Bienvenue, Invité
Nom d'utilisateur : Mot de passe : Se souvenir de moi

SUJET : La réforme du collège 2016

La réforme du collège 2016 30 Jan 2015 18:29 #13049

  • Loys
  • Portrait de Loys
  • Hors Ligne
  • Administrateur
  • Messages : 13472
Dans "VousNousIls" du 30/01/15 : "Réforme du collège : une « grande liberté pédagogique » pour les équipes (Vallaud-Belkacem)"


Quelque chose est masqué pour les invités. Veuillez vous connecter ou vous enregistrer pour le visualiser.

Récapitulatif des sondages sur cette réforme :

- Juin 2015 : "Ifop pour SOS Éducation - Les enseignants du secondaire et la réforme du collège"
- Juin 2015 : "Ifop pour Atlantico - L’intention de vote des enseignants du secondaire à l’élection présidentielle de 2017"
- Juillet 2015 : "OpinionWay pour Le Figaro - Les enseignants et la politique d’éducation du gouvernement"
- Août 2015 : un sondage du SIG pour l'Elysée resté confidentiel :
- septembre 2015 : "Ifop pour le MEN - Les Français et les nouveaux programmes scolaires"
- Octobre 2015 : "Ifop pour SOS Education - Les Français et la manifestation contre la réforme du collège du 10 octobre"
- Janvier 2016 "Ifop pour le comité Orwell - Les Français et le traitement de l'actualité par les médias d'information" : 73% des Français interrogés estiment que l'information sur la réforme du collège 2016 est de mauvaise qualité.
- Avril 2016 : "Ifop - Des Français hostiles au projet de réforme du collège" : pour 51% des Français la réforme doit être suspendue (55% pour les parents de collégiens). Pour 56% des sondés la réforme est inefficace pour améliorer le niveau des élèves et, pour 71%, pour réduire les inégalités.
- juin 2016 : 21% des enseignants du secondaire en accord avec la politique éducative gouvernementale (baromètre UNSA)
- septembre 2016 : 56% des Français opposés à la réforme du collège (enquête BVA)
- septembre 2016 : pour 70% des sondés, bilan négatif des réformes engagées depuis 2012 dans le domaine scolaire.
Quatre ans et demi après son élection, le bilan que dressent les Français est sévère : 70% estiment ainsi que les réformes engagées depuis 2012 dans le domaine scolaire sont globalement négatives, dont 21% qui considèrent même qu'elles sont très négatives. Une opinion logiquement très répandue chez les sympathisants de droite (84% jugent ces réformes négatives) et du FN (79%) mais également partagée par une partie des sympathisants de gauche, très divisés sur le sujet (48% critiquent ces réformes, 51% les approuvent). Notons également la perception très négative des parents d'enfants scolarisés (75% dressent un bilan négatif des actions engagées dans le domaine scolaire). (sondage BVA)
- 12 novembre 2016 : "Les différentes réformes dans l’Education nationale, parmi lesquelles la réforme des rythmes scolaires et celle du collège, soutenues par à peine 16 % des Français et 29 % des sympathisants de gauche : alors même que l’Education était une priorité du mandat de François Hollande, ces réformes sont les moins populaires du quinquennat" (sondage "Viavoice" pour Libération")
- Novembre 2016 : Enquête dans la communauté du "Web pédagogique" et des "Cahiers pédagogiques" : "Près d’un enseignant sur deux estime que les EPI, « ça va, on s’en sort bien » (43 %) voire que « c’est super » (6 %) tandis que 20 % estiment que « c’est une catastrophe », alors que 31 % n’en voient « toujours pas l’intérêt »."
* * *

En partie liés à cette réforme (et à l'ensemble de la "Refondation"), les sondages et enquêtes liés à l'élection présidentielle :
- "24% des enseignants disent se sentir proches" du PS contre 35% en 2012 et 40% en 2007 : "On n'est pas loin du divorce entre le PS et les enseignants" dans "Le Monde" du 25/02/17 : "Sans doute faut-il y voir le résultat de la déception suscitée par des politiques menées pendant le quinquennat, notamment la réforme du collège". Voir aussi "Le Figaro" du 22/02/17. L'étude du CEVIPOF peut être consultée ici.
- Avril 2017 : Sondage iFOP/SOS Education (16-19 avril 2017) : 83% des enseignants favorables à "abroger la réforme du collège, rétablir les filières européennes, bilingues et les options langues anciennes". 15% des enseignants ont voté pour le candidat PS-EELV : 46% en avaient l'intention en février 2012 (+5% candidat écologiste).
Ce qui est moderne peut (aussi) être idiot.
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

La réforme du collège 2016 30 Jan 2015 18:42 #13050

  • Loys
  • Portrait de Loys
  • Hors Ligne
  • Administrateur
  • Messages : 13472
Dans cette réforme, « une grande autonomie des établissements sera prévue et une grande liberté pédagogique des équipes aussi sera à la clef », a expliqué Najat Vallaud-Belkacem, citée par l’AEF.
La vérité, c'est que "l'autonomie des établissements" (revendication des syndicats dits progressistes... et des libéraux) risque bien de correspondre à davantage de responsabilité pour les chefs d'établissement et par conséquent une moindre liberté pédagogique des enseignants.

La ministre veut notamment introduire davantage d' »enseignements complémentaires dans lesquels plusieurs disciplines pourront se croiser », afin d’amener les élèves à « comprendre des concepts à partir d’un projet sur lequel ils auront travaillé avec plusieurs enseignants ».
Encore plus d'interdisciplinarité : après les TPE, les enseignements d'exploration, l'accompagnement personnalisé, l'histoire des arts (et feu les itinéraires de découverte), ces usines à gaz dont on peut observer les merveilleux résultats.

A noter qu'imposer l'interdisciplinarité, c'est encore une fois loin de redonner de la "liberté pédagogique" aux enseignants.

Cette interdisciplinarité se retrouvera également dans les programmes scolaires. L’objectif est de « moins détailler pour permettre aux enseignants d’avoir une plus grande liberté pédagogique ». Avec « des têtes de chapitres qu’il faut absolument que les enfants aient maîtrisées à la fin de leur scolarité obligatoire »....
La fameuse logique curriculaire.

...mais aussi une organisation du temps « plus libre » laissant « plus de place aussi au travail en commun, aux modes projets, à l’interdisciplinarité que l’on va beaucoup retrouver dans la réforme du collège« .
Encore de la liberté dans ces méthodes ou ces modalités de travail imposées aux enseignants ! :fur

Avec sa réforme, la ministre ambitionne également de « renforcer les fondamentaux que sont le français et les mathématiques ».
On va drôlement renforcer les fondamentaux en les interdisciplinant. Et mettre le paquet en revenant à des horaires ambitieux de français et de mathématiques dans les ZEP, comme dans les collèges avant la réforme du collège unique, c'est pour quand ?

