La réforme des programmes et du socle

Plus d'informations
14 Fév 2015 16:30 #13207 par Loys
Réponse de Loys sur le sujet La réforme des programmes et du socle

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
18 Fév 2015 15:28 - 18 Fév 2015 15:59 #13242 par Loys
Réponse de Loys sur le sujet La réforme des programmes et du socle

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
04 Mar 2015 04:07 #13456 par JCP
Réponse de JCP sur le sujet La réforme des programmes et du socle

Frist dit: Le commentaire mis en avant par www.ceppecs.eu/?p=1416 reprend ce thème.

Deuxième point, cette obsession de l’ « innovation », considérée comme le critère ultime de la compétence professionnelle. Cette sidération méconnaît le fait que les fondamentaux de la pédagogie sont pourtant connus depuis l’antiquité (maïeutique, imitation, répétition, progressivité du simple vers le complexe, du général vers le particulier, de la théorie vers la pratique, de la règle vers son application, etc.) et que toutes les « innovations » en la matière que sont que la résurgence cyclique des mêmes vieilles lunes, qui ne consistent souvent qu’à inverser les termes de ces mêmes fondamentaux : étude de cas particulière précédant l’étude générale (qui oblige pourtant le prof à la « contextualiser » de manière redondante si l’on veut que les élèves en comprennent la portée ), exercices d’application pratiques donnés préalablement à l’enseignement de la règle théorique pour obliger l’élève à la retrouver tout seul dans la douleur, quand il y parvient… Bref, à mettre la charrue avant les bœufs, en espérant que ça marche. Ce qui peut être le cas pour une élite, mais qui désoriente et désespère souvent la masse, quand elle ne finit pas par prendre la partie pour le tout, où l’exception pour la règle. Ce qu’on présente comme une « innovation » contemporaine a en fait presque toujours été expérimenté dans le passé sans résultats nécessairement probants, comme la fameuse pédagogie par objectifs qui remonte aux années cinquante, voire encore plus loin, et qu’on nous ressort actuellement sous le vocable de « contrat de confiance ». Sans parler de la démagogie qui consiste à dire que l’élève est tout aussi compétent pour « construire son savoir » que l’enseignant, dont on finit par se demander à quoi il sert.

Texte très intéressant. En exergue, la pédagogie du "contrat de confiance", peut-on la qualifier de pédagogie DARTY ?
:lol:

Mehr Licht !

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
12 Mar 2015 18:13 #13581 par Loys
Réponse de Loys sur le sujet La réforme des programmes et du socle
Conseil supérieur de l'éducation du 12/03/15 :
Vote sur le Socle commun :
38 Pour : SE-Unsa, Sgen-CFDT, FCPE
7 Contre : CGT, Sud, Snalc
16 Abstentions : FSU

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
11 Avr 2015 00:39 - 11 Avr 2015 00:39 #13814 par Loys

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
18 Mai 2015 19:00 - 18 Mai 2015 19:09 #13952 par Loys
Réponse de Loys sur le sujet La réforme des programmes et du socle
Les projets de programme pour ‎les cycles 2, 3 et 4 ont été rendus publics par le CSP le 13 avril 2015 : www.education.gouv.fr/cid87938/projets-d...e-et-le-college.html
Les grilles horaires pour la mise en œuvre de ces programmes du 5/05/15 : eduscol.education.fr/cid87975/projets-de...-ces-programmes.html
La "consultation" des enseignants lancée le 11/05/15 : eduscol.education.fr/consultations-2014-2015/events/college/
* * *
De nombreux articles dans la presse, des émissions, des polémiques. Impossible de suivre l'actualité. Lien permanent : www.google.fr/search?q=programmes+csp&so...4/2015,sbd:1&tbm=nws

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
26 Mai 2015 23:24 #14003 par Spinoza1670
Réponse de Spinoza1670 sur le sujet La réforme des programmes et du socle
NOUVEAUX “ PROGRAMMES ” DE L'ÉCOLE PRIMAIRE 2015
NE PLUS APPRENDRE À LIRE, ÉCRIRE, COMPTER ET CALCULER.
PROSCRIRE TOUTE FORME DE PENSÉE COHÉRENTE.
slecc.fr/critiques_grip/2015-destruction...ementdufrancais2.pdf

