La suppression du redoublement

Plus d'informations
20 Nov 2014 10:04 #12452 par Loys
Réponse de Loys sur le sujet La suppression du redoublement
Dans le "Café" du 20/11/14 : "Un décret limite fortement le redoublement"


Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
20 Nov 2014 10:11 #12453 par Loys
Réponse de Loys sur le sujet La suppression du redoublement

Pour les enseignants, la menace du redoublement est aussi une arme pour faire régner l'ordre scolaire. C'est la force des ces croyances et des ces situations qui ont permis aussi longtemps le maintien d'une pratique aussi coûteuse.

Si c 'est une "arme", ce n'est pas une "croyance"... :santa:

Que faire des élèves faibles ?
La quasi suppression du redoublement ne rend pas pour autant les élèves plus forts.

Mais si : la DEPP l'a brillamment démontré !

Le décret ouvre une piste intéressante avec la proposition d'un "dispositif de remise à niveau" dans le secondaire. C'est une pratique fréquente à l'étranger qui permet d'éviter les redoublements. Il restera à voir ce que el ministère mettra de concret sous cette appellation. Pour le reste le texte renvoie au PPRE et aux dispositifs existants dont l'efficacité n'est pas assurée.

Doux euphémisme. Mais la confiance dans ces dispositifs ne peut pas relever de la "croyance". :doc:

L'enjeu institutionnel est énorme.
"La France a une pratique très massive du redoublement". Le 28 août, Nathalie Mons, présidente du Conseil national d'évaluation du système scolaire (CNESCO) a présenté un important programme d'étude sur ce sujet. Selon le Cnesco, 28% des jeunes français âgés de 15 ans ont déjà redoublé ce qui nous place dans le peloton de tête des pays de l'Ocde.

Cela montre que la France est capable de fournir un effort beaucoup plus important que les autres pays.

Ce taux peut monter à 60% en L.P.

Intéressant car la DEPP n'a comparé l'évolution du redoublement qu'avec la réussite au bac général et technologique.

Deux périodes sont marquées par une forte hausse du redoublement : le CP et le CE1 où le redoublement est plutôt vu comme un outil de remédiation; et les 3ème et 2de (9% des élèves y redoublent) où il est une réponse aux stratégies des familles.

Une "hausse" ? :shock:
Un nombre, plutôt.

Les chercheurs arrivent ainsi à faire le portrait robot du redoublant : un garçon, issu d'une famille monoparentale en précarisation économique, avec une mère de niveau éducatif faible. S'attaquer au redoublement c'est donc s'installer au coeur des inégalités sociales à l'Ecole. Le coût du redoublement est énorme. Il est évalué par le Cnesco à 1,6 milliards soit nettement plus que le coût de l'éducation prioritaire. Cela correspond à plus de 20 000 postes d'enseignants qui pourraient être libérés grâce à cette suppression.

C'est sans nul doute ce qui se produira. :santa:

De quoi mettre la refondation sur les rails sans impacter le budget. C'est maintenant sur l'utilisation de ce smoyens que le débat va se porter

On en reparle bientôt...

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
23 Nov 2014 01:18 - 23 Nov 2014 01:18 #12483 par Loys
Réponse de Loys sur le sujet La suppression du redoublement
Dans le décret : www.legifrance.gouv.fr/jopdf/common/jo_p...=19448&pageFin=19448
Détail :

L’accompagnement pédagogique des élèves
« Art. D. 311-11. – Pour soutenir la capacité d’apprendre et de progresser de tous les élèves des écoles publiques, des établissements publics locaux d’enseignement ainsi que des établissements d’enseignement privés ayant conclu un contrat avec l’Etat, et mettre en oeuvre le principe d’inclusion mentionné à l’article L. 111-1, ceux- ci bénéficient dans leurs apprentissages scolaires d’un accompagnement pédagogique qui répond à leurs besoins. «Mis en oeuvre prioritairement par les enseignants, cet accompagnement porte sur tout type d’apprentissage et comprend notamment des aides appropriées aux difficultés rencontrées. «Les élèves présentant des besoins éducatifs particuliers bénéficient d’un accompagnement pédagogique spécifique en application des dispositions des articles D. 311-13, D. 321-3 à D. 321-5, D. 321-7, D. 321-22, D. 332-6 à D. 332-8, D. 333-10 et D. 351-1 à D. 351-9.
« Art. D. 311-12. – Le programme personnalisé de réussite éducative, prévu à l’article L. 311-3-1, permet de coordonner les actions mises en oeuvre lorsqu’il apparaît qu’un élève risque de ne pas maîtriser certaines connaissances et compétences attendues à la fin d’un cycle. Il implique des pratiques pédagogiques diversifiées et différenciées, d’une durée ajustable, suivant une progression accordée à celle de l’élève. L’essentiel de ces actions est conduit au sein de la classe.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
23 Nov 2014 01:28 - 23 Nov 2014 01:30 #12484 par Loys
Réponse de Loys sur le sujet La suppression du redoublement