En histoire, elle « a vocation à remettre de la chronologie », « de la cohérence ».
Dans un sens, dans l'autre.

Même chose : de la cohérence en interdisciplinant...

La future réforme critiquée

Le projet du ministère pour le collège ne fait toutefois pas l’unanimité. Le syndicat Snes-FSU s’est inquiété jeudi des premières orientations de la future réforme. « Ce projet conduirait en effet à une diminution des horaires de toutes les disciplines et à une globalisation des horaires de certaines d’entre elles : langues vivantes, SVT- sciences physiques – technologie, enseignements artistiques », a déploré le syndicat.

De plus, « les heures dégagées iraient pour une part [...] à la mise en place dans le cycle 4 (5ème-4ème-3ème) d’enseignements complémentaires ‘bi-disciplinaires’, dont le partage entre disciplines se ferait au sein de chaque établissement, sur le modèle désastreux de la réforme du lycée
Mais non : c'est une réussite ! :santa:
Ce qui est moderne peut (aussi) être idiot.
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

"Collège : Bientôt la réforme ?" (Café pédagogique) 30 Jan 2015 19:01 #13051

  • Loys
  • Portrait de Loys
  • Hors Ligne
  • Administrateur
  • Messages : 13472
Dans le "Café" du 30/01/15 : "Collège : Bientôt la réforme ?"

Quelque chose est masqué pour les invités. Veuillez vous connecter ou vous enregistrer pour le visualiser.
Ce qui est moderne peut (aussi) être idiot.
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

"Collège : Bientôt la réforme ?" (Café pédagogique) 30 Jan 2015 19:02 #13052

  • Loys
  • Portrait de Loys
  • Hors Ligne
  • Administrateur
  • Messages : 13472
Commentaires à venir.
Ce qui est moderne peut (aussi) être idiot.
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

"La réforme du collège peut tenir ou exploser en plein vol d’ici à la mi-avril" (Les Echos) 05 Mar 2015 14:28 #13492

  • Loys
  • Portrait de Loys
  • Hors Ligne
  • Administrateur
  • Messages : 13472
Dans "Les Echos" du 5/03/15 : "La réforme du collège peut tenir ou exploser en plein vol d’ici à la mi-avril"

Quelque chose est masqué pour les invités. Veuillez vous connecter ou vous enregistrer pour le visualiser.
Ce qui est moderne peut (aussi) être idiot.
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

"La réforme du collège peut tenir ou exploser en plein vol d’ici à la mi-avril" (Les Echos) 08 Mar 2015 21:47 #13537

  • Loys
  • Portrait de Loys
  • Hors Ligne
  • Administrateur
  • Messages : 13472
Dans "Le Figaro" du 8/03/15 : "Réforme du collège: les fausses hardiesses d'un texte fade".

Quelque chose est masqué pour les invités. Veuillez vous connecter ou vous enregistrer pour le visualiser.
Ce qui est moderne peut (aussi) être idiot.
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

"Réforme du collège : premières informations sur le projet de Najat Vallaud-Belkacem)" (VousNousIls) 10 Mar 2015 17:02 #13552

  • Loys
  • Portrait de Loys
  • Hors Ligne
  • Administrateur
  • Messages : 13472
Dans "VousNousIls" du 10/03/15 : "Réforme du collège : premières informations sur le projet de Najat Vallaud-Belkacem)".

Quelque chose est masqué pour les invités. Veuillez vous connecter ou vous enregistrer pour le visualiser.

Ce paragraphe laisse songeur :
Les horaires disciplinaires inchangés

Selon l’AEF, le projet de réforme prévoit que les chefs d’établissement pourront décider de la répartition de 20 % des dotations horaires globales, pour organiser l’accompagnement personnalisé, les activités en effectifs réduits et les « enseignements complémentaires ». Ces derniers prendront la forme de modules, dispensés par les enseignants sur leur horaire disciplinaire, qui ne variera pas. Ainsi, explique Claire Krepper, du SE-Unsa, « un enseignant de français qui choisira de s’investir dans les enseignements complémentaires dédiera une partie de son service à un travail thématique ou bien à un projet avec un autre enseignant. Cela étant, les élèves auront toujours des heures de français, mais en travaillant autrement ». Sur les quelque 25 heures de cours hebdomadaires d’un collégien, 4 pourraient être consacrées à ces enseignements complémentaires (3 en 6e, où l’emploi du temps est plus chargé). Le nombre d’heures de tronc commun par élève sera quant à lui modifié.

"Autrement", c'est donc :
- dans des heures interdisciplinaires où la proportion de français serait très variable
- avec éventuellement un autre professeur de français. Très bien pensé !
Ce qui est moderne peut (aussi) être idiot.
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

"Le collège: branle-bas et bis repetita ?" (Claude Lelièvre) 10 Mar 2015 17:14 #13553

  • Loys
  • Portrait de Loys
  • Hors Ligne
  • Administrateur
  • Messages : 13472
De Claude Lelièvre sur son blog : "Le collège: branle-bas et bis repetita?" (9/03/15)


Quelque chose est masqué pour les invités. Veuillez vous connecter ou vous enregistrer pour le visualiser.
Ce qui est moderne peut (aussi) être idiot.
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

"Le collège: branle-bas et bis repetita ?" (Claude Lelièvre) 10 Mar 2015 17:21 #13554

  • Loys
  • Portrait de Loys
  • Hors Ligne
  • Administrateur
  • Messages : 13472
Bis repetita en mars 2015 (après mars 1973) ? Les directions du SNALC et du SNES ont déjà fait savoir leurs foncières réserves.
C'est curieux de critiquer ce conservatisme sans critiquer la permanence d'un certain pédagogisme, traversant la droite comme la gauche. :santa:

Quant à retenter ce qui n'a pas marché... :mrgreen:

Au bout d'un an, il s'avère que 30% seulement des établissements secondaires ont pratiqué les ''10%.''. La participation des lycées a été notoirement faible , en particulier dans les terminales où l’allègement des horaires a été souvent utilisé pour organiser des examens blancs ou des séances supplémentaires. Si les réactions des élèves apparaissent foncièrement favorables, il n'en est pas de même pour les professeurs. Et la politique des ''10%'' tourne court après le départ du ministre de l'Education nationale Joseph Fontanet suite à la fin de la présidence de Georges Pompidou.
Ce qui est moderne peut (aussi) être idiot.
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

"Le gouvernement ouvre le dossier miné du collège" (Le Monde) 10 Mar 2015 17:49 #13556

  • Loys
  • Portrait de Loys
  • Hors Ligne
  • Administrateur
  • Messages : 13472
Dans "Le Monde" du 10/03/15 : "Le gouvernement ouvre le dossier miné du collège"

Quelque chose est masqué pour les invités. Veuillez vous connecter ou vous enregistrer pour le visualiser.