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
06 Juil 2015 14:01 - 06 Juil 2015 14:06 #14263 par Loys
Réponse de Loys sur le sujet La réforme des programmes et du socle
Difficile de suivre l'actualité : la ministre s'est félicitée de l'enthousiasme des enseignants envers les nouveaux programmes lors de la consultation : eduscol.education.fr/consultations-2014-2015/events/college/

Najat Vallaud-Belkacem dit: Le rapport met en évidence un accueil globalement favorable des enseignants

www.najat-vallaud-belkacem.com/2015/07/0...-sur-les-programmes/
Bizarrement, ce n'est pas le sentiment que donne la lecture des résultats de la consultation ! :P
www.snalc.fr/national/article/1568/
www.cafepedagogique.net/lexpresso/Pages/...715047013772835.aspx
www.lemonde.fr/education/article/2015/07...4668958_1473685.html
Ajoutons qu'on attend toujours les programmes de langues anciennes.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
06 Juil 2015 14:09 #14264 par Loys

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
30 Aoû 2015 09:44 - 30 Aoû 2015 09:45 #14520 par Loys
Réponse de Loys sur le sujet La réforme des programmes et du socle
La rentrée va tanguer pour le CSP : "La polémique sur les programmes scolaires refait surface" dans le "Nouvel Obs" du 28/08/15.


Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
20 Sep 2015 00:45 - 20 Sep 2015 16:44 #14726 par Loys

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
20 Sep 2015 09:47 - 20 Sep 2015 12:09 #14734 par MD-VieModerne
Réponse de MD-VieModerne sur le sujet La réforme des programmes et du socle
Notre ministre promet une dictée journalière. Mais Luc Ferry en parlait déjà en 2002.
Cf. "De Ferry Jules à Ferry Luc" ou "De la dictée à l'addiction"
:papy: MD

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
03 Oct 2015 10:24 - 22 Fév 2018 10:32 #14798 par Loys
Réponse de Loys sur le sujet La réforme des programmes et du socle
Problème de lien.

Loys dit: Et un coup médiatique : la ministre évoque la "dictée quotidienne" à propos des programmes, ce qui ne manque pas de déchaîner les passions. Mais nulle part les programmes n'en font mention...

Le coup a parfaitement fonctionné puisqu'un sondage approuve massivement ce changement de programme... qui n'existe donc pas !

Et une journaliste éducation d'en tirer même une conclusion étonnante sur 'l'impressionnant soutien des Français aux réformes de Najat Vallaud-Belkacem" :

Fichier attaché :


Le sondage iFOP : www.ifop.com/media/poll/3146-1-study_file.pdf

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
03 Oct 2015 16:32 - 28 Avr 2018 18:35 #14799 par Loys
Réponse de Loys sur le sujet La réforme des programmes et du socle
Voilà qui méritait un petit article en forme de digression : "Une opinion bien dictée - Retour sur un coup médiatique".
Fichier attaché :

Edit du 7/10/15 :


Edit du 28/04/18 :
Trois ans après les Décodeurs se trompent encore : www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/201...5291706_4355770.html

1. La dictée quotidienne, une recommandation de longue date

La « dictée du jour » figure parmi les « consignes » du ministre aux enseignants. Elle figurait aussi au programme de sa prédécesseure Najat Vallaud-Belkacem, qui avait, elle aussi, réclamé le retour de la dictée quotidienne en 2015. Les programmes du CP à la troisième mis en place à l’époque mentionnent d’ailleurs bien des activités d’écriture « quotidiennes », qui peuvent être des dictées, sous différentes formes, mais pas seulement.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
05 Oct 2015 07:40 - 05 Oct 2015 15:17 #14822 par Loys
Réponse de Loys sur le sujet La réforme des programmes et du socle
Dans le "Café", Véronique soulé persiste et signe : "Najat Vallaud-Belkacem ou la communication radieuse" (5/10/15).


Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
08 Oct 2015 07:38 #14850 par Loys
Réponse de Loys sur le sujet La réforme des programmes et du socle
Dans "Du grain à moudre" sur "France Culture" : "Programmes scolaires: enfin prêts ?" (7/10/15)

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
09 Oct 2015 19:52 - 02 Nov 2015 15:46 #14861 par Loys

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
02 Nov 2015 15:44 #15112 par Loys
Réponse de Loys sur le sujet La réforme des programmes et du socle
Journée d'étude : "A quoi bon des programmes scolaires ?"
skhole.fr/questions-ouvertes-pour-l-ecol...programmes-scolaires

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
28 Nov 2015 15:47 #15320 par Loys

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
17 Jan 2017 21:05 - 17 Jan 2017 21:09 #18209 par Loys
Réponse de Loys sur le sujet La réforme des programmes et du socle
Dans "Libération" du 17/01/17 : "Le «mammouth» émissaire"

Najat Vallaud-Belkacem dit: Quand j’ai annoncé le rétablissement d’exercices quotidiens d’écriture, de dictées, beaucoup ont pensé qu’il s’agissait d’une annonce gratuite, précipitée et relevant de la pure com. C’est faux. Mon objectif ? Assumer pleinement la nécessité d’avoir davantage d’exercices réguliers et répétés. Point d’idéologie ou de communication ici : mais la volonté d’aider les élèves à mieux apprendre, tout simplement, et, peut-être, trop simplement.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
18 Avr 2017 21:17 #18744 par Loys

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
22 Avr 2017 12:15 - 22 Avr 2017 12:15 #18774 par Loys

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
22 Avr 2017 12:32 - 22 Avr 2017 15:44 #18775 par Loys
Réponse de Loys sur le sujet La réforme des programmes et du socle
Un entretien qui mérite bien quelques commentaires…

Michel Lussault : Remettre en question le socle commun c'est consentir à la mise à l'écart d'une partie des élèves

Le propos est donc comminatoire : remettre en cause le "progrès" des programmes et du socle du CSP ne peut être qu'une forme d'injustice. Comme le dit M. Lussault plus crûment sur Twitter, en toute indépendance bien sûr :

Vivement attaqué à gauche comme à droite, menacé de disparition par plusieurs candidats à l'élection présidentielle, le Conseil supérieur des programmes (CSP) sort de sa réserve.

Toujours en toute indépendance (cf supra). :doc:

D'abord notre fierté c'est d'être toujours là. Nous avons réussi à imposer notre présence et proposer des programmes audacieux et neufs.

"proposer"… ou imposer ? Les programmes ont été rejetés par le Conseil supérieur de l'éducation en 2015...

Notre première fierté c'est d'avoir réussi à prouver l'intérêt d'une structure comme la notre. Nous sommes quelque chose d'étrange : ni une agence , ni un service ministériel mais une entité placée auprès du ministre , jouissant donc d'une indépendance relative car liée aux commandes ministérielles. Par contre notre indépendance est réelle par rapport aux organes du ministère comme la Dgesco, l'Inspection générale, et aussi une certaine indépendance politique même si nous avons souvent réalisé des compromis qui nous semblaient nécessaires.

Drôle de façon d'être "indépendant", d'autant que la DGESCO ou l'Inspection générale sont placées sous l'autorité du ministre...

Pour la première fois nous avons essayé de s'affranchir de pesanteurs. D'abord les programmes ne sont pas écrits pour décrire ce que les enseignants doivent savoir et faire mais pour dire ce que les élèves doivent apprendre. C'est une rupture avec la tradition française où écrire les programmes revenait à dire ce que les enseignants devaient maitriser.

Euh non : les élèves. :shock:

Nous avons établi une révolution copernicienne dans les programmes en disant que ce qui compte c'est ce que l'élève maitrise.

Voilà qui est aussi présomptueux qu'absurde...
En réalité la "maîtrise" devient très relative : une "maîtrise fragile" n'accorde-t-elle pas la moitié des points dans le nouveau brevet ?

Cette maitrise ne peut pas être pensée seulement comme une connaissance disciplinaire. Une partie renvoie à d'autres types de savoirs et compétences qui sont des méthodes, des langages, des capacités à traiter l'information.

Car "méthodes" ne peuvent pas être disciplinaires ! :santa:
On a bien la confirmation que programmes et socle sont conçus contre les disciplines d'enseignement, dans la perspective d'un nouveau management libéral de l'Éducation nationale. Quitte à soutenir des rapprochements aussi grotesques que factices, comme les fameux "langages pour penser et communiquer" (pour quoi d'autre sinon ?) qui mettent sur un même plan le français (un simple "langage", donc) et les "langages mathématiques, scientifiques et informatiques" ou les "langages des arts et du corps".

Le socle par exemple va beaucoup plus loin dans la réflexion sur ce qu'est une culture commune. Il donne une importance considérable à l'apprendre à apprendre.

