FCPE mon amour

Plus d'informations
24 Jan 2014 21:32 - 09 Juil 2019 17:24 #9317 par Loys
Réponse de Loys sur le sujet FCPE mon amour
A lire sur le site de la FCPE : "Quand procédures disciplinaires riment avec exclusions" (janvier 2014)



Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
01 Fév 2014 12:53 - 01 Fév 2014 13:10 #9431 par Loys
Réponse de Loys sur le sujet FCPE mon amour

Quand procédures disciplinaires riment avec exclusions

Et ça, dans une école "inclusive", ce n'est pas bien. :doc:

Depuis un an et demi, l'Ecole française s'est engagée dans la refondation. Malheureusement, s'il y a un domaine dans lequel les réformes attendues peinent à voir le jour, c'est celui des procédures et sanctions disciplinaires. La dernière réforme dans ce domaine date de 2011...

C'est vrai qu'une réforme datant de trois ans, c'est une réforme antédiluvienne. :roll:

...et le moins qu'on puisse dire, c'est qu'elle n'a pas arrangé les choses. Le nombre de conseils de discipline et d'exclusions définitives des établissements a continué de croître.

Invention. D'après le dernier rapport de la médiatrice en 2013, il n'y a pas d'évolution constatée, ni à la hausse ni à la baisse, à son grand regret puisque d'après ce rapport "cette réforme des procédures disciplinaires dans les établissements du second degré visait à réaffirmer le respect des règles et à limiter le recours aux exclusions temporaires de la classe ou de l’établissement et aux exclusions définitives de l’établissement afin d’éviter un processus de déscolarisation." :devil:

Aujourd'hui, sur le même modèle que le reste de la société, l'école est devenue un système d'exclusion.

C'est vrai que l'exclusion sociale ou l'exclusion d'élèves ayant commis des actes graves dans un établissement scolaire, c'est tout à fait la même chose.

Pourtant, lorsqu'un établissement décide de l'exclusion définitive d'un élève, il ne fait que reporter un problème dans un établissement voisin dans le meilleur des cas...

Il ne fait pas que cela : il montre à l'élève la gravité des actes commis.

... car si l'élève a plus de 16 ans, l'exclusion peut être synonyme de sortie du système.

La FCPE devrait aussi s'occuper de tous les élèves que ces quelques-uns empêchent se travailler sereinement.

Tout ceci est renforcé par le fait que ces affaires sont souvent traitées dans l'émotion du moment, à l'intérieur de l'établissement, sans recul vis-à-vis de l'élève et des faits commis.

C'est vrai qu'il faudrait du recul pour infliger une sanction à un élève : c'est plus pédagogique. d'autant que l'année suivante les sanctions de l'année précédentes ne peuvent plus êtres prises en compte.

En 2011, la FCPE s'était opposée à de nouvelles dispositions quasi exclusivement punitives qui ne faisaient que renforcer le règne l'arbitraire dans les collèges et lycées...

Quelle amabilité pour les personnels de l'école.
A noter que, sur le "règne" (sic) des incivilités ou le climat d'indiscipline record en France, la FCPE n'a pas de position.

...en laissant le chef d'établissement libre d'exclure 8 jours un élève et en l'obligeant à saisir automatiquement le conseil de discipline dans certains cas.

Évidemment la FCPE ne précise pas dans quels cas. :devil:

Jeudi 16 janvier, la fédération et une large majorité de la communauté éducative ont de nouveau rejeté au Conseil supérieur de l'éducation les projets de décrets qui proposent d'étendre la possibilité offerte au chef d'établissement d'exclure un élève pour 3 jours à titre conservatoire... Nous ne nous retrouvons pas dans cette vision purement punitive et « excluante » de la sanction, qui se révèle parfaitement inefficace.

Inefficace pour l'élève auteur d'incivilités ou d'actes violents, c'est à voir. Mais pour le bien-être des autres élèves, elle est très efficace.

Qu'est qu'une sanction efficace ? C'est une mesure qui permet au jeune de comprendre son erreur et de ne pas recommencer.

Non, une sanction efficace, c'est une sanction qui permet de restaurer la sérénité dans un établissement scolaire.
Et je ne suis pas sûr que renoncer à exclure un élève soit très efficace puisque bien souvent les conseils de discipline ne sont convoqués qu'après de nombreuses incivilités.

Pour cela, il doit accepter la sanction parce qu'il la ressent comme juste et proportionnée.

Un exclusion, provisoire ou définitive, d'un établissement peut tout à fait être proportionnée : ce n'est pas une peine de prison ou une peine de mort.

