Recherche avancée

Résultats de recherche (Recherche de : baut)

  • Loys
  • Portrait de Loys
08 Jui 2020 11:46 - 30 Jui 2020 15:57
Réponse de Loys sur le sujet Romain Goupil

L'image des enseignants selon...

Catégorie : Être enseignant aujourd'hui

Déchaînement début juin.







Un ministre anonyme le 8/06/20 : www.franceinter.fr/emissions/l-edito-eco...ito-eco-08-juin-2020

Si les salariés de la grande distribution avaient été aussi courageux que l'éducation nationale, les français n'auraient rien eu à manger


www.la-croix.com/Famille/Education/Lenga...020-06-08-1201098034

Lucie Robequain (Les Echos) dit: Seuls 55 % des enseignants ont repris le chemin de l'école. Une démobilisation coupable, alors que les élèves français décrochent des classements internationaux. [...] plus le virus s'éloigne , plus leur refus de retrouver les élèves devient indéfendable. Cette moitié de professeurs qui déserte les salles de classe, pour des raisons plus ou moins légitimes, rend un fort mauvais service à l'autre, qui remplit ses missions parfois bien au-delà de ses prérogatives. Elle abandonne cette population qu'elle prétend défendre, à savoir ces enfants modestes qui n'entendront jamais parler de Voltaire en dehors d'une enceinte d'école.


www.lesechos.fr/idees-debats/editos-anal...-obligatoire-1209598

www.francetvinfo.fr/sante/maladie/corona...s-cours_4002467.html




www.arretsurimages.net/chroniques/le-mat...urnalisme-decrocheur

Sur le plateau de "LCI" du 9 juin, un journaliste du "Figaro" estime l'erreur de Blanquer a été le volontariat pour les élèves et les profs. Le lendemain, la petite musique monte d'un cran.



mobile.francetvinfo.fr/sante/maladie/cor...n-classe_4002361.amp

etudiant.lefigaro.fr/article/philippe-vi...a-9b8c-47d41d64ffb0/

[ Cliquer pour agrandir ]


www.lemonde.fr/societe/article/2020/06/1...ue_6042443_3224.html





Reprise des "révélations de France 2" : www.capital.fr/economie-politique/enseig...n-de-naturel-1372444

Débogage énorme : www.lci.fr/education/40-000-enseignants-...nuancer-2156127.html





Même dans les cours particuliers, 25% des enseignants auraient déserté : www.lefigaro.fr/actualite-france/soutien...-a-la-peine-20200611

Marianne : www.marianne.net/societe/ecole-quand-les...fs-sechent-les-cours

amp.ouest-france.fr/education/enseigneme...es-critiques-6866863

www.lejdd.fr/Politique/tribune-comment-a...u-des-radars-3974662

[ Cliquer pour agrandir ]


Et conclusion naturelle : www.ladepeche.fr/2020/06/13/comment-jean...a-lecole,8930991.php

Le ministre voit s'exacerber les traits de caractère qui préexistaient chez chacun : ces profs habités par une grande conscience professionnelle qui se transforment en véritables héros et ceux qui manquent à l'appel. Il voit se dessiner la carte des absentéistes qui, peu à peu, épouse celle des grévistes du BAC 2019.


Conclusion : toute cette polémique fondée sur un chiffre fantaisiste.

www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/202...6043048_4355770.html

www.slate.fr/story/191709/tribune-defens...rocheurs-confinement

www.telerama.fr/television/un-boulevard-...a-gogo-s-6653026.php

Mais "Le Figaro" persiste et signe :

www.lefigaro.fr/actualite-france/y-a-t-i...decrocheurs-20200615
www.lefigaro.fr/actualite-france/selon-4...nt-decroche-20200618



[ Cliquer pour agrandir ]




Ce message contient des informations confidentielles


www.arretsurimages.net/articles/alors-5-...ocheurs-vrai-ou-faux





www.lepoint.fr/societe/ces-profs-qui-ont...-2020-2381871_23.php

26/06/20 : www.arretsurimages.net/emissions/arret-s...fait-beaucoup-de-mal



  • Loys
  • Portrait de Loys
23 Mai 2020 19:50 - 23 Mai 2020 19:57
"Les écrans menacent-ils le langage ?" (Béatrice Kammerer) a été créé par Loys

"Les écrans menacent-ils le langage ?" (Béatrice Kammerer)

Catégorie : Face aux écrans

Dans "L’École des parents" (FNEPE) d'avril-mai-juin 2020 (à paraître), une enquête de Béatrice Kammerer : "Les écrans menacent-ils le langage ?"

Les écrans menacent-ils le langage? (spoil: pas vraiment, voire vraiment pas, en tout cas c'est plus compliqué que de crier au loup) Mon enquête pour la revue de l'Ecole des parents avec des bouts des passionant-e-s Franck Ramus, Mara Candea, Véronique Favre, Jean-Michel Le Baut


www.ecoledesparents.org/categorie-produit/revue/

Fascinant que les choses puissent être plus compliquées quand on interroge des gens qui sont tous d'accord.
  • Loys
  • Portrait de Loys
05 Fév 2020 21:11 - 05 Fév 2020 21:32
Réponse de Loys sur le sujet "Stéphanie Dubarry : Enseigner le français en classe coopérative" (Café pédagogique)

Les pédagogies coopératives (dont l'enseignement "mutuel")

Catégorie : Les pédagogies "nouvelles"

Nouvelle apologie dans le "Café pédagogique" du 3/02/20 : "Stéphanie Dubarry : Enseigner le français en classe coopérative"



  • Loys
  • Portrait de Loys
12 Jan 2020 21:14
"Mathieu Billière : Viol et consentement, approche pédagogique" (Café pédagogique) a été créé par Loys

"Mathieu Billière : Viol et consentement, approche pédagogique" (Café pédagogique)

Catégorie : Les pédagogies "nouvelles"

  • Loys
  • Portrait de Loys
05 Jan 2020 23:16 - 05 Jan 2020 23:17
Réponse de Loys sur le sujet "Éduquer aux jeux vidéo : retour critique sur l’esprit critique" (Romain Vincent)

Apprendre l’histoire par le jeu vidéo

Catégorie : La ludification

  • Loys
  • Portrait de Loys
02 Déc 2019 23:53 - 04 Déc 2019 21:50
Réponse de Loys sur le sujet "Français au lycée : Faire face ?" (Café pédagogique)

L'enseignement du français dans la réforme du lycée

Catégorie : La réforme du lycée

AFEF et Lettres vives : www.cafepedagogique.net/LEXPRESSO/Pages/...108673143936539.aspx





www.cafepedagogique.net/lexpresso/Pages/...110406003124881.aspx




Dominique Bucheton dit: Pour finir : coup de projecteur sur un mot tabou, argumenter ! Le terme même d’argumentation n’apparaît plus dans aucun des nouveaux programmes de français des lycées généraux et professionnels.