Et dans "Libé" : "Un collège unique plus retouché que réformé"

Quelque chose est masqué pour les invités. Veuillez vous connecter ou vous enregistrer pour le visualiser.
Ce qui est moderne peut (aussi) être idiot.
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

"Un collège unique plus retouché que réformé" (Libération) 10 Mar 2015 23:49 #13557

  • Loys
  • Portrait de Loys
  • Hors Ligne
  • Administrateur
  • Messages : 13472
Ce qui est moderne peut (aussi) être idiot.
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

"Collège: pourquoi Najat Vallaud-Belkacem ne va pas reformer en profondeur" (Marie-Caroline Missir) 11 Mar 2015 00:07 #13561

  • Loys
  • Portrait de Loys
  • Hors Ligne
  • Administrateur
  • Messages : 13472
Sur son blog, Marie-Caroline Missir est déjà déçue : "Collège: pourquoi Najat Vallaud-Belkacem ne va pas reformer en profondeur"

Quelque chose est masqué pour les invités. Veuillez vous connecter ou vous enregistrer pour le visualiser.
Ce qui est moderne peut (aussi) être idiot.
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

"Collège: pourquoi Najat Vallaud-Belkacem ne va pas reformer en profondeur" (Marie-Caroline Missir) 11 Mar 2015 00:24 #13562

  • Loys
  • Portrait de Loys
  • Hors Ligne
  • Administrateur
  • Messages : 13472
- le collège est le maillon faible du système

Depuis l’invention du collège unique par le ministre Haby en 1975, le collège est l’incarnation de la massification de l’enseignement. C’est là que le « gros » des élèves passe, sans tri préalable outre celui de maîtriser les compétences de base censées être acquises en primaire. Sauf que le collège paie lourdement les conséquences du désintérêt des élites administratives et politiques pour le primaire depuis des décennies, au seul bénéfice du lycée. Résultat: le nombre d’enfants en difficulté en lecture à l’entrée en sixième avoisine les 10%. On ne soulignera jamais assez à quel point cette statistique est un scandale.
Cherchez la logique...

Il faut donc comprendre que le "désintérêt des élites administratives et politiques pour le primaire depuis des décennies" doit logiquement cesser avec... une réforme du collège !

- les élites s’en sortent bien

Par ailleurs, puisque le collège reste cette masse immobile dans notre système éducatif, la carte scolaire, dont la dérégulation a été organisée dès 2007, permet aux plus favorisés et aux mieux informés d’éviter les établissements de secteur, et de ne pas se retrouver noyé dans la masse justement.
"Les plus favorisés" se moquent de toute façon de la carte scolaire : ils vivent dans les quartiers privilégiés ou peuvent offrir à leurs enfants une excellente scolarité dans une école privée qui choisit ses élèves.

Mais ça, on n'en parle pas : haro sur l'école publique !

- réformer (vraiment) le collège passe par une modification du statut des enseignants
C'est sûr qu'une telle réforme serait de nature à résoudre les problèmes de lecture (sous estimés ici...) ! :santa:

Et c’est un dossier qui risque d’exploser au visage du premier ministre qui l’ouvre. Pourquoi? Si le collège doit être réformé, alors il faudrait casser les silos disciplinaires et développer la pédagogie de projets, favoriser des établissements autonomes et capables d’adapter et d’organiser les moyens dont ils disposent aux élèves qu’ils accueillent, enfin instaurer la bivalence, c’est à dire la possibilité d’enseigner deux disciplines, pour faciliter le passage de l’école au collège, dans une logique « d’école du socle » commun.
Le catéchisme pédagogique, récité sans que rien n'y manque. Curieux journalisme qui, dans le débat sur l'école, prend ostensiblement parti et ce, sans autoriser la moindre discussion :

Très bien, tout le monde le sait mais personne ne le fait.
Les enseignants seraient donc hypocrites par corporatisme. Eh bien non, tout le monde ne le "sait" pas. Et quand on y réfléchit, on comprend mieux pourquoi : c'est parce que les enseignants ont à cœur de proposer à leur élèves une vraie réussite fondée sur une transmission disciplinaire.

Ces mesures nécessiteraient notamment d’aménager le statut des enseignants et, sur ce point certains syndicats non réformistes ne sont pas prêts de transiger.
Alors que les syndicats "réformistes" (les gentils) étaient prêts à toutes les transactions. :mrgreen:

Pour mémoire, cette réforme, qui permettrait de réformer en douceur le métier et de faire du bien au collège a failli voir le jour. Elle a été débranchée par Vincent Peillon lui-même en pleine négociation durant la loi sur l’école.

Pour ces trois raisons, la réforme qui sera présentée mercredi par la ministre ne prendra pas ces risques: sans rouvrir le dossier de la carte scolaire, sans allouer des moyens en fonction de critères de mixité, et sans décréter l’autonomie des établissements – et pas simplement l’autonomie pédagogique des enseignants-, il serait illusoire de prétendre sortir du statu quo dans lequel s’enlisent des générations de collégiens.
Quant aux difficultés de lecture, finalement on les oublie...
Ce qui est moderne peut (aussi) être idiot.
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

"Ce que prévoit la réforme du « collège 2016 »" (Le Monde) 11 Mar 2015 08:24 #13566

  • Loys
  • Portrait de Loys
  • Hors Ligne
  • Administrateur
  • Messages : 13472
Dans "Le Monde" du 11/03/15 : "Ce que prévoit la réforme du « collège 2016 »"

Quelque chose est masqué pour les invités. Veuillez vous connecter ou vous enregistrer pour le visualiser.
Ce qui est moderne peut (aussi) être idiot.
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

"Ce que prévoit la réforme du « collège 2016 »" (Le Monde) 11 Mar 2015 09:05 #13567

  • Loys
  • Portrait de Loys
  • Hors Ligne
  • Administrateur
  • Messages : 13472
Quarante ans après la loi Haby, qui a tenu le pari de la massification de l’enseignement secondaire bien mieux que celui de la démocratisation, la gauche entend s’emparer de ce que l’on a coutume d’appeler, selon une formule un peu galvaudée, le « maillon faible » du système éducatif. Celui qui cristallise le principal défaut de notre école : être profondément inégalitaire, en triant les élèves plus qu’en les accompagnant vers la réussite. Un sujet sensible auquel la droite s’était bien gardée de toucher – se concentrant sur les programmes du primaire et le lycée –, mais qui s’impose aujourd’hui à tous, veut-on croire rue de Grenelle, tant le diagnostic est sombre...
"Le Monde" veut donc nous faire croire qu'il y aurait sur la question de l'école une opposition droite-gauche. Mais le PS a soutenu pleinement la réforme du lycée et n'a pas rétabli les 26h de cours hebdomadaire par semaine en primaire...

