Enseigner les lettres avec Twitter

Plus d'informations
07 Avr 2013 01:31 #5001 par Loys
Réponse de Loys sur le sujet Enseigner les lettres avec Twitter

archeboc dit: Le clin d'oeil est appuyé dans la phrase suivante par une référence explicite à Rimbaud.

Des semelles du poète, la démarche pédago-numériste n'a guère gardé que le vent...

Désolé, Loys, je n'ai pas lu tout ton commentaire, sûrement très bon, mais sur un matériau de départ trop long et fastidieux pour le mériter.

C'est pourtant d'anthologie... dans son genre. :doc:

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
07 Jui 2013 14:22 - 11 Aoû 2014 21:03 #6252 par Loys
Réponse de Loys sur le sujet Enseigner les lettres avec Twitter
A lire dans "Le Point" du 06/06/13 : "Tweeter pour réviser le bac français"



Sur un sujet voisin : "concours de twittérature" .

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
07 Jui 2013 14:47 - 22 Fév 2019 12:24 #6253 par Loys
Réponse de Loys sur le sujet Enseigner les lettres avec Twitter
Dans "Le Point" du 06/06/2013 : www.lepoint.fr/societe/twitter-pour-revi...-2013-1677274_23.php





Tweeter pour réviser le bac français

Bien retenir ce titre. :doc:

Au lycée Saint-Exupéry de Mantes-la-Jolie, une enseignante en lettres utilise le réseau social pour ses ateliers d'écriture. Et ça marche !

On a déjà les résultats du Bac à Mantes-la-jolie ? :mrgreen:

Alexandra pianote sur son smartphone, Raïssa scrute l'écran d'un iPad... Et la professeur n'y trouve rien à redire !

Quel étonnant renversement qui fait s'extasier la journaliste du "Point" ! :cheers:

Nous sommes dans la classe de première L1 du lycée Saint-Exupéry de Mantes-la-Jolie. Dans deux semaines, les élèves passeront les écrits du bac de français, et cela ne semble pas les angoisser. Il faut dire que Delphine Regnard, leur prof de Lettres classiques, a trouvé un moyen plutôt ludique de les faire réviser. Cette férue de numérique, toujours à l'affût de pédagogies innovantes...

Parce qu'utiliser un réseau commersocial, en soi c'est innovant ? :xx:

...utilise le réseau Twitter depuis trois ans dans ses classes. L'an dernier, c'était en cours de latin ; cette année, en français, pour les premières littéraires.

Un "enseignant innovant" et qui le fait savoir ! :doc:

Au début, les lycéens étaient un peu réticents. "On est là pour passer le bac, Madame, pas pour s'amuser !" lui rétorquaient-ils. Aujourd'hui, c'est avec un brin de nostalgie qu'ils abordent leur dernière séance de "twittérature". "L'idée, c'est de ne pas faire que bachoter, mais aussi de faire vivre le cours", explique la prof.

Et sans Twitter, c'est impossible.

Exercice du jour : en s'inspirant des oeuvres et des personnages étudiés tout au long de l'année, écrire quatre alexandrins à la manière de Baudelaire dans Les aveugles.

Composer quatre alexandrins ? Voilà qui ressemble plutôt à un exercice de sixième... :shock:
Et en quoi est-ce innovant ? :shock:

"Contemple-les, mon âme ; ils sont vraiment affreux !" Un poème choisi par Delphine Regnard comme un clin d'oeil à ses élèves, ces "affreux"... qu'elle adore.

...

"Oh, c'est dur !" se plaint l'une d'entre elles. La prof met à disposition des livres (Le père Goriot de Balzac ; Fin de partie de Beckett ; Exercices de style de Queneau...). "Vous pouvez piquer aussi à Baudelaire (dans Les fleurs du mal) : Tiens, donne-moi un mot qui ferait joli dans mon vers !" Elle indique le début de l'atelier d'écriture sur le compte Twitter de la classe (LcommeLireEcrire @1L1SaintEx) reproduit sur le mur par un vidéoprojecteur.

Un compte twitter, un vidéoprojecteur, voilà qui change tout ! C'est mieux que d'écrire à la craie ou même de lire ses propres vers à la classe... :shock:

Les élèves, en majorité des filles, aux ongles peinturlurés de jaune, de rose ou de turquoise, comptent les pieds des alexandrins sur leurs doigts et tapent sur leur smartphone.

Dommage, il n'y a pas encore d'application pour créer des vers automatiquement.

"Mes livres ne vous intéressent pas ? demande la prof. Je vais vous prêter mon iPad." "Ça les motive", nous confie-t-elle.

C'est sûr qu'un iPad, ça motive plus qu'un livre. Ça, c'est de la pédagogie qui marche ! :cheers:

Un alexandrin en 140 signes
"Madame, j'en ai trouvé un !" Andréa, une jolie blonde assise au premier rang, se lance. Sur le mur, son premier tweet s'affiche : "Contemple-les, mon âme ; ils sont vraiment souffrants ! / Pareils aux animaux enfermés dans des cages." Puis un deuxième : "Mais pourtant leur image qui paraît si sage / Désastreux, en mauvais état, même mourants."

C'est magique : la métrique n'est pas respectée, la syntaxe trahit de graves problèmes d'expression (syntaxe, accords) et l'ensemble n'a guère de sens mais réjouissons-nous, la techno-pédagogie est innovante !

L'avantage avec l'alexandrin, c'est qu'il tient (en principe) en 140 signes.

On dirait que Twitter est fait pour la poésie... Enfin, du moins, la poésie en monostiches.

Pour écrire son poème, Andréa s'est inspirée des personnages de La peste de Camus.
Sa voisine, Margaux, jupe et veste en cuir, ose à son tour. Au fond de la classe, Diminga compte les syllabes sur ses doigts. Elle sèche.

Doit tweeter davantage pour réussir.

"Comme tout le monde voit nos tweets, on essaye de bien faire, explique-t-elle. On fait davantage attention à l'orthographe aussi."

