Recherche avancée

Résultats de recherche (Recherche de : (Eduscol))

  • Loys
  • Portrait de Loys
11 Fév 2013 11:01 - 15 Aoû 2014 14:38
Réponse de Loys sur le sujet "iPads en Corrèze, des outils pour des usages variés" (Éduscol)

Des iPads en Corrèze

Catégorie : Les expériences des collectivités territorales en France

A lire dans le "Café Pédagogique" du 11/02/13 : "Ordicollège 19 : L'Inspection note Hollande" .



Le rapport de l'IGEN : cache.media.education.gouv.fr/file/2013/...-COLLEGES_240803.pdf
  • Loys
  • Portrait de Loys
02 Fév 2013 14:33
Réponse de Loys sur le sujet "iPads en Corrèze, des outils pour des usages variés" (Éduscol)

Des iPads en Corrèze

Catégorie : Les expériences des collectivités territorales en France

Mettre en avant que la tablette est un produit sans clavier tout en argumentant sur la nécessité de faire le choix de tablettes françaises comme le fait l’association Pullco (« il existe des tablettes françaises compétitives », La Montagne, 29/01/13), (« Pourquoi utiliser des tablettes Apple alors que nous avons des tablettes françaises, Archos », L’Echo de la Corrèze, 28/10/13) interroge : la tablette Apple serait donc un produit de moindre qualité que la tablette Archos (également fabriquée en Chine), alors qu’aucune des deux n’a de clavier physique ?

Mauvaise foi : à même défaut, l'un des deux est bien moins cher et français, c'est tout.

Les collectivités locales sont soumises à une réglementation précise et contraignante dans le cadre des marchés publics. Pour Ordicollège, il s’agit d’un appel d’offres européen, qui a été remporté par une société française et non par Apple. Aucune offre de matériel « français » n’a été déposée, pas plus que d’offres sous environnement « libre ».

Pour la bonne raison qu'il n'existe quasiment pas de tablette sous environnement libre : on ne vend généralement que ce qui est payant. :doc:

A l’État pourrait revenir la charge de promouvoir des solutions libres qui à terme lui permettrait d'économiser des sommes substantielles.

Le budget engagé par le Conseil général n’est pas uniquement destiné à l’acquisition du matériel, il revient pour une bonne part à la société française qui a remporté le marché. La chaîne de préparation, la logistique, la gestion administrative, représentent des emplois. La fabrication de la coque de protection a été confiée à une société française, les équipes techniques du constructeur le sont également.

Bref en achetant Apple, on achète français sans le savoir : il fallait y penser ! :rirej

L’association Pullco défend le logiciel libre selon quatre principes : la liberté d’exécuter le programme sans restrictions, la liberté d’étudier le fonctionnement du programme, la liberté de redistribuer des copies du programme, la liberté d’améliorer le programme et de publier ses améliorations. Cette approche, parfaitement recevable, ne répond pas pour autant aux objectifs fixés dans le cadre d’Ordicollège.

Le Conseil général de la Corrèze a fait le choix, depuis 2008, d’équiper les collégiens dans le but de favoriser les apprentissages et la réussite scolaire, notamment pour les élèves en difficulté, et de réduire la fracture numérique. Sans conditions de ressources, ni contraintes liées à la nécessité d’un abonnement internet au domicile. Objectif atteint, comme en atteste le rapport réalisé par la mission d’évaluation de l’Inspection générale de l’Education nationale. Rapport qui souligne également le choix judicieux de la tablette.

L'objectif d'équipement est atteint, pour un prix astronomique. Mais pour l'objectif de "favoriser les apprentissages et la réussite scolaire", on attend toujours d'en avoir la démonstration.

Pédagogiquement, cette opération s’inscrit dans la mise œuvre au Collège des compétences définies par le référentiel Education nationale B2i (brevet informatique et internet, mis à jour en décembre 2011).

Le B2i porte sur les pratiques, « les évolutions d’Internet et le développement des usages pédagogiques du numérique afin de mieux préparer les élèves à un usage responsable de ces technologies » ; les objectifs sont les suivants : acquérir, stocker et traiter des informations pour produire des résultats, être un utilisateur averti des règles et des usages de l’informatique et de l’internet, composer un document numérique, chercher et sélectionner l’information demandée, communiquer, échanger.

