La réforme de l'école en Italie

Plus d'informations
30 Avr 2016 15:19 - 05 Mai 2016 13:59 #16349 par Beniamino Massimo
La réforme de l'école en Italie a été créé par Beniamino Massimo
J'aimerais pouvoir recenser plus régulièrement les articles sur la réforme de l'école en Italie, mais le temps manque. Je voudrais simplement attirer l'attention sur les dernières nouvelles concernant l'évaluation des enseignants.
Le gouvernement Renzi s'est lancé il y a plusieurs mois dans une entreprise de refondation du système scolaire. La loi 107, dite « buona scuola », s'attaque à de nombreux domaines, dont celui de la « valorisation du mérite » des enseignants. Il s'agit de débloquer plusieurs centaines de millions d'euros à répartir sous forme de primes aux enseignants méritants. L'attribution de ces primes revient en dernier recours aux chefs d'établissement, sur la base de critères retenus par un comité d'évaluation composé du CdE, de trois professeurs, d'un délégué des parents et d'un délégué élève (dans le second degré).
Une circulaire sur ces primes au mérite a été publiée il y a dix jours ( lien ) : elle rappelle qu'il faut laisser une grande autonomie aux établissements dans les critères d'attribution, mais qu'il ne faudra pas distribuer les primes à tout le monde ni à un nombre trop limité d'enseignants.
Jusqu'ici, j'ai déjà quelques difficultés à comprendre comment ce système sera mis en place. Une initiative locale me laisse encore plus perplexe : on apprend ici qu'un établissement de la région de Naples invite les familles à voter, lors de réunions parents-professeurs, pour trois enseignants de l'école qui se seraient particulièrement distingués d'une manière ou d'une autre. L'auteur de l'article dit avoir contacté l'établissement pour tenter d'en savoir plus, mais il n'avait pas reçu de réponse quand le texte a été rédigé il y a une dizaine de jours. Il avance l'idée que ce vote des parents pourrait précisément être utilisé comme critère lors de l'attribution des primes au mérite, bien que la note interne publiée sur le site de l'établissement n'en fasse pas mention.
Il ne s'agit pas de faire d'un cas particulier une généralité, mais il est naturel de se demander, comme le fait l'article, si des établissements songent à faire intervenir les parents pour aider à l'attribution des primes au mérite. L'initiative me paraît avoir quelque chose de contestable (euphémisme).
Malgré les clarifications apportées par la récente circulaire, beaucoup de points restent très flous quant au fonctionnement du comité d'évaluation des enseignants.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
01 Mai 2016 14:36 - 04 Mai 2016 23:05 #16355 par Loys
Réponse de Loys sur le sujet La réforme de l'école en Italie
Ces nouvelles sont atterrantes et soulèvent mille questions. On retrouve en tout cas le mouvement général de libéralisation de l'école sur le modèle de l'entreprise.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
04 Mai 2016 13:52 - 04 Mai 2016 13:55 #16360 par Beniamino Massimo
Réponse de Beniamino Massimo sur le sujet La réforme de l'école en Italie
D'accord, je vais essayer de rassembler ce que j'ai posté ici ou là et de faire une petite rétrospective de la réforme.
En attendant, voici ce que j'ai écrit hier sur l'autre forum à propos de l'évaluation. Pour replacer les choses dans leur contexte, je précise tout de même que jusqu'ici, l'Italie faisait partie des quelques pays européens où l'évaluation individuelle des enseignants est à peu près inexistante après la titularisation, comme la Norvège et la partie écossaise du Royaume-Uni notamment.
Quelques nouvelles des primes au mérite et des comités d'évaluation des enseignants. Les choses se précisent dans beaucoup d'établissements, de la maternelle au lycée. Un article de La Repubblica d'il y a quelques jours et des témoignages lus en vitesse dans la presse locale montrent que les textes sont interprétés de nombreuses manières différentes.
Certaines écoles semblent se diriger vers des primes à l'ancienneté, distribuées en priorité aux enseignants tout proches de la retraite. D'autres voudraient consacrer au moins une partie de ces primes aux tuteurs des professeurs débutants.
D'autres encore ont déjà créé des grilles alignant jusqu'à 30 critères très précis pour donner une impression de transparence (c'est du moins ce qu'affirme la plateforme it.blastingnews.com, dont j'avoue ne pas connaître la fiabilité, à propos d'un établissement de Turin) : les enseignants cumuleraient ainsi des points tout au long de l'année, et les mieux classés remporteraient les primes en jeu (la dotation est de l'ordre de 24 000 € par établissement et par an).
La Repubblica donne comme exemple un établissement de Florence où des points seront attribués, entre autres, à ceux qui accompagnent des élèves à une exposition le week-end, qui se chargent du compte-rendu des réunions ou qui s'investissent dans le domaine du numérique. Ailleurs, on trouve cités, pêle-mêle, des critères du type « participation à des projets internationaux », « prix remportés par les élèves dans les projets inter-établissements », « utilisation du TNI », « sortie théâtre le dimanche », etc.
Dans un lycée hôtelier de Naples, on a pensé à donner des points aux professeurs qui se montrent « enthousiastes » dans leurs cours — et à en retirer à ceux qui sont trop souvent absents, naturellement.
À Bari, un établissement fait feu de tout bois et veut faire pleuvoir les points pour l'animation du club échecs, le rangement des salles ou la bonne tenue des espaces verts.
Et puis le Messaggero Veneto m'apprend qu'à Pordenone, on a demandé leur avis à des lycéens membres d'un comité d'évaluation. Leur verdict est formel : le bon prof, c'est celui qui est à l'écoute et qui réexplique ; on en a donc fait un critère d'évaluation. Oui, il fallait y penser.
Rassurons-nous, dans trois ans, le ministère fait le bilan des meilleures trouvailles du nord au sud de l'Italie et impose sa liste nationale de critères.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
04 Mai 2016 14:01 #16361 par Beniamino Massimo
Réponse de Beniamino Massimo sur le sujet La réforme de l'école en Italie
Un article du site it.blastingnews.com cité plus haut affirme qu'un lycée scientifique de Milan a retenu parmi ses critères le temps mis à corriger les copies. Évalué par les élèves, donc. J'ai vérifié, et j'ai effectivement retrouvé sur le site du lycée Vittorini le document officiel concerné, daté d'il y a 15 jours. On y trouve la grille d'évaluation, dont la première partie est consacrée à un « pacte de coresponsabilité ». Parmi les défis à relever par l'enseignant pour gagner des points et donc prétendre à la prime :
a1. l'enseignant donne les résultats des évaluations orales le jour même
a2. l'enseignant évalue les épreuves écrites dans un délai de trois semaines
a3. l'enseignant met moins de trois semaines à corriger les épreuves écrites
a4. l'enseignant fait appel à toute la palette des notes de 1 à 10
a5. l'enseignant évalue rapidement, avant le délai de trois semaines, les épreuves écrites de fin de semestre