...au collège, « les élèves s’ennuient, les parents se sentent démunis et les enseignants bridés », a résumé la ministre, lundi, faisant étant d’une « régression des [résultats des] élèves en dix ans », en français autant qu’en mathématiques ou en histoire.
Depuis vingt ans selon la DEPP, entre 1987 et 2007 : j'ignore d'où sort cette baisse "en dix ans". Il y aurait donc une explication simple à cette baisse : l'ennui soudain des élèves ! :cheers:

Rien sur toutes les réformes qui ont émaillé les dernières décennies.

Triste constat pour justifier une réforme que la ministre entend bâtir « à partir de ce qui marche déjà sur le terrain », certes, mais en un temps record : elle n’a que la seconde partie du quinquennat pour l’achever.
Réformons dans l'urgence : c'est la meilleure façon de s'assurer d'une réussite. On l'a vu avec la réforme des rythmes scolaires.

Voici les principaux volets d’une réforme dont les détails – la « grille horaire » notamment – doivent être discutés avec les représentants de la communauté éducative à compter du 12 mars.

EPI, pour « enseignements pratiques interdisciplinaires »

C’est un nouvel acronyme qui pourrait trouver sa place dans la novlangue de l’éducation nationale.
Chouette : un nouvel acronyme !

"Alors, comme fonctionnent vos EPI ?
- Moi mon EPI taffe.
- Moi mon EPI dort.
"

Bon, nouveaux alignements en vue et emplois du temps complexes pour tout le monde...

Il renvoie à des temps de travail prévus en 5e, 4e et 3e, privilégiant la pédagogie par projet, les petits groupes et l’interdisciplinarité. Objectif : permettre aux élèves de comprendre le sens de leurs apprentissages en les contextualisant, les croisant et les concrétisant dans des projets.
Il s'agit donc de redonner de la liberté pédagogique en imposant une forme de pédagogie (par ailleurs très contestée et très contestable). C'est très logique.

Question simple : les élèves pourront-ils les choisir librement afin de leur donner du "sens" ? :devil:

Le cas échéant, les EPI feront l'objet de groupes distincts du groupe classe.

Autre question : les professeurs seront-ils libres de ne pas faire des EPI ? Et, le cas échéant, s'ils acceptent, pourront-ils se voir imposer un thème ou une équipe ?

Les enseignants seront eux-mêmes aux manettes, concevant la forme et le contenu de ces modules en fonction de leurs élèves – ici de leurs fragilités, là de leurs forces.
Dénationalisation des programmes, en somme.

C’est en tout cas le souhait du ministère, sûr que le corps enseignant est en demande de liberté pédagogique. « On doit s’adapter aux besoins des collégiens mais aussi à leurs goûts », a souligné Mme Vallaud-Belkacem, le 9 mars.
Faisons la même chose dans la restauration scolaire ! :cheers:

Huit thématiques

Huit champs thématiques donnent un cadre à ces modules interdisciplinaires. Pour devancer la critique d’un « collège à la carte » qui ne serait plus le même partout, un cadre est donné : les EPI s’inscriront dans des thématiques correspondant aux enjeux du monde actuel. Des thématiques dans l’air du temps....
C'est rassurant...

« développement durable », « sciences et société », « corps, santé et sécurité », « information, communication, citoyenneté », « culture et création artistiques », « monde économique et professionnel », « langues et cultures de l’Antiquité » et, enfin, « langues et cultures régionales et étrangères ». Des exemples de projets concrets seront proposés sur Internet.
Tout ceci est bien politiquement correct...

20 % du temps pour les « nouvelles modalités d’enseignement »

Un cinquième de la dotation horaire globale (la « DHG », dans le jargon de l’école) : c’est la marge d’autonomie laissée aux professeurs des collèges pour développer ces « nouvelles modalités d’enseignement » valorisées par la réforme : les modules interdisciplinaires, le travail en petits groupes, l’accompagnement personnalisé, l’approfondissement disciplinaire…
Sans augmenter une dotation, il est impossible de proposer plus de "petits groupes" ou d'"accompagnement personnalisé" sans retirer à d'autres. Quant à l'"approfondissement", il se ferait donc en retirant des heures aux enseignements fondamentaux, non en en ajoutant ! :santa:

Un volume d’heures inscrit dans les obligations de service des enseignants, souligne-t-on au ministère de l’éducation, et qui représentera, côté élèves, de 4 à 5 heures chaque semaine.
Les EPI sont donc une obligation de service ?

Une deuxième langue vivante dès la 5e

C’est un an plus tôt que les collégiens commenceront leur deuxième langue vivante. Cette évolution rend obsolètes les classes bilangues et européennes, qui offraient jusqu’à présent ce privilège à quelques-uns – il est désormais promis à tous.
Un "privilège" offert à tous ? Les élèves de ces classes sont sélectionnés sur leur niveau : il suffirait donc de décréter que ce niveau est "promis à tous" ? :shock:

Quant à ces sections, elles servaient à maintenir un peu d'attractivité des établissements les plus fuis. Encore une fois la volonté de lutter contre les discriminations risque de produire l'effet inverse. :evil:

Cette disparition pourrait susciter quelques crispations, tant du côté des parents d’élèves que des chefs d’établissement.
Effectivement...

Accompagnement personnalisé pour tous

La réforme prévoit trois heures d’accompagnement par semaine pour les élèves de 6e – une façon de les aider à « devenir collégien » –, et au moins une heure hebdomadaire de la 5e à la 3e. De l’aide en petit groupe pour tous, quand elle se résume, pour l’heure, à deux heures hebdomadaires réservée aux 6e, assure le ministère. Avec un accent mis sur la méthodologie nécessaire pour sauter la marche du CM2 à la 6e : accompagnement dans la prise de notes et l’apprentissage des leçons, révisions, recherche documentaire, travail sur Internet…
"accompagnement dans la prise de notes"... en 6e ? :shock:

Trois heures par semaine de méthodologie ? :shock:

Le coût ? « 4 000 équivalents temps plein »

La nouvelle organisation du collège fait aussi une place à l’apprentissage des outils numériques, promet des emplois du temps plus adaptés aux adolescents, la généralisation de la « mallette des parents » pour rapprocher les familles des établissements…
Tout ceci reste bien vague. Difficile en tout cas de promettre des emplois du temps "plus adaptés" avec plus d'alignements...