La procédure doit donc être exemplaire et impartiale du début de l'instruction jusqu'au prononcé de la sanction. Or, à l'heure actuelle, les dispositions en vigueur ne le permettent pas puisque c'est la même personne, le chef d'établissement, qui est chargée d'instruire le dossier, puis de le juger seul ou de présider le conseil de discipline. Autrement dit, il est à la fois juge et partie.

Tiens, Paul Raoult s'inspire du rapport de la médiatrice de l'Education nationale. :P
Citons le rapport :

De son côté, lorsqu’un comportement répréhensible est reproché à un élève, le chef d’établissement (principal pour un collège, proviseur pour un lycée) qui dirige son établissement, va devoir, tour à tour, écouter les enseignants ou les autres membres de la communauté éducative, mener l’instruction du dossier, décider ou non de saisir cette instance, convoquer toutes les parties en cause, présider la séance et prononcer la sanction. Dans cet exercice, il est à la fois juge et partie, soumis à une procédure qui fonctionne toujours sous un mode qui pourrait être qualifié de patriarcal.

Ce que nous n'accepterions pas dans le système judiciaire, nous ne pouvons pas non plus l'accepter à l'Ecole.

Si on suit la logique de ce système, aucun parent ne pourrait infliger une sanction à ses enfants. :santa:
La justice n'a par ailleurs aucune fonction éducative :

Les missions de la Justice sont de trois ordres :
- protéger,
- sanctionner les comportements interdits,
- arbitrer les conflits entre personnes.

Source : www.ado.justice.gouv.fr/php/page.php?ref=1a

Les conséquences d'une exclusion définitive sont loin d'être anodines pour un élève et sa famille : période de déscolarisation plus ou moins longue, selon la réactivité de l'académie à trouver un nouvel établissement, coûts supplémentaires, alors même que la majorité de ces élèves connaissent déjà des difficultés.

Il n'y a qu'à réclamer une réaffectation plus rapide... :roll:

Lorsqu'une exclusion définitive est envisagée, ne pourrait-on pas la faire examiner par des personnes extérieures à l'établissement pour plus d'impartialité ?

Considérer comme partiale l'autorité d'un chef d'établissement, c'est lui refuser toute autorité. :evil:

Il est temps que le gouvernement engage une vraie réflexion sur la question disciplinaire dans les établissements. Celle-ci ne peut pas se solder par les dernières propositions largement rejetées au Conseil supérieur de l'éducation. Les débats ont par ailleurs montré que la majorité des personnes concernées, élèves, parents, enseignants, chefs d'établissements, étaient prêts à discuter de manière constructive pour les enfants, d'abord !

Les enfants, oui mais lesquels ? :spider:

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
12 Fév 2014 10:13 - 12 Fév 2014 10:14 #9545 par Loys
Réponse de Loys sur le sujet FCPE mon amour
C'est officiel : pour la FCPE la réussite d'un élève dépend uniquement de l'Etat, qui doit la lui garantir : "L'orientation au lycée" (12/02/14)


Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
12 Fév 2014 10:24 - 12 Fév 2014 10:31 #9546 par Loys
Réponse de Loys sur le sujet FCPE mon amour

Le décrochage scolaire au lycée

La FCPE réclame l'orientation choisie en fin de troisième, et ainsi l'orientation en 2nde générale quel que soit le niveau puis s'étonne ensuite des éventuels décrochages. :santa:

L'Etat a une obligation de résultat pour chaque jeune en difficulté dans le système scolaire.

Le "jeune" n'a lui par contre aucune "obligation" : ponctualité, assiduité, respect de la discipline scolaire, travail personnel etc.

Le service public ne doit pas abandonner un jeune en formation initiale...

L'école n'offre pas de "formation" au lycée général.

... avant de certifier qu'il possède un socle de connaissances, compétences et savoir-être nécessaires à son insertion sociale, professionnelle et citoyenne.

Et ajoutons écologiquement responsable ! :doc:
Rien de plus facile que de certifier un "socle" : la FCPE devrait se renseigner davantage. :devil:

Quels que soient ses handicaps ou ses difficultés, chaque enfant a des capacités.

Bien sûr mais le terme "capacité" est très vague. Des "capacités" pour faire quoi, exactement ?

L'école doit...

Ça, on a bien compris que l'Etat devait tout. Il faudrait créer au droit au diplôme opposable.

...les reconnaître, les exploiter au mieux, stimuler ses potentialités variées, physiques et intellectuelles.

Et concrètement, ça veut dire quoi ?

Le système éducatif a l'obligation de :

Décidément les obligations ne sont que d'un côté.

- permettre à chaque jeune d'acquérir des connaissances (savoirs), des compétences (savoir-faire) et de construire son identité (savoir-être) ;

Le "permettre", ça l'école le fait très bien.
Curieux que l'identité d'une personne se construise par son "savoir-être" : perspective orwellienne quelque peu effrayante.