etc.
(Le délai de trois semaines s'explique, je suppose, par la longueur et la densité des copies à ce niveau de la scolarité, en lycée scientifique).
On demande aux lycéens de remplir un questionnaire et d'indiquer les délais de correction de leurs professeurs. Oui, oui.
La deuxième partie de la grille est consacrée aux choix didactiques de l'enseignant : c'est une fiche d'auto-évaluation dont le proviseur peut vérifier l'honnêteté.
Je m'arrête là pour l'instant. J'aimerais me pencher sur d'autres cas comme celui-ci dans les semaines à venir.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
04 Mai 2016 22:04 #16364 par Beniamino Massimo
Réponse de Beniamino Massimo sur le sujet La réforme de l'école en Italie
Rappelons le cadre fixé par la réforme pour le choix des critères d'évaluation des professeurs. Les comités piochent dans trois domaines différents :
- la qualité de l'enseignement et la participation au fonctionnement toujours plus efficace de l'établissement ;
- les résultats obtenus par un enseignant ou un groupe d'enseignants dans le développement des compétences des élèves et de l'innovation didactique et méthodologique ; la contribution à la recherche dans le domaine de la didactique, à la constitution de banques de documents et à la diffusion des bonnes pratiques didactiques ;
- l'investissement dans la coordination organisationnelle et didactique et dans la formation du personnel.
Dans l'ensemble, les syndicats n'ont pas réellement protesté contre le principe de la « valorisation du mérite » en lui-même. Par exemple, la Cgil, le plus vieux syndicat d'Italie, s'en prend avant tout à la figure du chef d'établissement, qui se voit investi d'un pouvoir dans le domaine salarial et dans le domaine didactique, lui qui est censé s'occuper avant tout de gestion administrative. La Cgil et d'autres disent encore que la prime au mérite introduit de graves éléments de division au sein du corps enseignant et contourne les négociations habituelles entre les différents partenaires (entre représentants syndicaux et direction, par exemple).
À suivre.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
04 Mai 2016 23:11 - 04 Mai 2016 23:12 #16368 par Loys
Réponse de Loys sur le sujet La réforme de l'école en Italie
Oui, c'est évidemment le point le plus consternant : le travail en équipe tant promu d'une part et la mise en concurrence des membres de cette équipe d'autre part...
Notez que c'est ce qui commence à se passer avec les IMP dans nos lycées français.