Dominique Bucheton a dû lire les programmes un peu vite...

cache.media.education.gouv.fr/file/SP1-M..._annexe2_1062930.pdf

p. 11 dit: La littérature d’idées du XVIe siècle au XVIIIe siècle

L’objectif est de permettre aux élèves d’acquérir une culture humaniste en faisant dialoguer textes anciens et textes contemporains, afin de donner aux interrogations qui sont les leurs une profondeur et une ampleur nouvelles. La littérature d’idées contribue à forger en eux une mémoire culturelle et à développer leurs capacités de réflexion et leur esprit critique. Les textes d’idées sont étudiés dans leur développement logique et le mouvement de leur argumentation

  • Loys
  • Portrait de Loys
26 Nov 2019 14:20 - 26 Nov 2019 14:23
"Face aux écrans, la bataille des enseignants pour maintenir l’attention des étudiants" (Le Monde) a été créé par Loys

"Face aux écrans, la bataille des enseignants pour maintenir l’attention des étudiants" (Le Monde)

Catégorie : Face aux écrans

  • Loys
  • Portrait de Loys
31 Oct 2019 07:57 - 28 Jan 2020 22:06
Réponse de Loys sur le sujet "Français au lycée : la confusion règne ?" (Café pédagogique)

L'enseignement du français dans la réforme du lycée

Catégorie : La réforme du lycée

14/10/19 dans le "Café" : "Profs de français au lycée : Au secours !"





Tribune sur le grand oral du nouveau bac dans "Le Monde de l'éducation" (abonnés) du 15/10/19 par Roger-François Gauthier : "L’école s’apprête enfin à préparer des élèves à une des compétences majeures de la vie"

Avec cette curieuse méconnaissance de l'épreuve de français :

Et c’est bien de cet horizon quasi uniquement « écrit », de contemplation littéraire et d’interprétation de « grands textes » qu’il convient d’extirper l’enseignement du français. En dit long le fait que ce soit dans le cadre de cet enseignement qu’ait pu se développer et fleurir cette épreuve totalement contraire aux exigences d’un oral authentique qu’est l’épreuve de « récitation de fiches » intervenant en fin de 1re. En dit long, aussi, le fait que l’oral, ne sachant où il habitait à l’école, s’est vu projeter aux extrêmes, c’est-à-dire promis aussi bien au rôle prestigieux d’un « grand oral », qu’à celui dévalorisé d’« oral de rattrapage ».

  • Loys
  • Portrait de Loys
25 Sep 2019 20:44 - 03 Oct 2019 19:14
Réponse de Loys sur le sujet La (nouvelle) réforme du lycée général et technologique

La (nouvelle) réforme du lycée général et technologique

Catégorie : La réforme du lycée

www.marianne.net/societe/eleves-inconnus...e-terrain-les-angles
www.leparisien.fr/amp/societe/des-millie...-10-2019-8165106.php

Dans "Le Monde" (abonnés) du 30/09/19 : www.lemonde.fr/societe/article/2019/09/3...ee_6013549_3224.html

Ce message contient des informations confidentielles


Intéressant de noter le soutien implicite à cet aspect de la réforme - la disparition des classes - de la part de ceux qui se présentent comme "progressistes" :

Remettre en cause le paradigme sur lequel s’est construite l’école républicaine (« plus pour des raisons politiques que pédagogiques », rappelle l’historien de l’éducation Claude Lelièvre) heurte la culture scolaire. « Sous Jules Ferry, un enseignant face à une même classe d’élèves qui font tous la même chose en même temps, c’est la garantie que l’appartenance au groupe l’emporte sur l’individu », souligne l’historien. Ce modèle dit « simultané », héritier des écoles chrétiennes de Jean-Baptiste de La Salle, n’a pas pour finalité d’émanciper la jeunesse.

Voilà donc deux siècles que l'on forme la jeunesse sans vouloir l'émanciper ! :santa:

Cette caricature de Claude Lelièvre est d'autant plus absurde que le modèle reste bien celui de l'enseignement simultané : le professeur enseigne bien face à une classe mais il n'a plus face à lui un seul et même groupe-classe, mais des groupes hétéroclites.

« Dans cette forme scolaire standardisée, le groupe est fédéré par la figure centrale du maître, unique tenant des savoirs et garant de la moralité des jeunes », souligne Sylvie Jouan, enseignante à la faculté d’éducation de l’université de Montpellier.

On se demande bien le rapport avec la réforme du lycée. Cette l'impression de lire des gens hors-sol, qui au fond applaudissent (pour des raisons idéologiques : le constructivisme scolaire) la réforme sans même en connaître les principes... :shock:

Pour Nathalie Mons, la réforme ne va pas assez loin : elle appelle également à un système dans lequel la classe n'aurait plus d'importance.

Variante de ce "progressisme" : cette situation doit être relativisée puisqu'elle existait déjà :

« Dans chaque classe, il y a toujours eu des sous-groupes constitués autour des choix de langues ou d’options », nuance-t-on au syndicat des infirmiers scolaires Snies-UNSA – les germanistes, les latinistes, les russophones… « Que ces groupes augmentent avec la réforme du lycée peut en déstabiliser certains – les élèves fragiles, introvertis – mais cela offre sans doute aussi une opportunité de tisser des liens sur de nouvelles bases », observe Annie Routier, infirmière scolaire.


Une question résonne en salle des professeurs : « Comment fait-on pour organiser les conseils de classe ? » « Comment, avec autant d’enseignants, se mettre tous d’accord sur le profil des élèves… et comment, très concrètement, trouver un lieu et un moment pour se réunir ? », questionne Jean-Michel Le Baut, enseignant de lettres à Brest. Résoudre ce casse-tête technique incombe aux proviseurs, qui, pour leur syndicat majoritaire, le SNPDEN-UNSA, ont passé beaucoup plus de temps que d’ordinaire à préparer cette rentrée.

