"Les meilleures recettes pour décrocher une mention" (Le Monde)

Plus d'informations
10 Avr 2014 23:13 #10163 par Loys

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
10 Avr 2014 23:23 - 10 Avr 2014 23:28 #10164 par Loys
Évidemment l'article oublie de signaler l'inflation des mentions depuis le début des années 2000...

Tout commence avec un constat simple : « Obtenir un 15 en latin ou en grec représente un gain équivalent à deux points à l’épreuve de mathématiques pour un bachelier S. » Ce principe posé, il ne reste plus qu’à adopter la bonne tactique car c’est le plus malin, et non le meilleur élève qui va décrocher la plus belle mention.

Car en effet c'est être "malin", et non travailleur, que de suivre le latin depuis six ans ou le grec ancien depuis quatre ans, au rythme de trois heures par semaine (deux heures en 5e)... :fur

LA PETITE CUISINE DU BAC
Pour cela, il faut bien connaître parfaitement la petite cuisine du bac, et appliquer à la lettre la meilleure recette. La première chose à savoir est simple. Une étude menée sur le baccalauréat 2010 par des inspecteurs généraux a montré que « 25,9 % des mentions [très bien] obtenues par les bacheliers S, 35 % de celles obtenues par les bacheliers ES et 40,2 % de celles obtenues par les bacheliers L n’auraient pas été attribuées sans les épreuves facultatives. » Tout est dit !

C'est vrai que c'est tout à fait anormal que ceux qui travaillent soient récompensés de leurs efforts.

La stratégie à adopter pour avoir une bonne moyenne aux épreuves du baccalauréat est donc la présentation des deux options auxquelles on a droit.

Eh oui, il suffit de "présenter les options", ça ne demande pas de travail particulier supplémentaire. :santa:

Et si vous vous dites que vous n’avez pas les compétences nécessaires pour vous présenter, sachez quand même que le système est ainsi fait que les élèves qui prennent une option sont quasi sûrs d’obtenir une bonne note.

Ah, il faudra que je m'en souvienne...
Ça ne peut pas être dû au fait que les élèves qui prennent une option sont les plus sérieux, les plus curieux et les plus travailleurs...

D’ailleurs, les très scolaires bacheliers de la série S ont vite compris la combine et ne se sont pas limités aux disciplines étudiées à l’école.

Sympathique, le mot "combine" (comme les "malins" qui trouvent les "meilleures recettes" pour faire leur "petite cuisine"). En fait, être latiniste ou helléniste en 2014, avec un lourd programme renouvelé tous les deux ans, pour Maryline Baumard, c'est être combinard.
A noter aussi que la série S - on ne sait pour quelle raison - est "très scolaire"... A croire que tout ce qui est scolaire est haïssable.
Merci à Maryline Baumard d'avoir révélé ce secret de Polichinelle : les options rapportent des points. Nul doute que les élèves ne le savaient pas...
Ce que les élèves savent surtout, c'est quel petit sacrifice exige de suivre ces enseignements optionnels car en plus d'heures après la fin des cours, le travail lui ne l'est pas, optionnel.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
12 Aoû 2014 08:53 #11402 par Loys

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Temps de génération de la page : 0.120 secondes
Propulsé par Kunena