[LVM] "Idriss Aberkane : les neurosciences sans confiance"

Plus d'informations
27 Oct 2016 18:42 - 03 Jan 2022 17:44 #17531 par Loys
A relire :

Vous pouvez commenter ici le billet "Idriss Aberkane : les neurosciences sans confiance - Postures/impostures contre l'école" du 27/10/16 (billet réintitulé le 6/11/17).

Version abrégée sur "Marianne" : www.marianne.net/luttedesclasses/idriss-...ecole-100247504.html

[ Cliquer pour agrandir ]

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
27 Oct 2016 21:01 - 02 Nov 2016 17:20 #17534 par Loys
Et ce même jour un article de blog sur le site de "Libé" : "La science et les médias : ce que révèle le succès litigieux d’Idriss Aberkane" par Romain Ligneul.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
29 Oct 2016 12:42 - 07 Nov 2016 18:15 #17555 par Loys

"Notre école est basée sur le gavage" ; "quand on gave notre foie, on a du foie gras. Quand on gave notre cerveau, on a du cerveau gras." Et le corollaire sur la classe dirigeante, "la plus gavée"...
"On peut être bon dans un domaine sans avoir eu de diplômes ou sans avoir jamais passé d'examen standardisé." ; "Les diplômes sont plus intéressant en France par rapport aux States : c'est tout à fait vrai".
Célébration des jeux vidéo, avec une évaluation qui donne envie de continuer. Célébration du "droit à l'erreur" (qui bien sûr n'existe pas en France)...

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
02 Nov 2016 18:53 #17609 par Shane_Fenton
Réponse de Shane_Fenton sur le sujet [LVM] "Idriss Aberkane : les neurosciences sans confiance"
Plus j'en lis sur ce monsieur (que je ne connaissais pas il y a encore quelques mois), plus je pense à Bernard-Henri Lévy, à son ascension médiatique (à l'époque où les "nouveaux philosophes" crevaient l'écran), et aux controverses qui ont suivi.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
18 Nov 2016 18:42 #17748 par Loys
Sur "France 24" du 18/11/16 :

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
07 Jan 2017 21:07 - 04 Fév 2021 18:31 #18132 par Loys
Encore un article plein de recul dans "Le JDD" du 31/12/16 : "Idriss Aberkane, l'enfant terrible"





A lire ce billet consterné par Nicolas Gauvrit : www.scilogs.fr/raisonetpsychologie/baratin-a-francaise/

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
08 Fév 2017 14:28 - 08 Fév 2017 22:52 #18369 par Loys

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
24 Mai 2017 13:19 - 24 Mai 2017 13:19 #19025 par Loys
www.challenges.fr/emploi/management/les-...-leur-cerveau_474433

Ayant essuyé un feu nourri de critiques sur son parcours et ses positions marquées, il est brillamment différent, notamment dans sa capacité à vulgariser avec élégance ses propos sur le cerveau en s’appuyant sur des contenus rares et des métaphores puissantes. Un seul mot vient en tête... bluffant.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
24 Jui 2017 14:17 #19249 par Loys

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
29 Jui 2017 20:37 #19284 par Loys

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
22 Déc 2017 23:03 #20271 par Loys

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
31 Jan 2018 11:05 - 01 Fév 2018 22:31 #20443 par Loys


Et dans "Arrêt sur images" du 1/02/18 : "Pressions sur des blogueurs qui critiquent Idriss Aberkane"

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
12 Fév 2018 18:23 #20522 par Loys
Nouveau billet scolaire éclairé d'Idriss Aberkane dans "Le Point" du : "Méthode de Singapour : « Le dégoût des maths n'est pas une fatalité »"



Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
14 Mar 2018 23:30 #20676 par Loys
Idriss Aberkane devient enfin chercheur... en ouvrant ses propres laboratoires !

