"La paye au mérite va-t-elle améliorer l'école anglaise ?" (Café Pédagogique)

Plus d'informations
18 Avr 2013 12:04 #5248 par Loys

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
18 Avr 2013 12:04 #5249 par Loys
Commentaires à venir.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
18 Avr 2013 22:25 #5264 par Frist

Si le mérite est insaisissable, l'efficacité de la paye au mérite calcule seulement celle de l'incitation financière et du climat de l'entreprise. La question de l'efficacité de la paye au mérite reste ouverte.

Toute ces entreprises qui payent au mérite font donc fausse route ?

Ou bien évidemment on ne peut comparer l'éducation nationale avec une quelconque autre entreprise ? Un enseignant n'apporte rien à des élèves, c'est bien connu, ce n'est absolument pas mesurable !

l’efficacité de l’acte pédagogique (est) en partie liée au contexte d’enseignement, c'est-à-dire à la classe et aux élèves qui la composent. Pour le métier d’enseignant, la définition même du concept de mérite ne va pas donc de soi et nécessiterait de mobiliser des indicateurs nombreux pour l’appréhender dans son ensemble

Parce que chacun a un travail différent, on ne peut le payer différemment ? Il faut une égalité de traitement pour tous sinon c'est injuste ?

Le communisme a fait ses preuves.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
18 Avr 2013 23:26 #5265 par archeboc

Frist dit: Parce que chacun a un travail différent, on ne peut le payer différemment ? Il faut une égalité de traitement pour tous sinon c'est injuste ?


Non, pas tout à fait. Mais plutôt : si on n'est pas capable de moduler la rémunération de manière à la foi équitable aux yeux des agents et efficace pour le système économique, alors il vaut mieux ne pas le faire, et conserver une rémunération uniforme.

Nous l'allons illustrer sur quelques exemples que vous avez très naturellement introduits :

Frist dit: Le communisme a fait ses preuves.


Le management moderne, théorisé par des gens qu'il serait abusif de traiter de marxiste, reconnaît qu'il est déraisonnable d'essayer de déterminer entre deux déménageurs celui qui fait le plus d'efforts lorsqu'ils portent ensemble un piano.

A contrario, le communisme n'a pas craché sur la paye au mérite. Vous connaissez ainsi l'histoire de Stakhanov.

Comme quoi.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
18 Avr 2013 23:44 #5266 par Frist
Je ne me souviens pas de suppléments pécuniaire pour Stakhanov.


Je suis heureux pour les élèves et pour leurs professeurs d'apprendre que l'enseignement est équivalent au déplacement d'un piano d'un salon vers un camion, et inversement.


Et puis je rebondis sur la critique comme quoi deux professeurs ne feraient pas le même travail, car ils n'ont pas la même classe, les mêmes élèves, et vous prenez comme exemple deux déménageurs qui portent le même piano. Je ne trouve pas cela très logique.

- Le soleil tape fort aujourd'hui.
- C'est nouvelle lune aujourd'hui.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
19 Juil 2013 12:20 #6870 par Loys

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
24 Juil 2013 08:55 #6923 par DM
Certains s'opposent à la rémunération au mérite au nom de l'égalité, de la justice etc.
Il me semble au contraire que l'injustice consiste à ce que le collègue qui s'investit soit payé autant que celui qui laisse aller les choses, voire que celui qui en fait le minimum pour ne pas se faire virer — voire que celui qui s'investit soit payé moins que celui qui a jadis passé un concours, et depuis est "placardisé" pour incompétence.
Si je ne suis pas opposé au principe, je suis en revanche très sceptique sur la notation du « mérite ».
Comment évaluer un enseignant ? Au pro-rata des notes de ses élèves aux examens nationaux ? Mais alors quid des enseignants qui œuvrent en amont ? Et surtout, comment comparer deux enseignants, l'un recevant des élèves déjà bien formés, l'autre devant faire avec des semi-illettrés ?
Ne pas oublier non plus la part d'aléa: il m'est arrivé d'avoir la même année deux groupes d'élèves dans le même cours, l'un ayant des résultats finaux en moyenne plus élevés que l'autre - sans doute un mélange de corrélations dans les affectations et de dynamique de groupe.
Dans la recherche scientifique, l'évaluation au pro-rata des publications et des citations a amené divers comportements pervers, que l'on peut résumer par: dans une certaine mesure, les gens travaillent pour augmenter leurs « indicateurs » plus que pour faire réellement avancer la science.
On peut bien sûr compenser l'automaticité des indicateurs et leurs effets pervers par une évaluation « humaine » et personnalisée, mais arriveront alors les accusations de favoritisme et de népotisme.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
24 Juil 2013 09:20 #6924 par Loys
Assez d'accord avec vous.
La dernière tentative de réforme visait à confier ce pouvoir aux chefs d'établissement. Ce qui donne une assez bonne idée du "mérite" tel qu'il est conçu au ministère...
C'est d'ailleurs ce qui a été la raison première de ce blog : www.laviemoderne.net/advocatus-diaboli/3-notez-les-tous

