Le continuum lycée-supérieur

Plus d'informations
24 Jan 2015 18:37 #12995 par Loys

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
09 Fév 2015 14:04 #13160 par Loys

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
09 Mai 2015 17:13 #13915 par Loys

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
11 Juil 2015 00:39 - 11 Juil 2015 16:07 #14303 par Loys

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
11 Juil 2015 00:43 - 11 Juil 2015 00:46 #14304 par Loys
Réponse de Loys sur le sujet Le continuum lycée-supérieur
L'accompagnement personnalisé va débarquer dans les amphis ! :cheers:

Selon Émeric Bréhier, "l'enseignement supérieur doit s'adapter aux étudiants tels qu'ils sont et non pas tels qu'il rêve qu'ils soient".

On ne parlera évidemment pas des étudiants tels qu'ils devraient être si le système fonctionnait. :rirej

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
14 Juil 2015 18:40 - 14 Juil 2015 18:41 #14322 par Loys

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
23 Sep 2015 10:49 - 20 Oct 2015 09:43 #14750 par Loys
Réponse de Loys sur le sujet Le continuum lycée-supérieur

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
11 Oct 2015 17:17 #14883 par Loys

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
12 Oct 2015 01:01 #14890 par JCP
Réponse de JCP sur le sujet Le continuum lycée-supérieur
Entre le collège qui ne devrait plus être un mini-lycée, et le lycée qui devrait être une mini-université, on attrape le tournis, et on en perd le lycée... :devil:

Mehr Licht !

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
12 Oct 2015 11:43 #14893 par archeboc
Réponse de archeboc sur le sujet Le continuum lycée-supérieur

Loys dit: Dans "EducPros" du 10/10/15 : "Philippe Tournier : “Le lycée n'est pas organisé pour garantir la réussite des élèves dans le supérieur"

Les hôpitaux ne sont pas organisés pour garantir la guérison, ni la sécurité routière n'est organisée pour garantir la tenue de route.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
16 Oct 2015 21:26 #14929 par Loys
Réponse de Loys sur le sujet Le continuum lycée-supérieur
De Claudio Galderisi, professeur de langues et littératures de la France médiévale, dans "The Conversation" du 9/10/15 : "Pour une revalorisation urgente des diplômes universitaires"


Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
20 Oct 2015 09:34 - 20 Oct 2015 09:39 #14958 par Loys
Réponse de Loys sur le sujet Le continuum lycée-supérieur
Dans "EducPros" du 18/10/15 : "Echos d’une conférence d’Educpros sur le continuum lycée- Ens Sup" par Bernard Desclaux.


Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
20 Oct 2015 14:26 #14968 par archeboc
Réponse de archeboc sur le sujet Le continuum lycée-supérieur
Il y a quelque chose de grinçant à voir enfourcher le dada du rapprochement bac-3/bac+3 par un homme qui a bloqué tant d'enseignants demandant un détachement temporaire du secondaire vers le supérieur.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
19 Nov 2015 13:02 #15262 par Loys

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
04 Déc 2015 19:53 #15361 par Loys

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
09 Déc 2015 21:34 - 09 Déc 2015 21:35 #15406 par Loys
Réponse de Loys sur le sujet Le continuum lycée-supérieur