« Il faudrait peut-être réinventer ce rituel quelque peu figé et inefficace qu’est le conseil de classe, pour en faire autre chose qu’une caisse enregistreuse des résultats trimestriels », suggère M. Le Baut.

Il faut passer à la vitesse supérieur et, après la classe, supprimer logiquement les conseils de classe. Pour justifier cela, il suffit en effet de les caricaturer comme fait M. Le Baut.

Heureusement, Jean-Michel Le Baut voit l'avenir dans la classe en ligne :

Fichier attaché :




  • Loys
  • Portrait de Loys
17 Sep 2019 10:19 - 17 Sep 2019 10:40
"Le rituel de la fiche de renseignements fait débat" (Le Monde) a été créé par Loys

"Le rituel de la fiche de renseignements fait débat" (Le Monde)

Catégorie : Être enseignant aujourd'hui

Dans "Le Monde" (abonnés) du 16/09/19 : www.lemonde.fr/education/article/2019/09...5511059_1473685.html
Ce message contient des informations confidentielles

Je ne pratique pas la fiche de renseignement en début d'année mais cet article sur un "rituel angoissant" appelle néanmoins quelques commentaires.

« Moi, je bloquais dès qu’on me parlait “d’adresse”. Le mot me ramenait au divorce de mes parents, à la vente de notre maison, au changement de quartier, de copains… »

Cette ancienne a donc "très mal vécu" qu'on lui demande... son adresse. Quant à cette idée que les enseignants demandent des renseignements aux élèves pour "les mettre dans une case" quand ils cherchent simplement à mieux connaître leur environnement...

une majorité en retire de la « gêne », au point que « près des trois quarts, a estimé la chercheuse, déploient des stratégies pour ne pas dire toute la vérité ».

En admettant ce constat, il y a une certaine marge entre "de la gêne" et un "rituel angoissant" ou une rentrée "très mal vécue"...

« J’ai un peu honte qu’on juge mes parents (…). Je ne vois pas à quoi sert de savoir ce qu’ils font », a ainsi confié Eva. « Je ne comprends pas ce truc de nous définir par nos parents… A un âge où on est en quête d’indépendance, d’identité, c’est frustrant », a commenté Clément.

Mais qui veut définir un élève par ses parents ?

Connaître la profession des parents, c'est au contraire identifier - potentiellement - les élèves qui auront le plus besoin d'aide, notamment dans la perspective de la poursuite d'études supérieures.

Les plus à l’aise avec la culture scolaire sélectionneront les loisirs les mieux vus. » Ils auront ainsi plus de chances d’êtres identifiés par leurs professeurs comme des élèves « à fort potentiel », ce qui peut pousser ces derniers à les regarder « plus favorablement », à en attendre davantage de leur part, voire à leur en donner plus sur le plan des enseignements. Un « effet Pygmalion », identifié par les chercheurs en psychologie à la fin des années 1960, et qui peut participer à l’amplification des inégalités à l’école.

L'école des années 1960 n'est plus tout à fait la même que l'école des années 2010...

En revanche, il est amusant que soit ici fustigée la fiche de renseignement (sans grande conséquence) quand c'est tout l'esprit du système qui de plus en plus valorise les parcours socialement privilégiés (activités extra-scolaires, pratiques artistiques, voyages linguistiques, année de césure etc.) au détriment du seul mérite scolaire.

Lui-même prend appui sur des « portraits croisés oraux » ou des « autoportraits numériques avec nuage de mots ».

Donc la demande d'une mise en scène de soi serait moins traumatisante que la demande de simples renseignements factuels... Ce que peut une certaine pédagogie, tout de même.

Il y a toujours le risque qu’elle influence les attentes – notamment les pratiques d’évaluation – de l’enseignant ».

De fait, tout bon professeur détermine la note d'une copie en fonction de la profession des parents...

Bref, encore une façon de faire le procès des enseignants en cette rentrée 2019.
  • Loys
  • Portrait de Loys
16 Sep 2019 14:36 - 19 Sep 2019 22:45
Réponse de Loys sur le sujet Pratique de lecture collective : "l'arpentage"

Pratique de lecture collective : "l'arpentage"

Catégorie : Les pédagogies "nouvelles"

Consécration de cette pratique :


www.cafepedagogique.net/lexpresso/Pages/...042166779700619.aspx




Voilà qui constitue un nouveau développement de la pédagogie socio-constructiviste (les élèves co-constructeurs de leur savoir) qui mérite quelques commentaires, puisque cette mode est destinée à s'imposer un peu partout :

Déchirer un livre en autant de parties qu’il y a de lecteurs dans la classe : acte sacrilège ou activité féconde ? Cette proposition se nomme « arpentage » : elle est apparue dans la culture ouvrière dès la fin du 19ème siècle et a été développée par l’éducation populaire.

"acte sacrilège ou activité féconde ?" La réponse semble ici dans la question.
Deux points posent problème d'emblée :
- l'origine historique de "l'arpentage" n'est ici qu'un copié-collé très évasif et qui plus est tronqué : son but, notamment, n'est pas renseigné
- de fait, ce but, tel qu'il est présenté la plupart du temps, a trait à la diffusion (populaire) du savoir. Quel rapport avec la découverte d'une œuvre littéraire ?

Pourquoi et comment la mettre en œuvre en classe ? Aurore Delubriac, professeure au collège Didier Daurat à Mirambeau, en éclaire les intérêts : une séance de lecture morcelée puis partagée permet à chaque élève de s’approprier l’œuvre et à la classe de se construire une culture commune. L’activité parait avoir pour effet « de dédramatiser la lecture, voire de susciter l’envie de lire ».

"s'approprier" une œuvre en n'en lisant qu'une petite partie semble très factice : en bonne logique, quel sens pour l'élève de "susciter l'envie de lire" quand l’œuvre est réputée déjà lue collectivement ?

De fait, l'"envie de lire" est ici postulée sans preuve particulière. La suite de l'entretien est plus mitigé, comme on le verra.

Elle semble adaptable dans différents contextes pour aider à lire collectivement des œuvres difficiles à lire seul, longues ou complexes.

Il s'agit donc de renoncer (dans le cadre de cet exercice) à lire seul et des œuvres longues. Le concept de lecture "collective" laisse par ailleurs perplexe : on touche ici l'absurdité des pédagogies dites collaboratives...

Et si, pour réussir l’appropriation, il fallait prendre le risque de la fragmentation et de la désacralisation ? Et si déchirer les livres permettait de retisser du sens entre les pages et du lien entre les élèves ?