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
06 Avr 2018 00:54 - 06 Avr 2018 00:57 #20799 par Loys

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
Plus d'informations
14 Jui 2018 07:36 #21090 par Loys

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
02 Juil 2018 17:51 #21133 par Loys

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
18 Aoû 2018 13:05 #21254 par Loys
Analyse du livre d'Idriss Aberkane : menace-theoriste.fr/bullshittez-votre-ce...ffet-gourou-inverse/





Bien sûr, il y aurait beaucoup à dire sur un pareil programme, sauf qu’on n’en saura rien dans le livre d’Aberkane, puisque son propos se contente de bifurquer sur les horizons radieux de l’humanité que représentent les calculateurs prodiges et les mentalistes, avant de se tourner soudainement vers cette chose épouvantable qu’est l’école. Aberkane, en effet, a de nombreux griefs contre celle-ci. Non pas qu’il se plaigne que les enfants d’aujourd’hui ont trop de liberté, qu’on leur laisse trop d’autonomie ou qu’ils ne sont pas suffisamment cadrés par une figure autoritaire. Non, il opte pour l’autre lubie : celle qui soutient qu’à l’inverse, l’école bride la créativité par un système absurde de compétition entre les élèves visant à formater leurs esprits afin qu’ils soient utiles à la société comme de bons petits moutons. On réfrène un long bâillement tout le long de cette rengaine entendue mille fois, en attendant de découvrir comment la neuroergonomie, ou quoi que ce soit d’autre, permettrait de régler ce débat navrant une bonne fois pour toutes. Hélas, il va sans dire qu’aucune solution concrète n’est proposée, si ce n’est d’invoquer le besoin d’expérimenter, de développer l’excellence secrète et précieuse de chacun, de « remettre l’épanouissement au cœur de la mission éducative » (p. 129), sans oublier bien évidemment de « remettre le plaisir au cœur de l’école » (p. 132), tout en gardant à l’esprit que « l’éducation ergonomique est multimodale » (p. 125). Bref, autant de poncifs éculés saupoudrés à la sauce start-up, qui ne semblent conduire qu’à cet aphorisme bullshit, dont Aberkane semble très fier puisqu’il le qualifie de « neurosagesse fondamentale » (p. 130) : « Il ne faut pas forcer le cerveau à ressembler à notre école, il faut forcer notre école à ressembler à notre cerveau » (p. 126)[14]. Pour Aberkane, en effet, « plus on s’imprègne de cette formule, plus on quitte la caverne du conditionnement ».

Sauf qu’avant de chercher à nous conditionner à ne plus être conditionnés, Aberkane, et tous les gogos des vertus de la « neuroéducation » ou de « l’éducation ergonomique », devraient plutôt se demander si la principale vertu et fonction de l’école, au final, ne serait pas précisément de ne pas s’adapter au cerveau humain, puisqu’il s’agit, si j’ai bien compris le concept d’éducation, de faire en sorte que les enfants sortent un peu de leur nature animale pour intégrer ce qu’on appelle la culture, qui, comme la science, s’oppose tout de même assez souvent à nos instincts primaires et aux intuitions biaisées de notre cerveau. Il se pourrait bien qu’apprendre à réfléchir, acquérir des informations historiques, géographiques, linguistiques, etc. n’ait rien de « naturel », et de toute façon les instituteurs n’ont pas attendu Aberkane et les neurosciences pour parvenir à instruire correctement au moins quelques générations d’Homo Sapiens.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
04 Fév 2021 15:07 - 03 Jan 2022 17:06 #23173 par Loys
19/01/20


Le premier modèle cité est Céline Alvarez : "elle se fait pousser dehors" (en réalité pas du tout : elle a démissionné au bout de trois ans puisqu'on ne voulait pas étendre son expérimentation Montessori non évaluée) : aucune place pour l'innovation, pour la vocation (confondue avec l'innovation, bien sûr) : "ta vocation de prof ne t'aidera pas à faire carrière" : à noter que la vocation à enseigner devient donc la vocation à faire carrière : c'est pourtant assez différent...

Procès de la leçon artificielle à l'agrégation : "quand tu design un produit pour tes pairs, personne ne va l'utiliser [...] l'utilisateur final s'en contrebat les couilles" (et analogie - assez contre-productive puisque ces objets de consommation rencontrent précisément beaucoup de succès - avec les défilés de mode ou le presse-citron de Philip Stark). Il ne vient pas à l'esprit d'Idriss Aberkane non seulement que la leçon n'est pas un "produit" destiné à être "consommé" par les élèves mais, de plus, que la conception d'une leçon d'agrégation montre des connaissances et des compétences pointues, qui peuvent évidemment se décliner à tous les niveaux scolaires où le professeur agrégé peut-être amené à enseigner, du lycée à la classe préparatoire (et par dérogation au collège).