"apprendre à apprendre", le mantra du constructivisme (lui aussi bien utile pour le nouveau management libéral de l'école), comme si les élèves des générations précédentes n'avaient jamais été capables d'apprendre à la sortie de l'école...
Bel aveu en tout cas que le socle n'est pas vraiment "de connaissances et de culture". Et que les "compétences" sont en réalité détachées de tout cadre disciplinaire pour devenir très nébuleuses.

Nos élèves sont en difficulté dans leur capacité à apprendre. Préalablement à l'apprentissage de connaissances il faut les stabiliser dans leur capacité à apprendre.

Et pas l'inverse !

La deuxième audace c'est de penser en cycles de 3 ans. C'est insister sur l'importance du temps long des apprentissages.

C'est vrai qu'un cycle de trois ans… ou trois ans à la suite, ça change tout ! :santa:

Il est surprenant que certains syndicats ne comprennent pas l'intérêt de cycles de 4 fois 3 ans, 12 années continues où on peut réfléchir au temps long des apprentissages. C'est ce temps long de capitalisation qui permet à l'enfant de s'élever dans le savoir.

Car avant la scolarité s'arrêtait bien avant 14 ans ! :santa:
On voit bien comment les cycles, et notamment le cycle 3 à cheval entre le primaire et le collège, visent à créer une école fondamentale, toujours dans cette perspective de nouveau management libéral (avec rationalisation des moyens budgétaires dans la gestion des ressources humaines et dans la suppression du redoublement).

L'annuité est une entrave à une bonne compréhension des élèves. Quand je vois des candidats promettre de revenir à l'annualité des programmes c'est idiot et réactionnaire.

On ne saura pas pourquoi "l'annuité est une entrave à une bonne compréhension des élèves" : l'argumentation se limite à la critique virulente de toute contradiction ("idiot et réactionnaire").
On peut pourtant considérer comme "idiot" d'ajouter à la charge de travail des enseignants la répartition des enseignements dans un cycle, avec parfois l'impossibilité de le faire (pas de temps de concertation, changements permanents d'équipes notamment dans les établissements les plus défavorisés, impossibilité pratique de concertation primaire/collège) ou de mettre les élèves les 20% d'élèves qui changent de collège en situation d’iniquité dans les apprentissages (ce sont souvent des élèves en difficulté).

La troisième nouveauté des programmes c'est l'insistance que nous avons montré à la question de la connexion entre les enseignements. Nous avons insisté sur la complémentarité des enseignements et la nécessité de faire en sorte qu'ils soient articulés les uns aux autres.

On a pu observer l'hypocrisie de la promotion de l'interdisciplinarité dans la réforme du collège . :fur
En ajoutant que cette "connexion" (le plus souvent factice) justifie une grave atteinte à la liberté pédagogique, toujours utile dans cette perspective de nouveau management libéral de l'école.

Au moins vous ne pensez pas comme certaines gazettes que l'on brade le niveau !

"maîtrise fragile" (sic) = maîtrise suffisante. :santa:

On constate que l'organisation du système scolaire et la formation des enseignants ne sont pas tout à fait en correspondance avec nos innovations programmatiques. On regrette donc de ne pas être associés à la rédaction des ressources pédagogiques des enseignants. On aimerait l'être également à la formation des enseignants, le grand chantier de demain. Il faut préparer les enseignants au travail en commun. Sinon ces programmes seront détournés.

Doux euphémisme pour décrire le processus de précarisation subjective mis en place. Et Michel Lussault anticipe déjà un éventuel échec des programmes : la responsabilité aux enseignants et à leur manque de formation.

Vincent Peillon pensait que par une modification des logiques de construction des programmes on provoquerait une transformation du système. Il a mis les nouveaux programmes au centre de la Refondation.

Une réforme discrète et invisible en quelque sorte, pour éviter le plus possible toute contestation : quelle belle conception de la politique et quelle belle estime du corps enseignant !

L'institution saura-t-elle aller jusqu'au bout des logiques mises en place par ces nouveaux programmes et en tirer toutes les conséquences ? Un nombre substantiel d'acteurs de l'Ecole a compris ce que ces programmes permettent de réaliser. On voit déjà sur le terrain les effets des programmes sur les pratiques.

Un "nombre substantiel" mais limité, à en croire le dernier baromètre UNSA. Et en rappelant à nouveau que la communauté éducative rejeté ces nouveaux programmes : "idiot et réactionnaire", le CSE ?