- conduire chaque jeune au plus haut de ses potentialités pendant sa formation initiale, afin qu'il la quitte avec le maximum d'atouts pour profiter tout au long de sa vie de nouvelles occasions de formation,

C'est ce que fait l'école. :scratch:

- certifier la formation initiale de chaque jeune par des diplômes reconnus nationalement

Quel que soit le niveau ? :santa:

...valider les autres acquis non traduits dans un diplôme, en terme de connaissances, de compétences, de capacité à les utiliser.

Cette phrase à la syntaxe étrange est difficilement compréhensible. :shock:

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
10 Mar 2014 14:54 - 10 Mar 2014 14:54 #9822 par Loys

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
10 Mar 2014 15:02 #9823 par Loys
Réponse de Loys sur le sujet FCPE mon amour

Réforme des rythmes scolaires : la FCPE appelle à sortir de la posture dans l’intérêt des enfants !
A quelques semaines des élections municipales, la FCPE souhaite que soit mis fin à la manipulation politicienne des discours sur la réforme des rythmes scolaires.
Elle met en garde contre ceux qui voudraient saboter une réforme dont ils n'ont jamais voulu et qui tentent tout pour que cela se passe mal. Elle affirme qu'ils font ce pari sur le dos de nos enfants.

Mais à part cela la FCPE n'appelle pas à voter pour un camp politique.

La FCPE rappelle que la réforme des rythmes, c'est surtout et avant tout une meilleure répartition des 24 heures de classe sur la semaine. Depuis plus de trente ans, enseignants, médecins, chronobiologistes dénoncent la semaine de 4 jours à l'école !

D'autant plus dénoncée depuis trente ans qu'elle n'a été mise en place autoritairement qu'en 2008... :santa:

Elle rappelle également, qu'en 2010, s'appuyant sur de nombreuses auditions et études, la mission parlementaire d'information sur les rythmes scolaires préconisait l'abandon de la semaine de quatre jours.

A ce sujet ce rapport mérite d'être relu... :devil:
p. 22 "Motivée par le souhait de mieux prendre en compte certains besoins sociaux, notamment ceux résultant de l’organisation de la garde alternée des enfants de parents divorcés, la suppression des cours le samedi matin tend à distendre la relation entre l’école et les familles."
p. 38 "De son côté, M. François Testu, professeur des universités en psychologie, a relativisé la portée d’une réforme instaurant une semaine de quatre jours et demi ou de cinq jours de classe, en considérant que la rythmicité de l’enfant est principalement mise en évidence dans la journée. Il reste qu’à ses yeux, la semaine de quatre jours « secs », sans accompagnement péri et extrascolaire, est à éviter"
p. 44 "La scolarisation du mercredi matin : une fausse bonne idée ? [...] Dans ces conditions, si elle devait être décidée au niveau national, la scolarisation du mercredi matin devrait s’appuyait sur un réel consensus social.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
02 Mai 2014 21:36 #10358 par Loys
Réponse de Loys sur le sujet FCPE mon amour

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
02 Mai 2014 21:39 - 02 Mai 2014 21:40 #10359 par Loys
Réponse de Loys sur le sujet FCPE mon amour

les carences des gouvernements successifs concernant le manque d'enseignants pour assurer les remplacements

On dirait que la FCPE n'a jamais entendu parler de la crise des vocations et des postes non pourvus depuis plusieurs années aux concours de l'enseignement.
Il faut qu'à force de répéter que "les ensei­gnants sont là au ser­vice des enfants comme la cais­sière est là au ser­vice des clients" (Paul Raoult), on contribue quelque peu au phénomène.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
05 Mai 2014 21:30 #10389 par Loys

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
05 Mai 2014 21:47 #10390 par Loys
Réponse de Loys sur le sujet FCPE mon amour

Tous les experts de ces questions le disent : au-delà de 5 heures par jour, un élève de primaire n'a plus les mêmes capacités d'apprentissage et de mémorisation.

A l'exception des élèves parisiens, exceptionnellement doués puisqu'ils gardent leurs capacités jusqu'à 6 heures par jour deux fois par semaine. :doc:

Ces analyses sont confortées par les enquêtes nationales ou internationales qui montrent le décrochage des élèves français dans pratiquement tous les domaines.

Car bien sûr le décrochage PISA, concernant des générations d'élèves n'ayant pas connu la semaine de quatre jours, est lié à la semaine de 4 jours... :santa:

C'est donc en s'appuyant sur la communauté scientifique, que nous dénonçons les trop longs week-ends qui rendent les lundis difficiles...