« Art. D. 311-11. – Pour soutenir la capacité d’apprendre et de progresser de tous les élèves [...], ceux- ci bénéficient dans leurs apprentissages scolaires d’un accompagnement pédagogique qui répond à leurs besoins.

Un "accompagnement" différencié, donc, qui devra avoir lieu... dans la classe.

« Art. D. 311-12. – Le programme personnalisé de réussite éducative, prévu à l’article L. 311-3-1, permet de coordonner les actions mises en oeuvre lorsqu’il apparaît qu’un élève risque de ne pas maîtriser certaines connaissances et compétences attendues à la fin d’un cycle.

Rien n'est prévu s'il ne maîtrise effectivement pas certaines connaissances et compétences attendues à la fin du cycle précédent car bien ce sûr ce programme ne peut être que vertueux. :doc:

Il implique des pratiques pédagogiques diversifiées et différenciées, d’une durée ajustable, suivant une progression accordée à celle de l’élève. L’essentiel de ces actions est conduit au sein de la classe.

Voilà qui devrait être économique.
Résumons : là où l'enseignant n'était pas parvenu à faire progresser l'élève, grâce à ces pratiques auxquelles il n'avait pas songé et faciles à mettre en place dans le cadre d'une classe, il le pourra désormais. :santa:
Ne parlons pas des établissements et des classes où cette nécessité concerne de nombreux élèves. :fur

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
25 Nov 2014 00:23 - 25 Nov 2014 00:27 #12503 par Loys

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
06 Déc 2014 09:47 - 10 Jui 2017 23:27 #12634 par Loys
Réponse de Loys sur le sujet La suppression du redoublement
Dans "Ce soir ou jamais" de Frédéric Taddeï (05/12/14), face à moi, la sociologue Nathalie Mons, présidente du Conseil national d'évaluation du système scolaire, a affirmé, à propos de la suppression du redoublement commencée dans les années 80 : " Que de croyances !" (29'20).
pluzz.francetv.fr/videos/ce_soir_ou_jamais.html
Voyons cela :
[ Cliquer pour agrandir ]

Ça commence bien l'évaluation du système éducatif... :santa:

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
27 Jan 2015 15:02 - 10 Jui 2017 23:29 #13007 par Loys
Réponse de Loys sur le sujet La suppression du redoublement
Lancement de la conférence du CNESCO ce jour.
Voir ici : www.cnesco.fr/fr/redoublement/
Le dossier de synthèse : "Lutter contre les difficultés scolaires : le redoublement et ses alternatives ?" (27-28 janvier 2015)
A lire notamment : "Partie 2. Le redoublement en France et dans le monde : de l’étude de ses impacts à la croyance en son utilité" (décembre 2014)
Le CNESCO se réfère aux études antérieures, souvent très anciennes. La méta-analyse citée la plus récente (p. 8) est celle de Allen et alii (2009) sur la période 1990-2007 :

L'apport principal de ce papier - au delà du fait qu'il présente des résultats plus récents - est de s'intéresser à la rigueur de la méthodologie employée dans les articles recensés pour déterminer l'impact du redoublement. Ils s'intéressent également au moment ou l'analyse est menée (i.e. combien de temps après le redoublement) et à la sélection du groupe de contrôle. Ils montrent alors que les études qui utilisent une méthodologie plus rigoureuse obtiennent des effets du redoublement systématiquement non significatifs et en moyenne .34 écart type plus élevés (moins négatif) que les études de moins bonne qualité. Si on reprend les effets moyens recensés dans les autres méta-analyses synthétisés dans le tableau 1.1 , l'effet moyen passe donc de -.31 à .03 lorsque la méthodologie est plus rigoureuse. Ainsi, lorsque les chercheurs tentent de réduire les différences préexistantes entre le groupe de redoublants et le groupe de non redoublants avec lequel est faite la comparaison, l'effet du redoublement est proche de 0.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
27 Jan 2015 15:02 - 10 Jui 2017 23:29 #13008 par Loys