Bref Ordicollègue revendique un certain analphabétisme numérique. Et Apple, si l'on suit la logique d'OrdiCollège, la marque de tablettes achetée partout en France.

L’informatique n’est pas une matière enseignée au collège. Ce sont ses usages qui sont au programme et le logiciel (ou application) ne représente qu’une infime part dans ce contexte. Il convient au passage de ne pas faire d’amalgame entre logiciels et ressources pédagogiques, ces dernières pouvant fonctionner avec un logiciel ou de façon autonome.

Avec l'ergonomie Apple, l'élève est dispensé de toute distance réflexive sur le numérique. Seul l'usage - simplifié autant que possible - est important : quel bel aveu !

Et la connaissance du logiciel libre, elle ne fait pas partie des usages, bien sûr. Quant à la réflexion critique sur la société de consommation, n'en parlons pas.

A partir de ce constat, il est facile de comprendre que les objectifs défendus par l’association Pullco sont éloignés du contexte d’Ordicollège.

L’exclusion de l’accès au savoir n’est pas un argument recevable, chaque collégien étant destinataire du même matériel, des mêmes logiciels. Pas plus que l’idée d’un « enfermement dans le carcan » d’un constructeur.

C'est bien connu que les tablettes Apple sont des produits ouverts... :twisted:

Les fonctionnalités d’un navigateur internet, d’un traitement de texte ou d’un tableur sont identiques, quel que soit l’environnement système.

Eh bien non, justement. Un traitement de texte ou un tableur sur tablette n'offre que des possibilités très limitées en comparaison d'un environnement PC par exemple.

Au collège, ce sont les bases nécessaires à l’utilisation et à la compréhension de ces outils qui sont enseignées, sachant que plus tard, l’utilisateur sera libre de faire le choix de son environnement personnel...

Un libre choix bien orienté désormais... Pas besoin de publicité : le Conseil général de Corrèze travaille pour Apple !

... mais qu’il devra aussi s’adapter à l’environnement mis en œuvre dans son cadre professionnel.

Ce qui est plus facile quand on a appris avec un environnement Apple, familier à toutes les classes sociales.

L’association Pullco met en avant l’impossibilité d’utiliser les ressources en Flash, en oubliant qu’il ne s’agit pas d’une technologie libre et que celle-ci est aujourd’hui en voie de remplacement par le HTML5.

L'absence de Flash retire de fait l'accès à de nombreuses ressources pédagogiques numériques.

Concernant le téléchargement de logiciels (apps) sur les tablettes, bon nombre sont gratuites et utilisées dans le cadre d’Ordicollège. Par contre, il n’a jamais été question de faire payer des apps aux parents, l’utilisation de cartes bancaires étant interdite dans le cadre de la mise à disposition des tablettes.

Les applications gratuites ne représentent qu'une petite partie des applications disponibles sur l'AppStore.

Face aux arguments développés par l’association Pullco, il y a la réalité du monde des technologies. Qu’un matériel soit davantage plébiscité qu’un autre ne relève pas uniquement de la communication mise en œuvre par son fabricant. Les utilisateurs savent également faire preuve de discernement.

Le libre ne "communique" pas : c'est son tort. :doc:

En même temps, il n'en a pas les moyens.

L’association Pullco comprend parmi ses adhérents des spécialistes des programmes informatiques et c’est tout à son honneur. Mais l’immense majorité des usagers du numérique ne sont pas des passionnés des systèmes ou des entrailles des matériels et des logiciels, ce qui ne signifie pas pour autant que l’on puisse parler pour eux d’alinéation.

Ben si, justement. Une éducation au numérique qui commence par comme ça, c'est engageant. :pendu:

Cela dit, il est dommage que Pullco n’ait jamais engagé la moindre démarche envers Ordicollège ou pris contact avec ses animateurs pour se renseigner à la source sur l’opération.

C'est à dire que ce qui était bien pour les enseignants a été décidé par le Conseil général de Corrèze...

Les dirigeants de l’association auraient pu recueillir des informations vraies et précises, notamment sur le travail de recherche et de développement effectué dans le cadre d’Ordicollège. Ainsi, les responsables d’Unowhy, société française ayant remporté l’appel à projets du Ministère de l’Education, qui développent une tablette française (pour l’assemblage seulement) sur la base d’un environnement Linux, étaient en Corrèze le 28/01/2013 pour une réunion de travail sur Ordicollège.