Voilà sans doute pourquoi le décret d'origine exclut le samedi (sauf autorisation spéciale). :rirej

Les temps d'activité périscolaire, ne sont qu'une conséquence de ces nouveaux rythmes. C'est un plus pour les élèves, mais ce n'est pas et cela n'a jamais été l'objectif de cette réforme !

Sauf que très concrètement ces TAP allongent le temps de présence des enfants à l'école et ajoutent à leur fatigue.

Il n'est pas acceptable que l'essentiel des discours se focalise autour de ces 3 heures de T.A.P.

Eh oui : mieux vaut ne pas en parler !

Cette réforme n'a jamais accru les inégalités comme on l'a trop souvent entendu, bien au contraire ! Avant cette réforme, les écarts d'investissement des communes dans le périscolaire allaient de 1 à 10 et cela ne choquait pas grand monde... L'Etat par le fond d'amorçage qu'il a créé a financé une grande partie de ces nouveaux engagements municipaux.

Avec un fonds dit "d'amorçage" la solution pérenne à ces inégalités est en effet toute trouvée. :santa:

La réforme dite « Peillon » était donc bonne mais imparfaite, nous l'avions dit à l'époque et nous nous étions abstenus lors de ce CSE, principalement parce qu'on en restait à un maximum de 5 H 30 par jour et non 5h, parce que la gratuité de ces nouvelles activités n'étaient pas garantie pour les familles et que la prise en compte des pics de vigilance des enfants était laissée à l'appréciation des collectivités. Néanmoins, elle permettait déjà un raccourcissement des heures de classe pour les élèves et leur offrait a minima une matinée supplémentaire chaque semaine pour apprendre mieux.

Et pour la première fois dans l'histoire de l'école, plus de pause hebdomadaire. C'est mieux pour le repos !

Notre abstention de janvier 2013 n'était pas en contradiction avec notre volonté de tordre le cou une bonne fois pour toute à la semaine de 4 jours, nous avons soutenu et continuerons de soutenir sur le terrain cette réforme avec l'espoir et la volonté d'aller plus loin et de continuer à construire l'école du XXIème siècle.

Avec la réforme des rythmes comme priorité, c'est gagné !

Nous sommes des réformistes, nous sommes des progressistes, nous avons pour idéal de transformer en profondeur le système éducatif...

[/b]
:shock:

Alors que le précédent décret était fait dans l'intérêt des élèves, vous nous proposez aujourd'hui de l'assouplir pour obtenir la paix sociale avec une infime minorité de maires. Pas tous les maires d'ailleurs ! Les mauvais maires !

Le champ de compétence de la FCPE s'étend du fonctionnement de l'école à celui de la République. :doc:
S'opposer à la réforme des rythmes, c'est donc être un "mauvais maire".

Je dirais même les mauvais élèves de la République ! Ceux qui font du chantage, ceux qui font pression sur le gouvernement depuis des mois pour ne pas appliquer nos lois et nos règles communes...

Le maire de Paris, qui s'est assis sur le décret pour instaurer des journées de 6h serait-il un mauvais maire ? :devil:

Ceux qui croient qu'ils vivent dans une République autonome dans laquelle ils ne font que ce qu'ils veulent... Ceux qui pensent ne pas vivre dans un Etat de droit...

Ceux qui ont demandé (et obtenu) un assouplissement du décret pensent "ne pas vivre dans un Etat de droit". :shock:

Nous disons non aux propositions qui ne seraient pas l'objet d'un consensus démocratiquement exprimé.

Parce que la FCPE, une simple fédération de parents d'élèves, a toute légitimité démocratique en revanche. :doc:

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
23 Mai 2014 22:08 - 24 Mai 2014 12:16 #10628 par Loys

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
24 Mai 2014 12:24 #10638 par Loys
Réponse de Loys sur le sujet FCPE mon amour
Dans "L'Express" du 24/05/14 Paul Raoult : "La FCPE et la réforme du collège: "Tout doit être repensé" .


Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
24 Mai 2014 12:39 - 24 Mai 2014 13:03 #10639 par Loys
Réponse de Loys sur le sujet FCPE mon amour

La FCPE première fédération de parents d'élèves, dévoile aujourd'hui ses propositions pour réformer le collège.

Car c'est tout à fait son rôle ! :doc:

Tout le monde s'accorde aujourd'hui pour dire que le collège unique n'existe pas.

Ah bon ? Je croyais plutôt qu'il ne fonctionnait pas...

Il faut donc le réformer. Il y a un tas de spécialisations et d'options (classe européennes, sport, musique etc...) qui constituent, en réalité, des formes d'orientation. De fait, le collège creuse les inégalités.

Car bien sûr les options sont proposées seulement à certains élèves.
Suivons la logique de Paul Raoult : un collège unique et égalitaire, c'est un collège sans option.

