"Le Tsunami numérique" (Emmanuel Davidenkoff)

Plus d'informations
13 Sep 2014 17:07 #11680 par Loys
Réponse de Loys sur le sujet "Le Tsunami numérique" (Emmanuel Davidenkoff)
Pff...

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
29 Juil 2015 23:02 - 30 Juil 2015 14:58 #14379 par Loys
Réponse de Loys sur le sujet "Le Tsunami numérique" (Emmanuel Davidenkoff)
Un ersatz du livre de M. Davidenkoff. Dans le "Nouvel Obs" du 21/07/15 : "Grâce au numérique, ils révolutionnent l'éducation"


Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
17 Aoû 2015 08:20 - 17 Aoû 2015 08:23 #14436 par Loys
Réponse de Loys sur le sujet "Le Tsunami numérique" (Emmanuel Davidenkoff)
Dans "L'Atelier de l'emploi" (Manpower) du 27/07/15 : "« Le numérique transcende notre système éducatif, pour le meilleur et pour le pire » Entretien avec Emmanuel Davidenkoff"


Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
14 Sep 2015 23:46 - 14 Sep 2015 23:46 #14694 par Loys
Réponse de Loys sur le sujet "Le Tsunami numérique" (Emmanuel Davidenkoff)
Dans 'L'Express" du 14/09/15 : "À qui profite le numérique à l'école?" par Emmanuel Davidenkoff


Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
15 Sep 2015 00:11 - 15 Sep 2015 00:29 #14695 par Loys
Réponse de Loys sur le sujet "Le Tsunami numérique" (Emmanuel Davidenkoff)
Il est assez amusant de voir comment ce rapport accablant est ici interprété : E. davidenkoff a raison de prendre les devants. :mrgreen:

Voici qui ravira les adversaires du numérique à l'école: ce dernier aurait une "incidence sur la performance des élèves mitigée, dans le meilleur des cas". Telle est la conclusion de la vaste étude sur les compétences numériques des élèves, rendue publique lundi 14 septembre par l'OCDE (1). Même les pays qui ont le plus investi pour équiper leurs écoles "n'ont enregistré aucune amélioration notable des résultats de leurs élèves en compréhension de l'écrit, en mathématiques et en sciences".

Voilà qui est sans appel. "À qui profite le numérique à l'école?" Pas aux élèves...
Mais pas pour E. Davidenkoff, qui finalement conteste toute interprétation :

En somme, l'évaluation de l'impact du numérique se heurte exactement aux mêmes limites que les autres: faute de pouvoir documenter sérieusement les pratiques dans les classes, on ne parvient pas à distinguer les causes des conséquences

Et pourtant, il propose lui-même une interprétation : au lieu de s'interroger sur ces "outils" numériques qui ne sont pas utiles, E. Davidenkoff incrimine le matériel et... les professeurs, sans qu'on voie bien le rapport. Comprendre que, s'il y a de mauvais professeurs, on ne doit pas s'étonner de résultats au mieux mitigés.


Conclusion polie, car derrière le mot "enseignement" se trouvent en fait des enseignants en chair et en os. Lesquels ne sont jamais désignés, de peur de heurter les sensibilités professorales ou d'écorner le mythe égalitariste - la précaution n'est pas propre à l'OCDE: nombre d'évaluations menées, en France, par des instances comme l'Inspection générale butent sur la fiction selon laquelle les enseignants seraient interchangeables.
De même lorsqu'on tente de comprendre pourquoi, à conditions identiques, certains établissements font mieux que d'autres - terrain glissant car il invite, le cas échéant, à reconnaître les vertus de l'autonomie des établissements.

Pendant qu'on y est, vendons l'"autonomie"... :santa:

Mais le véritable point aveugle de ces études se situe ailleurs. En centrant l'évaluation des effets du numérique sur les acquis des élèves, on passe à côté des nombreux bénéfices collatéraux qu'il peut apporter, ne serait-ce que leur initiation au maniement d'outils dont la majorité d'entre eux auront besoin, au quotidien, dans leur vie sociale et professionnelle.