Une "réunion de travail" en 2013, alors que l'équipement en iPads a été mis en œuvre en 2010 ? Le libre avance à grand pas !

Pour eux, la Corrèze est le département le plus en avance dans les usages pédagogiques du numérique et même loin devant les opérations engagées ailleurs en France.

On a hâte de les entendre promouvoir les iPads, en effet. :twisted:
  • Loys
  • Portrait de Loys
02 Fév 2013 14:09
Réponse de Loys sur le sujet "iPads en Corrèze, des outils pour des usages variés" (Éduscol)

Des iPads en Corrèze

Catégorie : Les expériences des collectivités territorales en France

Et réponse :



  • Loys
  • Portrait de Loys
01 Fév 2013 18:50
Réponse de Loys sur le sujet "iPads en Corrèze, des outils pour des usages variés" (Éduscol)

Des iPads en Corrèze

Catégorie : Les expériences des collectivités territorales en France

A lire cette lettre ouverte de Pullco, l'association pour la promotion de l'utilisation des logiciels libres en Corrèze : "iPads au collège : lettre ouverte au président du Conseil Général" (26/01/13)



  • Loys
  • Portrait de Loys
10 Oct 2012 12:39
Réponse de Loys sur le sujet "iPads en Corrèze, des outils pour des usages variés" (Éduscol)

Des iPads en Corrèze

Catégorie : Les expériences des collectivités territorales en France

Essayons d'être mesurés et honnêtes.

Ipads en Corrèze, des outils pour des usages variés

La distribution de tablettes numériques aux élèves suppose l’implication des professeurs dans l’appropriation de l’outil. Navigation, lecture, production... les usages sont nombreux. Quelques suggestions d’applications et de ressources.

On distribue aux élèves et ensuite on demande aux professeurs de s'impliquer : c'est la logique même. Et si l'on voulait respecter un tant soit peu la liberté pédagogique des enseignants, on les laisserait demander (ou non) à utiliser des tablettes.

La lecture n'est pas vraiment un usage révolutionnaire. La production est un terme un peu vague. Et la navigation est rarement chose souhaitable en classe.

La situation matérielle

Depuis 2010, le Conseil général de la Corrèze dote, le temps de leur scolarité, tous les élèves de 6e ainsi que leurs professeurs de tablettes numériques (voir l’article « Ordicollège : de l’ordinateur à la tablette », dans l’Ecole numérique n° 13 en page 42).

Coût de l'opération : 1,5 million d'euros par an, pour 2500 élèves de sixième et 800 enseignants. Soit 454€ par iPad environ, à peine moins que le prix de sortie neuf en 2010 (500€). A l'époque on trouvait déjà des notebooks à moins de 300€ dans le commerce.

Les matériels sont nominatifs, utilisables à la maison et connectés dès l’arrivée au collège si une borne est activée par un professeur.

Déjà dépassés puisque l'iPad 2 est sort en 2011 et l'iPad 3 en 2012.

Une plate-forme de maintenance et d’assistance1 mise en place par le Conseil général et une plate-forme pédagogique2 hébergée au CDDP – pour les ressources, la veille, les retours d’usages, les formations des enseignants ainsi que des laboratoires pédagogiques – assurent le suivi auprès des utilisateurs (familles et collège).

A voir

Des usages raisonnés

Il y aurait des usages non "raisonnés" ? :transpi:

Un déploiement n’est pas une expérimentation.

C'était pourtant une première en France et cet article de 2012 montre bien que la réflexion sur les usages suit le déploiement. :roll:

Il concerne l’ensemble des personnels et des élèves et nécessite un accompagnement important et régulier. La difficulté n’est pas de prendre en main les matériels, même si elle existe pour nombre de collègues...

L'iPad est conçu pour être utilisable par une enfant de deux ans. Si sous-utilisation il y a, elle provient à coup sûr davantage de l'inutilité ou même des inconvénients de la tablette que de l'incapacité des collègues à l'utiliser.

...mais plutôt d’intégrer le fait qu’une utilisation est possible dans le cadre du cours.

Les ambitions sont donc beaucoup plus limitées. Dommage, compte tenu du prix de cet équipement.

