"Des profs de français invités à surnoter les élèves" (Le Figaro)

Plus d'informations
18 Jui 2013 23:00 #6428 par Loys

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
19 Jui 2013 11:46 - 19 Jui 2013 11:49 #6435 par Loucath
:fur L'essentiel n'étant pas de donner les moyens d'éradiquer le scandale de l'échec scolaire - ça coûterait bien trop cher - mais de le masquer de toutes les façons possibles, voilà à quoi on en arrive : on nous "invite" :idea: à surnoter les élèves... :shock:
Au point où on en est... que l'on supprime donc cette usine à gaz ! ;)

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
19 Jui 2013 13:32 #6436 par Wikibuster
C'est sans doute ce qu'ils veulent mais ils préfèrent que ça vienne de vous, ça s'appelle faire de la politique.

Ecrasons l'infâme !

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
19 Jui 2013 18:54 - 20 Jui 2013 07:52 #6439 par Euler
Et le billet de Brighelli (le deuxième en deux jours, il est sorti de son hibernation :mrgreen: ), qui donne vraiment envie de se lâcher. Sérieusement, si on osait ? Hein ? Ça ne ferait sûrement pas de mal aux élèves, l'administration trouverait bien un moyen de donner le bac malgré tout. Mais le message serait clair, non ?
"Noter le bac avec justice"

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
20 Jui 2013 07:54 #6453 par Loys
J.-P. Brighelli a raison de vouloir allumer la lumière mais le spectacle risque de ne pas être reluisant. :devil:

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
20 Jui 2013 09:16 - 20 Jui 2013 09:17 #6457 par Loys
De nombreux échos dans la presse, avec force démentis indignés, notamment de Geneviève Fioraso.
Mais la réaction la plus intéressante est sans conteste celle de Maryline Baumard sur son blog "Peut mieux faire" : "Polémique sur la notation du français au baccalauréat" (19/06/13)


Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
20 Jui 2013 10:46 - 20 Jui 2013 18:24 #6464 par Loys

Polémique sur la notation du français au baccalauréat

Le choix des mots n'est jamais totalement un hasard : "polémique" par exemple, au lieu d'"indignation" (plus neutre et factuel). Le billet de Maryline Baumard ne vise donc pas à l'objectivité.

Des consignes de surnotation d'une épreuve du baccalauréat ? C'est comme un leitmotiv. La France ne demande qu'à s'émouvoir que ce bel examen, si emblématique, pour lequel on sacrifie trois semaines de scolarité des autres lycéens soit en définitive "trafiqué"... Qu'on ose toucher à ce "monument national".

Ce ne sont donc pas les "consignes de surnotation" qui sont un leitmotiv, mais les récriminations à leur sujet. :doc:

Des faits tronqués

Une telle récrimination ne peut s'expliquer que par une affreuse propagande d'un syndicat rétrograde.

Les faits sont simples : le syndicat SUD-Education d'Indre et Loire explique dans un communiqué que la notation de l'oral de français du baccalauréat 2013 est faite sur 24 points, et non sur 20, dans l'académie d'Orléans-Tours.
Faut-il s'étonner et crier au bac bradé, comme le fait Le Figaro dans un article intitulé "Bac : des profs de français invités à surnoter les élèves" ?

Laissez-moi deviner. :mrgreen:

Les syndicalistes de SUD-Education font état de consignes orales d'inspecteurs généraux demandant "de remplir deux fiches de barème : l'une, nationale, sur 20, la deuxième, émanant de l'inspection régionale... sur 24." Et d'ajouter : "Nous franchissons là une limite idéologique inacceptable : il ne nous est plus seulement demandé de faire preuve de bienveillance, mais bel et bien de 'gonfler' les notes de façon officielle afin de faire remonter les 'scores' de l'académie. En outre, cette demande remet en cause la notation égalitaire des candidats sur le plan national."

De dangereux réactionnaires élitistes, effectivement.

Harmonisation ou surévaluation
Interrogé sur le sujet, le ministère rappelle que "la notation sur 24 est un document transitoire qui permet de savoir ce qu'on va noter comme compétences".

Mais pourquoi le "document transitoire" avec les "compétences" n'est-il pas noté sur 20 ? Et pourquoi n'est-il distribué que dans une seule académie ? Voilà les questions qu'un journaliste avisé aurait pu poser au Ministère.

« L'analyse de la fiche d'évaluation de l'épreuve orale du baccalauréat de 1ère L faite par certains est totalement erronée », indique de son côté Alain Diger, doyen du collège des inspecteurs de l'académie d'Orléans-Tours, mercredi 19 juin 2013.