Par ailleurs, sa structuration autour du triptyque - une heure, une classe, un enseignant - n'est plus en adéquation avec la société d'aujourd'hui.

C'est vrai que c'est tellement bête, cette tradition idiote des cours : mais que propose donc Paul Raoult, très concrètement ? On ne le saura malheureusement pas...

Elle ne permet pas de s'adapter au rythme s'apprentissage de chacun et ne favorise aucun lien entre les disciplines.

Par contre la suppression du redoublement, voulue par la FCPE, permet de s'adapter au rythme d'apprentissage. :doc:

Surtout, ce modèle amène de trop nombreux élèves vers l'échec: 140 000 sortent du système scolaire sans diplôme.

111.000 pour 2009-2011 (dont 60.000 sans le brevet) et c'est beaucoup moins qu'avant...

Le dégout des études se met en place au collège.

La raison est peut-être à chercher ailleurs. Pourquoi 40% des élèves entrent-ils au collège avec des difficultés de lecture ?

Le tableau est sombre, quelles mesures structurelles avez-vous identifié ?
En fait, la rupture entre le primaire et le secondaire est bien trop forte.

C'est sûr que c'est bien plus important que les difficultés de lecture. Et puis cette rupture, source de traumatisme violent, est tout à fait nouvelle dans l'école. :santa:
Ajoutons que la disparition du "triptyque une heure, une classe, un enseignant" aidera les élèves à être moins perdus ! :cheers:

Il faut donc tout d'abord renforcer le lien entre l'école primaire et le collège. Celui-ci doit être une prolongation de l'école.

On a bien compris : on pourra y apprendre à lire par exemple.

On pourrait par exemple réunir sous une même ombrelle un collège et les quatre ou cinq écoles alentour. Un seul conseil d'administration gèrerait l'ensemble et l'inspecteur de l'Education nationale deviendrait l'animateur d'un véritable projet pédagogique pour cette structure.

Ah le "projet pédagogique" ! Voilà qui va nous sauver de l'échec scolaire !

Cela permettrait de créer une véritable continuité entre l'école et le collège. Dans cet esprit, il faudrait aussi diminuer le nombre de profs en sixième. En passant plus de temps avec leurs élèves, les enseignants identifieraient davantage leurs besoins.

La FCPE n'a rien dit quand les horaires des professeurs de français sont passés de 9h à 4h30 par classe... :fur

Au-delà de cela, il est temps de rénover totalement la pédagogie. Travailler en petits groupes, aider les enfants à apprendre à apprendre, les rendre plus autonomes... tout doit être repensé.

Il faut donc les rendre plus autonomes... tout en les traitant comme des élèves de primaire : c'est très logique, en effet !

Ambitieux ! Que faites-vous des programmes scolaires qui font l'objet actuellement d'une réécriture menée par le Conseil supérieur des programmes ?
La mise en oeuvre de l'école du socle passe bien sûr par la refonte des programmes. Pour cela il faut intégrer davantage de transversalité et de progressivité.

C'est vrai que les programmes n'étaient en rien progressifs jusqu'ici...

Il faudrait bien sûr ajouter de nouveaux contenus comme la programmation informatique...

Oui, c'est vrai qu'un éparpillement supplémentaire s'impose...

...ou l'apprentissage à faire des recherches sur internet, à trier les informations.

Apprendre à lire est secondaire dans cette perspective. :doc:

La difficulté, c' est que cela ne peut se faire qu'au détriment d'une autre matière. Mais il faut faire des choix et sortir, surtout, du savoir pour le savoir.

Voilà qui est dit. :shock:
Quel choix propose donc Paul Raoult, qui parle ici de manière très abstraite ? :devil:

En tous les cas, la journée du collégien ne doit pas dépasser six heures.

Et tant pis pour ceux qui demandent à suivre des options !

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
07 Jui 2014 18:03 #10820 par Loys
Réponse de Loys sur le sujet FCPE mon amour
Le discours d'ouverture de Paul Raoult au 68e congrès de la FCPE à Dijon ce 7/06/14 : fcpe.asso.fr/images/stories/fcpe/actuali...ULT-Pdt-07-06-14.pdf


Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
08 Jui 2014 00:18 - 08 Jui 2014 18:38 #10828 par archeboc
Réponse de archeboc sur le sujet FCPE mon amour
On ne va pas débunker tout cela. Sur le fond comme sur la forme, cela s'apparente à une mission chez Augias. Je ne traiterai que de ce petit tas :

A cause de nos positions clairement annoncées sur la réforme des rythmes scolaires dans le premier degré, nos détracteurs avaient annoncé que les élections des représentants de parents du mois d’octobre seraient notre Waterloo et que tout au long de l’année, nous connaitrions la Bérézina à travers la baisse du nombre de nos adhérents. Mais il n’en est rien !