Pour quel coût ? A cette question, Mme Vallaud-Belkacem a donné une réponse aussi technique que lapidaire : « 4 000 équivalents temps plein ». Une référence aux 4 000 postes promis par son prédécesseur, Vincent Peillon, en décembre 2013 pour accompagner cette même réforme. 4 000… pour 7 100 collèges publics et privés.
S'il s'agit d'heures supplémentaires, c'est l'équivalent de 10h par collège (avec au moins une vingtaine de classes). Il va donc être nécessaire de prendre sur les enseignements disciplinaires
Ce qui est moderne peut (aussi) être idiot.
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

"Ce que prévoit la réforme du « collège 2016 »" (Le Monde) 11 Mar 2015 09:22 #13568

  • Loys
  • Portrait de Loys
  • Hors Ligne
  • Administrateur
  • Messages : 13472
Sur le site du ministère : www.education.gouv.fr/cid86831/college-m...r-mieux-reussir.html

Beaucoup de questions sur Neoprofs : www.neoprofs.org/t87561-la-reforme-du-co...ercredi-11-mars-2015

Un reportage amusant sur "France 2" : www.francetvinfo.fr/societe/education/re...-changer_846311.html

Et dans la presse, pluie d'articles assez contradictoires :
- www.leparisien.fr/societe/najat-vallaud-...-03-2015-4594085.php
- www.leparisien.fr/societe/plongee-dans-l...-03-2015-4594089.php
- www.slate.fr/story/98913/reforme-college-6e
- www.lefigaro.fr/actualite-france/2015/03...erdisciplinaires.php
- www.lefigaro.fr/vox/societe/2015/03/11/3...college-uniforme.php
- www.vousnousils.fr/2015/03/11/reforme-du...ise-pour-tous-564739
- www.lemonde.fr/education/article/2015/03...4591243_1473685.html
- www.lemonde.fr/societe/video/2015/03/11/...le_4591661_3224.html
- www.europe1.fr/societe/najat-vallaud-bel...e-du-college-2396077
- www.cafepedagogique.net/lexpresso/Pages/...616551030685722.aspx
- www.lexpress.fr/education/reforme-du-col...de-2016_1659804.html
- www.huffingtonpost.fr/2015/03/11/reforme...ation_n_6840108.html
- www.la-croix.com/Actualite/France/Franco...e-2015-03-11-1290017
- www.lejdd.fr/Societe/Education/Najat-Val...me-du-college-722360
- www.lexpress.fr/education/reforme-du-col...gissent_1660142.html
- tempsreel.nouvelobs.com/politique/201503...emploi-du-temps.html
- www.lepoint.fr/invites-du-point/jean-pau...015-1912268_1886.php
- www.vousnousils.fr/2015/03/12/bayrou-mod...oin-du-compte-564926
- www.vousnousils.fr/2015/03/12/reforme-du...rojet-annonce-564861
- www.cafepedagogique.net/lexpresso/Pages/...616551022105502.aspx
- www.cafepedagogique.net/lexpresso/Pages/...616551026473614.aspx
- www.lepoint.fr/editos-du-point/sophie-co...015-1912139_2134.php
- www.lesechos.fr/journal20150312/lec1_fra...oritaire-1101213.php

Ajoutons les communiqués syndicaux :
- www.snes.edu/Reforme-du-college-28206.html
- www.se-unsa.org/spip.php?article7401

- www.fcpe.asso.fr/index.php/component/con...aire-pour-le-college
Ce qui est moderne peut (aussi) être idiot.
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

"La haine de la discipline - Le non-dit de la réforme du collège" 11 Mar 2015 17:31 #13572

  • Loys
  • Portrait de Loys
  • Hors Ligne
  • Administrateur
  • Messages : 13472
Un article d'un professeur de lettres en collège, nouvel invité sur LVM, Véronique : "La haine de la discipline - Le non-dit de la réforme du collège" (11/03/15)

Ce qui est moderne peut (aussi) être idiot.
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

"La haine de la discipline - Le non-dit de la réforme du collège" 11 Mar 2015 21:19 #13575

  • Loys
  • Portrait de Loys
  • Hors Ligne
  • Administrateur
  • Messages : 13472
Analyse a posteriori du dossier de presse : www.education.gouv.fr/cid86831/college-m...r-mieux-reussir.html

Le collège de 2016 devra mieux enseigner les savoirs fondamentaux...
Si c'est en diminuant les horaires, c'est pas gagné...

...former à d'autres compétence...
C'est déjà contradictoire avec la première exigence. :santa:

...et avoir un fonctionnement quotidien assoupli pour s’adapter à la diversité des besoins des élèves.
Avec l'usine à gaz des EPI, c'est pas gagné non plus.

Najat Vallaud-Belkacem écrit:
L'enjeu de cette refondation tient dans ce double défi de rétablir la performance du système éducatif...
Mais pourquoi la "rétablir" avec 77,3% d'une génération au bac, taux record ? :scratch: :P

... en assurant la réussite du plus grand nombre...
Si la réussite, c'est le bac, on n'en a jamais été aussi proches.

... et en luttant contre le déterminisme social, et de rendre à l’école sa mission de transmettre et de faire partager les valeurs de la République.
Donc, avec un taux record de bacheliers, l'école ne transmet plus. La conclusion sur le bac est cruel. :devil:

Les évaluations nationales et internationales sont sans appel : le collège aggrave la difficulté scolaire, particulièrement dans les disciplines fondamentales.
Soyons logiques : si le collège les aggrave, c'est qu'elles existent déjà...

Sans mettre en cause la compétence et l'engagement des enseignants, force est aujourd’hui de reconnaître lucidement que le collège cristallise les défauts de notre système éducatif. Il est profondément inégalitaire, triant les élèves davantage qu’il ne les accompagne dans la réussite.
L'orientation n'a lieu qu'à l'issue du collège... :scratch:

Il est monolithique dans son approche disciplinaire...
Non puisque les élèves découvrent plusieurs disciplines, sauf à penser que l'enseignement disciplinaire est le problème, comme l'a souligné Véronique.

...suscitant parfois l’ennui, voire la perte du goût pour le travail et l’effort.
Nous y voilà : "la perte du goût pour le travail et l’effort" est le fait des disciplines scolaires. Rien à voir avec une évolution toute entière de la société ou au renoncement de l'institution scolaire à toute exigence.

Si tel était le cas, si l'enseignement disciplinaire au collège était ontologiquement responsable de la difficulté scolaire, comment se fait-il qu'elle se soit à ce point aggravé ?

Il est inadapté au développement des compétences indispensables à la future insertion des collégiens...
Quelles sont ces "compétences indispensables" : les "savoirs fondamentaux" ou des lubies numériques ou citoyennes telles qu'elles se rencontrent dans le nouveau socle commun ?

... et peu efficace sur l’orientation et la lutte contre le décrochage.
Pourtant le décrochage n'a jamais été aussi faible... :shock:

En définitive, le collège actuel est souvent peu motivant pour les élèves, anxiogène pour les parents et frustrant pour les professeurs, auxquels il ne laisse que peu d’autonomie.
Gageons que les EPI seront encore plus "anxiogènes" pour les parents et priveront un peu plus les professeurs d'autonomie puisqu'ils les contraindront... à travailler en équipe.

