"Pédagogie inversée, classes inversées" (EducaVox)

Plus d'informations
16 Déc 2013 16:34 #8846 par Loys
A lire sur "EducaVox" du 15/12/13 : "Pédagogie inversée, classes inversées" .


Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
16 Déc 2013 19:08 #8850 par archeboc
Réponse de archeboc sur le sujet "Pédagogie inversée, classes inversées" (EducaVox)

Avec le web2.0, les cours "transmissifs" sont sans doute amenés à disparaître : ils sont linéaires, centrés sur l’enseignant, non individualisés, limités à de la connaissance.

Et que demande-t-on de plus de l'école ? Des compétences ? Admettons que ce soit le cas. En tout cas, rien dans les expériences données dans cette article ne permet de penser que la classe inversée augmente les compétences des élèves.
Le seul gain que l'on peut voir, c'est que dans un contexte où les élèves refusent de rédiger chez eux, on va les forcer à le faire en classe. Et pour les inciter à "prendre connaissance" de la leçon à la maison, cette leçon sera en vidéo.
Rappel : pour un lecteur entraîné, il est deux fois plus rapide de lire un texte que de l'entendre.

2ème intervenant : David Bouchillon, enseignant en Histoire-Géo au Collège Aliénor d’Aquitaine - SALLES (33)
[..]
le travail à la maison ne doit nécessiter aucune aide mais doit être vérifié (questionnaire simple type Googledoc).

Plutôt sain.

Pour créer des supports vidéos pédagogiques, David utilise Teachem, un outil en ligne gratuit qui permet de proposer simplement des leçons construites à partir de vidéos en ligne.

Si je comprends bien, David ne crée pas des supports vidéos, il réutilise des vidéos trouvées sur internet. D'un côté, cela rassure sur le temps que David y investit, de l'autre, cela pose le problème de la sécurité du dispositif. Si la vidéo disparaît d'internet, si le service n'est plus disponible, David a-t-il une copie de la vidéo chez lui ? Ou bien doit-il repartir de zéro tous les ans ?
Le contenu des vidéo n'est pas sourcé, et dans la vidéo en lien ci-dessous, un lecteur faiblard en chronologie pourrait croire qu'il s'agit d'une véritable interview d'Alexandre le Grand.
Quant à la qualité, elle n'est pas mauvaise, mais il y a quand même des petits pépins. En 10 minutes de vidéo, je suis tombé sur :
"Je revins sur mes pas et contempla le visage de mes frères" (à 4'30) . D'un autre côté, les élèves ne seront pas trop dépaysés .

les élèves peuvent choisir le moment où ils passent une évaluation (avec une date butoir cependant). Les évaluations sont en ligne à l’avance.

Quelle est la politique anti-fraude ?

A sa grande satisfaction, il a pu constater que les résultats sont positifs : les élèves se ré-impliquent dans leurs apprentissages, et la moyenne des notes de la classe a clairement augmenté.

Comment mesure-t-il cette ré-implication ? Ces moyennes meilleures sont elles acquises sur des devoirs faits en classe ? Quel est le retour des enseignants de 2nde sur les élèves qu'il leur envoie ?

[Marie Soulié] précise que les compétences numériques nécessaires pour créer des capsules vidéos ne sont "pas si énorme que ça".

C'est un euphémisme.

Mais elle y voit aussi des inconvénients ou des contraintes :
cela lui a donné énormément plus de travail de préparation,

Ce n'est pas rien. Mais on en viendra vite à fournir des séquences toutes faites, et adieu la liberté pédagogique.

les connexions Internet doivent être performantes pour tous les élèves,

Comment fait une famille nombreuse si tous les enseignements sont sur internet ?
Comment fait une famille pauvre ?

Et, ...devinez ... : les réponses ont été très positives

Qui en doutait ?

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
16 Déc 2013 22:51 - 16 Déc 2013 23:06 #8851 par Loys

Avec le web2.0, les cours "transmissifs" sont sans doute amenés à disparaître...

Ce genre de phrases me fera toujours beaucoup rire. :P

...ils sont linéaires...

Alors qu'une vidéo ne l'est pas. :doc:

...centrés sur l’enseignant

A ce compte un cours vidéo est centré sur un écran. :P
A ce sujet j'aimerais bien comprendre en quoi un écran ne relève pas d'une "pédagogie frontale, avec le savoir descendant, qui génère l’ennui chez beaucoup d’élèves". Dans une vidéo le savoir est montant ?

... non individualisés...

Alors qu'une vidéo tirée d'émissions télévisées est beaucoup plus individualisée. :doc:

...limités à de la connaissance.

Bien sûr : avant la venue messianique du "web 2.0", il n'y avait que des connaissances : pas de réflexion, pas d'exercices, pas de compétences etc. :doc:
La vidéo est supposée captiver davantage qu'un cours. En même temps, si un cours ne devait durer que six minutes, il ennuierait beaucoup moins les élèves.

J'ai regardé la vidéo ci-dessus.
Passons sur les scènes historiques reconstituées ou les images de synthèses, consternantes, ou sur la voix-off transformant la science historique en vague roman épique, avec musique dramatisante. Passons sur le patchwork sans unité d'émissions de qualité diverse et discutable, les cartes avec les mentions en allemand (puisque tirées d'Arte) : le simple fait qu'il s'agit d'un patchwork rend incompréhensibles certaines informations ("la ligue grecque" par exemple, "l'Hellespont" etc.). Passons sur l'extrait de série Z mal doublée en français et surtout très mal joué (avec effectivement le grandiose "je contempla" :mrgreen: ). Aucun texte écrit n'est pris comme support de ce montage disparate. Même les cartes sont de mauvaise qualité. De nombreuses images ne servent à rien d'autre qu'à meubler.
Il est pourtant facile de créer soi-même des vidéos aujourd'hui...
Le plus amusant est le questionnaire livré avec la vidéo : pour quelqu'un qui dénonce les "cours transmissifs" (sic) et "limités à de la connaissance" on peut observer que les questions sont purement factuelles (aucune question d'analyse ou d'approfondissement). Il suffit de mettre pause sur la vidéo pour répondre à la question : à quoi peut bien servir ce questionnaire ? Finalement c'est encore pire que la simple "transmission". :mrgreen:

Avec ses élèves, David n’est plus le "maître", il est facilitateur, organisateur, accompagnateur.

C'est curieux, ce refus du mot "maître" et de toute autorité qui l'accompagne. Pourtant les élèves doivent bien regarder la vidéo, non ? Quant au mot "accompagnateur", pour un enseignement qui se passe sans le professeur, il est bien trouvé. :santa:

Il précise aussi que fonctionner en classe inversée lui donne beaucoup de travail : il faut préparer, organiser, faire le suivi, animer, faciliter, tutorer…

Les vidéos demandent bien peu de travail : un montage hâtif, et facile à recycler l'année suivante, qui dispense de faire cours. Ne parlons pas de l'évaluation automatisée...
Quel intérêt de se priver en classe de pouvoir raconter à ses élèves, avec les mots qu'il faut, la vie d'Alexandre le grand, qui ravit toujours les élèves ? :shock:
Cette "iclasse" a décidément beaucoup de chance.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Temps de génération de la page : 0.230 secondes
Propulsé par Kunena