La question de l'indépendance des rédacteurs des programmes est une vieille question dans l'Ecole. Historiquement ce qui a assuré le plus de stabilité, qui est quelque chose que vous demandez, et d'indépendance c'étaient les circuits compliqués et longs type CNP. Une structure légère comme le CSP peut-elle être stable et indépendante ?

La question est surtout celle de la partialité : les groupes de travail, comme celui de français par exemple, pilotés par une seule mouvance pédagogique militante.

Oui je pense qu'il faut de la stabilité. Mais elle est de la responsabilité du ministère et des enseignants et des syndicats. La mise en oeuvre des nouveaux programmes a demandé un effort considérable aux enseignants. Leurs organisations syndicales devraient demander la stabilité quitte à ce qu'on amende les programmes. On peut être dans une logique d'évolution des programmes à partir de diagnostics sur ce qui ne fonctionne pas. Mais on ne peut pas aujourd'hui, au bout de quelques mois, préjuger de l'échec de ces programmes.

Peu importe : les programmes précédents ont bien été remplacés sans avoir été évalués !

La stabilité est nécessaire aux enseignants, aux enfants et à la société pour que l'Ecole ne soit plus le terrain de jeux des polémistes.

La stabilité a bon dos maintenant que ;le quinquennat touche à sa fin...
Une réforme qui change simultanément l'évaluation, le socle, les programmes, les cycles, le fonctionnement du collège, le brevet, l'affectation, le tout en une seule année (au mépris des élèves puisque les programmes ont changé en cours de route) : un bel exemple de "stabilité" a été donné par ce quinquennat ! :mrgreen:

Mais il faut aussi que l'institution veuille faire vivre ces programmes, accompagner les enseignants et qu'elle n'essaie pas de les enterrer comme cela s'est fait pour le socle de 2005.

"accompagner les enseignants" : toujours ces mêmes euphémismes infantilisants.

Mais être une petite structure ne vous rend il pas plus fragile face aux pressions ?
Un CSP plus important deviendrait un cénacle de spécialistes. J'assume le fait que l'on soit spécialistes de rien.

A l'image de l'enseignant rêvé, capable d'enseigner des compétences, et non plus des disciplines !

Finalement on n'a pas su suffisamment expliquer les nouveaux programmes aux enseignants. On n'en a pas toujours eu l'autorisation d'ailleurs...

Serait-ce l'aveu que les programmes n'auraient pas été "suffisamment" compris ? :rirej

Les programmes sont très bien accueillis en maternelle, bien accueillis au primaire et nettement moins bien au collège. Comment expliquez vous ces différences ?

Rien n'atteste d'un accueil positif en maternelle ou en primaire. Mais s'il suffit de le dire...

Cela vient du fait que le collège est construit comme un petit lycée. Notre proposition de cycles est différente de la logique dominante qui est celle du spécialiste disciplinaire.

Quel rapport entre cycles et spécialité disciplinaire ? :scratch:

Enfin la mise en application intégrale sur une année a posé plus de problème au collège. Notamment à cause du cycle 3 en 6ème.

Et rien sur la 3e : les élèves évalués sur un programme de trois ans qu'ils n'auront connu que pendant un an ?

Enfin la mise en oeuvre a souffert du brouillage lié à la mise en place de la réforme du collège, une réforme que nous n'avons pas demandé. On a regretté de ne pas être associé à cette question.

Aucun "brouillage" : la réforme du collège, avec les EPI ou les cycles, correspond exactement à la réforme voulue par le président du CSP¨. Le regret porte en fait sur des aspects secondaires (mais polémiques) de la réforme du collège, comme la suppression des options de langues anciennes ou des sections bilangues. Dans l'esprit de M. Lussaut, sans ces polémiques, une réforme à bas bruit aurait pu avoir lieu.

La logique du socle non disciplinaire brouille aussi beaucoup la question de l'évaluation. Or l'institution n'a pas franchi le cap. On avait proposé que le brevet soit simplement la validation du socle. Finalement on maintient le DNB pour des raisons rituelles et cela n'a pas grand sens par rapport à notre cursus curriculaire.

Bel aveu...
En quoi un examen entrerait-il en contradiction avec un "cursus curriculaire" ? On ne le saura pas.
A noter qu'avec un socle comptant pour 57% du nouveau brevet, le CSP a imposé, dans les faits, sa conception d'un brevet continu et anti-disciplinaire.