L'exemple du bon professeur pour Idriss Aberkane (qui n'a pas passé l'agrégation) ? Lui-même ! "J'avais les meilleures évaluations de mes élèves à Centrale [...] Tu crois que j'ai fait carrière à Centrale ?" Car enseigner ne pouvait suffire à Idriss Aberkane : il lui fallait faire carrière (si cette expression a un sens dans l'enseignement) !

Autre exemple : Jean-Yves Heurtebise à Marseille, dont les élèves s'amusent mais obtiennent les meilleurs résultats au baccalauréat : "Jean-Yves, il s'est cassé à Taïwan, il enseigne dans le supérieur là-bas et la France ne le reverra plus jamais et Céline Alvarez, elle s'est cassée en Belgique". M. Heurtebise s'intéresserait moins à sa "relation avec les élèves" qu'à sa carrière dans une université privée et Mme Alvarez (qui a passé le CRPE) n'est pas devenue enseignante en Belgique mais auteur à succès et conférencière (notamment en Belgique) ... De façon amusante pour un Idriss Aberkane qui méprise les diplôme et la reconnaissance par les pairs, il raille la licence de philosophie de l'inspecteur face au doctorat de M. Heurtebise. A noter qu'on trouve dans le "Café pédagogique" de 2009 une interview de M. Heurtebise par le "biologiste" Idriss Aberkane qui n'a pas grand rapport avec la pédagogie.

Alvarez, Heurtebise, Aberkane (!) : on retrouve le motif (libéral) du génie (de l'entrepreneur) empêché par la médiocre France administrative.

"Il faut remettre l'élève et le parent d'élève au centre de l'offre éducative" : pourquoi "remettre" puisque l'agrégation n'est pas tout à fait un concours nouveau dans l'éducation nationale...

Comment pourrait-on "encourager la diversité ?" Réponse d'Idriss Aberkane, assez paradoxale pour ce contempteur perpétuel de l'enseignement : "Un seul mot d'ordre : foutez la paix aux profs". Pour Idriss Aberkane, la "vocation" (mesurée selon quels critères ?) doit tenir lieu de compétence et de critère de recrutement. La vocation, toujours confondue avec "l'innovation pédagogique", freinerait la carrière des professeurs : c'est dire à quel point connaît mal l’Éducation Nationale... Face à l'innovation, les programmes qu'il faut appliquer, se désole Idriss Aberkane : "Dans une bureaucratie, on préfère que ça foire avec la méthode que ça réussisse sans elle". En quoi les programmes relèvent-ils d'une méthode ? Ce sont les objectifs...

Et de se référer à cette citation totalement apocryphe "d'Aristophane" (de récupération constructiviste) : "l'enfant n'est pas un vase qu'on remplit, mais un feu qu'on allume".

Et de déplorer les salaires des enseignants. Tout en donnant une toute autre raison de son renoncement à enseigner à Centrale malgré ses cours brillants : "sur une conf' je prenais quatre fois ce que je prenais pendant une semaine de cours [...] c'est pas mon objectif de rester avec vous, donc bye-bye". A quoi tient la vocation de l'enseignement, hein...

"Les profs, leur récompense en France, c'est de pouvoir innover" mais on ne leur fout pas la paix, selon Idriss Aberkane. Comprendre que s'ils pouvaient innover, les professeurs pourraient se satisfaire de leur salaire...

Nouveau problème (avec l'analogie du desk et du problème de plomberie dans un hôtel) : un prof, "il "report" pas aux élèves et il ne "report" pas non plus aux parents : un prof, il report à son supérieur". La notion de "report" est ici très floue...

Idriss Aberkane exprime sa pitié pour les professeurs qui ne s'épanouissent pas, qui ne s'amusent pas en cours, qui souffre (c'est visiblement la même chose) mais les raisons des frustrations dans l'enseignement échappent quelque peu à celui qui n'a jamais enseigné dans le primaire ou dans le secondaire. Il suffirait que le professeur voie "l'étincelle dans les yeux de ses élèves".

Il donne ensuite en exemple le système éducatif suisse "extraordinaire" avec cette étrange preuve : deux universités dans le top15 des universités mondiales (en France, Polytechnique 460e "après une obscure université dont j'ai oublié le nom en Iran"). Signalons au demeurant qu'en 2019, dernier classement connu au moment de la vidéo, la première université suisse était 19e et que Polytechnique (dont Idriss Aberkane se déclare volontiers docteur, contre toute évidence pourtant) n'est pas une université, mais une école d'ingénieurs avec des partenariats universitaires...