Parce que sur les copies par contre, quelle importance... Vivement le Bac en tweets. :devil:

Diminga avait déjà un compte Twitter, mais qui se limitait à raconter ses journées (par exemple : "Direction Paris, je vais faire du shopping"). Rebecca, chignon sur la tête, cherche l'inspiration dans Les fleurs du mal. Ça y est, elle a trouvé. "C'est divertissant et ça stimule notre créativité", dit-elle, enthousiaste.

Les bouts rimés, c'est un exercice ludique qu'on peut pratiquer au collège sans aucun matériel. C'est même l'une de ses vertus.
Par contre, je ne vois pas bien en quoi cela permet de réviser le Baccalauréat. Car s'il s'agit simplement d'évoquer en quatre vers des personnages étudiés pendant une séquence...
Une pure perte de temps à deux semaines du Bac en somme... :shock:

Autre avantage de cet atelier d'écriture numérique observé par la prof : les lycéens choisissent plus facilement l'écriture d'invention (le troisième sujet du bac français, après le commentaire et la dissertation).

Surtout qu'aucun sujet d'invention dans les annales n'exige de composer des vers...
A noter que l'écriture d'invention est le sujet le plus choisi... par les élèves les plus faibles, qui y voient - à tort - rien d'autre qu'un exercice de rédaction de niveau collège.

La cloche sonne, les élèves ont encore le nez dans leurs livres et leurs téléphones. Ils n'ont pas vu le temps passer. "Madame, dites-moi s'ils sont beaux, mes tweets, si je peux être écrivain ?" demande Andréa, non sans une dose d'ironie.

Où l'on retrouve cette complaisance narcissique dont l'école est malade : l'affirmation que les élèves ont tous du "talent" et - avec les réseaux sociaux - qu'il faut l'exposer d'urgence au reste du monde. La lecture des seuls vers retenus par "Le Point" suffit pour s'en convaincre...

Un autre groupe entre dans la salle pour une deuxième séance de "twittérature".

En toute simplicité la composition laborieuse de vers faux et syntaxiquement incorrects est élevée au rang d'acte littéraire.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
15 Jui 2013 14:30 #6390 par doctor who
Réponse de doctor who sur le sujet Enseigner les lettres avec Twitter
Ce Maréchal aurait dû réviser son bac avec Delphine Régnard : au moins 6 vers incorrects. (A moins d'accepter les césures lyriques et les alexandrins sans césure)

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
15 Jui 2013 16:23 - 24 Mai 2014 23:04 #6391 par Loys
Réponse de Loys sur le sujet Enseigner les lettres avec Twitter
Mais l'enthousiasme vaut tous les talents ! :doc:
Bienvenue sur LVM, doctor who.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
17 Jui 2013 14:49 #6400 par Shane_Fenton
Réponse de Shane_Fenton sur le sujet Enseigner les lettres avec Twitter
La prose de ce maréchal que voilà me fait penser à du slam bas de gamme. Voire à du gangsta rap pour la hargne. Mais j'ai quand même du mal à comprendre toute cette agitation pour un simple post sur un forum.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
26 Jui 2013 00:35 - 26 Jui 2013 00:36 #6553 par Loys
Réponse de Loys sur le sujet Enseigner les lettres avec Twitter
A lire dans le "Café Pédagogique" du 25/06/13 : "Et si on tweetait des alexandrins ?"


Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
30 Jui 2013 11:13 - 11 Mai 2014 14:39 #6614 par Loys
Réponse de Loys sur le sujet Enseigner les lettres avec Twitter
Je vais encore m'arroger, en qualité d'"abruti prétentieux" et de "dangereux incompétent" (merci à @MilaSaintAnne ), le "droit" de commenter ce que je lis dans la presse en ligne.

Et si on tweetait des alexandrins ?

Et si on apprenait au préalable à les rédiger ? :santa:

Célia Guerrieri, professeure de lettres dans l’académie de Nice, a mené une instructive expérience à partir de l’équation suivante, plus pédagogique que mathématique : 1 tweet = 140 caractères = plus de 12 syllabes = 1 alexandrin !

Une équation extraordinaire. :cheers:
Le vers se caractérisant par un rythme, le retour à la ligne (versus) et par un nombre de syllabes (et non de caractères), le raisonnement qui consiste à l'isoler est assez incongru...

Ses élèves de seconde ont ainsi été conviés à composer via le réseau Twitter un poème collaboratif : l’activité, créative, libère l’imaginaire et l’expression tout en apprenant à respecter et s’approprier des contraintes, celles de la langue, de la versification, du réseau, ou encore, pour assurer la cohérence de l’ensemble, des productions des autres élèves.

C'est vrai que tant qu'à utiliser le web, autant utiliser un réseau commersocial américain, avec des publicités et sans aucune modération. Le professeur innovant n'est pas assez innovant pour créer son propre blog ou utiliser un réseau social non commercial.
Apprendre à respecter les contraintes du réseau Twitter, c'est un gros travail car les caractères apparaissent en rouge lorsqu'ils dépassent 140. :doc:
Quant au principe même de "poème collaboratif", on est à la fois dans la production personnelle la plus minimaliste (un vers chacun en seconde : quel travail !) et la plus dépourvue précisément de personnalité.

Célia Guerrieri se dit « émerveillée de la qualité́ de leur création et de leur enthousiasme » lors de cette activité́ qui a « dépoussiéré » leur perception de la poésie.

On a hâte de se voir communiquer un tel "émerveillement" en constatant par nous-même "la qualité de leur création". :devil:
Dépoussiérer la perception de la poésie avec Twitter, quelle belle démarche ! C'est vrai qu'il est difficile d'admirer la beauté d'un vers sans le secours d'une publication sur un réseau commercial. Voilà la modernité que Baudelaire appelait de ses vœux ! :cheers:

En témoignent les premiers tweets-alexandrins de ce parcours poétique et pédagogique : « Ainsi, toujours poussés vers de nouveaux rivages, / Les enfants de demain aux yeux plein de mirages, / Portés par leur noble courage, front haut, cœur pur, / Feront fi de leurs peurs, tenteront l'aventure » …