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
14 Déc 2015 00:21 #15441 par Hervé
Réponse de Hervé sur le sujet Le continuum lycée-supérieur
Petit retour d'expérience personnelle.
J'ai donné pendant plusieurs années des cours et des TD d'histoire, en 1re année et en licence, dans une université.
- le niveau général était mauvais. Les moyennes dépassaient rarement le 6. Les notes étaient effectivement dures mais elles sanctionnaient des copies qui montraient que l'étudiant s'était sans doute mal orienté et il fallait donc le leur faire comprendre.
- la cause de ce niveau était effectivement l'absence de bases, moins en histoire que dans la maîtrise du français, beaucoup d'étudiants ne parvenant pas à saisir et exprimer des idées nuancées et ne disposant pas d'un vocabulaire suffisamment riche.
- l'origine de ces problèmes, pour une minorité non négligeable, venait d'une mauvaise orientation : bacheliers pros et technologiques se retrouvaient, alors qu'ils avaient passé le bac soit à l'oral soit avec des écrits light devant un texte en vieux français de 2 pages à commenter sans question. Autant traverser l'atlantique à la nage sans savoir nager. Parfois ces étudiants travaillaient avec acharnement mais le fossé à combler était trop grand.
-globalement le niveau de base, mesuré succinctement à l'aide des mentions obtenues au bac, quelle qu'ait été la série, n'était pas très bon : peu d'étudiants en avaient obtenues une et on ne dépassait jamais la mention bien, déjà rare.
-nombre d'étudiants ne travaillaient pas suffisamment. En TD le travail consistait en des exposés réalisés par des groupes de 2 élèves sur des documents; pour profiter de l'explication les élèves non interrogés devaient au pire lire le document, au mieux le préparer en lisant ce que disait un manuel de base sur le sujet. En réalité, la majorité des étudiants ne faisaient ni l'un ni l'autre. De la même façon, très peu lisaient des livres - même des manuels chaudement recommandés - pour compléter le cours.
-les dispositifs pédagogiques d'aide n'étaient pas utilisés. Je me souviens d'un étudiant en master venu dans un de mes TD annoncer qu'il lui restait de la place dans les groupes de tutorat qui étaient mis en place et ne parvenant pas à convaincre le moindre élève de mon groupe de s'inscrire.
-Bien entendu il y avait aussi des étudiants sérieux et travailleurs, et même quelques uns de très bon niveau. Et la différence était très nette en licence (L3) où se retrouvaient des étudiants globalement de niveau correct, bien plus motivés et sérieux dans leur travail.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
14 Déc 2015 02:31 #15446 par JCP
Réponse de JCP sur le sujet Le continuum lycée-supérieur

Loys dit: Dans le "Café" du 9/12/15 : "Bacs pros : Le ministère appliquera les quotas"
La mesure la plus importante est annoncée par N Vallaud-Belkacem. "Il faut faire en sorte que la loi de 2013 donnant la priorité aux bacheliers professionnels et technologiques dans l'accès aux STS et IUT soit appliquée. Des consignes claires sont données aux recteurs pour que des quotas soient fixés".
"Une pédagogie spécifique" est promise par le ministère. Interrogée, la ministre nous explique qu'il s'agit de "renforcer la période de stage en entreprise" et "d'avoir un accompagnement plus personnalisé des élèves", deux formules qui restent bien vagues. Les bacheliers professionnels pourront faire une année de détermination en université sous statut étudiant. Cette meilleure connaissance de l'université pourrait déboucher sur des ECTS et les guidera dans leur choix. Elle promet aussi du tutorat. Deux mesures qui ne seront pas réservés aux bacs pros.

Au cours de leurs 3 ans de BAC PRO, les élèves ont 22 semaines de stages obligatoires en entreprises, généralement réparties sur 5 périodes, et si possible dans des entreprises différentes. "Renforcer la période de stage en entreprise" en STS ou DUT, on se demande bien pourquoi : le problème n'est pas là. Les élèves de BAC PRO ont une meilleure connaissance de l'entreprise que les élèves de Bac technologique ou général. Quelle drôle d'idée !
Quant à "avoir un accompagnement plus personnalisé des élèves", c'est une excellente idée. Encore faudrait-il dire en quoi ça consiste et avec quels moyens ?

Mehr Licht !

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
16 Déc 2015 17:58 #15472 par Loys

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
16 Déc 2015 18:12 - 16 Déc 2015 18:14 #15473 par Loys
Réponse de Loys sur le sujet Le continuum lycée-supérieur

Le thème de la cohérence « lycée-licence » renvoie à deux idées principales. La première est que, du fait de la prolongation des parcours de formation, le système éducatif tend à se réorganiser, comme dans de nombreux pays étrangers. A la distinction ancienne primaire/secondaire/supérieur succède une nouvelle logique : scolarité obligatoire et socle commun/bac - 3, bac + 3/master-doctorat.

Et s'il y a une "nouvelle logique", c'est que c'est mieux ! :santa:

La deuxième idée est que cette restructuration permet de repenser les contenus de formation et de construire des progressions du lycée à la licence, le baccalauréat cessant d’être un diplôme terminal.