Idriss Aberkane postule que le principe "de subsidiarité" en Suisse aurait permis à Céline Alvarez de continuer à enseigner (sauf qu'elle pouvait parfaitement continuer à enseigner en France : elle avait même bénéficié pendant ses trois courtes années d'enseignement d'un soutien administratif et financier considérable). En Suisse, les programmes pourraient ne pas être respectés tant que le professeur résout l'échec scolaire. Bon, il reconnaît que les professeurs sont beaucoup mieux payés, même si c'est un paradis fiscal : il ne vient pas à son esprit que la sociologie scolaire de la Suisse est peut-être un peu différente en Suisse, et qu'être un paradis fiscal explique précisément la richesse du pays.

En conclusion : "sélectionner [les profs] sur la conformité, ça fait des cours chiants et les cours chiants ça fait l'état actuel de l'éducation"




15/05/21


L'échange est en permanence d'une saisissante confusion : on parle de système scolaire et d'étudiants, de formation professionnelle et d'éducation, d'orientation scolaire et de performance professionnelle etc.

Le problème du système scolaire selon Idriss Aberkane ? "Conçu pour la productivité" : "nos systèmes scolaires viennent de la révolution industrielle" (tarte à la crème reprise de Ken Robinson) : en réalité, l'affirmation (qui englobe par ailleurs tous les systèmes scolaires) est totalement fausse. Le système scolaire français, dans sa conception élitiste (avec une architecture allant jusqu'au lycée, créé en 1802, et une dominante très classique au XIXe, avec enseignement du latin et du grec ancien) est largement antérieur à la révolution industrielle : ce n'est qu'à partir de 1902 que les sciences commencent à s'imposer progressivement dans les cursus. Le lycée napoléonien vise à former des cadres... administratifs et militaires, pas des ingénieurs.

A cette première invention, Idriss Aberkane ajoute ce jugement historique étayée par aucune source historique : "Si t'es productif t'es pas épanoui, si t'es épanoui t'es pas productif" (l'"épanouissement" n'étant pas défini dans le cadre scolaire). Puis une loi éducative de nouveau non étayée ("le pic de productivité n'est atteint que dans l'épanouissement"). Le plus amusant, au delà des inventions d'Idriss Aberkane, c'est leur incohérence. Car si tel était le cas (si le lycée était productiviste et si le productivisme était atteint par "l'épanouissement"), le lycée aurait très certainement promu l'épanouissement des élèves. Enfin, le plus saisissant : le propos d'Aberkane montre que c'est lui qui conçoit l'école "pour la productivité" puisqu'il s'agit d'atteindre, par l'"épanouissement" de l'élève, son "pic de productivité" : "remettre l'épanouissement au centre parce que c'est comme ça qu'on a le maximum de productivité" !

L'épanouissement peut être mesuré de façon scientifique : par l'attention, par exemple ("les yeux laser", avec l'exemple des investisseurs Bitcoin ou de Mozart ou Bach). Il faut "allumer le feu" mais Idriss Aberkane renouvelle le cliché : dans une conception productiviste réifiante, dans laquelle l'école doit obtenir un rendement, les élèves sont comparés à des réacteurs nucléaires et les professeurs à des "physiciens nucléaires" qui doivent mettre les réacteurs "en criticité".

La parabole aberkanienne (sur l'ergonomie cérébrale) du cordonnier qui impose la forme des chaussures : Godillot aurait inventé/commercialisé la première chaussure ergonomique ("C'est à partir de 1848 qu'on voit les premières chaussures avec un pied droit et un pied gauche"). Problème selon Idriss Aberkane : ce principe fondamental de l'adaptation n'a pas été admis pour le cerveau car les gens ne sont pas très intelligents. Au delà de l'ironie qui veut que le "godillot" (chaussure militaire) renvoie précisément à l'absence de singularité (parti godillot, députés godillot : de fait, Godillot n'a pas spécialement adapté la chaussure au pied de chaque soldat...), il y a cette idée assez bête qu'on n'aurait jamais adapté, dans l'histoire de l'humanité, les chaussures à un pied droit et un pied gauche ! En réalité, mêmes les caligae des soldats romains étaient déjà adaptées au pied droit et au pied gauche et, au XIXe siècle, Godillot, profitant des commandes de guerre, n'a fait que distinguer les chaussures... militaires en France. Au reste la comparaison avec l'objet de consommation (la chaussure et le client) est assez caractéristique d'une vision consumériste très répandue actuellement de l'éducation. Mais le plus atterrant est dans la conclusion de la parabole : il faudrait donc que les connaissances s'adaptent au cerveau humain... Idriss donne d'ailleurs des exemples de son concept de "neuroergonomie" ("des produits adaptés au fonctionnement cognitif humain") sans aucun rapport avec l'apprentissage : par exemple, un casque adapté à des pilotes de chasse. Quel rapport ?