Parce qu'ils sont tweetés, voici des alexandrins qui méritent d'être publiés dans le "Café pédagogique". :doc:
"Les enfants de demain aux yeux plein de mirages" : c'est une mise en abîme ? :mrgreen:
On notera que l'alternance des rimes masculines et féminines n'est pas respectée et que l'un des quatre vers est faux : "Portés par leur noble// courage, front haut, cœur pur". Mais on respecte la contrainte twittoriale et c'est le plus important ! :doc:
L'un des vers est très beau, le premier, mais malheureusement c'est un vers de Lamartine. :devil:
Après lecture du poème collaboratif, on s'aperçoit que les trois vers suivants n'ont pas été composés par des élèves mais par des adultes, voire des professeurs de lettres ! Voilà en effet qui "témoigne" d'un beau "parcours poétique et pédagogique" et de la "qualité de la création" des élèves ! :devil:

Dans quel cadre didactique l’expérience a-t-elle trouvé place ?
L'expérience s'est déroulée dans le cadre de l'objet d'étude de Seconde « La poésie du XIXème au XXème siècle : du Romantisme au Surréalisme », dans une séquence intitulée « Le poète et la mort ». Il s'agissait d'un groupement de textes qui comprenait « Le Lac » de Lamartine, « Demain dès l'aube » d’Hugo, « Le Dormeur du val » de Rimbaud, « La Loreley » d'Apollinaire et « Comme une main à l'instant de la mort » de Desnos.

Les termes "expérience" et "cadre didactique" donnent tout son sérieux pédagogique et innovant à cette séance de versification, comme peuvent la pratiquer tous les enseignants de français, mais sans Twitter.

Pour cette activité, il s'agissait donc de pratiquer une écriture poétique après l'avoir observée en classe. Les différents objectifs, outre celui-ci, comportaient : travailler les compétences de lecture (essentielle, puisque les vers devaient être cohérents les uns par rapport aux autres, que cela soit dans la tonalité ou dans le sens), d'écriture et d'expression ;

Écrire un vers, c'est donc pratiquer une écriture poétique. Grâce à Twitter, le monostiche devient la nouvelle référence de la poésie ! :papy:
On notera l'insistance sur l'utilisation des "compétences". Tout ceci doit être très sérieux et réfléchi longuement. :doc:

...l'utilisation des technologies numériques en rapport avec l'étude de la langue ;

Toujours mettre l'expression "technologie numérique" au pluriel. :doc:
Quant à "l'étude de la langue", je ne vois pas en quoi elle est favorisée par cet exercice. :scratch:

la pratique d'un travail collaboratif et créatif ;

Tout ça en créant un seul vers. Avec le "collaboratif, moins on crée, plus on est créatif. :doc:

prolonger les réflexions abordées lors de la séquence, comme l'étude du registre lyrique, les éléments de la versification, etc.

Les éléments de versifications semblent assez élémentaires, effectivement.

Comment les élèves ont-ils été préparés à cette expérience d’écriture créative via Twitter ?

Ah... parce que ça se prépare ? :shock:

J'essaie de faire faire une activité créative par objet d'étude aux élèves. Cette année, mes élèves de 2nde ont fait une représentation d'extraits de pièces de théâtre en classe, ils ont réalisé une publicité pour un voyage touristique en Eldorado et ils ont écrit une micro-nouvelle. Lorsque je leur ai présenté l'activité de Twittérature, ils n'ont donc pas été particulièrement déstabilisés par l'idée de devoir écrire un poème.

En même temps on pratique ce genre d'activités dès l'école primaire. :roll:
On retrouve, comme chez Delphine Regnard, la même prétention à faire de la "twittérature". N'importe quel enseignant se contenterait d'initier ses élèves à la versification, mais les enseignants innovants voient plus loin et proposent carrément à leurs élèves de faire littérature. Voilà une ambition digne des élèves de demain !

Quant au numérique, il est partie intégrante de mon enseignement. Je travaille avec un iPad...

Cette façon de remplacer l'objet numérique par une marque commerciale (Twitter au lieu de réseau social, iPad au lieu de tablette tactile) est caractéristique de l'enseignant innovant et souvent dépendant des grands groupes technologiques. Le "Café Pédagogique" en est un bon exemple...
Comme si un professeur indiquait qu'il travaille avec un Clairefontaine.

il peut être relié au vidéo-projecteur pour projeter un texte, un tableau, un plan que l'on construit, une définition, il peut aussi passer entre les mains des élèves.

"projeter", pourquoi pas, mais un texte peut aussi être lu. Ce qui revient bien moins cher qu'une tablette et un vidéo-projecteur...

Pour les activités de groupe, les élèves peuvent accéder à Wikipédia ou à la Dropbox de la classe s'ils ont besoin d'un renseignement...

Wikipédia n'est pas une source. Voilà comment on "éduque aux médias"...

....ou d'un document qui s'y trouvent et qu'ils n'ont pas dans le classeur, que cela soit avec l'ordinateur de la salle ou leur smartphone, après m'en avoir demandé l'autorisation.

Et pourquoi le document "n'est pas dans le classeur" ?

De plus, avec un petit groupe d'élèves, dans le cadre de l'A.P. nous travaillons sur un projet pour créer une page Wikipédia. Le numérique n'est donc pas occasionnel, mais un élément « normal » des cours qu'ils ont avec moi.

Quel sens de l'innovation. Voilà qui mérite bien la reconnaissance du "Café Pédagogique".

Quelques élèves de cette classe étaient sur Twitter avant l'activité et ils ont joué un grand rôle pour expliquer le réseau social à leurs camarades. De mon côté, j'ai rapidement rédigé un court manuel sur le fonctionnement de Twitter que j'ai mis à disposition dans la Dropbox de la classe afin qu'ils puissent aussi découvrir l'outil par eux-mêmes.

C'est vrai que l'usage de Twitter nécessite bien un manuel... :lol:
Et ce manuel précisait-il les limites de Twitter ?

Quelles étaient ici précisément les consignes données ? Comment avez-vous lancé l’écriture ?
Lors de la présentation de la séquence, j'ai également présenté l'activité avec les consignes suivantes :
Vous devez commencer par vous créer un compte sur Twitter.

Et Twitter remercie chaleureusement Célia Guerrieri pour son sponsoring.

Ceux qui ont déjà un compte pourront soit utiliser leur compte personnel, soit créer un compte pour l'occasion. Attention, je dois pouvoir vous identifier et durant le temps de l'activité le compte que vous utiliserez doit être ouvert.