Il ne l'a jamais été... :santa:

Quels progrès ont-ils déjà été réalisés pour réduire la « fracture » entre le lycée et l’enseignement supérieur ? Et ne sont-ils pas trop lents pour éviter que l’écart ne continue à se creuser entre ces deux univers ?

Comment ces écarts se creuseraient-ils avec le succès de plus en plus éclatant du bac (proportion d'une génération, taux de réussite, mentions) ? :santa:

On a beaucoup travaillé ces dernières années sur l’orientation : c’est nécessaire mais non suffisant. Il faut repenser les parcours de formation eux-mêmes, qui ne sont plus cohérents. Par exemple, trop d’élèves qui suivent des études scientifiques au lycée ne continuent pas dans cette voie après le bac : c’est l’un des aspects de la réflexion engagée par l’Académie des sciences.

Parce que seule la voie scientifique est reconnue ?

Et pourquoi le lycée distingue-t-il une série littéraire, très affaiblie, et une série économique et sociale, là où le supérieur considère globalement des « sciences humaines et sociales » ou des « humanités » ? Alors que le supérieur cherche à décloisonner les premières années, le secondaire continue à trop spécialiser.

C'est tellement "spécialisé" que nombre d'épreuves sont communes...
Mais au fait, si on ne se spécialise plus dans "les premières années" du supérieur, quand le fait-on ? :santa:

Il faut aussi rapprocher les cultures professionnelles du secondaire et du supérieur : les ESPÉ ont un rôle important à jouer, et l’agrégation pourrait ouvrir des postes d’enseignement à cheval sur les deux niveaux.

Comprendre : le niveau du bac -3 n'étant pas atteint, il faut poursuivre au bac+3. Même logique avec les cycles primaire-collège.

Vous préconisez une « remise à plat » des parcours au lycée, qui reviendrait notamment à dissoudre les actuelles séries générales, S, ES et L, dans une nouvelle configuration. Par quel miracle une telle entreprise éviterait une déferlante contestataire ?
Rien n’est gagné d’avance, mais deux éléments incitent à la confiance. D’abord, il ne s’agit pas d’une énième réforme administrative, mais d’un mouvement de fond de la société, comparable à ceux qui ont accompagné les massifications des années soixante puis quatre-vingt, et qui ne concerne pas seulement la France mais tous les pays développés, soucieux de renforcer leurs universités.

L'argument de la comparaison internationale est consternant (comme si un seul système uniforme régnait en dehors de la France) et commence à devenir lassant : c'est parce que les autres le font que nous devons le faire.
L'Allemagne ne pratique pas le collège unique : faut-il y renoncer en France ?
Par ailleurs on voit mal en quoi la massification du lycée aurait été un "mouvement de fond de la société" : c'est une volonté politique. Tout comme la massification du supérieur.

Ensuite, le mouvement de réorganisation des enseignements est déjà amorcé dans l’enseignement supérieur, et il faudra bien en tirer des conséquences pour les lycées.

Répétition de l'argument tautologique. C'est parce qu'on a réformé B qu'il faut réformer A. Aucun argument rationnel n'est donné à A ou B.

La légitimité de l’accès des « bacs pro » à l’enseignement supérieur continue d’être plus ou moins ouvertement contestée...
Le débat remonte à la création des bac pro, en 1985. On ne peut revenir sur le choix de faire du bac pro un vrai baccalauréat, donnant donc accès au supérieur.

Non : le choix était de faire illusion dans l'objectif de la démocratisation du bac (objectif atteint...) : le bac pro n'avait certainement pas la vocation de permettre des études supérieures, sauf exception.

Mais il faut veiller à ce que cette poursuite d’études se fasse vers des formations professionnalisantes, qui se développent dans le supérieur et auxquelles les bacheliers professionnels sont bien préparés. Or on sait que malgré les efforts ils sont trop souvent accueillis par défaut dans des formations générales, avec de très faibles chances de succès.

Il faudrait savoir : ce n'est pas un "un vrai baccalauréat" ? :devil:

D’autre part on ne fait pas assez attention au fait que le problème se pose très en amont, dès la sortie du collège et la fin de seconde. On y oriente trop d’élèves vers les formations technologiques et professionnelles, qui représentent désormais plus de la moitié des bacheliers, aux dépens des formations générales qui sont la voie logique de préparation à l’enseignement supérieur.