Pour sortir de l’impasse actuelle, qui annihile la promesse républicaine d’égalité de l’école, et redonner sa pertinence, 40 ans après sa création, à l’ambition républicaine du collège unique, j’ai engagé une démarche pragmatique et globale.
Quelle "impasse" ? :xx:

Bon, pour sortir de cette impasse, il faut en analyser les vraies raisons. Un faux diagnostic ne peut qu'aggraver la maladie.

En tout cas la stratégie est claire : comme Peillon avec Pisa 2012, s'appuyer sur le catastrophisme pour promouvoir une réforme à la hussarde.

Pragmatique, parce que je veux d’abord partir de ce qui marche déjà sur le terrain
Le socle ? :P

Une réforme porteuse d’un impératif qui est plus qu’une ambition : assurer un même niveau d’exigence pour que tous les élèves acquièrent le socle commun de connaissances, de compétences et de culture, par une priorité centrale donnée à la maîtrise des savoirs fondamentaux.
Où est cette "priorité" dans la réforme ? :shock:

C’est ce même impératif qui doit nous conduire à améliorer la façon de transmettre pour les professeurs et d’apprendre pour les élèves, en donnant aux équipes une marge de manœuvre de 20 % du temps d’enseignement, dans le respect des horaires disciplinaires.
Pourquoi 20% ? Et pourquoi pas 50% ou 100% si les disciplines sont responsables de la difficulté scolaire ?

20%, un chiffre médiatique : rond et modéré. Retenu dans les titres du JT de "France 2".

Et ces 20% concerneront les professeurs qui n'enseignent qu'une heure par semaine dans chaque classe (éducation musicale, arts plastiques) : ou bien ils seront exclus des EPI ?

Ce temps dédié à un apprentissage différent des savoirs fondamentaux, par le travail en petits groupes, des enseignements pratiques interdisciplinaires ou un accompagnement individuel particulièrement renforcé en 6e, est au cœur de la nouvelle organisation du collège. Il répond aux défis pédagogiques du collège de demain, qui nécessitent des apprentissages en rapport avec les formes simples et coopératives d’accès aux savoirs de notre société.
:shock:

Dans le même esprit, le développement du numérique dans toutes ses dimensions, l’apprentissage d’une première langue vivante dès le CP puis d’une seconde langue vivante dès la 5e correspondent à leur importance décisive dans la vie sociale et le monde du travail contemporains.
Ah : Voilà la "priorité centrale donnée à la maîtrise des savoirs fondamentaux" !

Quant aux langues vivantes (et sans parler "du numérique"), si enrichissant soit leur enseignement, je doute que leur importance soit plus "décisive dans la vie sociale" que la maîtrise du français ou des mathématiques.

Avec cette réforme qui pour la première fois concerne simultanément les programmes et les méthodes d’apprentissage, je veux que le collège permette à tous les élèves de "mieux apprendre pour mieux réussir "...
Si la formule peut contenter tout le monde, le sens donné à "mieux apprendre" risque de moins y parvenir...

...en maîtrisant les savoirs fondamentaux et en développant les compétences du monde actuel.
Par définition les savoirs fondamentaux développent "les compétences du monde actuel." :roll:

Qu’il permette également de mieux apprendre avec plus de confiance dans les enseignants, plus d’autonomie pédagogique, plus de capacité d’adaptation aux besoins divers des élèves.
Si les élèves ont plusieurs professeurs d'anglais par exemple (dans l'enseignement disciplinaire), "l'adaptation à leurs besoins" risque d'être une grande réussite !

Qu’il soit enfin un collège de l’épanouissement...
:shock:

...et de la citoyenneté...
:shock:

...qui crée du commun et fasse vivre les valeurs de la République.
Cette formule creuse est pénible.

Bien, après la lettre de la ministre, le dossier lui-même :



Précisément, la performance moyenne de PISA en compréhension de l'écrit de la France est exactement la même entre 2000 et 2012 : 505 points ! Celle de l'OCDE a baissé de 500 à 497 points... En culture mathématiques en revanche la performance s'est dégradée continument de 515 à 497 points.

Il est à noter que le ministère préfère faire un "constat" sur les "compétences de bases" (relevant du primaire) des élèves de quinze ans évaluées par PISA que des élèves de dix ans comme dans ses propres études de la DEPP. Le but : incriminer le collège.

Pour la première fois, les 800 000 enseignants ont contribué à l’élaboration de ce nouveau socle et de ces nouveaux programmes.
S'agissant du socle, ils ont été si bien consultés qu'instructions ont été données par la DGESCO pour que les réunions dans les établissements ne fassent pas l'objet de remontées... :fur

Les nouveaux programmes de français mettent au centre la maîtrise et l’utilisation de la langue, à l’oral et à l’écrit. Les nouveaux attendus de maîtrise de la langue sont plus exigeants.
Il faudra juger sur pièces.

Par ailleurs, afin de contribuer à améliorer le niveau en français de tous les collégiens, des éléments culturels et linguistiques des langues anciennes seront intégrés dans le programme de français.
Des "éléments" ? :scratch:

L’excellence sera ainsi mise au service de la réussite de tous et de la réduction des inégalités de maîtrise de la langue française.
Ah... des "éléments", c'est "l'excellence" ?
Ce qui est moderne peut (aussi) être idiot.
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

La réforme du collège 2016 11 Mar 2015 22:19 #13576

  • Hervé
  • Portrait de Hervé
  • Hors Ligne
  • Sage
  • Messages : 94
On n'attendait rien de bien, on n'est pas déçu...

Quelques questions sur les applications pratiques sachant que je suis d'accord avec Loys sur les présupposés aberrants du projet.

Ce qui m'interroge particulièrement, dans l'aspect organisationnel de cette réforme, c'est que toutes ces heures "en plus" (AP, lv2 de 5e, EPI) ne doivent : - ni augmenter les horaires élèves; - ni augmenter (sensiblement) le nombre d'heures-enseignants.

Aux heures "en plus" doivent donc correspondre des heures "en moins" quelque part... Où ? Lesquelles ?

La conception des EPI me semble bien curieuse. Est-ce que tous les établissements proposeront tous les EPI à tous les niveaux ? Est-ce que l'EPI se fera dans le cadre de la classe ? Est-ce que chaque enseignant devra se joindre à un EPI, éventuellement avec des collègues qu'il n'aura pas choisi pour des thèmes qu'il n'aura pas choisi ? Comment se fera la répartition des élèves dans l'EPI (par choix des élèves ? Et si oui, comment gérera-t-on les flux ?).