Des professeurs de français qui ne comprennent pas le français, c'est original. En tout cas on observe que Maryline Baumard a vite le choix de ceux qui avaient raison...

Le document lui-même indique en effet dans sa dernière case : "note finale en points entiers sur 20". C'est cette note qui remonte au centre d'examen et qui est prise en compte dans la notation du bac, comme le montre le document en ligne sur le site du syndicat offusqué. A moins, évidemment, que certains correcteurs oublient de faire une règle de trois !

Le document n'indique pas qu'il faut faire une règle de trois : c'est tout le problème...

Pourtant, la pratique qui veut que l'enseignant évalue sur un barème autre que 20 et ramène ensuite sa note sur 20 est assez fréquente au cours de l'année.

Assez rare, plutôt, surtout en français... Mais comme ce sont les enseignants qui le disent, comment les croire ?

Interrogés sur le sujet, les deux grands syndicats n'abondent pas non plus dans le sens du Figaro, ni de leurs confrères de SUD.

Petite déformation de la vérité. Un seul syndicat a exprimé une telle position à l'heure de la publication de ce billet.

Pour le secrétaire général du Syndicat des enseignants (SE-UNSA), Christian Chevallier, "une nouvelle fois, on prend le sujet de l'évaluation par le petit bout de la lorgnette. Le système français d'évaluation n'est pas pertinent", explique-t-il. "Qu'est-ce que ça veut dire un demi point de plus ou de moins ?"

Voilà, contrairement aux affirmations de Mme Baumard, une position qui n'est pas très claire sur l'affaire qui nous intéresse.

Au SNES-FSU, principal syndicat de l'enseignement secondaire, Daniel Robin, co-secrétaire général, a une autre approche. "Je ne suis pas choqué, estime-t-il, qu'à un moment donné, on attire l'attention des correcteurs sur telle ou telle épreuve. On est sur des nouveaux programmes. Il y a un ajustage nécessaire sur ce qu'on veut évaluer", ajoute-t-il.

Et là, c'est encore moins clair, d'abord parce que les programmes ne sont pas nouveaux (ils datent de 2011 et ont d'ailleurs très peu changé), ensuite parce ce que si tel était le cas cet "ajustage" (sic) aurait dû être national. Mme Baumard aurait-elle voulu faire dire à M. Robin ce qu'elle voulait entendre, pour arriver à une condamnation unanime ou presque des récriminations d'un seul syndicat minoritaire ?
Malheureusement deux communiqués lui donnent totalement tort, celui du Snalc et surtout celui... du Snes qui juge cette pratique "inacceptable".

Eternelle polémique de la notation
Même si la surnotation n'est pas avérée dans le cas précis du français à Orléans-Tours, la notation au bac est un éternel sujet de débat et de polémiques.

Faisons les taire au lieu d'enquêter.

Les correcteurs sont soumis à de multiples injonctions contradictoires. Ils notent évidemment en leur âme et conscience, habitués qu'ils sont à évaluer des travaux de lycéens. Mais, ils doivent intégrer plusieurs facteurs. D'une part, ils ne peuvent être en décrochage total avec les autres correcteur de leur jury. La réunion d'harmonisation qui se déroule une fois que les correcteurs ont récupéré leur paquet de copies est faite pour éviter les trop grands écarts d'une copie à l'autre.

Soulignons que l'harmonisation, avec des consignes de bienveillance, se fait généralement vers le haut, sauf jury déterminé. Et sans parler des jurys de délibération chargés de rattraper les mauvaises notes (voir : www.laviemoderne.net/grandes-autopsies/18-diplome-de-bacotille ).

Les correcteurs y prennent des copies au hasard, qu'ils traitent ensemble afin de s'accorder sur les points qui doivent y figurer et les critères à privilégier. Ensuite, une hotline est disponible. Elle est assurée par un correcteur qui peut, au cas par cas, éviter au correcteur de se retrouver seul face à un problème de correction. Ensuite, les notes sont fournies au président du jury, qui peut mesurer si l'échelle des notes utilisée est à peu près identique d'un correcteur à un autre, et si elle est raisonnable.

Chaque lot de copies étant différent, le principe d'une échelle "à peu près identique" ne laisse pas d'étonner mais passons. Une telle échelle serait recevable à partir d'un nombre de copies statistiquement significatif.

Ces dernières années, l'échelle d'évaluation des matières littéraires s'est élargie.