Dans un lycée hôtelier de Naples, on a pensé à donner des points aux professeurs qui se montrent « enthousiastes » dans leurs cours — et à en retirer à ceux qui sont trop souvent absents, naturellement.

J'ai hâte de savoir comment s'évalue l'enthousiasme. Il faudra aussi évaluer celui des élèves.
Un doute me saisit néanmoins : ne peut-on être enthousiaste et parfaitement incompétent ?

La Repubblica donne comme exemple un établissement de Florence où des points seront attribués, entre autres, à ceux qui accompagnent des élèves à une exposition le week-end, qui se chargent du compte-rendu des réunions ou qui s'investissent dans le domaine du numérique. Ailleurs, on trouve cités, pêle-mêle, des critères du type « participation à des projets internationaux », « prix remportés par les élèves dans les projets inter-établissements », « utilisation du TNI », « sortie théâtre le dimanche », etc.

L'idée de "mérite" enseignant s'écroule ici...

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
05 Mai 2016 13:51 - 05 Mai 2016 18:17 #16370 par Beniamino Massimo
Réponse de Beniamino Massimo sur le sujet La réforme de l'école en Italie
Ah, oui, le mérite. Le cadre défini par la loi 107 est tellement large que certains comités tentent d'y faire rentrer tout et n'importe quoi. Les mots employés au paragraphe 129 sont vagues. Rien que la première rubrique peut laisser songeur : qualità dell'insegnamento e contributo al miglioramento dell'istituzione scolastica (littéralement, on parle de « contribution à l'amélioration de l'établissement scolaire » : tentant, dès lors, de glisser l'entretien des parterres de fleurs parmi les critères).
Je ne résiste pas à l'envie de citer le président de l'INDIRE, un institut de recherche et d'innovation dans le domaine éducatif. Dans l'article de La Repubblica susmentionné, Giovanni Biondi affirme qu'il faut absolument « valoriser le travail des professeurs qui réussissent à enseigner de manière innovante, en transmettant le virus à leurs collègues et en éveillant l'intérêt des élèves ». Et il ajoute : « c'est quelque chose de nouveau pour nous, mais en France et au Royaume-Uni le système est déjà bien rodé. À la différence près que dans ces pays, on envoie un inspecteur extérieur à l'école pour assister à un cours et évaluer l'enseignant. Alors que chez nous, de façon beaucoup plus transparente, on a confié l'évaluation à l'ensemble de la communauté éducative ». Je sens qu'il y aurait des choses à dire sur ce point.
P.S. : merci d'avoir ouvert vous-même ce fil.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
06 Mai 2016 14:13 - 06 Mai 2016 18:13 #16385 par Beniamino Massimo
Réponse de Beniamino Massimo sur le sujet La réforme de l'école en Italie
Autre aspect très contesté de la réforme, le choix des nouveaux enseignants par les chefs d'établissement. J'écris « choix » et non « recrutement » car, officiellement, c'est toujours l'État qui recrute via un concours (dont les deux dernières sessions se sont tenues en 2012 et en... 1999).
Les enseignants débutants seront affectés dans un premier temps non plus à un poste en établissement mais à une zone géographique (en théorie de taille inférieure à une province). Au sein de cette zone géographique, ils postulent dans les établissements qu'ils souhaitent ; les CdE reçoivent les CV et sélectionnent les profils « en adéquation » avec le « plan triennal d'offre de formation » (POTF) de l'établissement ; des entretiens avec les candidats peuvent être menés. Ceux qui sont recrutés le sont donc pour trois ans, renouvelables tant que le profil de l'enseignant est compatible avec le POTF. À charge pour l'équivalent des rectorats d'affecter les candidats qui n'ont pas trouvé de plan triennal à la mesure de leurs compétences. :doc:
On pourrait déjà discuter de cette révolution sur des pages et des pages. Je me contente pour l'instant de livrer les faits sans trop les commenter. Un point toutefois me paraît mériter sans détour une réaction, quels que soient les éventuels bienfaits de la réforme Buona Scuola. Au nom de la transparence, on demande aux établissements, de la maternelle au lycée, de publier en ligne les CV des enseignants nouvellement recrutés. Les critères de sélection, les responsabilités confiées, le profil des enseignants : tout doit être public pour éviter les abus. Le format sera probablement celui du CV européen : expériences, « compétences » (professionnelles, communicationnelles, informatiques...), diplômes, éventuelles publications et participations à des colloques, etc. Cela ressemble tout de même furieusement au défunt projet de la berlusconienne Mariastella Gelmini, inoubliable ministre de l'Instruction de 2008 à 2011, de créer un registre en ligne où auraient figuré en outre la date et le lieu de naissance de tous les enseignants. La réponse fut un boycott massif.
Invoquer l'innovation et la transparence, voilà qui permet de faire avaler bien des couleuvres, tout de même.
Lire notamment :
http://www.orizzontescuola.it/news/chiamata-docenti-cosa-dovr-scrivere-candidato-nel-curriculum-presentare-ai-presidi
http://www.rainews.it/dl/rainews/articoli/Ddl-La-Buona-Scuola-Ok-a-super-preside-ecco-come-sara-9fb9c3f9-b890-4d72-bebd-e624098b408a.html?refresh_ce
http://www.leparoleelecose.it/?p=19112

