"Remèdes de cheval pour dégraisser le mammouth" (Acrimed)

Plus d'informations
11 Jui 2013 11:22 - 11 Jui 2013 11:50 #6309 par Loys
A lire sur le site d'"Acrimed" cet article qui analyse la réception médiatique du rapport de la Cour des comptes et de celui de la médiatrice de l'Education nationale : "Éducation nationale : quelques remèdes de cheval pour dégraisser le mammouth" (11/10/13).
Extrait :

À chacun, alors d’en tirer intuitivement la conclusion qui s’impose : il faut (re)mettre les enseignants au travail. Et les plus grands experts sont appelés en renfort par l’auteur de l’article. Ainsi, Michel Didier, président de COE-Rexecode, organisation proche du patronat, « porte un diagnostic sans concession sur l’ensemble de la fonction publique. ‘Le temps de travail réel des fonctionnaires n’est pas évalué. Il y a des dérives, certains cumulant les absences. La productivité est faible.’ » Dérives, absences, faible productivité. Heureusement que certains osent dire tout haut ce que d’autres pensent tout bas…
Autre éminent spécialiste, « Jean-Hervé Lorenzi, professeur à l’université Paris-Dauphine, estime lui aussi qu’il faut réorganiser le secteur public, en posant notamment la question du temps de travail. ‘Il faut réformer au cas par cas. Le problème des universités - un temps de vacances trop long, avec une fermeture trois mois par an - n’est pas celui de l’hôpital.’ » Chacun l’aura compris, les enseignants cultivent au moins autant la paresse que leurs élèves.
Même Libération, dont on aimerait penser qu’il n’épouse pas les positions des économistes néolibéraux et autres têtes pensantes du Medef, estime – un peu plus subtilement, c’est vrai – que le temps de travail est effectivement en cause : si les enseignants de primaire et maternelle sont en grève, c’est d’abord et avant tout parce qu’ils sont réticents à travailler plus (4 jours et demi plutôt que 4).

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Temps de génération de la page : 0.217 secondes
Propulsé par Kunena