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
24 Juil 2013 15:57 - 24 Juil 2013 16:13 #6927 par Euler
Ce qui est frappant, c'est que tout le monde sait qui sont les bons profs et les mauvais profs d'un établissement.
Les élèves le savent. Les parents d'élève le savent. Les collègues le savent. L'administration le sait aussi. Et le plus souvent (c'est d'ailleurs assez rare pour être souligné), tout le monde est d'accord sur la question.
Il n'y a guère que les inspecteurs pour se tromper de temps en temps, mais il faut dire à leur décharge que c'est impossible en une heure de se faire une idée sur le travail d'un professeur, et qu'en plus leur jugement est souvent brouillé par les mauvaises vibrations pédagogistes qui règnent dans les couloirs du rectorat et auxquelles ils sont soumis régulièrement. ;)
Bref, tout ça pour dire que si l'on veut vraiment payer au mérite, il n'y a pas à chercher bien loin les informations pour savoir qui augmenter : les bons profs, tout le monde (là où ils travaillent) sait qui ils sont. :)

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
24 Juil 2013 22:00 - 24 Juil 2013 22:01 #6928 par Typhon

Les élèves le savent. Les parents d'élève le savent. Les collègues le savent. L'administration le sait aussi.

Oui, ils le savent tous, mais leurs listes, dûment établies, ne se recouperaient que partiellement, à supposer d'ailleurs que chaque représentant de ces groupes soit d'accord avec ses pairs...
Dit autrement, l'opinion d'un élève sur ce qui fait un bon ou un mauvais prof n'est pas nécessairement celle de ses parents, et encore moins de son chef d'établissement.
Ces derniers fuient les responsabilités comme un cloporte fuit le soleil, et sont capables de toutes les bassesses pour éviter de faire des vagues avant la retraite.
À l'appui de mes propos, deux textes pour les illustrer :
educator.hautetfort.com/archive/2012/01/...-des-evenements.html
educator.hautetfort.com/archive/2012/01/...velles-du-front.html
Notons au passage que si c'est comme ça qu'on traite les CPE, je vous laisse imaginer comment sont traitées les cibles habituelles (à savoir les élèves, en particulier ceux qui portent des lunettes et qui savent lire).
Bref, les chefs d'établissement, il ne faut surtout pas leur donner plus de pouvoir, il faut les liquider en tant que classe, comme disait le génial Mao Zedong. Eux, et leurs supérieurs hiérarchiques.

« There are two kinds of fools: one says, "This is old, therefore it is good"; the other says, "This is new, therefore it is better." »
(William R. Inge)
Mon site