En fait les EPI m'évoquent les EDE de 2de... en pire (et c'est pas un compliment ...).
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

La réforme du collège 2016 11 Mar 2015 23:51 #13577

  • Loys
  • Portrait de Loys
  • Hors Ligne
  • Administrateur
  • Messages : 13472
Oui. Pour l'instant de très nombreuses questions sur les modalités pratiques : tout est extrêmement flou.
Ce qui est moderne peut (aussi) être idiot.
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

La réforme du collège 2016 12 Mar 2015 12:47 #13580

  • Desbois
  • Portrait de Desbois
  • Hors Ligne
  • Sage
  • Messages : 98
Cet article reprend toutes les idées que j'avais en tête à propos du délire qui s'annonce.
À chaque réforme on se dit qu'on a touché le fond mais non, on peut toujours creuser un peu plus, niveler par le bas, chercher la sortie du côté de la falaise :pendu:
Je ne juge le résultat du collège qu'à travers mes élèves de lycée et le constat est accablant, imaginer que tout va encore empirer est difficile.
Qui va vouloir faire des maths au collège, qui aura la curiosité de creuser cette matière ingrate dont les fondements ont besoin de connaissances, d'habitude de calculs au long cours ? Ou est-ce une façon de créer des filières au collège ? Il y aura ceux qui auront approfondi les maths et les autres ? Ceux qui auront étudié des textes classiques ou se seront frotté aux langues anciennes et ceux qui se seront contenté d'étudier des tweets ou des articles de journaux grand public ? N'est-ce pas une façon de casser le collège unique, dont les victimes seront la majorité des élèves, ceux qui n'ont pas de soutien familial et n'ont plus aucune chance d'attraper l'ascenseur sociale déjà bien grippé ?
Et toujours la même question lancinante : à qui profite le crime, puisque c'est bien une génération qu'on assassine ?
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

La réforme du collège 2016 13 Mar 2015 02:56 #13587

  • JCP
  • Portrait de JCP
  • Hors Ligne
  • Légendaire
  • Nil admirari.
  • Messages : 237
La haine de la discipline

Excellent article. :topla:

Moi, je dis qu'il y en a qui ont été traumatisés par le Tartuffe de Molière :

"Laurent, serrez ma haire avec ma discipline,
Et priez que toujours le Ciel vous illumine."


Mais non, messieurs-dames, une discipline scolaire n'est pas un martinet... :devil:
Mehr Licht !
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

"Ce que prévoit la réforme du « collège 2016 »" (Le Monde) 13 Mar 2015 14:45 #13589

  • JCP
  • Portrait de JCP
  • Hors Ligne
  • Légendaire
  • Nil admirari.
  • Messages : 237
Loys écrit:

EPI, pour « enseignements pratiques interdisciplinaires »

C’est un nouvel acronyme qui pourrait trouver sa place dans la novlangue de l’éducation nationale.

Chouette : un nouvel acronyme !

"Alors, comme fonctionnent vos EPI ?
- Moi mon EPI taffe.
- Moi mon EPI dort.
"

Je m'inscris en faux, Loys ! :xx:

N'importe quel élève de CAP industriel sait qu'un EPI est un Equipement de Protection Individuelle.

L'acronyme est reconnu et officialisé depuis longtemps... :fur

Voir pour info le code du travail, quatrième partie « Santé et sécurité au travail », Livre III « Équipements de travail et moyens de protection », partie législative : art. L4311-1 et suivants, partie réglementaire : art. R4311-1 et suivants, partie législative : art. L4121-1 et L4121-2.

Mince, les rédacteurs du nouveau socle et le staff de NVB l'ignoraient...

Mais pourquoi ne sollicite-t-on jamais les profs de LP ?

On aurait plein de choses à dire pourtant, si, si... :devil:
Mehr Licht !
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

"Que peut-on gagner à perdre son latin ?" 14 Mar 2015 11:10 #13592

  • JCP
  • Portrait de JCP
  • Hors Ligne
  • Légendaire
  • Nil admirari.
  • Messages : 237
Loys écrit:
Excellent texte, Loys ! :topla:

Vous me permettrez de rebondir sur ce passage qui me semble fort pertinent :

Loys écrit:
Mais au fond il y encore a plus grave : paradoxalement, les langues anciennes, qui marient la grammaire, le vocabulaire, l’étymologie, la littérature, l’histoire, la philosophie, représentent par excellence – et depuis toujours – le meilleur de l’interdisciplinarité, ce dogme des nouvelles pédagogies qui anime l’esprit de la nouvelle réforme du collège : mais une interdisciplinarité conçue bien différemment, qui ne soit pas factice et fasse vraiment sens, une exigence de persévérance : celle d’un enseignement patient, structuré, rigoureux et ambitieux.

Votre analyse rejoint celle qu'a fait l'excellent Pierre Jacolino sur son blog :

pedagoj.eklablog.com/

Article daté du 11 mars 2015 : Les E.P.I. : O.P.A. sur l'interdisciplinarité !

Cet article est d'autant plus intéressant qu'il parle d'enseignement des Lettres et de l'Histoire, matières dans lesquelles j'estime avoir quelques modestes compétences, davantage en l'occurrence qu'en langues anciennes (hélas).

Oui, oui, je revendique le mot compétences, mais employé à bon escient. Passons... :mrgreen:

Donc, PJ et vous-même distinguez une vraie interdisciplinarité d'une interdisciplinarité factice, imposée d'autorité.

C'est là-dessus que je vais m'attarder.

Vous parlez à raison de cette vraie interdisciplinarité constitutive de l'enseignement des langues anciennes qui marient vocabulaire, grammaire, littérature, histoire et philosophie.
PJ fait une analyse fort pertinente de cette vraie interdisciplinarité évacuée des programmes de Lettres par le technicisme en vogue depuis les années 70, et j'écrirais volontiers là-dessus, mais la digression serait longue... Je garde ça pour un autre fil ou article.

Quant à l'interdisciplinarité factice, imposée d'autorité par le nouveau socle (les fameux EPI), je peux apporter mon témoignage, puisque nous avons connu ça avec le PPCP instauré en LP en 2000. L'expérience des autres peut être riche d'enseignement, non ?

Pour ceux que ça intéresse : eduscol.education.fr/cid45833/textes-reference.html

Ce Projet Pluridisciplinaire à Caractère Professionnel devait être dans l'esprit de ses promoteurs comme un "chef-d'oeuvre des Compagnons" (dixit JL Mélenchon, alors Ministre délégué à l'Enseignement Professionnel), propice à motiver les élèves en croisant les disciplines.

Le PPCP incluait donc des heures d'enseignement partagées entre profs d'enseignement professionnel et profs de maths-sciences et Lettres-HG. Donc les collègues concernées se retrouvaient avec des heures de PPCP dans leur emploi du temps, à travailler en binômes ou trinômes.

Problème épineux : qu'est-ce qu'on fait en PPCP ?

Ce PPCP pouvait avoir du sens dans les filières industrielles : produire une maquette ou répondre à une demande réelle. Ça s'est fait.