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
27 Jan 2015 15:05 - 28 Jan 2015 17:35 #13009 par Loys
Réponse de Loys sur le sujet La suppression du redoublement
Dans "Le Figaro" du 27/01/15 : "Le redoublement coûte deux milliards d'euros par an"



L'étude IPP, rendue publique le 28/01/15.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
27 Jan 2015 15:17 #13010 par Loys
Réponse de Loys sur le sujet La suppression du redoublement

Le coût du redoublement est estimé à environ 2 milliards d'euros par an. Cette évaluation inédite a été confiée aux économistes de l'Institut des Politiques Publiques (IPP), afin de répondre aux interrogations soulevées lors de la préparation de la conférence de consensus, organisée les 27 et 28 janvier par le CNESCO.

Doublon avec l'étude de "France Stratégie" publiée à l'été 2014.

[...] Pour réaliser ces estimations, les auteurs ont exploité des données administratives exhaustives qui permettent d'observer la scolarité de l'ensemble des élèves nés en 1992, jusqu'à l'année scolaire 2011-2012.

:shock:
Autant dire sur une période pendant laquelle le redoublement a été massivement supprimé. Le chiffre de deux milliards correspond-il à la dernière cohorte ou constitue-t-il une moyenne ? Dans ce dernier cas, le montant d'un coût de deux milliards serait mensonger.

Des économies progressives en cas de suppression du redoublement
Les travaux de l'IPP scénarisent différentes réformes, induisant la suppression partielle ou totale du redoublement dans les différents degrés de la scolarité, en lien avec la volonté actuelle du ministère de limiter fortement le nombre de redoublants.

Comme si le redoublement n'avait pas déjà été divisé par trois ou quatre à chaque niveau. :shock:

[...] Cette étude présente toutefois un écueil important car elle n'intègre pas ce que représenterait le coût d'une alternative au redoublement pour les élèves en difficulté: cours de soutien, suivi personnalisé, etc.

Effectivement, c'est gênant. :mrgreen:
En même temps qu'est-il vraiment prévu. Question bête : si le redoublement coûte deux milliards, dans quelle alternative va-t-on investir cette somme ? :santa:

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
27 Jan 2015 15:32 - 27 Jan 2015 15:58 #13011 par Loys
Réponse de Loys sur le sujet La suppression du redoublement
Dans "Le Monde" du 27/01/15 : "Redoublement : les alternatives s’organisent" .


Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
28 Jan 2015 08:29 - 28 Jan 2015 22:17 #13020 par Loys
Réponse de Loys sur le sujet La suppression du redoublement
Sur Twitter je signale au président du CSP (s'étonnant que "parents et enseignants tiennent au redoublement alors que la littérature scientifique en montre l'inefficacité") que les taux de redoublement ont déjà été divisés par trois ou quatre selon les niveaux depuis trente ans (par exemple de 15% à 5% en 3e entre 1985 et 2011) sans que l'on constate vraiment une amélioration de l'efficacité.
Michel Lussault me répond qu'il faut considérer le taux de retard, plus élevé évidemment. Pourtant le premier dépend bien du second.
Du coup j'ai fait quelques recherches : ce taux de retard a lui aussi été divisé par trois en trente ans en CM2, par exemple.