Si certains professeurs utilisent beaucoup l’Ipad en classe, il convient de privilégier des micro usages où l’iPad sera considéré en tant qu’outil.

Parce qu'il peut être conçu comme autre chose qu'un outil ?

Une recherche sur Internet, la lecture d’un point de cours pendant dix minutes, la réalisation d’un exercice ou une prise de notes par exemple. Cette utilisation raisonnable ne remet pas en cause, dans un premier temps, l’organisation du cours des enseignants et cela est rassurant quand on connaît les aléas de la technologie...

Mais non, voyons...

... et la propension des élèves à en savoir plus que l’enseignant sur ces outils.

Ben voyons : ils savent lancer une application ou changer le fond d'écran : les voilà promus experts du numérique !

Navigation, lecture et production sont la base des usages complétés pour certaines disciplines comme les langues ou la technologie avec des applications d’enregistrement dédiées à la discipline ou au point de programme.

A quoi ressemble un cours où chaque élève procède à des enregistrements ? :scratch:

Des applications phares

Keynote : utilisée et plébiscitée par les élèves eux-mêmes, cette application leur permet d’élaborer des présentations, notamment dans le cadre d’exposés ou de remise de travaux.

Toi aussi, fais ta keynote comme Steve Jobs. Choisis de jolies transitions, des motifs décoratifs et une petite musique pour agrémenter ta présentation.

Pages : ce puissant outil d’écriture aux potentialités non négligeables combine un traitement de textes simplifié et un outil de mise en pages.

Un traitement de texte : quelle révolution ! En plus c'est très pratique de taper un texte sur un écran tactile.

Ibooks : très utilisé en cours de littérature, cette application propose le téléchargement et la lecture de nombreux livres gratuits.

Un peu comme un livre, quoi. Plus besoin d'aller au CDI : même si tu ne lis jamais, stocke des milliers de livres sur ton iPad 16Go.

Elle permet également le classement, dans des collections personnelles, de documents PDF que les enseignants envoient à leurs élèves.

Extraordinaire : on peut même classer des documents.

Ces derniers peuvent alors surligner, copier des extraits de textes, y intégrer des notes grâce aux fonctions d’ajout de signets.

On se doute qu'ils se précipitent vers ces outils merveilleux.

L’envoi des notes se fait directement par mail au professeur.

Comment faisait-on avant ?

Neu.Notes : cette application gratuite permet de prendre des notes – qui peuvent être organisées en carnets – et de dessiner sur son Ipad.

Un peu comme une feuille, quoi. Mais en moins mince.

L’Ipad 1 permet par ailleurs la vidéo-projection de l’application.

Parce qu'une feuille ne peut pas être montrée aux autres.

Images, photos (Ipad 2), cartes géographiques (à partir de Google maps) peuvent y être insérées.
USB sharp : si 90 % des échanges entre professeurs et élèves se font par mail, le transfert de gros fichiers est parfois problématique. USB sharp est une application qui permet de créer une clef USB virtuelle sur sa tablette. Cet espace de stockage accueille de nombreux formats de fichiers. Tout document placé dans USB sharp peut être ouvert dans différentes applications sur la tablette sans avoir à le télécharger à chaque fois. Mais l’aspect le plus intéressant de USB sharp est de pouvoir transférer des documents depuis votre ordinateur personnel, sous n’importe quel système d’exploitation (Mac, Ubuntu, Windows...), vers la tablette et inversement en utilisant une connexion Wi-Fi et sans passer par un compte Itunes.

Bref, une tablette dont il faut contourner le système de transfert natif. C'est bien pratique. Ne parlons pas des problèmes d'interopérabilité : Pages peut ouvrir des documents Word basiques, mais attention aux documents élaborés...

Des ressources différentes

Le souhait de disposer de manuels numériques sur les tablettes, même s’il est encore présent en Corrèze, est néanmoins en train de s’étioler.

Pour quelle raison ?

C'est l'un des grands arguments en faveur des tablettes (le poids) qui s'envole.

Les enseignants commencent à construire leurs propres ressources et, au vu des crédits alloués pour les renouvellements de manuels, les équipes éducatives sont à la recherche de solutions alternatives au manuel numérisé ou numérique.