Mais que craint donc Célia Guerrieri ? Et pourquoi identifier les contributeurs dans un "poème collaboratif" ? :scratch:
Wikipédia est un bon exemple d'anonymat vertueux.

Vous devez ensuite me suivre et je vous suivrai en retour pendant le temps de l'activité (@celia_guerrieri). Il va de soi que Twitter est un espace public, votre compte ne doit donc pas être utilisé pour dire tout ce qui vous passe par la tête... A plus forte raison si je vous suis !

Mais non, les dérapages n'existent pas . :devil:
Au fait pourquoi utiliser un espace public ? Tout brouillon devient donc un objet de publication ?

Durant 72h, nous rédigerons un poème commun. Chacun d'entre vous devra contribuer avec au moins un vers. Un tweet correspondra à un vers.

Quel travail colossal, en amont comme en aval...

Notre tweet de départ sera le vers liminaire du « Lac » de Lamartine : « Ainsi, toujours poussés vers de nouveaux rivages, » que je lancerai depuis mon compte. Cela sera le signal de départ de nos 72h de Twittérature.

Sans rire ? "nos 72h de Twittérature" ? :lol:

Depuis vos comptes personnels, vous ajouterez chacun un vers, en respectant la contrainte de rythme imposée par le vers liminaire. Vous ferez attention aux vers qui auront été twittés avant le vôtre (utilisez le mot-dièse pour cela) pour respecter, non seulement la contrainte de rime (nous privilégierons AABB), mais aussi le sens du poème créé afin qu'il ne s'agisse pas d'une suite de vers incohérents.

Cette dernière consigne est assez amusante pour des élèves de seconde...
La forme finale du poème et son nombre de vers est donc définie par le nombre d'élèves. Voilà une belle contrainte poétique. Ne parlons évidemment pas de l'absence de strophes, impossibles à mettre en forme sur Twitter.

Il faudra donc être attentifs, à l'approche du délai final, à proposer une forme de clôture du texte.
Autant que possible, vous réinvestirez nos réflexions autour du lyrisme dans votre création.

"Autant que possible"...

Votre tweet, pour compter dans le poème final, devra inclure le mot-dièse #2d16
Vous pouvez inviter vos propres abonnés à participer, mais je supprimerai tous les vers qui ne seront pas des participations constructives.

Et comment supprime-t-on un tweet ? :mrgreen:
Le professeur, malgré toutes les précautions énumérées, renonce à tout contrôle en utilisant Twitter. Ce qui ne serait pas le cas en utilisant un blog personnel par exemple.

J'inviterai également mes abonnés à participer.

Le travail en classe ne ressemble plus à grand chose...

Vous pourrez également inclure des illustrations qui seront signifiantes par rapport aux vers qui précèdent ou au thème qui se dégagera du poème (attention aux droits des illustrations !), sans jamais oublier le mot-dièse.

Comme pour les tout-petits, on demande d'illustrer ce qu'on écrit.

Un storify qui compilera l'œuvre finale sera réalisé et mis en ligne à l'issue des 72h.

Voilà comment le professeur compte exercer son contrôle... Mais sur Twitter, tout reste ouvert.

Nous avons légèrement modifié ces consignes de départ, en particulier pour la durée de l'activité, à la demande des élèves : beaucoup étaient pris par des activités personnelles le samedi.

C'est vrai que 72h pour créer un vers, c'est un peu court...

L'activité a donc été annoncée environ trois semaines avant sa réalisation afin de laisser le temps aux élèves de s'y préparer.

Ça paraît un minimum. :mrgreen:

J'ai ensuite profité d'une heure où je n'étais pas en classe, avant la récréation de 10h, pour tweeter les consignes afin qu'elles puissent être visibles par tous les participants, qu'il s'agisse de mes élèves ou pas, et j'ai lancé le vers liminaire au moment de la sonnerie.

Quel suspense !

Concrètement, comment, où, quand … les élèves ont-ils composé et tweeté leurs alexandrins ?
J'ai l'impression qu'ils ont travaillé partout ! Chez eux, jusqu'à des heures tardives, dans la cour du lycée, dans les couloirs, parfois en classe...

Voilà qui est intéressant. Et pendant quel cours ? :devil:

Twitter me semblait être un outil formidable car ils pouvaient totalement se l'approprier en le téléchargeant sur leurs smartphones, qui, comme chaque enseignant le sait, sont un objet qu'ils ne lâchent jamais !

Même en classe ? :devil:
En quoi est-il plus "formidable" qu'un blog libre ou un forum personnel ? C'est surtout une belle facilité pour l'enseignant innovant...

Malheureusement, l'application ne permet pas de voir la totalité des tweets écrits sous un mot-dièse, ce qui a engendré quelques confusions...

:transpi:

...mais les élèves ont réussi à se coordonner : certains, sur leur ordinateur, en renseignaient d'autres qui étaient sur leur smartphone.

Bref, il a fallu communiquer pour communiquer... :transpi:

L'essentiel de l'activité s'est donc déroulé sur le temps hors-classe. Nous n'avons dû y consacrer qu'une quarantaine de minutes sur les trois heures que j'avais avec eux pendant le déroulement de l'activité.

Trois heures ? :shock:

La dernière séance a été par exemple le découpage en strophes et le choix d'un titre, et les élèves ont fait des propositions pertinentes et très réfléchies.

Eh oui : on fait les choses dans l'ordre : on compose d'abord les vers et on découpe en strophes ensuite. C'est la logique même de la création poétique. :doc:

Malgré cela, on peut véritablement parler d'un travail en groupe car les interactions ont été nombreuses même si chacun a pu exprimer sa créativité de façon autonome.

En un vers, donc. :mrgreen:

Le travail d’écriture a donné lieu à de nombreuses interactions sur le réseau Twitter entre les élèves et avec vous : sur quoi portaient-elles ? quels en ont « été les intérêts ?
Le travail était, essentiellement et fondamentalement, un travail collaboratif. Il est arrivé que certains élèves se mettent à deux pour préparer deux vers ensemble afin de proposer le couple de rimes suivies avec une idée filée.