Rappelons que dans le primaire, la FCPE est passée de 17% à 15%. Ils appellent cela une baisse de 2%. C'est en réalité une baisse de 10%. S'ils sont aussi fiables avec leur fichier d'adhérents, ils ont de quoi s'inquiéter.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
08 Jui 2014 11:49 - 05 Avr 2015 14:49 #10831 par Loys
Réponse de Loys sur le sujet FCPE mon amour
Tel Héraclès, je ne recule pas devant la tâche !

Ces dernières années, nous avons concentré nos efforts pour faire inscrire nos exigences, nos valeurs, notre volonté de changement dans les textes : dans le rapport final de la grande concertation d’abord, puis dans la loi de refondation de l’Ecole et enfin dans ses décrets d’application.

Car c'est bien le rôle d'une fédération de parents d'élèves ! :doc:

Notre engagement se poursuit et se poursuivra encore puisque les décrets d’applications sont loin d’avoir été tous publiés. Il faudra aussi continuer à nous mobiliser pour obtenir de nouvelles avancées : une véritable réforme du collège, puis du lycée ou encore sur les calendriers annuels ou les rythmes journaliers d’apprentissage des élèves.

De vrais combats !

Mais, cette année, plus que les précédentes, nous avons aussi dû livrer bataille pour défendre nos valeurs sur le terrain. A cause de nos positions clairement annoncées sur la réforme des rythmes scolaires dans le premier degré, nos détracteurs avaient annoncé que les élections des représentants de parents du mois d’octobre seraient notre Waterloo et que tout au long de l’année, nous connaitrions la Bérézina à travers la baisse du nombre de nos adhérents. Mais il n’en est rien ! La FCPE est toujours aussi présente dans les établissements. Forte de nos 1 million 5 d’électeurs, la FCPE reste la première fédération de parents d’élèves. Je peux vous annoncer officiellement aujourd’hui, que le nombre de nos adhérents est cette année encore en hausse !

Mais au fait Paul Raoult parle des élections des représentants de parents d'élèves sans donner leur résultat... Il préfère en effet s'appuyer sur d'autres chiffres, ceux des adhésions, avec une hausse déclarative mais qu'il ne chiffre pas...
Regardons les résultats des dernières élections :devil: Paul Raoult oublie également de rappeler que des fédérations locales de la FCPE se sont opposées à la réforme. Des exemples :
- Une manifestation de la FCPE de Créteil
- Une pétition de parents FCPE à Paris : fcpenousaussi.wesign.it/fr

Mobilisés toute l’année pour la défense des rythmes de l’enfant, nous avons su organiser la riposte sur plusieurs fronts à la fois. Mais qu’il est difficile de faire prévaloir l’intérêt des élèves quand il est confronté à celui des adultes !

Notamment des parents d'élèves qui ne veulent pas d'école le samedi. Paul Raoult expliquait ainsi, à l'occasion de sa conférence en ligne du 9/10/13 , que les adultes utilisent les installations sportives le samedi matin.

- Nous sommes intervenus auprès des journalistes pour qu’ils comprennent le fond de cette réforme et essayer qu’ils cessent de relayer uniquement les opposants.

Car cette réforme bien sûr a rencontré l'opposition vive des journaux de référence. :santa:
A relire, à titre d'exemple, deux éditoriaux cinglants dans "Le Monde" ou dans "Libération" début 2013 : "L'école, ou le triomphe du corporatisme" ou "Paralysie" : "Sur les rythmes scolaires, Libération a rendu compte d’expériences nombreuses qui, ici et là en France, dans des villes inventives, n’ont pas attendu l’Etat pour dénouer un problème dont tout le monde sait qu’il pèse, au final, sur les épaules des enfants."

- Auprès des maires, qui n’ont pas tenu compte des enfants et ont transformé cette réforme en un terrain d’opposition de politique partisane.

Même des maires de gauche, c'est pour dire !
Relire dans "L'Humanité", l'appel des maires de gauche pour revenir sur la réforme des rythmes ... :mrgreen:
En revanche, la FCPE, qui a reçu des fonds importants du ministère en 2013 et n'a pas ménagé sa peine pour soutenir le ministre en appelant à voter contre les maires opposés à la réforme des rythmes n'était pas du tout partisane et n'est pas sortie de son rôle de simple fédération de parents d'élèves ! :doc:

- Nous nous sommes opposés à certaines organisations syndicales qui ont confondu réforme des rythmes scolaires pour l’enfant et terrain de revendications catégorielles. Qu’il est difficile de demander à certains enseignants de retourner enseigner le mercredi ou le samedi matin !