Façon polie de dire que le manuel numérique coûte beaucoup trop cher. :twisted:

Ci-dessous, des ressources qui ne remplacent pas forcément le manuel classique mais qui sont utilisées par des enseignants.

L’Académie en ligne

Le site de l’Académie en ligne présente l’ensemble des programmes de l’école et offre une mine de ressources pour l’élaboration de cours et d’exercices. La navigation peut poser quelques difficultés au niveau des menus déroulants mais on peut la contourner en utilisant la recherche avancée. http://www.academie-en-ligne.fr/default.aspx

Lelivrescolaire.fr

Ce manuel numérique personnalisable et vidéoprojetable propose l'intégralité du contenu des livres en accès libre et en téléchargement sur Ipad. Des outils interactifs sont disponibles en ligne pour évaluer ses élèves et travailler par compétence.

Le travail par compétence se prête idéalement à l'évaluation informatisée. :twisted:

Des centaines d'exercices interactifs sont réalisables en ligne.
http://lelivrescolaire.fr

Les ibooks ou ebooks des professeurs sur des points de cours

Une quinzaine d’ebooks ont déjà été réalisées par le CRDP de Limoges et seront bientôt disponibles sur l’iTunesU du CRDP.

Ils seront disponibles en 2013 pour des tablettes achetées en 2010 ? Pourvu qu'il ne leur arrive pas ce qui est arrivé au manuel de Yann Houry ...

Ces granules pédagogiques...

:shock:

...qui correspondent aux points de programmes sont élaborées dans le cadre d’un laboratoire pédagogique « tablette ». Ce dernier a pour vocation de définir un cahier des charges de production et d’aider les enseignants à réaliser leurs propres ressources au format tablette.

On produit donc les ressources après avoir équipé l'école. En bonne logique.

Learningapps.org

Outil d’aide à la création de batteries d’exercices exécutables par les élèves sur leur tablette, LearningApps est une application en ligne visant à soutenir les processus d’enseignement et d’apprentissage au moyen de petits modules interactifs. Les modules existants peuvent être directement reliés au contenu des leçons, mais les utilisateurs peuvent également les modifier ou en créer de nouveaux. L’objectif est de rassembler des modules réutilisables et de les mettre à la disposition de tous.

Pourquoi pas, mais des exercices numériques sont nécessairement plus limités que les exercices que l'on peut donner à des élèves. Impossible d'évaluer la qualité de rédaction d'une phrase par exemple.

Panorama de l’art

Panorama de l’art est un site (et non une application) créé en collaboration avec la Réunion des musées nationaux. Le site couvre tous les champs de l’histoire des arts (peinture, sculpture, architecture...) et toutes les périodes, de la préhistoire au XXe siècle. Une visite particulièrement intéressante sur les ipads des élèves.
http://www.panoramadelart.com

Site intéressant, effectivement. Avec iPad ou pas...

Cette vision non exhaustive des différents usages de l’Ipad présente tout l’intérêt que l’enseignant pourra éprouver à l’utilisation de cet outil. Selon ses besoins et sa matière d’enseignement, les possibilités pédagogiques, pour ce dernier, deviennent très vite immenses.

Des usages assez vagues, finalement, dont la plupart ne différent pas des autres tablettes (moins chères) et des PC (dont les possibilités sont bien plus grandes). On a du mal à comprendre l'intérêt spécifique de l'iPad.
  • Loys
  • Portrait de Loys
06 Nov 2012 17:18
Réponse de Loys sur le sujet Enquête PROFETIC sur les pratiques numériques des enseignants (Éduscol)

Enquêtes PROFETIC

Catégorie : Le pilotage de l'école numérique

  • Loys
  • Portrait de Loys
10 Oct 2012 13:34 - 11 Sep 2014 18:42
Réponse de Loys sur le sujet Enquête PROFETIC sur les pratiques numériques des enseignants (Éduscol)

Enquêtes PROFETIC

Catégorie : Le pilotage de l'école numérique

Les quelques chiffres que je retiens de cette étude, conduite par internet et avec des collègues utilisant leur mail académique (ce qui biaise quelque peu l'étude). On aimerait savoir quelles disciplines sont représentées et dans quelle proportion.

87% d'enseignants autodidactes concernant les TIC : La formation en autonomie reste le mode d'acquisition des compétences le plus répandu dans le cadre des TICE

Comme quoi, on se forme très bien à l'usage des TIC sans avoir besoin de le faire à l'école.