Enfin la manière dont les formations ont été proposées aux enseignants, sans qu'on y soit associé, a joué aussi. Parfois elles ont été trop descendantes, trop prescriptives alors qu'elles auraient du porter sur la façon de régler les problèmes quotidiens des enseignants. Cela a produit plus d'effets secondaires négatifs au collège qu'à l'école. Car les professeurs des écoles ont davantage l'habitude de travailler par cycle et ont déjà travaillé sur l'évaluation.

Les enseignants du primaire n'ont surtout eu aucune formation. :rirej

Le socle commun pose le principe que la République doit proposer à l'ensemble des élèves, quelque soit leur origine, des connaissances et des compétences. Dire cela c'est se projeter dans un idéal d'une Ecole juste. En ce sens, dans le socle, il y a une partie qui explicite les questions d'apprentissage , qui explique le curriculum caché. Car la volonté de rendre explicite les méthodes d'apprentissage contribue à réduire les inégalités de classe. On insiste sur ces points de façon à permettre aux enseignants d'être attentifs à cela.

Avec le socle, jamais les attendus de l'enseignement n'ont été plus nébuleux.

On fait aussi passer par les programmes le discours que tous les élèves doivent avoir les mêmes apprentissages et ne pas être envoyés pour certains dans des filières où les enseignements sont allégés.

Les programmes précédents faisaient cela ? :shock:

On pense qu'il faut avoir de l'ambition pour tous les élèves. Il faut le meilleur de l'Ecole pour tous. Peillon disait "l'Ecole en instruisant éduque à la liberté". On a repris cette conception.

De belles intentions… en contradiction avec la réalité des programmes : par exemple, considérer que les élèves de primaire ne peuvent plus analyser les fonctions dans la phrase. Ou considérer que un langage, le français, sous-partie du domaine du nouveau socle, puisse être comparé avec des compétences vaseuses ("la formation de la personne et du citoyen").
Sans parler des langues anciennes, d'abord supprimées puis seulement mutilées : quelle "ambition" pour les élèves qui voulaient en faire plus !

Remettre en question le socle commun ce serait consentir au fait qu'on mette à l'écart une partie des élèves et qu'on leur donne des soins palliatifs.

On peut, au contraire, considérer que le socle de M. Lussault, administre les soins palliatifs à l'Éducation nationale.

On est à la veille de l'élection présidentielle. En fonction des résultats vous partez ?
Le CSP se situe dans la loi d'orientation et est inamovible.

Une loi s'abroge.

Nous souhaitons continuer. Personne d'autre que nous ne pourra faire le choix de continuer ou d'arrêter. Personnellement je suis inamovible.

La volonté du peuple français passe après une institution partialement désignée et revendiquant hautement sa partialité politique.

Mais il y a des conditions dans lesquelles j'estimerais que la mission qui m'a été confiée par la République est compromise. Par exemple si un ministre nous disait qu'il n'a aucune intention de nous confier des missions. Certains candidats ont des visions très négatives du CSP. Il est clair que dans certaines circonstances il serait difficile pour moi de rester.

Certains présidents du CSP ont également une vision très négative de certains candidats. :rirej

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
14 Sep 2017 21:10 - 15 Sep 2017 12:27 #19622 par Loys
Réponse de Loys sur le sujet La réforme des programmes et du socle
Le CSP ne serait plus "indépendant" ? :santa:
Dans "L'Express" du 14/09/17 : "Conseil des programmes scolaires: Michel Lussault en sursis"



A vrai dire on le savait depuis un certain temps : "Nous commencions à sortir enfin du stérile clivage pédagogistes-républicains. L'absurde inspiration pédagogiste du CSP nous y ramène #recul" avait déclaré sur Twitter JMB le 28/04/15.

Dans "L'Alsace" du 15/0917 règlement de compte à OK Corral :


Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
Plus d'informations
Plus d'informations
14 Oct 2017 13:24 #19803 par Loys

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
29 Oct 2017 19:53 - 29 Oct 2017 19:53 #19911 par Loys
Réponse de Loys sur le sujet La réforme des programmes et du socle
Sur Twitter, échange instructif avec Michel Lussault qui essaie - a posteriori - de dissocier réforme des programmes et réforme du collège.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
Temps de génération de la page : 0.612 secondes
Propulsé par Kunena