Voici également l'étude récente de la DEPP en 3e. On peut vérifier sur ce graphique que la politique récente a bien été de ne plus faire redoubler les élèves ayant déjà redoublé une fois :

Ce dernier graphique est trompeur puisqu'il faut cumuler les deux courbes : on est donc passé de 47% à 24%, soit presque une division par deux en vingt ans.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
Plus d'informations
28 Jan 2015 10:19 #13022 par Loys
Réponse de Loys sur le sujet La suppression du redoublement
Commentaires à venir

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
28 Jan 2015 18:07 #13030 par Loys
Réponse de Loys sur le sujet La suppression du redoublement
En direct de la conférence sur le redoublement Jean Grenet estime à 2% la baisse des effectifs avec la suppression du redoublement, soit 30 à 40 000 postes libérés.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
29 Jan 2015 14:14 - 29 Jan 2015 23:26 #13040 par Loys
Réponse de Loys sur le sujet La suppression du redoublement
J'ai fusionné les deux graphiques précédents sur le taux de retard :
A noter que, pour les premières décennies, le taux de retard s'explique encore en partie par l'âge d'entrée dans l'école (voir cet article de Nathalie Bulle )

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
29 Jan 2015 18:07 - 29 Jan 2015 23:28 #13042 par Loys
Réponse de Loys sur le sujet La suppression du redoublement

Loys dit: Nathalie Mons, présidente du Conseil national d'évaluation du système scolaire, a affirmé, à propos de la suppression du redoublement commencée dans les années 80 : " Que de croyances !" (29'20).

Nathalie Mons enfonce le clou :

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
29 Jan 2015 18:21 - 29 Jan 2015 18:23 #13043 par Loys
Réponse de Loys sur le sujet La suppression du redoublement
Pour Nathalie Mons, il y a "consensus scientifique". Le redoublement doit devenir "exceptionnel" : à vrai dire il l'est déjà depuis longtemps...
Le redoublement en primaire est "destructeur" pour l'enfant : "le redoublement est très prédicteur d'échec dans la scolarité, même de décrochage" : "les recherches ont montré qu'il y avait de très fortes associations statistiques entre le redoublement des premières classes et le décrochage". Corrélation vaut ici causalité. Pourtant cette corrélation est facile à expliquer...
"Quelles alternatives au redoublement ? Il suffit de regarder à l'étranger". C'est amusant puisqu'en France le redoublement a déjà été supprimé sans que rien ne le remplace depuis des décennies...
Nathalie Mons donne l'exemple de pays "qui n'autorisent pas le redoublement" comme si l'exemple suffisait pour convaincre. L'Allemagne est ainsi citée... sans préciser que les élèves sont orientés précocement après le primaire. On pourrait parler de la Finlande et de ses taux d'encadrement ("solution" non évoquée par Nathalie Mons) ou de l'Angleterre et de ses résultats en chute libre.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
Plus d'informations
29 Jan 2015 23:37 #13045 par Loys
Réponse de Loys sur le sujet La suppression du redoublement
Commentaires à venir.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
05 Fév 2015 09:31 - 08 Fév 2015 19:05 #13097 par Loys

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
05 Fév 2015 09:53 - 05 Fév 2015 14:13 #13098 par Loys
Réponse de Loys sur le sujet La suppression du redoublement

Le jury sait que la simple suppression du redoublement ne résoudra pas le problème". Pour André Tricot, président du jury réuni par le Cnesco et l'IFé, "il ne s'agit pas de dire qu'à la rentrée 2015 le redoublement c'est terminé". A l'issue de la conférence de consensus, le Cnesco propose une évolution lente vers la suppression du redoublement grâce à des expérimentations concrètes qui devraient permettre d'apporter une réponse aux difficultés des élèves.

Donc la loi supprime de facto le redoublement mais sa suppression suivrait une "évolution lente" ? :shock: :scratch:
On voit qu'il y a ici une contorsion du CNESCO pour justifier sa "conférence de consensus" rendue inutile par le décret de 2014. :mrgreen:

Deux propositions émergent : un examen de rattrapage durant l'été et le suivi sur trois ans par le même professeur des élèves du cycle 2.

Mais n'est-ce pas pénaliser les élèves en difficulté par une notation traumatisante et des rythmes scolaires non respectés ? :P
Penser qu'un élève qui n'a pas atteint un niveau donné pendant l'année scolaire puisse miraculeusement l'atteindre au cours de l'été est très irréaliste...

Le 4 février, Nathalie Mons, présidente du Cnesco, Michel Lussault, président de l'IFé, et André Tricot ont présenté les recommandations du jury de la conférence de consensus réunie fin janvier. "C'est optimiste de dire qu'un décret peut supprimer le redoublement. Sa fin ne se décrète pas", explique Nathalie Mons.

