"USA : paroles d'experts sur la transition numérique en milieu scolaire" (ActuaLitté)

Plus d'informations
10 Sep 2013 10:09 #7459 par Loys

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
10 Sep 2013 10:25 - 10 Sep 2013 10:27 #7460 par Loys

D'après les résultats d'un sondage mené cette année auprès des abonnés au School Library Journal, 26 % d'entre eux admettraient utiliser des manuels scolaires et autres livres numériques tandis qu'ils seraient 11 % à en projeter l'adoption future. [...] Eric Twadell , surintendant à Stevenson , a donné des iPads à environ 15 % de ses 4000 étudiants au cours de l'année scolaire 2012-2013 . Il entend faire passer ce nombre à 55 % l'année suivante, pour atteindre 100 % en 2014-2015. Une solution non seulement économique, pour certains, mais également importante dans le sens où les jeunes doivent être formés à l'utilisation des technologies. Comme il l'exprime : « Il est important pour nous de rencontrer les enfants là où ils sont, et maintenant, ils sont en ligne. »

Suis-je le seul à voir un évidente contradiction ici ? La transition numérique, c'est l'utilisation de manuels numériques ou bien l'accès à Internet. Car le sondage ne portait que sur le premier point. :fur
Quant à affirmer que les iPads sont une solution "économique"... :shock:
Passons sur le modèle de tablette le plus cher et prenons conscience que ce n'est qu'un contenant auquel il faut ajouter des manuels numériques sous licence et payants...

L'approche est similaire dans l'établissement de New Trier, on privilégie une adoption par phases successives ainsi que l'iPad comme outil, qui présente un large choix d'applications. Ainsi, souligne Lodge McCammon, directeur de projet au Friday Institute for Educational Innovation de Caroline du Nord, une migration réussie se produit quand : « Les usagers ont un plan pour savoir quoi faire avec ces nouveaux outils ».

Encore une fois, c'est le miracle du numérisme : on s'équipe d'un "outil" dont on doit ensuite inventer l'usage. Une véritable révolution dans l'histoire de la Technique. :shock:

À l'unanimité, les experts préconisent dans un premier temps une adoption à échelle réduite, éventuellement une phase test à l'échelle d'une salle de classe fixement dédiée au numérique, une vérification des résultats obtenus sur la communauté, avant de passer au palier suivant.

Depuis le temps, on devrait commencer à avoir des résultats. L'opération "un collégien, un ordinateur portable" dans les Landes a commencé en 2001 : www.laviemoderne.net/forum/les-ecrans/16...able-dans-les-landes

Mais généralement l'accueil réservé au numérique est positif. Les élèves seraient plus à même de retenir des leçons apprises par le biais d'un outil interactif.

L'emploi du conditionnel est prudent. Et que signifie exactement "apprendre par le biais d'un outil interactif" ?

Une méthode qui aurait du succès auprès des publics récalcitrants à la lecture.

Comment nous faire croire que plus d'écrans, ce sera plus de lecture. :fur

Mais il s'agit ensuite de stimuler l'intérêt des élèves en faveur de la mise à profit des contenus pédagogiques numériques. Certains bibliothécaires scolaires ont ainsi imaginé la mise en place d'une application du mois, ou de suggestions d'applications en fonction d'exercices spécifiques, communiqués à renfort de tweets ou d'emails, de partages via GoodNotes, Pages, myHomework, Educreations, Notepad, iHomework, Real Sticky, Dropbox, ou Evernote...

Comme c'est excitant... (fatigue). On voit qu'il est ici plus questions des moyens de transmission que des "contenus pédagogiques" à proprement parler.

Quelques freins à l'adoption
Au rang des principaux freins à l'adoption numérique, Lisa Dettling , responsable bibliothécaire à Stevenson, mentionne la question du prix élevé du matériel.

Il faudrait savoir, je croyais que c'était "économique"... :scratch:

Rappelant notamment qu'il ne fallait pas oublier les frais inhérents en matière de réparation, d'entretien et autres coûts d'éventuelles assistances techniques.

Des broutilles, voyons. Et puis on y réfléchira après. Évidemment ça peut poser des petits problèmes pour chaque élève concerné, quand son équipement n'est plus opérationnel (batterie vide, matériel cassé ou volé)...

Il est en conséquence conseillé de prendre une assurance sur ses appareils, en cas de perte, casse ou vol, et de les attitrer à un seul élève fixe en fonction des numéros de série des tablettes.

Avec les bêtes cartables, ce genre de problèmes n'existaient pas...

Il y a également la question de l'équipement informatique des établissements, en termes de réseau Wi-Fi et de capacité de connexions massives et simultanées de milliers d'élèves.

Encore des broutilles, des détails techniques. Équipons et on verra plus tard.

Par ailleurs, certains pourraient ne pas bénéficier d'internet depuis leur domicile. Or il s'agit d'éviter les risques de bugs comme garantir l'égalité des chances en cours d'apprentissage.

Et comme chacun sait seul Internet peut garantir l'égalité des chances. :doc:

Avec des attentes, du personnel enseignant comme des élèves, qui se porteraient naturellement vers ces grandes questions que sont la disponibilité des titres , l'accessibilité , le coût et la qualité. Et l'on sait que toutes les bibliothèques restent confrontées à la difficulté de se constituer un large catalogue numérique, notamment en raison de l'importance des frais d'acquisitions.

Ah... en plus du matériel... :devil:

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Temps de génération de la page : 0.158 secondes
Propulsé par Kunena