Il y a bien d'autres façons de fragmenter et de désacraliser (si tant est que soit nécessaire tant la lecture est aujourd'hui méprisée) que de déchirer un livre, c'est-à-dire le détruire...

Pour ce qui est de "fragmenter", la question de la pertinence pédagogique se pose au premier chef : quel sens de lire un extrait dont on ne peut rien comprendre sans avoir lu ce qui précède ?

Comment en êtes-vous venue à cette activité étonnante ?

Faire lire les élèves, les réconcilier avec cette pratique et leur montrer qu’elle peut être source de plaisir, est une gageure. J’échange régulièrement à ce sujet avec ma collègue professeure documentaliste, Marine Boulogne, qui a toujours des pistes très intéressantes à soumettre grâce au travail de veille qu’elle mène. Je suis en outre attentive à varier mes pratiques et à proposer à mes élèves autant que faire se peut, des activités différentes afin de maintenir/susciter leur intérêt. Ma collègue m’a donc fait part de la pratique de l’arpentage qui m’a immédiatement séduite par sa modalité fort singulière mais aussi en raison de tous les intérêts qu’elle présente. Je précise qu’il ne s’agit pas de systématiser cette pratique avec les élèves dès lors qu’il est demandé de lire un ouvrage mais de la proposer une ou deux fois dans l’année.

C'est une chance pour les livres...

L'"activité étonnante", c'est évidemment ce qui fait le professeur innovant et intéresse les médias...

Il importe en effet que les élèves se confrontent au maximum à la lecture d’œuvres intégrales en autonomie. Il s’agit juste de proposer une modalité de lecture différente qui s’avère féconde.

Mais qui n'a rien à voir avec la "lecture d’œuvres intégrales en autonomie"... :shock:

Pouvez-vous nous expliquer ce qu’est « l’arpentage » ?

L’arpentage, pratique qui vient de l’Education populaire, consiste à se partager la lecture d’une œuvre afin de se forger une culture commune. Il s’agit de déchirer un livre en plusieurs parties correspondant au nombre de lecteurs.

Mais pas une œuvre littéraire : quant à savoir si ce "partage" nécessite de déchirer une œuvre. Quand les mots n'ont plus de sens...

Vous avez mis en œuvre cette modalité de lecture en 5ème autour d’Alice au pays des merveilles : comment une telle séance se déroule-t-elle ?

Une œuvre longue et difficile ? Alice au pays des merveilles faisait partie de la liste de référence des ouvrages de littérature de primaire en 2013....

cache.media.eduscol.education.fr/file/Li...LE_3_2013_238809.pdf

Afin de préparer la venue du spectacle Alice Wonderooms joué par la compagnie Laurence Andreini, et en prolongement d’une séquence dédiée au conte merveilleux en classe de 5ème, les élèves sont invités à découvrir ou redécouvrir Alice au pays des merveilles de Lewis Carroll. Cette séance d’une heure est réalisée en classe de français avec le concours de la professeure documentaliste, Marine Boulogne.

L’ouvrage est déchiré en 30 parties égales correspondant aux 30 élèves.

Le découpage ne respecte donc pas le nombre de chapitres (12) voulus par l'auteur : la dé-composition de l’œuvre atteint ici le comble du nonsense carrollien.

Une fois la distribution effectuée, chaque élève est invité, pendant ¼ d’heure - 20 minutes, à lire silencieusement les deux ou trois pages données. Pendant ce temps je note trois mots au tableau : personnages, lieux, thèmes.

La phase de lecture silencieuse achevée, je précise à quelles questions il faudra répondre pour que je puisse compléter le tableau : qui sont les personnages en présence ? Où l’intrigue se déroule-t-elle ? Que s’y passe-t-il ? Quels sont les thèmes abordés ?

Cette approche catalogue, applicable à n'importe quel texte, semble tout ce qu'il y a de plus superficiel et de plus pauvre pour parler de l’œuvre merveilleusement riche de Lewis Carroll.

J’attends à chaque fois qu’au moins un indice soit prélevé dans le texte pour justifier la réponse avancée. Les élèves volontaires donnent les premiers éléments de réponse. Certains réagissent aux propositions de leurs camarades, les modèrent, confortent l’idée avancée en donnant un exemple tiré de ce qu’ils ont lu. J’invite les élèves qui n’ont pas pris la parole à me préciser les personnages en présence dans leur extrait ou ceux dont il est question, le lieu dans lequel se déroule la scène qu’ils ont lue, quels thèmes se dégagent du passage dévolu. Pendant que j’anime l’échange, ma collègue note les réponses au tableau et les organise.

Les 10 dernières minutes sont dédiées au bilan. Les élèves doivent répondre aux questions suivantes : à quel type d’histoire s’attendre ?

Car il s'agit bien de "s'attendre" à une histoire... qu'on ne lira pas !

A quel genre littéraire pensez-vous qu’elle appartient ? Cette histoire est-elle drôle ou triste ?

Même pauvreté de l'approche...

La séance se termine avec une analyse du titre du spectacle, Alice Wonderooms. Il s’agira pour les élèves de faire du lien avec l’œuvre de Lewis Carroll et d’émettre des hypothèses quant au spectacle à venir : mise en scène (un spectacle itinérant de salle en salle), les épisodes qui selon eux sont emblématiques et seront présentés. Cela ménage un horizon d’attente et suscite de l’intérêt pour le spectacle à venir.

Et oublions le livre...

Après la représentation théâtrale, une comparaison entre le texte de la représentation et le livre est faite afin de faire émerger la notion d’adaptation et la définir.

Une activité d'un degré d'exigence supérieure, profitable... quand on a lu le livre.

Comme souvent en pédagogie, la profusion des activités masque la pauvreté de leur approfondissement.

Quels vous semblent les intérêts d’une telle pratique ?

Cette activité a été globalement bien reçue par les élèves car elle a l’avantage, en un temps restreint (et nous savons combien l’intérêt de nos apprenants s’émousse rapidement), de proposer une lecture d’œuvre intégrale. Or nous savons bien que l’« effort » que demande la lecture d’un ouvrage en autonomie n’est consenti que par un nombre restreint d’élèves.

Il s'agit donc de renoncer à cet effort : on comprend pourquoi "l'activité"' est "bien reçue"...