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
26 Juil 2013 09:41 #6942 par DM
@Euler: Pour que des groupes aussi différents s'accordent sur qui sont les bons et les mauvais profs, il faudrait encore qu'ils aient les mêmes critères d'appréciation et les mêmes objectifs.
Bien sûr, on pourra trouver des points d'accord sur le fait que M. Dugland ou Mme Duschmoll fait un cours obscur, bordélique et qu'elle donne des examens sans rapport avec son cours ou le programme. Ce genre de choses se sait chez les élèves, les parents, les collègues. Cela ne concerne qu'une faible portion des professeurs, pour lesquels la solution ne serait d'ailleurs pas de diminuer leur paye ou de leur affecter plus de travail, mais de les renvoyer ou transférer sur d'autres fonctions.
Dans une certaine mesure, le succès ou l'insuccès des élèves me semble assez indépendant des enseignants auxquels ils ont affaire; il me semble qu'il relève largement de l'habitus social et de l'esprit de groupe (moutonnier), bref de choses sur lesquels les enseignants n'ont que peu de prise.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
26 Juil 2013 09:52 #6943 par DM
Pour appuyer ces dernières réflexions : j'enseigne dans un établissement où les étudiants sont interrogés par questionnaires en fin de cours au sujet de celui-ci.
Il faut bien sûr avoir du recul quand on dépouille ces questionnaires, certaines réponses (peu nombreuses) relevant de « j'ai mal lu le catalogue de cours et j'ai choisi ce module sans me rendre compte de ce dont il s'agissait, ça ne m'a pas plu, donc c'est nul ». Sinon, les réponses peuvent effectivement donner une idée de ce qui fonctionne ou pas; mais en bonne partie elles confirment ce dont on se doutait déjà.
Je ne vois cependant pas comment passer directement de pareilles réponses à une estimation du « mérite » de chaque enseignant !
Bien sûr, si le retour sur un cours est, en grande partie, que c'est incohérent, mal organisé, confus etc. on peut en conclure qu'il y a un problème; ce problème n'est d'ailleurs pas forcément dû à l'enseignant, mais peut découler de facteurs externes (p.ex.: format de cours imposé sans cohérence avec le reste du parcours; impossibilité d'imposer des prérequis aux étudiants, ce qui induit un « grand écart » et au final la dispersion et l'incohérence).
Enfin, comment distinguer les personnes « excellentes » ? Un critère bureaucratique est de prendre ceux qui « lancent des projets ». Une difficulté est qu'à partir du moment où ce critère est appliqué, il incite à lancer des projets non pas en ce qu'ils pourraient être utiles, mais en ce qu'ils permettent de se faire bien voir. C'est donc une incitation à l'esbroufe.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
26 Juil 2013 13:19 - 26 Juil 2013 13:22 #6945 par Loys
C'est certain que la pédagogie de projets, c'est une vision bien idéologique du "mérite"...
A vos réflexions j'ajouterais qu'être un bon professeur, c'est bien difficile dans les conditions de l'enseignement dans la forme qu'il a prise aujourd'hui. Il est certains établissements et certaines classes du secondaire où personne n'enseigne à proprement parler, parce que - au delà des difficultés propres liées aux conditions socio-économiques - les conditions pour enseigner ne sont pas réunies : le respect de l'autorité, les prérequis, la culture de l'absence de travail, le soutien ou au moins la présence des parents. J'ai davantage le sentiment que dans ces classes il s'agit au mieux d'une illusion d'enseignement, et l'orientation va dans ce sens.
A noter que ces facteurs sont en partie imputables à l'institution.
Ma femme a le souvenir d'une remarque de son chef d'établissement dans un collège très très difficile où on lui a reproché d'avoir une classe "trop sage" (sic)...

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
28 Juil 2013 12:43 #6952 par DM
Lorsque je parlais de projets, je ne voulais pas forcément parler d'enseigner par projets, mais simplement du fait que, selon certaines grilles d'évaluations du travail, on peut vouloir récompenser ceux qui lancent des activités nouvelles, des choses qui sortent de l'ordinaire. Cela peut paraître assez cohérent (ces gens se démènent pour faire des choses sortant de la routine, ils doivent donc être récompensés) mais cela peut aussi susciter le lancement de projet dont l'intérêt est plus de faire "mousser" leur porteur qu'autre chose.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
30 Juil 2013 13:13 - 30 Juil 2013 13:15 #6957 par Loys

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
07 Sep 2013 09:14 #7385 par Loys
Indiqué par le "Café Pédagogique", cet article de la "BBC News" du 5/09/13 : "Teachers' unions planning autumn strikes in England "

Angleterre : Les enseignants en grève contre la paye au mérite
Les deux principaux syndicats d'enseignants d'Angleterre ont annoncé les dates de leurs actions contre la baisse des pensions et des rémunérations. La moitié de l'Angleterre fera grève le 1er octobre, l'autre moitié le 17. Si nécessaire une journée commune aura lieu avant la fin du trimestre. Les enseignants anglais doivent faire face à une baisse des pensions et surtout à une nouvelle politique salariale de paye au mérite. Le gouvernement a élargi les pouvoirs des chefs d'établissement sur la paye des enseignants.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Temps de génération de la page : 0.371 secondes
Propulsé par Kunena