Des enseignants toujours convaincus de l'intérêt des TIC : 9 enseignants sur 10 sont convaincus de l'intérêt des TIC pour diversifier les pratiques, préparer les cours et les rendre plus attractifs

Cette phrase est malheureusement très équivoque. Bien entendu que les TIC sont un plus dans la pratique professionnelle mais il ne faudrait pas confondre usage des TIC par le professeur chez lui ou en classe et usage des TIC par les élèves en classe ou chez eux. Ce sont des choses bien différentes.
A noter que le matériel professionnel que les professeurs utilisent chez eux (ordinateur, tablette, accès internet) est pour l'immense majorité financé par eux-mêmes. C'est autant d'économisé pour l’État.
Parmi les facteurs dissuasifs de l'usage des TIC, trois sur les quatre premiers semblent difficiles à améliorer. Seul l'équipement peut l'être :

La taille des groupes d'élèves 68%
Un équipement informatique insuffisant 51%
Un équipement informatique obsolète, défectueux, ou inadapté 42%
Les contraintes horaires de la discipline enseignée 38%

  • Loys
  • Portrait de Loys
10 Déc 2012 12:29
Réponse de Loys sur le sujet "Pratiques des médias sociaux chez les collégiens et lycéens : l'exemple de Facebook" (Éduscol)

Facebook à l'école

Catégorie : Le réseautage

Selon le sondage 65% des collégiens questionnés disposent d'un compte Facebook.

Sachant que 50% des collégiens ont moins de treize ans et ne peuvent théoriquement pas ouvrir de compte... Le sondage l'indique par ailleurs :

68 % l’ont ouvert à moins de 13 ans !

Alors autant que l'école les y encourage, non ?

Facebook est le royaume des amis, les vrais, les faux, les connus ou inconnus. 59 % des collégiens ont entre 101 à 500 amis et 5 % plus de 1 000. Ces amis sont les membres de la famille (89 %), des copains (96 %), des copains de collège (51 %) et des inconnus pour 13 %.

Vive la nouvelle "socialité" !

36 % qualifient Facebook de génial, mais seuls 18 % pourraient s’en passer.

De là à parler d'addiction...
  • Loys
  • Portrait de Loys
10 Oct 2012 21:30
Réponse de Loys sur le sujet "Gérer les mobiles en classe" (Éduscol)

Bring your own device (BYOD)

Catégorie : Face aux écrans

Pour relancer ce topic sur la "gestion des mobiles en classe", cet article du "Monde" du 10/10/12 : "Un enseignant agressé par un parent d'élève à Lyon" .

Extrait ]Selon les premiers éléments de l'enquête, une dispute aurait éclaté mardi matin pour une raison indeterminée entre la lycéenne et son professeur d'éducation physique du lycée La Martinière-Duchère, dans le 9e arrondissement de Lyon.

Mécontente, l'adolescente a appelé son père pour se plaindre et ce dernier s'est alors rendu dans l'établissement pour demander des comptes à l'enseignant. Il a été interpellé peu après.[/quote]
  • Loys
  • Portrait de Loys
10 Sep 2012 17:52
Réponse de Loys sur le sujet "Gérer les mobiles en classe" (Éduscol)

Bring your own device (BYOD)

Catégorie : Face aux écrans

Gérer les mobiles en classe

Enfin les mobiles ne s'allument pas tout seuls. L'art de la métonymie. :mrgreen:

L'auteur invite à se questionner de manière éthique et morale sur la gestion des mobiles dans les salles de cours...

Ah... C'est donc au professeur de se questionner de manière éthique et morale sur la gestion des mobiles des élèves.

...afin de faire ressortir des pistes permettant de favoriser les apprentissages scolaires et le mieux vivre ensemble.

Le mieux vivre ensemble oui, mais surtout AVEC les portables. :mrgreen:

Dans bon nombre d'écoles secondaires et centres de formation du Québec, les appareils mobiles des élèves sont interdits car ils nuisent en règle générale aux apprentissages scolaires. Cette interdiction, au vu des situations relatées par plusieurs enseignants et relayées par Benoit Petit dans sa présentation, constitue de prime abord une solution simple et pratique. Cela peut néanmoins tout aussi bien engendrer des difficultés plus importantes encore si l'on considère notamment les stratégies de contournement adoptées par les élèves. Cet atelier vise donc à mener une réflexion globale sur les différentes manières de gérer les téléphones portables et plus généralement les appareils mobiles des élèves en classe.