Ce genre de propos est sans doute un bon exemple de la "bienveillance" demandée par la FCPE dans l'école.
En l'occurrence, comme nous l'avons vu plus haut, c'est surtout la FCPE qui s'est opposé au samedi matin...

- Mais aussi, disons-le, auprès de collectifs de parents – pour certains manipulés - et même auprès de parents isolés qui se perdaient dans cette cacophonie, d’autres qui refusaient de réorganiser leurs vies ou de déplacer les activités de leurs enfants prévues le mercredi.

Un parent en désaccord avec la FCPE nationale a de grandes chances d'être "manipulé"...

Malgré les nombreux rapports d’experts ou études scientifiques sur le sujet, il est encore compliqué de faire entendre à tous ce qui apparaît évident : quand on laisse les élèves 6h en classe, une grande partie de la journée ne sert à rien car ils n’y apprennent plus rien !

Bizarre car c'est exactement ce qui se passe à Paris deux jours par semaine, malgré la réforme des rythmes. :devil:

Difficile enfin de faire comprendre que les rythmes biologiques des enfants ne se résument pas à des comptes d’apothicaires entre adultes, mais bien à des temps de la journée où l’on apprend mieux qu’à d’autres, et que c’est à ces moment-là que les enseignements doivent avoir lieu… Même si ça dérange certains !

Sympathique de penser que les enseignants n'en tiennent pas compte.
Et au fait, les enfants de trois à six ans, que viennent-ils faire dans cette galère ?

Pourtant, c’est ce que nous avons tenté de faire, à tous les niveaux de notre organisation. Nous nous sommes battus pour que cette réforme réussisse, pour qu’elle soit un tremplin pour mieux apprendre, pour construire une école bienveillante pour les élèves.

Un avis très éclairé car, pour leur compte, seuls 7,4% des enseignants du primaire pensent que les rythmes scolaires amélioreront les conditions de vie et d'apprentissage des élèves . Mais quelle importance accorder à de simples professionnels ?

Car ce combat, c’est un combat philosophique pour mettre l’élève au centre du système : lui donner le temps de classe dont il a besoin, du temps de repos au moment où c’est nécessaire, mais aussi des activités pour se divertir et se ressourcer.

Les TAP en groupes nombreux et avec des animateurs non formés ne sont pas précisément des "temps de repos". Avec la réforme les élèves passent beaucoup plus de temps à l'école, sans pause au milieu de la semaine, et sont beaucoup plus fatigués.

Parce que c’est aussi ça l’Ecole, un lieu où l’enfant doit se sentir bien, s’épanouir, se construire progressivement, et à son rythme.

C'est gagné ! :santa:

Dans les circonscriptions, cette réforme, accompagnée d’un projet éducatif de territoire permet de tenir compte de l’ensemble des temps de l’enfant : temps d’apprentissages, temps de repos, temps d’activité, temps de transport… Il faut continuer à agir localement pour favoriser la rencontre des intelligences...

43,7% des enseignants du primaire n'ont pas été écoutés (même partiellement) ou consultés pour la mise en place des rythmes scolaires : une belle "rencontre", en effet.

... qui trouvera les meilleures solutions pour répondre aux besoins éducatifs des enfants !

Avec la réforme des rythmes nous sommes sauvés ! Et tant pis au passage si les deux heures de cours supprimés en 2008, à l'occasion du passage à la semaine de quatre jours, n'ont pas été rétablies : ce n'est pas là le combat de la FCPE.

Ce combat auquel chacun d’entre nous ici a participé a été rude. Nous avons été insultés, certains militants ont reçu des menaces. Et ce n’est peut-être pas fini. Nous devons continuer à nous mobiliser et à être vigilants pour que toujours, ce soit l’intérêt des enfants qui l’emporte !

Et l'intérêt de la FCPE surtout ! :doc:

Nous devons continuer à mettre en échec cette poignée de maires...

Voilà qui n'est donc pas "partisan"... :xx:

...qui pour des calculs politiciens refusent d’appliquer les lois de la République. Ceux qui font du chantage au gouvernement. Ceux qui croient que leur commune est une République autonome dans laquelle ils ne font que ce qu’ils veulent … Ceux qui pensent ne pas vivre dans un Etat de droit.

C'est curieux mais si cette réforme, non soumise au suffrage universelle, a rencontré l'assentiment populaire, pourquoi le ministre a-t-il été remplacé par un autre qui s'est empressé de l'assouplir en période électorale ?

Nous souffrons de voir, dans certaines communes, des mois de travail de la communauté éducative balayés au profit d’emplois du temps concentrant toutes les activités périscolaires sur le vendredi après-midi !