Mais dans les filières de service, quid du chef-d'oeuvre ?

Exemples de PPCP : pedagogie.ac-montpellier.fr/Actions/ppcp/ppcpacad.html

Dans cette liste à la Prévert, on trouve certes des projets valables mais d'autres complètement ridicules...

En outre, les PPCP servant de variable d'ajustement aux emplois du temps, on trouve si l'on fouille dans le descriptif de ces projets, des enseignants qui n'ont guère d'expertise pour lesdits projets.

Et quand un projet semble par trop débile, qu'est-ce qu'on rame avec les élèves... C'est d'ailleurs dans ces heures-là, comme en AP aujourd'hui, que l'absentéisme scolaire était le plus élevé. Il suffirait de sortir les relevés d'absence de l'époque pour s'en rendre compte.

Anecdote personnelle : à l'époque, j'avais des BAC PRO Comptabilité.

Réunion plénière sur les PPCP :
- Le Proviseur : En compta, quels sont vos projets ?
- La salle : Euh...
- Moi : Apprendre à truquer un bilan comptable (ce qui requiert pour le moins des compétences et un certain talent).
- Le Proviseur : Non, non, non... D'autres idées ?
- La salle : Euh...
- Ma collègue de compta (GC, heureuse retraitée aujourd'hui) : moi, j'ai un programme lourd, j'utilise ces heures pour mes cours.

Ainsi, beaucoup d'heures de PPCP se sont muées en heures de cours traditionnelles, avec l'assentiment tacite des CDE.

Avec la réforme du BAC PRO en 2009, le PPCP est mort par déshérence... Aucun texte ne l'a abrogé à ma connaissance, mais il n'existe plus, faute d'heures pour travailler en binôme.

Aucune évaluation n'a été faite de ce dispositif, alors qu'il serait peut-être utile de reconnaître son infécondité, pour qu'on évite de reproduire les mêmes erreurs par exemple.
Mais l'audit n'est guère dans la culture de l'École française, surtout lorsque ses décideurs regardent une prétendue innovation avec des yeux de merlan frit. Du passé, faisons table rase...

En collège, il y a eu les IDD. Demain, il y aura les EPI. Sans même l'attrait professionnel des PPCP.

Espérons qu'il y a des collègues inventifs en collège, et qu'ils sauront voir un intérêt à ce machin ! Sinon, les pauvres...

:spider:
Mehr Licht !
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

"Le collège: branle-bas et bis repetita ?" (Claude Lelièvre) 14 Mar 2015 18:34 #13593

  • JCP
  • Portrait de JCP
  • Hors Ligne
  • Légendaire
  • Nil admirari.
  • Messages : 237
Loys écrit:
Libé écrit:
Les enseignants ne se saisiraient pas suffisamment de la liberté pédagogique, assure le ministère, qui veut par conséquent leur imposer un «cadre»
:santa:

Ça, c'est puissant ! :scratch:

Sujet de philo, juin 2015 : peut-on contraindre les hommes à la liberté ?

Vous avez 4 heures... :spider:
Mehr Licht !
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

"Le collège: branle-bas et bis repetita ?" (Claude Lelièvre) 14 Mar 2015 23:06 #13594

  • archeboc
  • Portrait de archeboc
  • Hors Ligne
  • Modérateur
  • Messages : 667
J'ai v u passer, et je n'en ai pas trouvé la référence, une série d'affiches syndicales sur cette réforme, détournant les tontons flingueurs.

Si l'un de vous la trouve, merci de la poster ici.

PS : trouvé.
www.lille.snes.edu/spip.php?page=imparticle&id_article=2925
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

"Le rocher de Sisyphe va-t-il enfin tenir ?" (Jean-Michel Zakhartchouk) 15 Mar 2015 23:45 #13595

  • Loys
  • Portrait de Loys
  • Hors Ligne
  • Administrateur
  • Messages : 13472
Réaction de Jean-Michel Zakhartchouk sur son blog : "Le rocher de Sisyphe va-t-il enfin tenir ?" (12/03/15)

Quelque chose est masqué pour les invités. Veuillez vous connecter ou vous enregistrer pour le visualiser.
Ce qui est moderne peut (aussi) être idiot.
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

"Le rocher de Sisyphe va-t-il enfin tenir ?" (Jean-Michel Zakhartchouk) 16 Mar 2015 00:26 #13599

  • JCP
  • Portrait de JCP
  • Hors Ligne
  • Légendaire
  • Nil admirari.
  • Messages : 237
Ah "l'imagination pédagogique" posée en valeur suprême, que c'est beau !

Si j'ai besoin d'un chirurgien, je le préfère confirmé, plutôt qu'imaginatif...

Et si le "croisement des disciplines" s'achève en bouillie tératologique, c'est probablement la faute des profs à l'imagination infertile...

Consternant...
Mehr Licht !
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

L'(énième) réforme du collège 16 Mar 2015 19:59 #13600

  • Desbois
  • Portrait de Desbois
  • Hors Ligne
  • Sage
  • Messages : 98
Quelle bouffonnerie !! Moi aussi je donnerai des conseils qui n'engagent que les autres quand je serai en retraite et que je n'aurai pas à payer de ma santé nerveuse les errements de la machine folle de l'EN face à des élèves incapables de se concentrer plus de 10 minutes, de rédiger une phrase de plus de trois mots sans une erreur de grammaire ou d'orthographe ni de faire un simple de calcul de fraction l'année où ils vont obtenir un bac scientifique.
On est en train de foncer dans le mur et certains se lamentent qu'on ne va pas assez vite. Ahurissant. Si certains fonctionnent à la commission avec des industriels pour conseiller certains matériels essentiellement obsolescents, d'autres fonctionnent visiblement à l'incompétence et au rêve éveillé, ou ce sont des vieux soixante-huitards qui ont abusé du LSD à une certain époque.
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

"Le collège: branle-bas et bis repetita ?" (Claude Lelièvre) 18 Mar 2015 04:30 #13611

  • JCP
  • Portrait de JCP
  • Hors Ligne
  • Légendaire
  • Nil admirari.
  • Messages : 237
Loys écrit:
Bis repetita en mars 2015 (après mars 1973) ? Les directions du SNALC et du SNES ont déjà fait savoir leurs foncières réserves.
C'est curieux de critiquer ce conservatisme sans critiquer la permanence d'un certain pédagogisme, traversant la droite comme la gauche. :santa:

Oui, c'est vraiment curieux... :scratch:


À moins que le parti pris et la sophistique ne l'emportent sur la recherche de la vérité chez l'éminent Claude Lelièvre ?... :devil:


Mon Dieu, quel horrible soupçon me taraude ! :mrgreen:
Mehr Licht !
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.
Temps de génération de la page : 0.182 secondes
Propulsé par Kunena