Que disais-je plus haut ? :devil:

On peut désormais avoir un 18 sur 20 en philosophie, voire plus ; comme c'est le cas en mathématiques depuis toujours !
Le problème de la notation des épreuves du bac durera aussi longtemps que survivra cet examen terminal et national.

"tant que survivra..."
Et voilà où veut en réalité en venir le billet, avec un manque de logique assez déconcertant d'ailleurs : on commence par nier qu'il y ait rupture d'égalité et on s'appuie ensuite sur cette rupture pour réclamer la suppression de l'examen (dada des pédagogistes : le contrôle continu). :scratch:

En tant que validation des études secondaires, il n'est pas anormal que plus de 80 % décrochent le diplôme. C'est la preuve que le lycée français atteint les objectifs qu'il se fixe.

:santa:

L'ambiguïté vient du fait qu'en France, c'est aussi le premier grade de l'enseignement supérieur, et surtout qu'on ne sait pas ce qu'on évalue, puisqu'un bachelier peut avoir une mention "bien" ou "très bien" en étant mauvais dans sa dominante, mais très stratège dans le choix de ses options.

Encore une autre contestation de principe de l'examen qui n'a rien à voir avec la "polémique" initiale, laquelle ne sert que de prétexte.

A cela s'ajoute une géographie de la réussite scolaire dans laquelle chaque académie veut tenir sa place. L'an dernier, les inspecteurs qui étaient en charge de l'orléanais ont sans doute été un peu vexés de la contre performance de leur périmètre qui, sociologiquement, n'a aucune raison d'être en queue de peloton.

Car tout le monde sait que les élèves sont évalués sociologiquement. :doc:

Elle se classait alors 22e sur 30, juste avant Nancy-Metz, Amiens et surtout... Créteil. En 2013, si les résultats ne sont pas bien meilleurs, on aura au moins parlé d'elle !

Les résultats ne sont pas meilleurs puisqu'il s'agit de l'épreuve anticipée de français. Les résultats concernés seront ceux de 2014... :roll:
Ajoutons qu'en 2012 l'écart par rapport à la moyenne nationale n'était que de 1,2% (83,3% contre 84,5%), ce qui est assez peu significatif sur le niveau des élèves de l'académie...

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
20 Jui 2013 16:22 - 20 Jui 2013 16:30 #6481 par Loucath
C'est toujours un régal de lire vos commentaires, Loys.
Merci à tous les commentateurs :topla: (du coup, j'ai savouré aussi ceux de Brighelli :cheers: )
EAF, séries S-ES - Eléments d'aide à la correction"
"On valorisera les copies qui proposeront des rapprochements entre les figures maternelles et organiseront leur réponse de manière synthétique : 4,5/4 ".
;)

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
20 Jui 2013 23:48 #6489 par Frist

Pourtant, la pratique qui veut que l'enseignant évalue sur un barème autre que 20 et ramène ensuite sa note sur 20 est assez fréquente au cours de l'année.

Ça me rappelle certaines corrections une année où le professeur mettait une note sur T, où T était donné après la remise de toutes les copies.
Vous imaginez toutes les spéculations sur ce fameux T lors de la lente remise des copies :)

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
25 Jui 2013 20:33 - 25 Jui 2013 20:54 #6540 par Loucath

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
25 Jui 2013 20:55 - 25 Jui 2013 23:17 #6541 par Loys
Grandiose.
Quelle dommage qu'elle n'ait pas passé son bac dans l'académie de Tours-Orléans... :doc:

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
25 Jui 2013 21:00 - 25 Jui 2013 23:17 #6542 par Loys
Pendant que j'y suis avez-vous le courrier envoyé par la section départementale du SE-UNSA à Sud qui dénonçait le barème sur 24 points ?



Je vous conseille le billet de J.-P. Brighelli à ce sujet : « Surnotation équitable »

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
05 Juil 2013 18:52 - 05 Juil 2013 18:53 #6764 par Loys

Loucath dit: Une élève polynésienne réussit son bac avec une moyenne supérieure à 20
Grâce au jeu des options, Astrid Montuclard, 17 ans, dépasse la note maximale.
Elle s'appelle Astrid Montuclard, est âgée de 17 ans, et vit à Tahiti. La jeune fille a décroché son baccalauréat haut la main, avec la moyenne exceptionnelle de 20,447 sur 20.

Lille fait mieux que les îles : "Bac: 21,18 de moyenne pour une lycéenne de Calais" (05/07/13) :doc:


Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Temps de génération de la page : 0.266 secondes
Propulsé par Kunena