Ou comment se contredire... :roll:

Au lieu de laisser les formations professionnelles devenir une «  propédeutique  » à des poursuites d’études, ce qui n’est pas leur mission première, il est urgent de repenser la place, l’organisation et l’attractivité des formations générales des lycées : la logique « bac - 3, bac + 3 » trouve là tout son sens.

Ce sens m'échappe. :scratch:

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
16 Déc 2015 21:45 #15479 par archeboc
Réponse de archeboc sur le sujet Le continuum lycée-supérieur

Par ailleurs on voit mal en quoi la massification du lycée aurait été un "mouvement de fond de la société" : c'est une volonté politique. Tout comme la massification du supérieur.

Loys, sur ce point, c'est une affirmation des historiens de l'éducation (Prost, Delahaye) que le mouvement de massification lancé par les politiques a trouvé un écho social très fort, qui a dépassé toutes les attentes. Je n'ai jamais vu cette affirmation débunké où que ce soit (mais je n'ai pas beaucoup cherché).

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
04 Fév 2016 00:00 - 04 Fév 2016 00:07 #15822 par Loys
Réponse de Loys sur le sujet Le continuum lycée-supérieur

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
03 Mar 2016 21:32 #16033 par Loys

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
24 Mai 2016 00:02 - 24 Mai 2016 00:03 #16515 par Loys
Réponse de Loys sur le sujet Le continuum lycée-supérieur
Pour Frédéric Sève dans le "Café" du 23/05/16 : "Frédéric Sève (Sgen Cfdt) : Gardons confiance dans le service public d'éducation"

Vous mettez l'accent sur le lycée et demandez un lycée "modulaire". C'est à dire ?
Pour nous modulaire veut dire casser les filières. C'est une revendication ancienne. On se dit que plutôt que de donner la priorité à une réforme architecturale du lycée, essayons de modulariser le bac en donnant des marges de manoeuvre au lycée. L'idée c'est de passer un bac qui ne soit pas déterminé par une filière mais qui soit le point de passage d'un parcours d'orientation. L'élève a un projet vers le supérieur et on construit un bac en fonction de cela pour qu'il acquiére les compétences et la culture liées à ce projet. Le bac ne doit plus être une barrière mais un passage.
C'est le bac à l'anglo saxonne, choisi par le jeune ?
Il y aura beaucoup de choses à déterminer sur le parcours ou la forme de l'examen. Mais la stratégie c'est de transformer le bac pour changer le lycée.
Dans le système actuel on a des filières qui sont plus hiérarchisées que différenciées. Il y a presque toutes les disciplines dans tous les bacs. C'est quelque chose que vous voulez remettre en question ?
Pas nécessairement. On est favorable à un tronc commun. Mais plusieurs disciplines peuvent contribuer à un bloc de compétences. Ce qu'il faut travailler c'est l'articulation entre disciplines, compétences et cursus. Ce qui nous gêne dans les filières c'est qu'elles pré supposent un profil d'élèves. Or les élèves ne correspondant jamais aux profils imaginés. C'est aussi une façon de dire que la frontière lycée supérieur n'a plus grand sens. La diversification des parcours a lieu en fin de collège. Il faut que le bac redevienne un objet partagé entre le lycée et le supérieur.

C'est vrai que le bac actuel a tout d'une "barrière". :santa:

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
21 Jui 2016 14:04 - 21 Jui 2016 14:05 #16708 par Loys
Réponse de Loys sur le sujet Le continuum lycée-supérieur
Toujours le Sgen-CFDT : "BTS : Passer d'un process de sélection à un process d'orientation" (19/06/16)