"Il faut voir la ludopédagogie comme une technologie : en fait, l'attention, c'est beaucoup comme de l'électricité" (avec équation). Aberkane, qui dans ses "travaux" invente le concept d'"attentionnique", développe l'idée d'arc attentionnel (comme un arc électrique) pour parler de l'élève qui regarde par la fenêtre du fait de la médiocrité du cours : "un jeu vidéo a une conductivité attentionnelle de gros bâtard". C'est plutôt un exemple frappant de l'attention qui ne débouche sur aucun apprentissage scolaire, et même en détourne, malheureusement... Question subsidiaire : est-ce que la ludopédagogie s'applique également aux réacteurs nucléaires, puisque les élèves y étaient comparés ?

Tirade de Tim (confondant par ailleurs formation professionnelle et métier) sur l'injonction scolaire pour que "l'enfant" fasse des choix et la pression qui en résulte. Pourtant, la question des choix dans le système scolaire ne se pose qu'à partir de la fin du collège dans l'école française (contrairement à bien d'autres systèmes même en Europe). Idriss Aberkane, citant intempestivement Homo academicus de Bourdieu, critique alors l'absurdité des diplômes (en confondant avec le métier : "quand tu dis que tu es ton métier, c'est horrible"), ce qui est amusant quand on sait à quel point Idriss Aberkane se réclame de ses diplômes, quitte à les inventer (ses trois thèses). Il enchaîne ensuite de façon très anarchique avec le travail à la chaîne du thésard (en contradiction avec les "yeux lasers" ou le "love can do"...), puis avec les patronymes de métiers avant d'arriver à la conclusion : l'homme moderne va connaître plusieurs métiers. Donc le choix n'a pas de sens ("Il faudrait arrêter, ça") ! Il donne des exemples d'intellectuels devenus des artisans puis enchaîne avec la "névrose" parentale, "la volonté de projeter un rôle" (avec le contre-exemple de Kaamelott).

Le "love can do", venu du management, confond confusément l'attachement émotionnel pour les produits d'Apple et "l'attachement émotionnel à la tâche" des créateurs d'Apple ("Apple, ils captent 80% des marges de l'industrie du smartphone" : aucun rapport avec le fait qu'il s'agit d'une industrie du luxe pour un public fortuné). Tim dénonce alors un systèmes scolaires et un système d'orientation scolaire "dépassés, avec une vision arriérée" : "les deux perdent de vue le love". "Tout est fait pour le faire descendre, le rendre plus compliqué que jamais". Idriss Aberkane dénonce alors "l'administration", puis la notation scolaire (lui qui veut "maximiser" l'attention (mesurable scientifiquement) ou la productivité des élèves, ou encore fait l'éloge des profits records d'Apple) : Idriss Aberkane réalise alors son "erreur" puisqu'il reconnaît qu'on pourrait mesurer le "love" mais "l'administration n'a l'habitude de n'évaluer que sur des indicateurs quantitatifs" : "un professeur avec des étoiles dans les yeux [...] aura moins de chances d'avoir une bonne note administrative : j'en avais parlé avec des anecdotes personnelles mais je suis absolument convaincu que c'est le cas d'un point de vue statistique et on le voit avec tous ces professeurs dépressifs..." (et tant pis si l'évaluation administrative des enseignants en France n'a à voir qu'avec des exigences administratives et non pédagogiques). Mesurer l'amour "ça résoudrait tous les problèmes et ça mettrait le love au centre".

Ce qui est amusant avec cette conception du "love" dans l'apprentissage ou dans un métier (on ne peut bien le faire sans "love" : il faut croire que le mot "amour" ne devait pas sonner suffisamment sérieux), c'est à quel point il est culpabilisant, notamment pour les métiers les plus ingrats. Autre paradoxe : l'élève doit avoir le "love" (la motivation, en français)... mais il faut qu'on le lui donne.

"La solution est si simple et si facile à voir" se désole Tim, doctorant en sciences de gestion.