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
09 Mai 2016 18:20 - 16 Mai 2016 18:48 #16427 par Beniamino Massimo
Réponse de Beniamino Massimo sur le sujet La réforme de l'école en Italie
Une grève des enseignants et des autres personnels de l'éducation est prévue pour le 20 mai en Italie. Curieusement, la réforme Buona Scuola (la loi 107) est loin d'être au centre des revendications : elle est éclipsée par le problème des travailleurs « précaires », des renouvellements de contrat, de la bureaucratisation des procédures. Les syndicats se contentent de demander des « critères transparents et objectifs » définis collectivement pour le recrutement des nouveaux enseignants et pour l'attribution des primes.
L'opposition semble nettement moins radicale qu'il y a quelques mois, quand des représentants syndicaux et le Mouvement 5 étoiles de l'ex-comique Beppe Grillo promettaient d'engager un « Vietnam judiciaire » contre la réforme de l'école. C'est que les syndicats, aujourd'hui, ne sont pas d'accord sur la méthode à adopter. La Cgil demande un référendum pour abroger les mesures les plus contestées de la réforme, la Cisl préfèrerait que la majorité revienne d'elle-même sur certaines décisions, la Uil est entre les deux.
http://www.tecnicadellascuola.it/item/20468-sindacati-legge-107-rimediare-gli-aspetti-piu-dannosi.html