Appliqué à d'autres situations, ce raisonnement est convaincant. Renoncer à interdire les dépassements de vitesse parce que les automobilistes adoptent "des stratégies de contournement" par exemple...

Une réflexion éthique

Benoit Petit propose une approche de la problématique de gestion des mobiles en distinguant éthique et morale. L'éthique vise selon l'auteur à envisager une compréhension du phénomène de manière globale et de percevoir les différents points de vue (distanciation) tandis que la morale se situe davantage du côté de l'individu, à son positionnement propre et à la défense de son opinion en fonction des valeurs auxquelles il adhère (implication). Ainsi l'auteur suggère de se questionner de manière éthique sur les autres choix éventuels entre l'interdiction pure et le laisser-aller, les conséquences positives et négatives pour soi, les autres et le groupe de tels usages, les choix et les actions favorisant le mieux vivre ensemble.

C'est curieux, de parler de morale et d'éthique à adapter en fonction de leurs éventuelles "conséquences". :scr

Impliquer les élèves

Le scénario imaginé par l'auteur consiste à inviter les élèves à apporter tous leurs appareils mobiles en classe, à les disposer sur une table centrale afin de les observer puis à réfléchir à la manière de les utiliser à l'école, notamment en leur demandant en quoi l'usage des mobiles en cours peut nuire aux apprentissages. Plusieurs éléments de nuisance sont évoqués par les participants : bruit, distraction, perte de concentration, vol, accentuation de la fracture numérique. Cette question des "effets nuisibles" est également posée vis-à-vis des individus : frein à la spontanéité, gestion du temps de l'enseignant, captation d'images et de vidéos au sein de la salle de classe.

Ça méritait bien un vrai temps de réflexion.

A l'inverse, Benoit Petit invite les acteurs présents à réfléchir également sur les effets pédagogiques bénéfiques (disponibilité des sources, accessibilité, travail collaboratif, personnalisation des apprentissages, accès à des outils de production, mobile comme outil d'engagement de l'élève) et sur l'aide apportée aux personnes (autonomie, coût moindre en matière d'équipement, motivation accrue, rétroaction immédiate pour l'enseignant).

C'est curieux, mais tous ces avantages me semblent plutôt des inconvénients. :xx

Ces différentes propositions orientent les échanges sur la possibilité d'énoncer des règles qui permettraient "d'aider sans nuire" aux apprentissages.

Donc autoriser en comptant sur la sensibilisation morale des élèves. M. Petit a-t-il déjà enseigné ? :pendu

A nouveau plusieurs idées sont mises en avant : passage en mode vibreur, périodes d'utilisation déterminées, visibilité physique des appareils, outil d'évaluation des traces, prêt d'appareils mobiles pour garantir une certaine équité, co-élaboration avec les élèves d'une charte d'utilisation des mobiles.

Le prêt d'appareil est assez cocasse... :lol:

Ces règles se doivent d'être accompagnées des modalités de gestion (élèves et enseignants, auto-gestion, sanctions, identification des exceptions)

Voilà qui va être simple...

Des considérations à retenir

Benoit Petit souligne un certain nombre de points qu'il juge essentiels dans la gestion des appareils mobiles en classe. Il estime qu'il est "très important d'impliquer les élèves dans le processus" mais qu'il ne faut non plus "négliger le point de vue de l'enseignant...

C'est très aimable à lui... :roll:

...(prise en compte des craintes, démarche progressive) tout en veillant à faire la part des choses en faisant ressortir aussi bien "le positif que le négatif". Ces trois considérations, selon l'auteur, ne s'appliquent pas d'ailleurs uniquement aux seuls appareils mobiles mais peuvent être ré-utilisées pour l'ensemble des TIC qu'elles soient nomades ou non.

Ah... on peut aussi apporter son baladeur, sa console, sa tablette etc. ?

Il faut que je trouve un smiley qui fume...
Affichage 11 - 20 de 95 résultats.
Temps de génération de la page : 0.419 secondes
Propulsé par Kunena