Un décret ne décrète pas ? :scratch:

"On ne produit pas de circulaire", a prévenu Michel Lussault.

Qui serait bien inutile...
On comprend à cette phrase qu'aucune réponse institutionnelle ne sera proposée en contrepartie de la suppression du redoublement.

A la place le jury propose des expérimentations susceptibles de faire bouger les lignes sur le terrain.

Faisons "bouger les lignes" ! :cheers:
A noter qu'elles ont déjà bien bougé, s'agissant du redoublement depuis des décennies :

"On est à un moment charnière où par des propositions on peut faire avancer le système éducatif", croit M Lussault.

Les "propositions" non contraignantes sont au mieux des vœux pieux, au pire des alibis de la suppression du redoublement.

Suivre ses élèves en cycle 2
Le Cnesco entend d'abord jouer sur l'organisation de la scolarité. Il propose d'expérimenter le suivi de classe sur tout le cycle 2.

Expérimentons donc à l'avenir : ce n'est pas comme si le redoublement avait été divisé plusieurs fois depuis quelques décennies.

Pendant 3 ans, les écoliers ne pourraient pas redoubler mais suivraient d'année en année le même maitre.

Le maître ne choisirait donc plus le niveau où il enseigne ? :shock:

Pour le Cnesco ce procédé améliore les résultats scolaires car professeur et élèves se connaissent bien.

C'est le même CNESCO qui expliquait que le redoublement était voué à l'échec puisque l'élève était amené à apprendre de la même façon l'année de redoublement ? :shock:

Cela supprime le mois nécessaire à la prise en main de la classe en début d'année. Les élèves savent aussi mieux coopérer. Les conditions d'enseignement sont meilleures. Surtout le temps scolaire s'étale sur trois ans et permet aux élèves d'avancer à leur rythme au lieu de devoir affronter chaque fin d'année la perspective du redoublement.

Donc, en les obligeant à suivre le même rythme que les élèves sans difficulté, on permet aux élèves en difficulté d'avancer à leur rythme. :shock:
La double pensée est de retour ! :cheers:

Cette proposition du Cnesco devrait prochainement devenir expérimentation. Elle repose aussi sur l'idée que l'aide aux élèves doit venir de la classe et se dérouler dans la classe. Le professeur "des apprentissages fondamentaux" devrait bénéficier d'une formation pédagogique.

La panacée universelle. Que n'y avait-on pensé avant !

Un autre aspect systémique est mis en avant par le jury. "Les établissements peuvent réinvestir dans les mesures de lute contre la difficulté scolaire les économies réalisées grâce à la limitation du redoublement". C'est exactement le contraire de la logique actuelle qui fait qu'en supprimant le redoublement on perde des élèves et donc des moyens.

Les établissements financent les redoublements ? :scratch:

Proposer un examen de rattrapage
La seconde grande proposition du Cnesco c'est l'examen de rattrapage en septembre. Ce dispositif est déjà très fréquent en Europe et souvent couplé avec des écoles d'été. L'examen est destiné aux élèves suscptibles de redoubler. Si l'élève réussit l'examen il passe dans la classe supérieure.

Et sinon ? :devil:

Pour le Cnesco cela a aussi l'avantage d'obliger les établissements à définir précisément les conditions du redoublement. Une école d'été, sur trois semaines en petit groupe et sur les fondamentaux, permet de se préparer à l'examen.

Trois semaines compensent donc une année d'échec ! :cheers:

La troisième proposition du Cnesco vise à changer les représentations, très positives, que les professeurs, élèves et parents ont du redoublement.

Les professeurs ont surtout des "représentations" (quel mépris des enseignants dans cette formule) négatives de sa suppression que les mesures proposées ici ne sont pas près d'inverser.

Il proposera des mallettes destinées au chef d'établissement et à l'association de parents d'élèves sur le redoublement.

Ah... les mallettes pédagogiques...

Prendre le chemin du terrain
La démarche du Cnesco et de l'IFé interroge forcément le ministère qui a publié en novembre 2014 un décret n'autorisant que les redoublements demandés par les parents ou ceux qui font suite à une interruption des études. Mais pour le Cnesco aucun décret ne peut venir à bout d'une pratique perçue comme légitime par les enseignants, les parents et les élèves.

