"De l'e-learning sur temps scolaire" (Le Café Pédagogique)

Plus d'informations
13 Fév 2013 13:36 #3877 par Loys
A lire sur le site du "Café" du 12/02/13 : "De l'e-learning sur temps scolaire" .





Ainsi que la description du "projet" :



Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
13 Fév 2013 13:37 #3878 par Loys

De l'e-learning sur temps scolaire

En anglais ça sonne toujours mieux. C'est plus moderne.

Un lycée peut-il s'emparer du e-learning ? C'est ce qui est en train de se faire lycée de la Plaine de Neauphle (78). Sous l'impulsion d'une professeure de SVT, Véronique Saguez, le e-learning déjà utilisé en sciences est en train de gagner les disciplines littéraires.
Je serais curieux de voir à quoi ressemble l'e-learning en lettres.

C'est un nouveau métier que découvrent les enseignants qui doivent imaginer des séquences d'enseignement à distance adaptés à leurs élèves.

Adaptées à chaque élève, puisqu'il s'agit d'individualiser. :doc:

Ah... le "nouveau métier", qu'il faut "imaginer".

Mais c'est aussi une autre façon d'être élève qui passe par exemple par oser formuler des demandes d'aide...

Car l'ancien élève ne pouvait pas le faire. :doc:

"Nous avons au lycée, à Trappes, 46% d’élèves issus de milieux défavorisés", affirme Véronique Saguez qui y est professeure de SVT.

En général le numérique, c'est bon pour les plus défavorisés.

"Ils ne savent pas comment travailler chez eux et ont un fort besoin d’enseignement individualisé".

On va les aider et individualiser en les mettant face à des écrans.

Une intégration de l’e-learning dans le temps scolaire lui a paru une bonne piste de travail, d’autant que le lycée dispose d’assistants pédagogiques.

Ah ! de l'enseignement à distance... mais à l'école : c'est un concept. :scratch:

Les assistants remplaceront avantageusement les professeurs pour donner des méthodes : ils sont moins formés mais moins coûteux et parfaitement polyvalents.

Une réflexion a donc été menée en interdisciplinaire, dans le groupe des professeurs de sciences, appuyée et soutenue par l’équipe de direction, très enthousiaste.

L'interdisciplinarité des néo-pédagogies et le numérique vont de pair.

Depuis la fin novembre, tous les élèves de 2nde, ceux de terminale S et de BTS CGO ont sur leur temps scolaire des séances de travail individuelles sur ordinateur, encadrés par un assistant pédagogique. Pendant 1 h hebdomadaire pour les élèves de 2nde, 3 h pour ceux de terminale, ils doivent réaliser des parcours individuels préparés par leurs enseignants dans certaines disciplines (maths, SVT, physique chimie, mais aussi bientôt lettres et langues).

"réaliser des parcours individuels" : qu'es-ce que ce jargon veut dire ?

3h en terminale, c'est quand même beaucoup : ces heures s'ajoutent aux heures officielles ? Si oui, c'est une belle surcharge. Si non, c'est une belle opération pour avoir autant d'heures disciplinaires avec moins de professeurs.

L’accès à la plate-forme de parcours se fait au travers de Lilie, l’ENT francilien.

L’élaboration des parcours n’est pas une mince affaire, reconnaît Véronique Saguez. Il s’agit de définir des ressources (en général de courtes videos traitant un point précis des programmes), la granularité nécessairement faible du sujet et l’objectif visé en connaissances et compétences.

Le mot "granularité" impressionne mais la phrase n'a aucun sens... :scratch:

Notez aussi que "choisir de courtes vidéos" est moins flatteur que "définir des ressources". Si les ressources étaient textuelles, ça ressemblerait trop à un travail traditionnel et ça, c'est inacceptable.

Cela a été l’objet de collaborations poussées, non seulement à l’intérieur de l’établissement, mais aussi avec l’autre lycée et les collèges de la ville de Trappes. Ainsi enseignants de collège et lycée ont travaillé ensemble, en SVT car les notions aux programme de 3ème et de 2nde sont très similaires, en français car les élèves ont souvent de grosses difficultés d’expression, en maths pour une liaison collège-lycée, etc.

Autre pédagogie nouvelle : en plus de fusionner les disciplines, fusionner les niveaux.

Pour l’instant au lycée, 18 enseignants sur 51 sont concernés, mais personne n’est hostile au projet. Les élèves semblent mieux comprendre ce qu’on leur demande et sont rassurés par les (bonnes) notes obtenues, puisque seuls les parcours validés comptent dans l’évaluation.

Tu m'étonnes que ça leur plaise davantage ! Ils seraient rassurés dans n'importe quel enseignement traditionnel si l'on appliquait cette autre néo-pédagogie de la valorisation évaluative. On voit que les usages numériques sont sytématiquement confondus avec les nouvelles pédagogies.

Ils apprennent aussi à travailler en autonomie ou à formuler un besoin d’encadrement.

Voilà qui semble tout à fait contradictoire. Et comment s'opère concrètement "l'encadrement" ?

La baisse d’attention habituelle en février ne se manifeste pas cette année...

L'article a été publié le 12 février... C'est effectivement un résultat très probant.

...et les résultats aux bac S seront certainement attendus avec impatience.

Effectivement. Mais du coup n'est-ce pas un peu prématuré de faire la publicité de cette belle innovation ? :twisted:

La nécessité de donner accès à un ordinateur à chaque élève pose quelques problèmes d’équipement et des contacts ont été pris avec de associations.

Je ne comprends pas : comment ont eu lieu les "séances de travail individuelles sur ordinateur" s'il n'y a pas assez d'ordinateurs ?

Véronique Saguez aimerait bien transformer, comme à Strasbourg, le CDI en learning center.

Voilà qui va plaire à nos collègues professeurs-documentalistes.

Pour sa part la région a financé l’achat d’une super caméra qui permet une exploitation très aisée des vidéos tournées.

Le concept de cette "super caméra" me paraît curieux.

Cette façon de travailler induit des interactions beaucoup plus nombreuses entre les enseignants, les élèves et les assistants pédagogiques.

Pour résumer, moins les élèves voient les professeurs, plus ils ont d'interactions individualisées avec eux.

Repris dans les classes, les sujets des parcours font l’objet de nombreux échanges y compris par messagerie.

Pendant les cours ? :transpi:

Sans rire, quand les professeurs peuvent-ils échanger individuellement avec leurs élèves par messagerie ? Voilà qui m'intéresse grandement.

« Pour moi, l’e-learning, c’est l’avenir de l’éducation » conclut Véronique Saguez ».

Et l'anglais aussi, visiblement.

« Il faut donner envie de travailler aux élèves.

Les élèves ne peuvent pas avoir envie par eux-mêmes, aujourd'hui.

Le seul moyen de les y inciter,...

Ah carrément... Un bon cours traditionnel, ça n'existe pas.

... c’est la communication, le jeu, le dialogue, la relation avec le prof devient magique.

Il n'était pas question de "jeu" jusqu'ici.

Une touche de néo-pédagogie et une bonne lampée de numérisme.

Non seulement l’e-learning aide à lutter contre les inégalités,...

Je croyais qu'il fallait attendre les résultats ? Ah non, pas besoin finalement... C'est ça, le numérisme : la foi !

... c’est aussi un enjeu pour la future formation professionnelle des élèves et une garantie d’intégration dans la société de demain.

Une garantie d'intégration des élèves défavorisés, ce serait plutôt la maîtrise de la langue... :fur

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Temps de génération de la page : 0.281 secondes
Propulsé par Kunena