On notera que cette activité constitue une perte de temps en classe, la lecture se faisant non à la maison mais sur le temps de "cours" (lors même que l'arpentage, si l'on y tient vraiment, pourrait se faire à la maison : mais il semble que même pour une lecture "fragmentaire" l'autonomie ne soit plus possible non plus).

Seule consolation : on part bien du constat de la difficulté à faire lire, quand nombre de pédagogues innovants continuent de soutenir que les élèves n'ont jamais autant lu qu'aujourd'hui

L’arpentage a en outre permis de rendre plus fécond l’échange qui a suivi la représentation, et a rendu plus efficiente la séance dédiée à la confrontation de l’œuvre de Lewis Carroll et de l’adaptation proposée par la compagnie Laurence Andreini : tous avaient connaissance du texte de référence.

Enfin de ce qu'ils avaient lu (et difficilement compris puisqu'une œuvre fait un tout et suit un ordre) ou de ce qu'ils en avaient entendu dire par d'autres...

Il s’agit, par cette pratique, de dédramatiser la lecture, voire de susciter l’envie de lire. En effet, se partager la lecture d’un livre a le mérite de ne pas bloquer des élèves non lecteurs devant des ouvrages conséquents.

Ce qui n'est pas le cas d'Alice au pays des merveilles...

Quant à donner envie de lire, il y a mille façons de le faire facilement quand on est professeur et qu'on aime lire.

Par ailleurs, à l’issue de la séance, certains élèves ont eu envie de lire l’intégralité du texte et ont emprunté Alice au pays des merveilles ou son adaptation en manga proposés par ma collègue professeure documentaliste, Marine Boulogne.

La lecture d'une adaptation en manga par quelques-uns tient lieu de réussite. Quant aux autres, "l'envie de lire"...

L’arpentage permet en outre de co-construire du savoir, s’approprier un contenu en un temps restreint.

De faire semblant de faire lire des œuvres intégrales.

Le temps serait moins moins restreint si les élèves lisaient chez eux, dans les conditions et au rythme qu'ils souhaitent...

Il n’est en effet plus question d’attendre, lorsque seulement quelques ouvrages peuvent être fournis par l’établissement, que tous les élèves aient lu l’ouvrage et se le soient prêté.

Il existe des séries dans tous les collèges de France et, pour encourager la lecture, il faut aussi que les élèves acquièrent des œuvres. Mais faire aimer l'objet-livre en le déchirant...

Pour le reste ("plus question d’attendre"), il suffit d'anticiper sa progression pédagogique...

Cette méthode permet de pallier des rythmes de lecture différents.

Tous en même temps dans la classe ? Beaucoup moins qu'en autonomie à la maison ! :roll:

L’arpentage permet également de proposer la découverte d’un plus grand nombre d’ouvrages sans impacter financièrement les familles ou l’établissement avec l’achat d’un ou plusieurs livres.

Pourvu du moins que le livre déchiré n'appartienne à personne... Quelle misère que les établissements aient les moyens de fournir des tablettes mais pas des livres aux élèves...

"un plus grand nombre d'ouvrages" certes, mais "lus" de façon factice. Il n'est nulle part celui est partout.

Cette méthode se prête enfin à la pratique de la différenciation. Il est possible en effet d’ajuster le nombre de pages à lire en fonction du niveau de lecture de l’élève.

Curieuse façon de stigmatiser les élèves et de réduire la lecture des plus en difficulté à trois fois rien... Encore une fois, la personnalisation se présente comme un renoncement.

Par-delà cette expérience autour d’Alice au pays des merveilles, quels autres usages de l’arpentage vous semblent possibles ?

L’enseignant pourra recourir à l’arpentage dans le cadre de la lecture cursive, notamment lorsqu’une œuvre est longue ou complexe, ou pour préparer une sortie au théâtre ou au cinéma. Il s’agira, lorsqu’il est question d’une adaptation, de découvrir ou redécouvrir l’œuvre originale afin de permettre aux élèves de mesurer et interroger, à l’issue de la projection ou de la représentation, les écarts et les invariants.

Déchirer un livre pour une lecture cursive ? :scratch:

Il est possible de varier la mise en œuvre : on peut demander à chaque lecteur de présenter/résumer ce qu’il a lu. Interroger les participants dans l’ordre du texte s’avère plus aisé pour faire émerger rapidement le sens du texte...

C'est une bonne idée...

On en conclut - sans surprise et avec consternation - que l'émergence du sens ne peut avoir lieu pour chaque lecteur au moment de sa lecture fragmentaire.

... le système des personnages, les thèmes en présence. Pour pimenter l’exercice, il est possible d’interroger les lecteurs dans le désordre et de leur demander ensuite de reconstituer l’histoire. En fonction de ce que le texte fera émerger, il est possible de clore la séance par un débat.

Sur une œuvre qu'ils n'ont pas lue, donc.

Précisons qu’en fonction de la longueur et complexité du texte ainsi que du nombre de participants, il conviendra de prévoir une séance plus longue.

Cette pratique de lecture semble également intéressante à partager entre collègues pour découvrir un ouvrage didactique ou théorique, mettre à jour les idées exprimées, en faire une analyse critique, échanger, en tirer des ressources exploitables, comme l’ont testé des collègues professeurs documentalistes de l’académie de Poitiers.

C'était le sens premier revendiqué de "l'arpentage" : des adultes et des ouvrages techniques ou philosophiques, non des enfants avec de la littérature...

Que répondez-vous à celles et ceux qui objecteront qu’il est sacrilège de déchirer ainsi les livres ?

Je ne pratique l’arpentage en classe qu’avec des livres désherbés (ne faisant plus partie du fonds du CDI) ou d’ouvrages à moins de 3 euros. Un livre déchiré peut, par ailleurs, être réutilisé, notamment lorsque l’on a plusieurs classes d’un même niveau. Précisons que dans ce cas, seule la première assiste à l’arrachage des pages du livre, ce qui, avouons-le, surprend beaucoup et aiguise forcément l’intérêt.

La transgression déclenche toujours l'intérêt, même quand elle est idiote. En les brûlant, on aiguiserait aussi l'intérêt...

Pratiquer l’arpentage se révèle enfin moins coûteux que proposer des photocopies de l’ouvrage, ce qui pose par ailleurs la question des droits d’auteur.

Drôle de justification : déchirer un livre pour ne pas le photocopiller...

Seules les pages sont déchirées : il n’est en aucune façon question de toucher au texte.

Une distinction assez jésuitique, et d'ailleurs non recevable puisque le découpage ne respecte pas la composition de l’œuvre...