Pour le Sgen-CFDT, le ministère doit ouvrir plus globalement le chantier du continuum bac-3 / bac +3. Passer d'un process de sélection à un process d'orientation doit être un objectif pour l'ensemble des lycéens : cela appelle une réflexion pour rendre le baccalauréat, et in fine le lycée, modulaire.
En effet, la mise en place systématique de lycées polyvalents dans lesquels les PLP pourront assurer une partie de leur service en STS, disposition prévue par les textes mais trop peu utilisée aujourd'hui, est une condition à la réussite de cette expérimentation.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
01 Sep 2016 15:01 #17029 par Loys
Réponse de Loys sur le sujet Le continuum lycée-supérieur
Dans l'Académie de Paris, deux directeurs académiques supervisent désormais le primaire et le collège d'une part, le lycée et le supérieur d'autre part.
www.ac-paris.fr/portail/jcms/piapp1_6628/direction

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
12 Jan 2017 16:38 - 12 Jan 2017 17:03 #18177 par Loys
Réponse de Loys sur le sujet Le continuum lycée-supérieur
Note d'analyse de "France Stratégie" du 10/01/17 : "2017/2027 - La transition lycée-enseignement supérieur - Actions critiques"
La note : www.strategie.gouv.fr/publications/20172...ur-actions-critiques
Le constat sur l'échec des bacheliers à l'université ne manque pas d'étonner : il fait l'impasse sur l'explosion parallèle des mentions au bac. C'est d'autant plus étrange qu'une forme de sélection est proposée, aveu de l'insuffisance du bac.
A partir de ce constat problématique, deux options sont proposées :
- créer des parcours intégrés secondaire-supérieur
- permettre aux élèves de construire leur parcours à la carte. Ce projet, conforme aux propositions du SE-Unsa et du Sgen-CFDT, remplacerait les filières par des "modules de formation, au terme desquels les compétences acquises par l’étudiant seraient clairement identifiées" et validées en contrôle continu (ce qui est contradictoire). Est recherchée une "spécialisation progressive".

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
17 Jan 2017 20:56 - 17 Jan 2017 20:56 #18208 par Loys

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
13 Fév 2017 18:41 #18398 par Loys

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
13 Mai 2017 11:25 #18914 par Loys
Réponse de Loys sur le sujet Le continuum lycée-supérieur
Yann Bisiou sur son blog du 13/05/17 : lesupenmaintenance.blogspot.fr/2017/05/m...ique-dun-rendez.html
Extrait :

Oui, en toute franchise, pour Emmanuel Macron et son équipe l’enseignement supérieur, c’est le lycée du 21ème siècle, avant qu’ils ne se sentent obligés de supprimer la phrase car elle pourrait vexer certains acteurs de l’ESR. Oui, afin d’éviter la confrontation, la consigne est, Ne pas dire: suppression du CNU. Dire: On autorise les universités qui le souhaitent à recruter et à promouvoir selon des procédures aux standards internationaux, sans passer par le CNU. Eh oui, débarrassé de la novlangue, un conseiller considère que la distinction ne devrait donc plus séparer écoles, instituts, grands établissements et universités mais universités sélectives et non sélectives, avant qu’il soit décidé par l’équipe d’avancer masqués en procédant par modifications successives afin d’empêcher la constitution d’une opposition structurée.
Mais on se prend à rêver, à être « disruptif » : et si, justement, on débattait de ces questions au lieu de les dissimuler maladroitement ? Après 10 ans de propagande où le mot « autonomie » signifie mise sous tutelle, « excellence » intérêt des copains et « ouverture sur la société civile » prise de contrôle des universités par les régions et les lobbys, personne n’est dupe de ces formules creuses alignées dans les programmes. L’effort devrait être partagé entre l’homme politique qui doit assumer de dire que pour lui l’enseignement supérieur est le lycée du 21ème siècle et nous, citoyens, universitaires, qui devons également accepter d’en débattre sans s’offusquer a priori. Un dialogue remplacerait le jeu de rôles et la politique retrouverait la sincérité qui lui manque. Même si la phrase a disparu, pour Emmanuel Macron l’université reste le lycée du 21ème siècle et son projet l’exprime, mais de façon hypocrite. Et s’il avait raison ? Si l’enseignement supérieur jouait aujourd’hui le rôle d’ascenseur social et d’accès à l’emploi que le lycée avait au 20ème siècle et qu’il a peut-être perdu avec les 80% d’une classe d’âge au baccalauréat ? C’est un vrai et passionnant débat que nous pourrions avoir.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Temps de génération de la page : 0.396 secondes
Propulsé par Kunena