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
11 Mai 2016 18:58 #16440 par Beniamino Massimo
Réponse de Beniamino Massimo sur le sujet La réforme de l'école en Italie
Alors que beaucoup d'établissements cherchent encore leurs critères pour l'attribution des primes aux enseignants, un groupe scolaire de Polistena, en Calabre, a fini le travail le 14 avril. Le comité a produit une grille très détaillée. Avec des critères très précis, des sous-catégories, sept colonnes, du grand art. Du concret, attention.
En quelques mots, car le temps manque, comme toujours, voici les critères les plus ahurissants. Des points sont attribués ou retirés en fonction :
- du nombre de jours d'absence, y compris pour raisons de santé
- du nombre d'heures de formation ou de mise à niveau effectuées (25 points pour plus de 50 heures dans l'année, -5 points pour 0 heure !)
- de la clarté des explications données aux élèves
- de l'utilisation de schémas et/ou de cartes
- de l'utilisation du multimédia
[Ces 3 critères sont évalués grâce à un questionnaire rempli par les élèves et les parents, et par l'observation directe du cours par le CdE]
- de la progression des résultats des élèves
Et la cerise sur le gâteau :
- d'éventuels rapports conflictuels avec le CdE (-5), d'autres enseignants (-5), des élèves (-5), des parents (-5), d'autres acteurs locaux (-5)
- du refus d'assumer des responsabilités à la demande du CdE (référent sécurité, tuteur stagiaire, référent numérique, etc.).
On ne sait pas par où commencer tellement cette grille accumule les aberrations. Elle n'est heureusement pas passée inaperçue, et le parti M5S de Beppe Grillo a déjà interpellé la ministre Giannini à ce sujet. On attend la réponse au parlement.
On en parle ici :
http://www.tecnicadellascuola.it/item/20547-sei-in-conflitto-con-il-d-s-o-con-l-039-assessore-niente-bonus.html
http://www.tecnicadellascuola.it/item/20605-finira-in-parlamento-il-caso-del-comitato-di-valutazione-di-polistena.html
http://www.repubblica.it/scuola/2016/05/11/news/buona_scuola_premi_bonus_prof_reggio_calabria-139579497/
L'objet de la discorde dans le texte : http://www.icfjerace.it/media/uploads/attachments/14611575353836.pdf

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
13 Mai 2016 16:34 - 13 Mai 2016 16:34 #16458 par Loys
Réponse de Loys sur le sujet La réforme de l'école en Italie
:shock:

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
14 Mai 2016 11:32 - 14 Mai 2016 11:34 #16463 par Beniamino Massimo
Réponse de Beniamino Massimo sur le sujet La réforme de l'école en Italie
Innovant, n'est-ce pas ?
Encore un groupe scolaire qui ne fait pas dans la dentelle : http://www.icgiovannipaolosecondosalerno.gov.it/ICTORRIONEALTO/03_Valorizzazione_del_merito.pdf
Parmi les critères:
- l'utilisation des TICE ;
- les « relations positives » avec les élèves (?), avec les parents, avec le chef d'établissement et avec les intervenants extérieurs ;
- les notes des élèves, y compris celles des anciens élèves de l'enseignant dans leur nouvel environnement (!)
Voilà, voilà. C'est à Salerne, à une soixantaine de kilomètres de Naples.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
14 Mai 2016 11:54 #16465 par Loys
Réponse de Loys sur le sujet La réforme de l'école en Italie
J'utilise les TICE donc j'enseigne bien : le numérisme frappe partout...
Si les élèves notent les professeurs, la démagogie pédagogique est en route.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
14 Mai 2016 13:54 - 14 Mai 2016 13:55 #16467 par Beniamino Massimo
Réponse de Beniamino Massimo sur le sujet La réforme de l'école en Italie

Loys dit: J'utilise les TICE donc j'enseigne bien : le numérisme frappe partout...

Rassurez-vous, l'établissement de Salerne dit plus précisément « utilisation efficace des TICE ». :doc:
Le pire est que ce critère paraît presque inoffensif à côté de certains autres. Les plus effarants sont vraiment ceux qui concernent les rapports entre les enseignants et les autres acteurs de la communauté éducative et ceux pour lesquels on demande leur avis aux élèves. La « clarté des explications » données en classe, sérieusement ? Les « bonnes relations » avec les enfants ? Faut-il être grand clerc pour entrevoir les problèmes que tout cela peut entraîner ?

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
14 Mai 2016 14:40 #16469 par Loys
Réponse de Loys sur le sujet La réforme de l'école en Italie
Effectivement. Pour le reste la précaution oratoire ne change pas grand chose puisque c'est supposer qu'enseigner sans numérique n'est pas efficace...

