"Quand les communautés en ligne stimulent les enseignants innovants" (RSLN)

Plus d'informations
13 Fév 2013 15:58 #3883 par Loys

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
13 Fév 2013 16:07 #3884 par Loys
Bon, c'est en fait comme d'habitude une traduction à la hâte... Avec "RSLN" on n'est pas très loin de la ferme de contenus.

Quand les communautés en ligne stimulent les enseignants innovants

On a les mêmes en France.

Joe Dale est un professeur de langue britannique qui croit très fort à l'innovation et à l'expérimentation de nouvelles idées pour améliorer au quotidien l'apprentissage de ses élèves.

On est bien dans la "croyance".

Mais longtemps, il s'est senti un peu seul dans cette démarche...

Les professeurs ne sont pas des croyants...

...jusqu'à ce qu'il découvre Twitter.

Ouaahhh...

Le réseau social lui a permis de révolutionner ses méthodes d'enseignement, tout en stimulant sa créativité : c'est ce qu'il explique dans le Guardian.

"révolutionné", rien que ça !

« Rejoindre Twitter en 2007 m'a permis d'interagir régulièrement, non seulement avec le nombre croissant d'enseignants de langue intéressés par l'utilisation innovante des TIC dans leur métier, mais aussi avec toute la communauté des technologies éducatives ».

C'est trop bien d'interagir avec les gens.

Si Joe Dale ne tarit pas d'éloges sur le réseau social, c'est que les outils qu'il offre pour échanger entre professionnels et passionnés des langues à l'école ont changé sa vie d'enseignant.

Il va quand même falloir dire en quoi à un moment donné.

En créant une liste d'utilisateurs de Twitter, reliée à un service de curation de contenus tweetés, ce professeur a gagné une certaine notoriété et a su fédérer une communauté qui apporte beaucoup à chacun de ses membres, explique-t-il au Guardian.

Mais qui apporte quoi, exactement ? On attend toujours ce qui a "révolutionné" et "changé sa vie d'enseignant".

Selon l'enseignant, qui a interrogé ses collègues via Twitter, le réseau social leur sert de multiples manières :

- Ils ont l'impression de faire partie d'un grand groupe de collègues de même sensibilité, dans lequel ils peuvent partager leurs expériences en classe et échanger de nouvelles idées : une ressource précieuse pour ceux qui débutent dans la profession, sont le seul professeur de langue de leur école, se sentent isolés ou ne partagent pas les mêmes valeurs que leurs collègues.

C'est vrai qu'un bête forum, gardant en mémoire les échanges et permettant de s'exprimer longuement, ne présentait pas autant d'avantages qu'un réseau commersocial.

- Par ces discussions informelles, ils peuvent réfléchir sur leurs propres pratiques, et pensent qu'ils sont devenus de meilleurs enseignants, plus inventifs et innovants.

En toute simplicité...

- Ils trouvent aussi qu'il devient plus facile de se tenir au courant des nouvelles pratiques et des directives du Ministère...

Curieuse vision de l'innovation...

- Au-delà, ils trouvent que leur métier est devenu plus intéressant et efficace et que leur motivation parvient même à contaminer leurs élèves : l'amélioration du niveau scolaire est sensible...

Ben voyons. Des études à ce sujet ?

... et les nouvelles expériences stimulent leur créativité.

Car la créativité, c'est ce qu'on attend d'une bonen formation scolaire.

- Enfin, les professeurs ont grandement amélioré leurs compétences, celles de leurs élèves et leur confiance dans les technologies en les intégrant dans leurs leçons.

Ils font donc tweeter leurs élèves ?

C'est vrai que tweeter, c'est une sacrée compétence informatique.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
20 Fév 2013 23:17 #4035 par Sylvie
Mais bon sang ! Cet article ne dit RIEN de concret ! C'est du vent !!!!! Aucun contenu !!!!!
J'en ai marre de ces écrits ineptes, reposant sur la bonne conscience et l'absence totale de rigueur ! Et je ne parle pas seulement des articles écrits par différents lobbies (suivez mon regard !), je trouve très grave que même des LIVRES soient touchés par cette peste. Il m'arrive parfois de me faire avoir en achetant un livre sur un sujet qui m'intéresse pour constater ensuite qu'il n'y a rien dedans. Mais rien de rien, vraiment. Cela discute aimablement, mais c'est écrit avec les pieds, et c'est vide ! Il n'y a manifestement aucun éditeur pour tapoter gentiment sur l'épaule de l'auteur et lui demander de faire un travail sérieux.
Dernier exemple en date : La Désobéissance de l'architecte, livre d'entretiens de Renzo Piano avec un ami journaliste nommé Renzo Cassigoli... quand je l'ai ouvert, j'ai cru à une blague, c'est du niveau des brèves de Direct matin. Nul ! Nul ! Nul ! Et ce qui me rend dingue, c'est que ce "livre" (qui coûte 8 euros) fait partie des ouvrages choisis pour les entretiens de sélection des élèves des Arts Déco... C'est pour cela que j'ai dû le lire, pour essayer d'aider mes élèves dans leur préparation ! Je trouve ça affligeant : une école aussi prestigieuse demande donc à ses futurs étudiants de discuter un extrait de ce torchon ? Mais où va-t-on ?
Désolée, je crois que je viens de sortir du sujet, mais c'était pour attendre les commentaires d'Archeboc ;) ..... et puis les coups de gueule, ça sort toujours de façon anarchique chez moi.... Pardon !

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
20 Fév 2013 23:46 #4036 par Loys
C'est vrai qu'il se fait attendre.

Ne pas hésiter à venir lâcher les vannes sur ce forum, dans la bonne humeur et avec l'exaspération qui s'impose. :doc:

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Temps de génération de la page : 0.200 secondes
Propulsé par Kunena