Parce que les enseignants peuvent enfreindre la loi ? :shock:

Et ce n'est pas un décret qui va aider les élèves faibles à remonter leur niveau.

:rirej

Le Cnesco entend prendre un autre chemin pour atteindre le même objectif, supprimer le redoublement.

Ah... et moi qui croyais naïvement que l'objectif était d'aider les élèves en difficulté.

En expérimentant des dispositifs d'aide ou en revoyant l'organisation du système éducatif, il espère débloquer un système éducatif jusque là sourd à toutes les démonstrations des chercheurs.

C'est scien-ti-fique, on vous dit !
D'ailleurs, le taux de retard en 3e, divisé par deux en vingt ans, a produit de très bons résultats comme tout le monde peut le constater scientifiquement.

"Dans les pays qui se sont contentés d'imposer l'interdiction du redoublement sans mettre en place des solutions alternatives, cette pratique... s'est réinvitée", explique le Cnesco.

Tiens, tiens... Phrase à relire dans quelques années.

C'est tout le pari du Cnesco et de l'IFé de casser le cycle infernal du redoublement.

Pour le "cycle infernal" de l'échec scolaire, on attendra.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
08 Fév 2015 04:40 - 08 Fév 2015 18:57 #13126 par Hervé
Réponse de Hervé sur le sujet La suppression du redoublement
A propos de la suppression du redoublement, quelques réflexions sur ce qui peut se passer concrètement
A partir de la rentrée prochaine, le redoublement ne sera plus possible ce qui signifie que les conseils de classe devront accepter le passage de tous les élèves. Au collège, et sans doute en primaire dont je connais moins bien le fonctionnement, cela ne devrait pas soulever de difficultés puisque, Loys ne cesse de le rappeler, le redoublement a déjà quasiment disparu(1).
Mais c'est surtout dans les classes de 3e et 2de, là où le conseil de classe restait "souverain" (sauf recours devant le chef d'établissement ou en appel) que la situation va changer. Comme le redoublement ne sera même plus une éventualité (ce qui devrait se matérialiser par sa suppression dans les "cases à cocher" du dossier d'orientation) les Conseils devront donc proposer à tous les élèves un passage en Seconde, professionnelle ou GT, pour les 3e; en Première, professionnelle ou GT, pour les Seconde.
Or, que feront les équipes enseignantes, confrontées à un élève dont les résultats leur sembleront, en conscience, rendre sa réussite en voie Générale ou Technologique trop incertaine (j'utilise à dessein le vocabulaire euphémisant de notre institution) ? Ils devront soit, au nom de l'école de la bienveillance, laisser un élève en graves difficultés scolaires aller au lycée GT (en langue pédagoinstitutionnelle, envoyer un élève vers un échec certain, ça s'appelle "lui laisser sa chance"), soit utiliser la voie Professionnelle pour lui signifier l'impossibilité de la voie GT. Passons sur le fait que c'est aller à l'encontre du discours officiel (et hypocrite) sur la revalorisation de la voie professionnelle. Et voyons plutôt ce qui se passera alors. Très probablement, incrédules devant la proposition du conseil (qu'ils n'auront pas vu venir puisque leur enfant, depuis le CP, a des "en cours d'acquisition" dans toutes les pseudos-compétences et qu'il n'a jamais, et pour cause, redoublé) les parents choisiront de refuser la voie professionnelle et se replieront sur l'alternative que l'institution leur offre : le redoublement. Lequel ne sera en effet possible qu'à l'initiative (et pas à l'acceptation) des familles dans une stratégie explicite d'orientation.. Au total, il est ainsi possible que rien ne change (ce qu'a pu vouloir dire la CNESCO dans le texte cité par Loys).
On peut ainsi penser que la suppression du redoublement va surtout ... vider les lycées professionnels, remplir les lycées GT d'élèves qui n'ont rien à y faire, voire accroître le décrochage. Car que deviendra un élève de 3e qui aura redoublé pour "éviter" le lycée pro et qui, à l'issue de son redoublement, n'aura toujours ni les moyens d'aller au lycée GT, ni l'envie d'aller dans la voie pro ?