Aberkane enchaîne avec le bizutage (métaphore du système scolaire transmettant la souffrance), les maîtres soufis et les derviches tourneurs. Ainsi les concepteurs des programmes refusent d'enseigner la matière noire au collège : "et ça, c'est le syndrome du bizut" (avec l'exemple de Gandhi "qui essayait de faire une hiérarchie des races" en Afrique du Sud et fut jeté d'un train "en plein désert : il failli crevé". Bon en fait, descendu à Maritzburg, capitale du Natal...). Et tant pis si, évidemment, les programmes des matières scientifiques évoluent évidemment avec les connaissances scientifiques...
* * *

Pour résumer, un échange sur l'orientation scolaire qui ne parle pratiquement pas de l'orientation scolaire, si ce n'est en termes vagues et généraux (avec l'exploit en 2021 de ne pas citer Parcoursup !), des concepts qui ne sont jamais définis avec précision (épanouissement, attention), des jugements aberrants sur le système scolaires fondés sur des bases historiques fausses (le lycée productiviste au XIXe siècle, les chaussures identiques jusqu'en 1830) et, qui plus est, chaque fois exploitées de façon inepte, des explications psychologisantes idiotes (le bizutage), une vision mécaniste et passive des élèves (comparés à des réacteurs nucléaires, leur attention comparée au courant électrique, leur apprentissage à de la productivité), des contradictions sidérantes (dénoncer le productivisme mais vouloir rendre l'élève encore plus productif, ne pas noter mais mesurer le "love", dénoncer la passivité scolaire des élèves mais prétendre les allumer comme des machines) : autant d'âneries enchaînées avec un vernis savant, des anglicismes (le "love"), des termes scientifiques ou para-scientifiques (pour dire des évidences : la "criticité" des réacteurs nucléaires = allumer le feu"), des références en pluie (le plus souvent à contre sens : Parasuraman, Bourdieu, Ghandi etc.).

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
13 Aoû 2021 19:15 - 23 Juil 2022 14:45 #23489 par Loys
27/03/21

"je fais de la recherche selon mes termes car je considère qu'on a eu énormément d'excès dans la façon dont la recherche ets menée aujourd'hui, où la bureaucratie a pris le pas sur la vraie science"



2020-21 : après avoir successivement défendu l'hydroxycholoquine et l'ivermectine, Idriss Aberkane est devenu complotiste et antivax.



Dans "Le Parisien" du 9/01/22 : "Idriss Aberkane, le chercheur qui chuchote à l’oreille des antivax"



Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
23 Juil 2022 14:44 - 23 Juil 2022 14:46 #24003 par Loys
Dans "L'Express" (abonnés) du 22/07/22 : "Raccourcis scientifiques, "effet gourou"... Le développement personnel à la sauce Aberkane"

Note de la rédaction :

Dans le cadre d'un article sur les formations en développement personnel d'Idriss Aberkane, L'Express a interrogé l'intéressé, conformément à la pratique et à la déontologie journalistiques. L'entretien a eu lieu par visioconférence. Il a été consenti, au préalable, à ce que M. Aberkane puisse enregistrer l'échange afin de le rassurer sur le fait que les éventuelles citations choisies par nos journalistes ne seraient pas distordues, comme il semblait le redouter. Jamais, en revanche, il n'a été consenti à ce qu'il diffuse cet entretien, pour un usage commercial ou non, sur les réseaux sociaux ou ailleurs. Cette opposition lui a été signifiée en début d'interview et rappelée à la fin, alors que M. Aberkane s'était autorisé des propos paranoïaques et méprisants qui, s'ils ne tromperont pas les auditeurs avertis, peuvent alimenter la haine des journalistes dans les réseaux complotistes. Idriss Aberkane a alors déclaré qu'il entendait tout de même diffuser sa captation. L'Express lui a donc envoyé une mise en demeure pour le rappeler à son engagement, ce dont il s'est servi pour se victimiser et crier à la tentative de censure. Sans surprise, nos journalistes ont été immédiatement pris pour cible sur les réseaux sociaux et ont reçu des dizaines de messages méprisants et insultants. De telles pratiques d'exposition des journalistes à la vindicte de milliers de "followers" afin de les intimider sont évidemment inacceptables. Elles rendent difficile l'exercice de notre métier. Mais nous n'y renonçons pas.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Temps de génération de la page : 0.207 secondes
Propulsé par Kunena