spécialiste du baroque en littérature ne comprend rien à l'actualité.

Ce professeur, confronté à un métier difficile, a

[...] d'un style trop rude exprimé sa douleur.

Il faut dire qu'à cause de ses élèves

[...] il n'a ressenti que de dures épines
Dont il n'a peu cueillir seulement une fleur.


Les fleurs sont plutôt nombreuses, si on les compte en retweets. :mrgreen:

Finalement

je ne sais si ces vers sont dignes de mémoire.

Mais décidément,

non, je n'approuve point ces superbes Esprits

qui, comme Loys Bonod le professeur trolleur, mettent sur piédestal trop haut pour de jeunes lycéens la Littérature, ses Commentaires et ses Dissertations.

Ces "superbes esprits" sont surtout ceux qui président aux épreuves du baccalauréat... :mrgreen:

Pour la littérature, on voit surtout que M. Lebouc la met en dessous de l'actualité. Et, pour me citer, les élèves sont donc considérés par lui comme n'ayant pas la "maturité nécessaire pour tirer un quelconque profit "... de la littérature !

Qui est le plus méprisant, malgré les apparences, à l'égard des élèves ? :shock:

Bon, je vois bien que j'aurais été un meilleur professeur, aux yeux de M. Lebouc, spécialiste autoproclamé de l'enseignement des lettres, si je n'avais pas préparés mes élèves à ces exercices scolaires...

Bachotiquement votre

Bref, encore un compte personnel à régler avec le bac, visiblement. ;)

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Temps de génération de la page : 0.253 secondes
Propulsé par Kunena