Quelle bonne idée poétique, "l'idée filée". Avec un peu d'imagination on pourrait même l'étendre à l'ensemble d'un poème !

Mais, la plupart du temps, l'élève proposait sa propre création et les autres élèves intervenaient alors pour signaler une erreur ou une modification qui pouvait être judicieuse. Je suis moi aussi intervenue régulièrement pour signaler des vers « bancals ».

Il s'agissait donc bien de publier sur un réseau public le brouillon de son travail... :spider:

Les interactions ont donc permis aux élèves de trouver l'équilibre entre une expression personnelle et un but collectif. Elles leur ont aussi permis de travailler sur leurs qualités d'expression : signaler une erreur est un art, mais les adolescents apprennent parfois difficilement comment signaler une erreur sans pour autant attaquer la personne.

Y aurait-il eu quelques tensions ? :mrgreen:

Des internautes extérieurs à la classe ont aussi tweeté des vers : quels vous semblent les intérêts d’ouvrir ainsi le travail de la classe vers le monde extérieur ?
Le travail en lettres n'est, selon moi, jamais fermé au monde extérieur.

Comme c'est beau.

Même un auteur mort depuis quatre cents ans a quelque chose de pertinent à dire au regard de l'actualité et des sentiments que nous pouvons ressentir et j'aime souligner ces liens aux élèves.

Quel rapport avec la phrase précédente ? :scratch:
Pour Célia Guerrieri, l'ouverture va surtout dans le sens inverse : on fait entrer Samsung, Apple et Twitter dans la classe...

De plus, le Web nous permet d'être, comme le dit Michel Serres : « maintenant, tenant en main le monde ».

Sacré Michel ! Toujours le mot pour rire ! Mais comment appellera-t-on demain la génération de "maintenant" ? :mrgreen:

C'est quelque chose que je trouve fascinant. La littérature est très vivante sur le Web, que cela soit avec des blogs d'auteurs ou de critiques littéraires qui ne sont pas publiés de façon traditionnelle, ou bien avec la présence d'auteurs sur les réseaux sociaux qui communiquent directement avec leur lectorat.

Ce qui est nul par contre, c'est que Montaigne ne puisse pas tweeter.

Il me semble dommage de ne pas le montrer aux élèves qui ne voient souvent la littérature que comme quelque chose qui n'existe que dans l'espace de la classe.

Maintenant ils sauront que la littérature, il y a des applications pour ça.

En ouvrant le poème à des internautes extérieurs à la classe, je bousculais la conception erronée des élèves selon laquelle la littérature est isolante et isolée ;

C'est vrai quoi, le style ce n'est pas l'homme, c'est Twitter.

je leur permettais de voir que leur plaisir à créer était partagé ; je les faisais se confronter à d'autres idées, d'autres visions, d'autres expériences liées à la littérature. Enfin, cela faisait intervenir de l'inattendu, chose qui me semble importante, tant dans la création artistique que dans l'enseignement.

Pourtant utiliser Twitter en classe commence à devenir très convenu...

Un poème collectif en alexandrins, « De la mer à la terre », s’est peu à peu construit via Twitter : comment s’est passée la progression ? comment jugez-vous le résultat final ?
Je ne suis intervenue qu'une seule fois en ce qui concerne la progression du poème en surenchérissant sur l'idée d'une élève qui ne rencontrait qu'une approbation mitigée.

La collaboration a ses limites.

Pour le reste, elle a été très spontanée. Au dernier jour de création, deux élèves ont préparé des fins à l'avance. Je les ai mis en garde qu'ils oubliaient que n'importe qui pouvait intervenir, n'importe comment. Et c'est d'ailleurs ce qui est arrivé ! Le tweet final, qui modifie toute la lecture du texte, a été créé par une internaute extérieure à la classe.

Quelle aventure passionnante.

J'estime donc ne pas avoir du tout, ou très peu, guidé le poème, c'est véritablement la création, à la fois négociée et spontanée, de toutes les personnes qui ont participé. Et je trouve ce poème superbe : il a, par certains aspects, un côté un peu naïf ; par d'autres, il est pour moi un magnifique portrait de l'adolescence, avec toute sa délicatesse et sa splendide confiance arrogante.

Que de précautions oratoires ! :transpi:
Mais pouvons-nous juger sur pièce ?

Au final, quel bilan tirez-vous de l’expérience ?
C'est sans conteste pour moi une expérience réussie. Elle a pris beaucoup de mon temps libre, car même si je n'intervenais pas sur la progression du poème, il me fallait être là, que cela soit pour signaler un vers bancal, pour donner un conseil ou aider dans une difficulté d'organisation ;

Un non-intervention très interventionniste, en somme.

j'ai également fait un travail de promotion de l'activité sur Twitter qui a été essentiel car les retours des internautes ont contribué à maintenir la dynamique des élèves.

Nul doute que le monde entier a dû se passionner pour ce travail au brouillon sur Twitter. La dimension de "promotion" (sic) est effectivement l'aspect le plus intéressant de cette expérience : il s'agit de faire vitrine, pour l'élève comme pour le professeur.

Même si j'ai regardé le poème se construire, mon investissement a été immense.

Et celui des élèves, alors ? Un vers : vous vous rendez compte ?

Mais j'ai pris un plaisir incroyable à les voir s'enthousiasmer pour l'activité et se l'approprier totalement. Leur fierté justifiée face au résultat final est un de ces moments dont les enseignants se délectent.

C'est vrai qu'il y a une fierté à avoir composé un vers.

Si je devais donner des conseils à ceux qui voudraient se lancer, cela serait, d'abord et avant tout, d'être sûr d'avoir du temps libre car c'est une activité chronophage et ensuite, de lâcher prise complètement sur l'œuvre, de la laisser nous surprendre.

Bref, ce n'est pas grave si ça n'a ni queue ni tête.

Mais le plaisir des élèves à réaliser l'activité et la création qui en naît valent toutes les difficultés ou les objections que l'on pourrait soulever.

Mais de quelles objections peut-il bien s'agir ? Un article aussi long et aucune mention de celles-ci ?

Question subsidiaire un peu délicate : s’il fallait parmi tous les tweets de vos élèves choisir 3 alexandrins que vous goûtez particulièrement …
C'est une question difficile, il y a quelque chose qui me plaît et dont j'ai des raisons d'être fière pour eux dans chaque tweet que les élèves ont produit.