Reste un point à soulever.. Aujourd'hui, pour simplifier, en Seconde, au moins dans mon lycée, les élèves très faibles sont réorientés, les faibles redoublent, les moyens passent.. Pour que le redoublement baisse vraiment en Seconde, comme on vient de voir qu'il sera encore utilisé par les familles pour éviter la voie pro, il faut impérativement que les autres redoublants actuels (les "faibles" sans projet pro) ... passent.
Cela met une pression sur les équipes enseignantes et particulièrement sur les Chefs d'établissement. Il leur reviendra en effet soit d'assumer de laisser passer un élève aux moyennes désastreuses, soit de convaincre des familles qui rêvaient que Doudou devienne chirurgien ou ingénieur qu'un bac pro chauffagiste n'est pas une mauvaise solution (et ça n'en est effectivement pas une mauvaise). Bien entendu, ils essaieront (les proviseurs j'entends) de déléguer cette pression sur d'autres : les professeurs principaux, au charbon quand il s'agit du dialogue avec les familles d'autant plus depuis la quasi suppression des COPsy), les enseignants qui, s'ils faisaient vraiment réussir leurs élèves, rendraient les choix plus simples.
"Faire vraiment réussir les élèves", en langage-proviseur, ça veut dire "mettre des bonnes notes", ou valider des compétences acquises (c'est kif-kif, non ?). Et oui! Car si les élèves faibles avaient quand même des bonnes notes, on pourrait, sans problèmes de conscience majeurs, les laisser passer.. Le problème, pour l'institution, n'est pas la difficulté révélée par la mauvaise note, c'est la mauvaise note. Ces gens-là construiraient les villes à la campagne pour résoudre les problèmes urbains.
Il ne s'agit pas là d'une vue de l'esprit ou d'une objurgation de quelque Cassandre. Il y a quelques semaines, nous avons eu l'honneur, dans mon lycée, d'être convié à un "séminaire sur l'évaluation". En plein bla-bla médiatique sur la suppression des notes, un temps de réflexion avec une bardée d'inspecteurs ne me déplaisait pas, étant moi-même ouvert depuis longtemps à une réflexion sur le sujet. Mais finalement, au lieu d'un échange sur la docimologie, des retours d'expériences, etc. - qui aurait pu être intéressant - on a eu droit, après un propos liminaire de notre proviseur sur l'intérêt d'une réflexion sur nos pratiques (merci Chef ! :doc: ) à un exposé d'un IG, visant à nous démontrer, avec toute la crédibilité scientifique :lol: qu'apportent des graphiques en nuages de points, des tableur excel, des power point, que ... nous mettions trop de mauvaises notes en Seconde. Par "nous" j'entends non pas les enseignants en général, mais nous les enseignants de mon lycée. On (le Rectorat) nous reproche en effet depuis longtemps d'avoir des taux d'échec trop importants, c'est-à-dire, au-dessus de la sacro-sainte moyenne académique (à laquelle je dénie toute validité) puisque nous n'envoyons en Première GT"que" 80 à 85% de nos élèves de Seconde.
Précisons, pour les non-familiers de notre Chère Institution, que"taux d'échec", ça signifie : redoublement + réorientation. Un élève de Seconde qui ne réussit pas, qui après avoir "tenté sa chance" en Seconde s'y ennuie, et estime qu'il vaut mieux aller en voie professionnelle, nos honorables dirigeants appellent ça un échec. :pendu:
(1) A ce sujet, une question : si les études condamnant le redoublement se fondent sur l'examen des cohortes de redoublants (et déplorent qu'ils ne soient pas devenus subitement de bons élèves, ce qui pourtant n'est guère étonnant), existe-il des études portant sur ceux qui "passent" malgré avis négatif du conseil de classe (suite à "discussion" avec le chef d'établissement ou décision de la commission d'appel) ? En réalité, c'est une fausse question, je suis certain qu'une telle étude n'existe pas.. Pourquoi

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
08 Fév 2015 18:54 - 08 Fév 2015 18:59 #13141 par Loys
Réponse de Loys sur le sujet La suppression du redoublement
Orientation volontaire en voie professionnelle = échec. C'est effectivement un scandale... :shock:
Pour le reste, seront certainement données les mêmes instructions pour le passage en première GT que pour le passage de la 3e en seconde GT : un ancien chef d'établissement m'a ainsi expliqué que des taux de passage fixés à l'avance étaient pour eux des objectifs à atteindre. Les chiffres montrent déjà que le passage en seconde GT connaît un record actuellement.
Le résultat risque en effet d'affecter les lycées professionnels.