Cette modalité de lecture permet à chaque lecteur d’approcher le style d’un auteur et l’histoire qu’il raconte. En écoutant ses pairs et en faisant des liens se dessine le sens de l’œuvre. L’élève en étant acteur d’une construction collective s’appropriera plus aisément le contenu et l’enjeu du livre.

Une curieuse "appropriation" (=faire sien) sans lecture.

Sans vouloir dénigrer l’objet livre que je chéris comme tous les professeurs de Lettres, force est de constater que c’est souvent davantage pour le contenu que pour le contenant que nous choisissons un ouvrage pour nos élèves.

Il est donc logique de liquider le contenant.

Le "sans vouloir dénigrer" apparaît ici comme une belle clause de style.

Il n’est donc pas question de sacrifice sacrilège. Réconcilier les jeunes avec la lecture, leur faire acquérir une culture sont de véritables enjeux et me semblent ne pas devoir avoir de prix. La fin justifie donc les moyens !

Cette "fin" ressemble bien à une fin de la lecture, encouragée désormais par l'institution scolaire, avec comme soubassement l'idée fondamentale que les élèves ne seraient pas capables de lire.

En résumé l'acte de déchirer n'est qu'un comble de l'absurdité dans la démarche pédagogique qui consiste à prétendre 1. faire "lire une œuvre intégrale" (chaque élève n'a lu qu'une petite fraction) en faisant lire en classe (des heures de cours perdues) des extraits arbitrairement découpés (et donc incompréhensibles) d'une œuvre littéraire (dont la composition suit un ordonnancement précis) puis à procéder à une mise en commun (comme si la restitution élémentaire d'une lecture pouvait valoir "lecture effective", ce qui est encore plus absurde s'agissant non d'un ouvrage didactique mais littéraire).

Avec "l'arpentage", la déconstruction scolaire franchit encore une étape. Il n'y a plus qu'à "arpenter" Fahrenheit 451.

  • Loys
  • Portrait de Loys
05 Sep 2019 07:19
Réponse de Loys sur le sujet "Littérature : s’approprier les classiques, un défi pour les lycéens" (Françoise Cahen)

Les pratiques de lecture de la jeunesse

Catégorie : Les nouveaux publics scolaires

  • Loys
  • Portrait de Loys
05 Mar 2019 21:30
Réponse de Loys sur le sujet "Quelles œuvres en français au lycée : Le patrimoine scolaire contre la littérature ?" (Café pédagogique)

Les pratiques de lecture de la jeunesse

Catégorie : Les nouveaux publics scolaires

J.-M. Le Baut et François Jarraud inquiets que la littérature soit au programme de l'école : www.cafepedagogique.net/lexpresso/Pages/...872816571103078.aspx





Pourtant, le "Café" s'est donné beaucoup d emal pour moderniser l'étude des œuvres du patrimoine...

  • Loys
  • Portrait de Loys
17 Fév 2019 20:09
Réponse de Loys sur le sujet "Pauline Auffret : Faire de sa classe une communauté interprétative" (Café pédagogique)

Les pratiques de lecture de la jeunesse

Catégorie : Les nouveaux publics scolaires

  • Loys
  • Portrait de Loys
13 Fév 2019 07:35 - 13 Fév 2019 07:36
Réponse de Loys sur le sujet Les pratiques de lecture de la jeunesse

Les pratiques de lecture de la jeunesse

Catégorie : Les nouveaux publics scolaires

  • Loys
  • Portrait de Loys
30 Jan 2019 10:25 - 05 Fév 2019 10:12
Réponse de Loys sur le sujet "Je joue donc je suis ?" (Michaël Stora)

Les jeux vidéos bons pour les apprentissages

Catégorie : La ludification

"Je joue donc je suis ?"
eidos64.fr/programme-2019/#stora



[ Cliquer pour agrandir ]
  • Loys
  • Portrait de Loys
03 Jan 2019 10:49 - 08 Fév 2020 15:38
"Jean-Michel Le Baut, apprendre grâce au numérique" (La Croix) a été créé par Loys

"Jean-Michel Le Baut, apprendre grâce au numérique" (La Croix)

Catégorie : Vers l'école numérifiée

www.la-croix.com/Sciences-et-ethique/Num...019-01-03-1200992929




...glisse Maïwenn, tout en rédigeant une fausse page Wikipédia...

:mrgreen:
  • Loys
  • Portrait de Loys
11 Déc 2018 07:36 - 11 Déc 2018 07:37
Réponse de Loys sur le sujet Qui est l'AFEF ?

Qui est l'AFEF ?

Catégorie : Les pédagogies "nouvelles"

Et Jean-Michel Le Baut, du "Café pédagogique", qui ne s'en vante pas publiquement. De fait le "Café" publie très régulièrement des entretiens avec l'AFEF, comme nous l'avons vu plus haut...
  • Loys
  • Portrait de Loys
27 Nov 2018 20:29
Réponse de Loys sur le sujet #TwittDNB "Claire Ridel : Réviser le brevet en réseau" (Café pédagogique)

Enseigner les lettres avec Twitter

Catégorie : Le réseautage

  • Loys
  • Portrait de Loys
05 Nov 2018 21:09
Réponse de Loys sur le sujet "Focus sur le système éducatif en Finlande" (VNi)

"Conte de Noël finlandais"

Catégorie : Mirabilia

  • Loys
  • Portrait de Loys
14 Oct 2018 15:21
"Quand les élèves augmentent les textes du patrimoine..." (Café pédagogique) a été créé par Loys

"Quand les élèves augmentent les textes du patrimoine..." (Café pédagogique)

Catégorie : Vers l'école numérifiée

Dans le "Café" du 8/10/18 : www.cafepedagogique.net/lexpresso/Pages/...745794259726641.aspx

[ Cliquer pour agrandir ]
  • Loys
  • Portrait de Loys
14 Oct 2018 12:19 - 14 Oct 2018 12:20
Réponse de Loys sur le sujet "« Mon manuel scolaire numérique » : faire ses devoirs partout, tout le temps" (VNi)

Manuels numériques ou imprimés

Catégorie : Les ressources numériques

Pour les éditeurs, le beurre et l'argent du beurre : www.vousnousils.fr/2018/10/08/mon-manuel...tout-le-temps-617696



  • Loys
  • Portrait de Loys
22 Sep 2018 17:49 - 22 Sep 2018 17:50
Réponse de Loys sur le sujet "Co-construire les espaces scolaires : attentes, atouts et accomplissements ?" (Ludomag)

"Une école Archicl@sse"

Catégorie : Vers l'école numérifiée

  • Loys
  • Portrait de Loys
10 Sep 2018 23:16
Réponse de Loys sur le sujet "Céline Thiery : Ciel ! Des collégiens travaillent avec Snapchat !" (Café pédagogique)

Snapchat à l'école

Catégorie : Le réseautage

Facebook, Twitter : c'est de la pédagogie ancienne !