Tous les élèves ont du talent ! (voir plus haut) :doc:

Mais s'il fallait que j'en retienne trois, je citerais tout d'abord : « Mais sans innocence, c'est un peuple défait. » J'ai même modifié le flux originel pour pouvoir le conserver, car l'élève l'avait tweeté mais il a dû être supprimé en raison de confusions et elle n'a pas pu le remettre avant que de nouveaux tweets n'apparaissent.

Bref, on n'a pas respecté les règles fixées. Le vers ne respecte pas la césure : "Mais sans innocence//, c'est un peuple défait."

Il y a aussi « L'un d'entre nous dort, il est en train de rêver ».

Idem : "L'un d'entre nous dort, il// est en train de rêver"

A partir de là, le poème aurait pu prendre une toute autre orientation, car le vers était riche de possibilités. Je retiendrais enfin « C'est l'absolution qu'il fallait réaliser ».

Sans ou avec diérèse, le vers est faux. "C'est l'absolution qu'il// fallait réaliser".
Le vers, c'est le rythme mais visiblement cette caractéristique compte moins que les 140 caractères de Twitter. Sans parler du solécisme "réaliser l'absolution". :scratch:

Nous avons étudié Les Misérables et la question de l'absolution à travers Jean Valjean. Ce vers est pour moi le souvenir de cette séquence, comme si finalement, toute l'année scolaire que j'ai passée avec eux s'était mêlée intimement au poème.

Dans un gros travail, effectivement.

Et puis une mention spéciale pour « Voyant les montagnes pleines d'apatite », parce que j'ai appris grâce à ce vers ce qu'était l'apatite !

Génial : de l'interdisciplinarité avec les SVT ! :cheers:
La césure est encore non classique et il manque une syllabe dans le second hémistiche : "Voyant les montagnes// pleines d'apatite".
Peu importe : c'est publié, sur Twitter et dans le "Café" et c'est bien tout ce qui compte.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
30 Jui 2013 11:40 - 30 Jui 2013 15:16 #6615 par Loys
Réponse de Loys sur le sujet Enseigner les lettres avec Twitter
Le poème peut être consulté ici (avec ses fautes d'orthographes car malheureusement Twitter ne permet pas leur correction) :
storify.com/Celia_Guerrieri/activite-de-twitterature
Ou ici :



La consultation du storify de la "genèse de l'activité" est assez intéressante...
storify.com/Celia_Guerrieri/genese-de-l-...ign=&utm_source=t.co
On comprend mieux certaines réserves de l'enseignant et on s'aperçoit que la création asynchrone pose quelques petites difficultés. Mais ça reste un "outil formidable" ! :cheers:

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
01 Juil 2013 12:53 - 01 Juil 2013 12:55 #6630 par archeboc
Réponse de archeboc sur le sujet Enseigner les lettres avec Twitter

Loys dit:

L'essentiel de l'activité s'est donc déroulé sur le temps hors-classe. Nous n'avons dû y consacrer qu'une quarantaine de minutes sur les trois heures que j'avais avec eux pendant le déroulement de l'activité.

Trois heures ? :shock:

Non, pas trois heures : quarante minutes. Les trois heures, c'est le nombre d'heures de cours entre le top départ de l'activité et sa cloture. Mais durant ces trois heures de cours, elle n'a passé que quarante minutes sur l'activité twitter. C'est déjà beaucoup, mais cela laisse, n'en doutons pas, deux heures vingt pour la grammaire et l'initiation à la dissertation.

Loys dit: On notera que l'alternance des rimes masculines et féminines n'est pas respectée et que l'un des quatre vers est faux : "Portés par leur noble// courage, front haut, cœur pur".

Pour le coup, l'apocope sur les "e" muets est courante depuis Apolinaire. Les colchiques, par exemple, doit être lu comme un sonnet en alexandrins. Donc apocope d'un paquet de "e" muets, et synérèse sur "jouant". Mais évidemment, c'est impossible à enseigner à des élèves qui ne "sentent" pas l'alexandrin.

Tututut, ne me faites pas dire ce que je n'ai pas dit : les apocopes dans les colchiques construit un vrai rythme. Le "nobl' courage" est ici simplement grotesque, avec l'apocope ou sans, alors qu'en enlevant l'adjectif ("portés par leur courage"), on avait un hémistiche correct.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
01 Juil 2013 14:02 - 01 Juil 2013 14:03 #6631 par Loys
Réponse de Loys sur le sujet Enseigner les lettres avec Twitter
Pour les trois heures, la formulation est ambiguë mais laisse entendre qu'elles concernaient bien la création d'un poème collaboratif. Il n'est question de rien d'autre dans l'article.
Tout ce que vous voulez avec Apollinaire mais prendre comme modèle de versification un poète qui s'en affranchit souvent joyeusement, c'est hasardeux. :mrgreen:
PS : j'étudie souvent le premier vers de "Zone" que l'on peut lire de deux manières, alexandrin classique ampoulé avec la diérèse, ou moderne, plus naturel mais en onze syllabes :

À la fin/ tu es las// de ce mond/(e) anci-en

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
01 Juil 2013 14:20 #6632 par archeboc
Réponse de archeboc sur le sujet Enseigner les lettres avec Twitter

Loys dit: Tout ce que vous voulez avec Apollinaire mais prendre comme modèle de versification un poète qui s'en affranchit souvent joyeusement, c'est hasardeux. :mrgreen:

Sauf que pour Colchiques, si il respecte les contraintes du sonnet, ce n'est pas pour des prunes. Qu'il charcute ensuite le travail, il y a une raison à cela, mais le sonnet est toujours-là, et le rythme aussi. Donc l'apocope est possible en versification, et intéressante, comme c'est le cas chez Apollinaire, si elle permet de suivre un parler courant, moins académique.
Le problème, c'est que la lecture en est encore moins facile, puisqu'il y a moins de règles : il faut deviner à l'oreille les "e" qu'il faut apocoper. On est loin des capacités de la moyenne des élèves, qui ne savent déjà pas lire correctement un alexandrin classique. Certains enseignants même n'en sont pas capables.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
01 Juil 2013 14:25 - 01 Juil 2013 14:36 #6633 par Loys
Réponse de Loys sur le sujet Enseigner les lettres avec Twitter
Bien sûr que ce n'est pas au hasard. Nous sommes bien d'accord. ;)
Comme je le disais dans mon exemple avec le vers liminaire de "Zone", Apollinaire, "flâneur des deux rives", offre souvent de jolies hésitations.
Mais il s'agissait ici d'apprendre les "contraintes de la versification" : "Depuis vos comptes personnels, vous ajouterez chacun un vers, en respectant la contrainte de rythme imposée par le vers liminaire." C'était un vers de Lamartine.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
01 Juil 2013 14:34 #6634 par archeboc
Réponse de archeboc sur le sujet Enseigner les lettres avec Twitter
Oui, on est d'accord. C'est vraiment sur le vers classique que l'on peut se former l'oreille à l'alexandrin.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
21 Jan 2014 22:53 #9282 par Loys
Réponse de Loys sur le sujet Enseigner les lettres avec Twitter
A lire dans le "Café pédagogique" du 21/01/14 : "Humanisme et numérique : Quand Gargantua tweete !"


Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
21 Jan 2014 22:54 #9283 par Loys
Réponse de Loys sur le sujet Enseigner les lettres avec Twitter
Commentaires à venir.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
08 Fév 2014 23:49 - 25 Aoû 2018 18:14 #9527 par Loys
Réponse de Loys sur le sujet Enseigner les lettres avec Twitter
A ne pas rater non plus : Andromaque tweeté "en interjections et onomatopées" avec des lycéens !

Fichier attaché :


[ Cliquer pour agrandir ]


Ce message contient des informations confidentielles

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
11 Fév 2014 15:54 - 11 Fév 2014 15:55 #9541 par Loys
Réponse de Loys sur le sujet Enseigner les lettres avec Twitter
A lire dans le "Café pédagogique" du 11/02/14 : "Lettres : Ecriture combinatoire via Twitter "


Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
11 Fév 2014 15:57 #9542 par Loys
Réponse de Loys sur le sujet Enseigner les lettres avec Twitter
Je n'ai pas bien compris le principe : le site ne renvoie qu'à deux "twittsonnets" dont chacun ne fait qu'un seul vers. :scratch:
- Twittsonnet 1 - Les ménageries : "Le soleil meurt : son sang ruisselle sur les murs. #mus1"
- Twittsonnet 2 - Les âmes guéries : "Le soleil meurt : son sang ruisselle obscur et pur. "

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
11 Mai 2014 14:34 - 17 Sep 2017 14:28 #10439 par Loys
Réponse de Loys sur le sujet Enseigner les lettres avec Twitter

Loys dit: A ne pas rater non plus : Andromaque tweeté "en interjections et onomatopées" avec des lycéens !

Voilà qui méritait bien une fiche Eduscol : eduscol.education.fr/bd/urtic/lettres/in...ommande=aper&id=2256

Et bonus sur Wikipédia : eduscol.education.fr/bd/urtic/lettres/in...ommande=aper&id=2255

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
15 Jui 2014 09:45 #10935 par Loys

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
27 Jui 2014 08:58 - 27 Jui 2014 08:59 #11091 par Loys
Réponse de Loys sur le sujet Enseigner les lettres avec Twitter

A ne pas rater non plus : Andromaque tweeté "en interjections et onomatopées" avec des lycéens !

Voilà qui méritait bien une fiche Eduscol : eduscol.education.fr/bd/urtic/lettres/in...ommande=aper&id=2256

Et les honneurs du "Café pédagogique" du 27/06/14 : "Lire-réécrire Andromaque avec Twitter"


Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
09 Nov 2015 18:18 - 09 Nov 2015 18:19 #15197 par Loys
Réponse de Loys sur le sujet Enseigner les lettres avec Twitter
Pas de Twitter, mais la même idée de "translittératie" vivifiante...
www.cafepedagogique.net/lexpresso/Pages/...826388035628122.aspx



Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
14 Nov 2015 09:45 #15237 par Loys
Réponse de Loys sur le sujet Enseigner les lettres avec Twitter

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
19 Jan 2016 14:49 - 12 Juil 2016 14:54 #15706 par Loys

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
20 Jan 2016 23:02 #15713 par Hervé
Réponse de Hervé sur le sujet Enseigner les lettres avec Twitter
Je ne suis pas spécialiste en français, mais le projet Andromaque m'a décontenancé... :o
Passe encore la réécriture en langage moderne, qui oblige sans doute à une lecture et à une compréhension de l'oeuvre... Mais la version onomatopée... :o
Le dévouement et l'énergie de la professeure sont évidents, ce qui n'est d'ailleurs pas sans interroger... tout ça (c'est un euphémisme de dire que ça a été chronophage) pour ça.
D'autant que le projet est d'ampleur limitée : des élèves volontaires (une huitaine ?) hors-temps scolaire, ça ne permet guère de généraliser l'expérience dans les conditions habituelles de la classe. En outre tout ne s'est pas bien passé : au moins un élève démissionnaire, d'autres n'ont pas beaucoup travaillé, et une partie du travail (l'écriture d'une "scène manquante" en langage soutenu) n'a pu être réalisé, et les soucis techniques ont été légions.
Enfin, le bilan pédagogiques (la professeure est très honnête dans son compte-rendu) est d'ailleurs mince : un élève très faible et tenté par la décrochage... n'a pas décroché; Les "autres élèves en difficulté [...] ont pris conscience que toute écriture obéit à des codes en fonction de la situation de communication et ils ont pu travailler sur leur production écrite lors des devoirs" et "certains bons élèves" ont apprécié le côté ludique (et les autres "bons élèves" ?).
Au total, je me demande quelle quelle est la plus-value par rapport aux habituels ateliers d'écriture et ateliers théâtre proposés par sans doute la plupart des professeurs de Français ou documentaliste.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
Plus d'informations
01 Mar 2016 23:51 #16019 par Loys
Réponse de Loys sur le sujet Enseigner les lettres avec Twitter

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
28 Nov 2016 15:27 - 17 Sep 2017 14:32 #17839 par Loys
Réponse de Loys sur le sujet Enseigner les lettres avec Twitter

« Si Candide m’était twitté »
Caroline Duret, professeur de lettres, Institut International de Lancy (Suisse)
« Twaïkus »
Bruno Himbert, professeur de lettres, académie de Dijon
« Défi Twitter en latin »
Germain Teilletche, professeur de lettres, académie de Bordeaux


Voir sur ce fil : www.laviemoderne.net/forum/vers-l-ecole-...ance-a-l-autre#17837
Fichier attaché :

Dans le "Café" du 11/11/15 : "Lettres : Voltaire encore ? La pédagogie toujours ?"


Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
05 Déc 2016 15:58 - 05 Déc 2016 16:19 #17903 par Loys
Réponse de Loys sur le sujet Enseigner les lettres avec Twitter
Dans le "Café" du 5/12/16 : "La chronique de Véronique Soulé : Marie et Marlène, le twittroman et le bonheur d'être profs"



Quelques commentaires.

La chronique de Véronique Soulé : Marie et Marlène, le twittroman et le bonheur d'être profs

Bonne nouvelle : on peut éprouver le "bonheur d'être prof" sans "twittroman" et même sans "EPI" ! :santa:

Marie Especel et Marlène Partyka sont des profs comme on les aime : joyeuses, dynamiques, aimant les élèves et passionnées par leur métier.

Les "profs comme on les aime" pas sont tristes, attentistes, détestant les élèves et leur métier. Comprendre évidemment qu'aimer son métier, c'est aimer les EPI et les projets de "twittroman".

- " L'avantage est que je sais que certains concepts évoqués dans le roman ont déjà été abordés ", complète Marie Especel, 38 ans, sa collègue de lettres. Le livre en question, " Eldorado " de Laurent Gaudé, met en scène un jeune migrant soudanais et un garde-côte italien.
- " Nous avons travaillé sur la distinction migrant économique-migrant politique, sur les dessins de presse et sur la photo du petit Aylan, et encore sur la différence entre information et opinion ", reprend Marlène.

On se demande en quoi ces notions ou distinctions sont utiles pour l'appréhension littéraire de l'oeuvre ou l'enseignement du français.

- " C'est enrichissant pour toutes les deux, les élèves trouvent davantage de sens à ce qu'ils lisent ", ajoute Marie.

C'est vrai que "trouver du sens" à une oeuvre littéraire par elle seule paraît impossible. :santa:

Migrations
Marlène Partyka et Marie Especel étaient venues à Paris exposer le projet qu'elles ont mené ensemble l'an dernier avec la classe de quatrième option Media. Son titre : " Des migrations et des (dés)informations ". Et son sous-titre : " Regard croisé sur un sujet controversé : les migrations internationales ".
Dans le cadre de l'Education aux medias et à l'information (EMI), l'idée était de mener un travail approfondi sur un sujet d'actualité, tragique, voire traumatisant, qui a bousculé les élèves. Or, démunis, ils ont bien du mal à prendre de la distance et ils risquent de tomber dans l'amalgame.

Toujours rien sur le français...

Twittroman
Marlène et Marie, qui ont l'habitude de collaborer, ont décidé de travailler en interdisciplinarité, c'est-à-dire en abordant le thème à travers trois disciplines - le français, le géographie et l'Education aux medias.

L'éducation aux médias, une "discipline" ? :scratch:

Leur projet est ce que l'on appelle dans le jardon de l'éducation nationale un EPI, pour Enseignement pratique interdisciplinaire, ces EPI que la réforme du collège entend généraliser.

Quelle chance que cette réforme soit illustrée par deux enseignants innovants au Forum des enseignants innovants (et joyeux, et dynamiques, et aimant leurs élèves etc.) ! :santa:

Après avoir lu le roman avec Marie, étudié les aspects migratoires et géographiques avec Marlène, les élèves en ont inventé la suite sur Twitter. Ils ont créé 5 comptes pour les 5 personnages. Puis à l'aide de dialogues de 140 signes, ils ont écrit la suite du voyage de Soleiman, le jeune migrant soudanais. A la fin du livre, après avoir traversé la Libye, il était en Algérie. Il parviendra jusqu'en France après moults péripéties.

Un roman écrit avec des tweets de 140 caractères, voilà qui semble étonnant !
Pourquoi écrire la suite ? Pourquoi sur Twitter ? On ne le saura pas. Le travail de français semble se concentrer ici.

Marlène et Marie n'imaginent pas revenir en arrirè, au bon vieux cours que chacune dispenserait dans son coin, avec les éléves zappant d'un cours à l'autre, sans voir le lien entre ce qu'ils apprennent.

Le "bon vieux cours [...] dans son coin" : quelle horreur !
D'autant que les professeurs sont évidemment incapables de souligner les liens entre les disciplines...

Compétences
Marlène enseigne depuis 6 ans et Marie depuis 8 ans au collège Prévert de Bourg en Gironde. Il fut le premier du département à travailler par compétences.

L'innovation tous azimuts ! :cheers:

Les élèves n'ont pas de notes-couperet qui récompensent ou qui sanctionnent. Ils sont évalués sur ce qu'ils ont acquis, en connaissances mais aussi en savoir-faire.

On voit mal en quoi une évaluation par notes "récompense" ou "sanctionne" puisqu'elle évalue un niveau scolaire au même titre que l'évaluation par compétences.

Les collégiens découvrent les notes en troisième, année du brevet où il faut bien faire des moyennes. "Une découverte souvent douloureuse, commente Marie, un douze pour un élève dyslexiques illustre un vrai progrès alors que pour un élève excellent, c'est médiocre ." Marlène appprouve.

Si on pouvait supprimer les notes aux examens, ou même les examens...

"Dans un établissement où l'on évalue par compétences, enchaîne-t-elle, on est obligé de s'interroger sur sa pratique prédagogique. " Sur les cinquante professeurs de Jacques Prévert, Marie et Marlène estiment que dix à quinze font des projets et innovent. Un proportion significative.

Et "innover" en faisant tweeter les élèves, c'est mériter d'être reconnu...

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Temps de génération de la page : 0.321 secondes
Propulsé par Kunena