(1) A ce sujet, une question...

Je vous renvoie à cet article. ;)

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
08 Fév 2015 19:08 - 08 Fév 2015 19:08 #13142 par Loys
Réponse de Loys sur le sujet La suppression du redoublement
Inquiétude de François Jarraud à propos du redoublement et de la base des enseignants :

...sous le couvercle la marmite boue (sic) toujours.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
15 Avr 2015 23:31 - 10 Jui 2017 22:31 #13822 par Loys
Réponse de Loys sur le sujet La suppression du redoublement
Dans "Le Monde" du 14/04/15 : "Avec la réforme des programmes, « la notion de redoublement n'a plus de sens »" , interview de Michel Lussault, président du CSP.

Cette réforme signe-t-elle la fin du redoublement ?
Si on admet que l'idée est de faire progresser les élèves dans un cycle, puis de les faire progresser dans un autre pour les mener, in fine, à la fin du cycle de scolarité obligatoire, la notion de redoublement n'a plus de sens. Elle n'est plus à considérer comme la solution pour remédier aux difficultés scolaires. Il ne servira à rien de faire redoubler un élève en CP alors qu'on sait que nous avons encore le CE1 et le CE2 pour amener l'enfant le plus loin possible dans les objectifs de ce cycle. Il existe d'autres manières d'identifier ces difficultés et d'accompagner les élèves. Le redoublement doit être limité à quelques cas très particuliers.

Car, en fin de cycle, la question du niveau ne se pose évidemment pas ! :santa:

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
24 Avr 2015 21:26 #13873 par Lord Blackadder
Réponse de Lord Blackadder sur le sujet La suppression du redoublement
Et pendant ce temps, à l'université, en L1 principalement, d'affreux enseignants archaïques :devil: continuent de noter les étudiants en utilisant toute l'échelle de notation (oui, de 0 à 20, avec cependant une préférence marquée pour le 0 :mrgreen: ) : ils engendrent ainsi l'échec de leurs étudiants, les forçant souvent à redoubler pour améliorer (en se mettant à travailler sérieusement :o , par exemple, le comble de l'archaïsme) leur niveau... Il est temps de s'attaquer à ce problème ! :doc:

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
01 Juil 2015 12:28 - 26 Aoû 2015 09:40 #14226 par Loys

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
01 Juil 2015 12:36 - 26 Aoû 2015 09:39 #14227 par Loys
Réponse de Loys sur le sujet La suppression du redoublement
Ce qui saute aux yeux de certains, ce sont les inégalités sociales face au redoublement. Certes, mais ces inégalités ont en réalité nettement décru. En revanche les inégalités de niveau scolaire se sont accrues.
Mais c'est sans doute très secondaire...

Même si aujourd’hui le redoublement reste exceptionnel, les élèves qui conjuguent plusieurs facteurs, tels qu’un milieu social défavorisé, une famille monoparentale, une mère peu diplômée sont davantage touchés par le redoublement que les autres.

En supprimant totalement le redoublement, on mettra un terme à cette intolérable (et coûteuse) inégalité qui veut qu'on donne du temps aux élèves qui en ont besoin ! :evil:

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
01 Juil 2015 16:35 #14233 par Chris
Réponse de Chris sur le sujet La suppression du redoublement
Si le taux de redoublement au CP a tant décru c'est qu'il nous est maintenant pratiquement interdit de maintenir un enfant une année de plus au cycle 2 (CP/CE1). Depuis 20 ans que j'enseigne dans ces deux niveaux, j'ai toujours gardé 1, 2 voire 3 élèves chaque année pour leur donner le temps d'apprendre correctement à lire et à compter. Si le redoublement ne faisait pas de miracle, il "sauvait" tout de même nombre d'enfants en leur donnant des bases plus solides et aussi en maintenant leur confiance en eux et en leurs capacités.
Maintenant, "tout le monde passe" mais les inégalités existent toujours, voire s'aggravent et les enfants ainsi maltraités par les injonctions de l'institution n'ont plus qu'à désespérer.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Temps de génération de la page : 0.227 secondes
Propulsé par Kunena