Dans le "Café" du 10/09/18 : www.cafepedagogique.net/lexpresso/Pages/...721583594987463.aspx

[ Cliquer pour agrandir ]
  • Loys
  • Portrait de Loys
26 Aoû 2018 16:29 - 26 Aoû 2018 18:14
Réponse de Loys sur le sujet L'innovation dans l'éducation

L'innovation dans l'éducation

Catégorie : Les pédagogies "nouvelles"

  • Loys
  • Portrait de Loys
21 Jui 2018 08:49
Réponse de Loys sur le sujet "Réforme du baccalauréat : attention au hors-sujet !" (Terra Nova)

Le Baccalauréat en chantier

Catégorie : La réforme du lycée

  • Loys
  • Portrait de Loys
10 Jui 2018 11:12 - 04 Nov 2019 21:03
"Nous, les collégiens de 2018" (Café pédagogique) a été créé par Loys

"Nous, les collégiens de 2018" (Café pédagogique)

Catégorie : La ludification

Dans le "Café" du 11/06/18 : www.cafepedagogique.net/lexpresso/Pages/...642978577992902.aspx





  • Loys
  • Portrait de Loys
30 Mai 2018 11:16 - 30 Mai 2018 11:24
Réponse de Loys sur le sujet "Anne Petit : Un Escape game littéraire au collège" (Café pédagogique)

Une nouvelle mode pédagogique, l'"escape game"

Catégorie : La ludification

  • Loys
  • Portrait de Loys
14 Mai 2018 16:10
Réponse de Loys sur le sujet "Françoise Cahen : Renouveler le corpus littéraire ?" (Françoise Cahen)

Les pratiques de lecture de la jeunesse

Catégorie : Les nouveaux publics scolaires

  • Loys
  • Portrait de Loys
12 Mai 2018 16:23 - 14 Mai 2018 15:50
Réponse de Loys sur le sujet Le "hacking SMS" de Marivaux

Enseigner les lettres avec Twitter

Catégorie : Le réseautage

Et toujours sur i-voix de Jean-Michel Le Baut, cette version "enrichie" du "Jeu de l'amour et du smartphone". On cherchera en vain en quoi les smileys - purement redondants - enrichissent le texte du XVIIIe siècle, sans même parler de ce qui pourrait justifier que les personnages s'envoient des SMS.

i-voix.net/2018/04/scene-enrichie-acte-i-scene-vii.html



On notera que, dans la dernière phrase, le smiley "surprise" va à contresens du compliment de Dorante...

Et évidemment peu après dans le "Café pédagogique" du 14/05/18 : www.cafepedagogique.net/lexpresso/Pages/...618750695736210.aspx



  • Loys
  • Portrait de Loys
23 Avr 2018 23:09
Réponse de Loys sur le sujet Enseigner les lettres avec Twitter

Enseigner les lettres avec Twitter

Catégorie : Le réseautage

  • Loys
  • Portrait de Loys
11 Avr 2018 21:02
Pauvre littérature a été créé par Loys

Pauvre littérature

Catégorie : L'état de l'école

Le métier de professeur de lettres : faire la morale aux personnages de la littérature ?

www.cafepedagogique.net/lexpresso/Pages/...588536574399382.aspx



  • Loys
  • Portrait de Loys
11 Avr 2018 17:15 - 11 Avr 2018 17:21
Réponse de Loys sur le sujet "EcriTech 9 : Vers une nouvelle forme scolaire ?" (Café pédagogique)

"Une école Archicl@sse"

Catégorie : Vers l'école numérifiée

  • Loys
  • Portrait de Loys
30 Mar 2018 20:20
"Faut-il renoncer aux pédagogies actives ?" (Olivier Mottint) a été créé par Loys

"Faut-il renoncer aux pédagogies actives ?" (Olivier Mottint)

Catégorie : Les pédagogies "nouvelles"

  • Loys
  • Portrait de Loys
27 Mar 2018 20:04 - 11 Déc 2019 11:07
Réponse de Loys sur le sujet "Les humanités numériques par-delà les disciplines ?" (Café Pédagogique)

Les humanités numériques

Catégorie : Vers l'école numérifiée

eduscol.education.fr/cid125019/les-human...sdisciplinarite.html

eduscol.education.fr/lettres/actualites/...sdisciplinarite.html

Les humanités numériques : un enjeu de transdisciplinarité ? [ Cliquer pour agrandir ]



Le 27/03/18 : www.cafepedagogique.net/lexpresso/Pages/...577307420518472.aspx



  • Loys
  • Portrait de Loys
26 Mar 2018 11:21 - 26 Mar 2018 19:48
Réponse de Loys sur le sujet "Caroline Duret : Quand les lycéens créent des fake news" (Café pédagogique)

"L'enseignement de la défiance"

Catégorie : La réforme permanente

En 2013, Caroline Duret affirmait à mon propos : "un pourrisseur ne peut être professeur".



Cinq ans plus tard, les choses ont bien changé dans le "Café" du 26/03/18 et même les élèves sont invités à devenir des pourrisseurs : www.cafepedagogique.net/lexpresso/Pages/...576453200089597.aspx





A noter que "l'Institut international de Lancy" (ex-collège Marie-Thérèse) est une école privée de Genève aux tarifs quelques peu prohibitifs (jusqu'à 22.500€ l'année) : www.laviemoderne.net/images/forum_pics/2018/20180326_iil.pdf

www.iil.ch/
  • Loys
  • Portrait de Loys
19 Mar 2018 17:44
Réponse de Loys sur le sujet "Global Teacher Prize : D’autres vies de profs que la mienne ?" (Café pédagogique)

"Qui sera le «meilleur prof du monde» ?" (Le Figaro)

Catégorie : Être enseignant aujourd'hui

  • Loys
  • Portrait de Loys
17 Mar 2018 13:47
Réponse de Loys sur le sujet "L'enseignement de la défiance"

"L'enseignement de la défiance"

Catégorie : La réforme permanente

  • Loys
  • Portrait de Loys
14 Mar 2018 16:05
Réponse de Loys sur le sujet "Y a-t-il une place pour la coopération et la créativité au lycée ?" (Le Monde)

La créativité, nouvelle compétence scolaire

Catégorie : Les pédagogies "nouvelles"

www.lemonde.fr/o21/article/2018/03/12/o2...5269707_5014018.html

[ Cliquer pour agrandir ]
  • Loys
  • Portrait de Loys
14 Fév 2018 22:10
Réponse de Loys sur le sujet "Les humanités numériques : un enjeu de transdisciplinarité ?"