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
16 Mai 2016 15:32 - 21 Mai 2016 14:13 #16471 par Beniamino Massimo
Réponse de Beniamino Massimo sur le sujet La réforme de l'école en Italie
J'ai évoqué le groupe scolaire Jean-Paul II de Salerne car c'est lui qui était cité dans un article, mais je vois que la même grille a été adoptée, sous une forme identique ou très similaire, par bien d'autres établissements. Au collège Ettore Pais d'Olbia, en Sardaigne, le comité a eu l'idée d'ajouter une rubrique « atmosphère dans la classe », dont l'un des critères serait « l'organisation de l'espace physique ». L'expression « îlots bonifiés », dès lors, pourrait prendre tout son sens.
La grille en question : www.scuolamediaettorepais.it/wp-content/...-L.-107-2015.pdf.pdf

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
21 Mai 2016 14:15 #16494 par Beniamino Massimo
Réponse de Beniamino Massimo sur le sujet La réforme de l'école en Italie
Padoue, lycée Duca d'Aosta : pour faciliter l'attribution des primes au mérite, le comité d'évaluation propose des questionnaires anonymes sur le travail des enseignants aux élèves de terminale, à leurs parents et aux enseignants eux-mêmes (auto-évaluation).
Chivasso, près de Turin, lycée Isaac Newton : là-bas aussi, parmi d'autres critères d'évaluation, on sonde les élèves pour se faire une idée du mérite des enseignants. Vingt critères qui attendent une note de 1 (pas du tout d'accord) à 6 (tout à fait d'accord), du type « le professeur réussit à impliquer les élèves et à rendre la matière intéressante », « le professeur organise des sorties scolaires » ou encore « le professeur réussit à présenter son cours de manière claire ». Seule la proviseure aura accès aux réponses ; elles lui seront utiles lorsqu'elle recevra les enseignants individuellement dans son bureau pour faire le point. D'après elle, « à l'étranger, c'est la norme ». En outre, le comité d'évaluation, dont font partie des enseignants, aurait adopté ces critères « sans la moindre polémique ».
Pour plus de détails :
http://www.repubblica.it/scuola/2016/05/19/news/scuola_le_primarie_dei_prof_il_bonus_sulla_base_dei_voti_dati_dagli_studenti_e_polemica-140123672/
http://torino.repubblica.it/cronaca/2016/05/18/news/premio_ai_prof_per_la_buona_scuola_decidono_gli_studenti-140025990/

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
23 Mai 2016 19:40 - 23 Mai 2016 23:59 #16512 par Beniamino Massimo
Réponse de Beniamino Massimo sur le sujet La réforme de l'école en Italie
Petit retour en arrière avec cet article de la publication en ligne Tecnica della scuola.
Le Président du Conseil Matteo Renzi rappelait en 2015 que son gouvernement s'apprêtait à débloquer plus de fonds pour l'école que ses prédécesseurs et à recruter près de 100 000 nouveaux personnels (un peu moins, disent maintenant les syndicats). Mais ces créations de poste ne valaient, d'après lui, que si l'on acceptait la réforme « Buona Scuola » dans son ensemble. En 2014, Renzi avait aussi promis de visiter une école par semaine. Il paraîtrait qu'on ne le voit plus trop sur le terrain cette année.
Pour mémoire, Matteo Renzi, c'est le chef de gouvernement qui est venu expliquer sa réforme de l'enseignement au tableau noir et en bras de chemise devant une caméra :

C'était il y a un peu plus d'un an.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
24 Mai 2016 19:18 #16519 par Beniamino Massimo
Réponse de Beniamino Massimo sur le sujet La réforme de l'école en Italie
Un point que je n'avais pas relevé dans l'article de La Repubblica du 19 mai cité plus haut.
Aux lycées Copernic et Righi de Bologne, on donne aussi un questionnaire anonyme aux grands élèves. Parmi les points qu'ils évaluent, il y a « l'enseignant corrige bien et rapidement ». À la limite, on pourrait se dire que le délai de correction est un critère objectif et facilement mesurable, si on oublie l'espace d'un instant les dangers de l'évaluation des professeurs par les élèves ; mais demander à une classe si ses enseignants corrigent « bien », il fallait oser. Le monde à l'envers.
Par ailleurs, à propos des critères de valorisation du mérite enseignant à Salerne, j'attends toujours de savoir comment vont être pris en compte les « résultats des anciens élèves » de l'enseignant dans la suite de leur scolarité, « y compris après obtention du diplôme ». Concrètement, va-t-on tenir compte des résultats de terminale du petit Marco devenu grand pour évaluer le mérite de son ancienne prof d'EPS de 4e ? Tout cela laisse rêveur.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Temps de génération de la page : 0.287 secondes
Propulsé par Kunena