Bref, les outils numériques apparaîtraient vraiment efficaces si, au lieu d'évaluer à quels enseignements scolaires ils seraient utiles, on évaluait la capacité à les utiliser.
C'est comme si, achetant une crème anti-boutons, on s'apercevait de son absence d'efficacité et qu'on décidait d'évaluer la capacité à étaler cette crème sur la peau. :santa:

Attendre du numérique qu'il améliore, en tant que tel, les apprentissages, relève pour l'heure de la pensée magique.

Pourtant, dans le Tsunami numérique, E. Davidenkoff donne des exemples de miracles éducatifs. :santa:

Seuls le développement d'outils adaptés aux usages et un plan de formation massif des enseignants pourront éventuellement amener ce bénéfice.

L'éternel manque de formation des enseignants : toujours pratique dans un article bâclé. :doc:
En revanche, écouter les professionnels de terrain très critiques sur ces "outils"...

Est-il incertain? Oui. Mais conditionner le développement du numérique dans l'éducation à l'obtention préalable de "preuves" d'efficacité conduit à une certitude bien plus inquiétante.

Renonçons à toute preuve d'efficacité ! :shock:

Cela reviendrait à s'en remettre exclusivement aux familles, ce qui, pour le coup, ne peut qu'entériner des inégalités dont la réalité est déjà largement instruite: dans les milieux favorisés, l'usage expert et critique l'emporte sur l'usage strictement social (les réseaux sociaux) et récréatif.

Donc, donnons des iPads à tous les élèves : la logique est imparable !

Les résultats "mitigés" qu'annonce aujourd'hui l'OCDE se mueraient alors, inévitablement, en résultats désastreux.

C'est donc finalement une bonne nouvelle que ce résultat ! :santa:
En résumé, quand une étude observe l'inintérêt du numérique éducatif, la raison ne peut pas en être le numérique éducatif lui-même. :rirej

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
15 Sep 2015 09:58 - 15 Sep 2015 09:59 #14699 par archeboc
Réponse de archeboc sur le sujet "Le Tsunami numérique" (Emmanuel Davidenkoff)

Loys dit:

En somme, l'évaluation de l'impact du numérique se heurte exactement aux mêmes limites que les autres: faute de pouvoir documenter sérieusement les pratiques dans les classes, on ne parvient pas à distinguer les causes des conséquences

Et pourtant, il propose lui-même une interprétation : au lieu de s'interroger sur ces "outils" numériques qui ne sont pas utiles, E. Davidenkoff incrimine le matériel et... les professeurs, sans qu'on voie bien le rapport.

Ce qu'il veut laisser entendre, sans le dire parce que l'absurdité du propos éclaterait aux yeux de tous, c'est que par un malheureux hasard, l'évaluation est tombée sur des mauvais profs.

Mais le véritable point aveugle de ces études se situe ailleurs. En centrant l'évaluation des effets du numérique sur les acquis des élèves, on passe à côté des nombreux bénéfices collatéraux qu'il peut apporter, ne serait-ce que leur initiation au maniement d'outils dont la majorité d'entre eux auront besoin, au quotidien, dans leur vie sociale et professionnelle.

Bref, les outils numériques apparaîtraient vraiment efficaces si, au lieu d'évaluer à quels enseignements scolaires ils seraient utiles, on évaluait la capacité à les utiliser.
C'est comme si, achetant une crème anti-boutons, on s'apercevait de son absence d'efficacité et qu'on décidait d'évaluer la capacité à étaler cette crème sur la peau. :santa:

Le pire, c'est que c'est même faux : les meilleurs pays dans l'utilisation du numérique sont aussi ceux qui n'utilisent pas le numérique. Tu cites sur un autre fil :

Parce que la grande leçon de Pisa, c'est que plus un pays utilise les TIC à l'école, moins bons sont ses résultats. Un graphique illustre cela : les résultats diminuent en fonction de la durée de l'utilisation des TIC. C'est vrai au niveau national : le Japon la Corée, Shanghai, ont de très bons résultats alors que les ordinateurs sont absents à l'école. D'une certaine façon c'est aussi le cas de la France. Ca se vérifie aussi à une échelle plus petite : en Italie les établissements qui ont les meilleurs résultats en compétences mathématique ou de lecture dans un environnement numérique sont ceux qui utilisent le moins le numérique...

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Temps de génération de la page : 0.248 secondes
Propulsé par Kunena