Les humanités numériques

Catégorie : Vers l'école numérifiée

eduscol.education.fr/cid125019/les-human...sdisciplinarite.html

[ Cliquer pour agrandir ]
  • Loys
  • Portrait de Loys
01 Fév 2018 09:54 - 14 Fév 2018 22:18
Réponse de Loys sur le sujet "«Face à des élèves en difficulté, innover est une question de survie»" (Yves Reuter)

L'innovation dans l'éducation

Catégorie : Les pédagogies "nouvelles"

www.enseignants-innovants-2017.net/fei_rencontre2017.php

Vous pouvez ci-dessous vous inscrire pour assister à la conférence ouverte au public, qui aura lieu à l'occasion du 10e Forum des Enseignants Innovants, le samedi 03 février 2018 à 10h.
Le thème : "Mon projet en 180 secondes", présentation de 5 projets innovants réalisés par les enseignants innovants.
Grands témoins : Philippe Meirieu, Vincent Faillet .

Adresse :
Espé de Paris,
10 Rue Molitor,
Paris 16e
métro Michel-Ange Molitor (ligne 9),Église d'Auteuil ou Chardon-Lagache (ligne 10)


Dans "Libération" du 2/02/18, un supplément de quatre pages consacré au FEI : "«Face à des élèves en difficulté, innover est une question de survie»"





L'injonction à l'innovation, poison de l'école moderne par la tabula rasa pédagogique et par la culpabilisation des enseignants. Il est d'ailleurs caractéristique que l'innovation soit présentée comme anti-système alors qu'elle est l'émanation d'un nouveau management. Le "Café pédagogique" a le soutien de Microsoft et la conférence du Forum des enseignants innovants a lieu… dans une ÉSPÉ. #FEI10

Avec plein d'articles pour l'illustrer :
"Fei10 : Un conseil école-collège innovant avec Florence Castadot"
"FEI10 : Bruno Verney : Pour en finir avec les conseils de classe ?"
"FEI10 : Françoise Cahen : Lecture créative à l’âge d’internet"



  • Loys
  • Portrait de Loys
31 Jan 2018 20:49 - 08 Fév 2018 23:49
Réponse de Loys sur le sujet "Syndicats et professeurs mobilisés contre la réforme du baccalauréat" (Le Monde)

Le Baccalauréat en chantier

Catégorie : La réforme du lycée

www.lemonde.fr/education/article/2018/01...5249772_1473685.html

Dans le "Café" du 29/01/18 : "Réforme Mathiot : Vers de « nouvelles » épreuves de français au bac ?"

[ Cliquer pour agrandir ]


Et tribune de Viviane Youx dans "Libération" du 8/02/18 : www.liberation.fr/debats/2018/02/07/refo...-de-francais_1627010



  • Loys
  • Portrait de Loys
26 Jan 2018 00:17 - 26 Jan 2018 00:25
Réponse de Loys sur le sujet "Eidos 64 : Réécrire un roman via Instagram" (Café Pédagogique)

Enseigner les lettres avec Twitter

Catégorie : Le réseautage

Dans le "Café" du 25/01/18, Jean-Michel Le Baut présente un projet de Le Baut Jean-Michel : "Eidos 64 : Réécrire un roman via Instagram"

cf spark.adobe.com/page/QtSmHirP8ksY7/





  • Loys
  • Portrait de Loys
25 Jan 2018 09:12 - 25 Jan 2018 09:41
Réponse de Loys sur le sujet "Innover en classe : la résistance est-elle (f)utile ?" (Eidos64)

L'innovation dans l'éducation

Catégorie : Les pédagogies "nouvelles"

Cette question à Eidos64 (24/01/18) :



Dans le "Café" du 25/01/18 : "Eidos 64 : Irrésistible innovation ?"





Histoire de l'innovation dans l'éducation nationale selon Françoise Cros :



Fichier attaché :
  • Loys
  • Portrait de Loys
22 Jan 2018 20:24
Réponse de Loys sur le sujet "Lettres : EPI, et après ?" (Café pédagogique)

"Une réforme qui se moque de l'interdisciplinarité"

Catégorie : Les pédagogies "nouvelles"

Dans le "Café" du 22/01/18 : "Lettres : EPI, et après ?"



  • Loys
  • Portrait de Loys
04 Jan 2018 19:53
Réponse de Loys sur le sujet "Britannicus au lycée : Des journaux intimes en ligne" (Café pédagogique)

La littérature à l'école à l'ère numérique

Catégorie : Vers l'école numérifiée

  • Loys
  • Portrait de Loys
12 Déc 2017 23:36
"Amélie Mariottat : Ecrire au collège à l’âge des tablettes" a été créé par Loys

"Amélie Mariottat : Ecrire au collège à l’âge des tablettes"

Catégorie : Face aux écrans

  • Loys
  • Portrait de Loys
20 Oct 2017 12:52
Réponse de Loys sur le sujet "N’avalons pas la capsule de travers" (Sylvain Connac)

Critiques de la classe inversée

Catégorie : La classe inversée

Dans les "Cahiers" du 20/10/17 : "N’avalons pas la capsule de travers" par Sylvain Connac.


  • Loys
  • Portrait de Loys
18 Oct 2017 11:06 - 18 Oct 2017 13:23
Réponse de Loys sur le sujet "Françoise Cahen : Et si on codait Molière ?" (Café pédagogique)

"littérature numérique"/"hyperlit​térature"

Catégorie : Vers l'école numérifiée

Dans le "Café pédagogique" du 18/10/17 : "Françoise Cahen : Et si on codait Molière ?"



Ce message contient des informations confidentielles
Affichage 1 - 50 de 186 résultats.
Temps de génération de la page : 1.470 secondes
Propulsé par Kunena