Mais voyons, puisque le décret a été assoupli, il faut "appliquer les lois de la République". :mrgreen:

Nous nous sommes opposés au décret d’assouplissement ! Les 6 heures de cours par jour, cela fait plus d’un siècle que nous l’expérimentons et nous en connaissons trop bien les résultats négatifs surtout pour les élèves en difficultés.

C'est vrai que c'est un problème depuis un siècle ! :lol:

Nous nous sommes opposés à ce décret d’assouplissement car sans garde-fou, il ouvre la porte à des organisations parfois tordues.
A l’origine, plus spécialement écrit pour les petites communes rurales, celles qui manquent de ressources, celles qui, de par leur taille et leur isolement auraient par exemple du mal à s’organiser ou à recruter des animateurs…

Et auxquelles la FCPE n'avait pas songé jusque là...

Quelle ne fut pas notre surprise d’apprendre que Lyon était une commune rurale ! La deuxième ville de France, et pas la plus pauvre, concentrera les activités périscolaires sur le vendredi après- midi et les familles devront payer ! En fait c’est simple, à Lyon, c’est la journée de 6h pour tous et les activités périscolaires pour les autres ! Est-ce ça l’Ecole que nous voulons ? Non !

La FCPE nationale penserait-elle "ne pas vivre dans un Etat de droit" ?

La FCPE doit rester forte et indépendante comme elle l’a toujours été. Nous ne suivons ni le ministre...

Rires (voir plus haut)...

...ni les organisations syndicales...

Enfin il y a des affinités avec certaines. :devil:

... nous suivons notre projet éducatif et nos exigences. Nous serons comptables des promesses qui ont été faites et qui doivent être tenues !
Nous disons au gouvernement, aux élus locaux, aux syndicats d’enseignants : chaque fois que vous ferez avancer l’Ecole pour mettre l’élève au centre, nous serons avec vous. Mais si demain il s’agit de renoncer à changer l’Ecole, de reculer à la moindre difficulté – politique ou informatique – ou pire si vous comptez détricoter les réformes qui sont déjà engagées, alors nous serons là aussi, mais contre vous ! Pour les enfants d’abord !

Il faut rendre les 150 000 € alors...

La FCPE n’appartient à personne sinon à ses militants...

Qu'elle ne consulte pas...

...elle ne défend pas d’intérêt partisan sinon celui des enfants. C’est cette indépendance qui a permis de construire année après année un réseau et un projet éducatif forts et cohérents.

Une "indépendance" qui prête à rire.

Nous avons, l’image d’une organisation qui sait ce qu’elle veut, qui ne se renie pas, quitte à prendre des coups parfois ; une fédération qui dit ce qu’elle fait et fait ce qu’elle dit.
S’il venait l’envie au gouvernement de reculer sur les engagements qu’il a pris jusqu’ici, nous nous ferons entendre, car nous avons de la voix ! Nous nous ferons voir car nous sommes nombreux, dans les écoles, et s’il le faut dans la rue !

Au nom de "l'état de droit" !

Je finirais sur la question des rythmes par une note positive : s’il y a bien une bataille que nous avons gagnée, c’est celle de l’opinion. En témoigne le dernier sondage de l’institut CSA qui indique que plus des deux tiers des français, mais aussi des parents d’élèves, sont favorables à cette réforme.

Sauf que les parents ont en réalité approuvé la semaine de quatre jours ! Une sacré victoire "de l'opinion". Mais bon : on voit bien dans un sondage ce qu'on y veut voir.. :mrgreen:

Comme nous, ils pensent que la concentration du temps scolaire au moment où les élèves apprennent le mieux – et pas uniquement le matin ! - est une bonne chose.

La question posée portait uniquement sur "la concentration des enseignements de l’école primaire le matin"...

Comme nous ils estiment aussi que les nouvelles activités périscolaires proposées par les mairies permettront de réduire les inégalités sociales. On est bien loin du discours médiatique dominant produit depuis un an !

On a vu ce qu'il en était du discours médiatique dominant depuis 2013. Simplement la rentrée ne s'est pas passée idéalement avec la mise en place des nouveaux "rythmes" (en réalité très arythmiques). Comme c'est étonnant !

Pour nous parents d’élèves FCPE, une réforme juste, est une réforme qui entre en résonnance avec nos valeurs fondamentales.

Ben c'est raté et dans les grandes largeurs.

Si tout le monde ne la comprend pas, alors il faut convaincre, faire de la pédagogie, expliquer. Notre conception de la vie publique ce n’est pas de céder à l’opinion, c’est de faire l’opinion...

On se demande bien ce que vient faire une fédération de parents d'élèves dans le "vie publique"... :shock:

...de mener la bataille culturelle lorsque c’est nécessaire pour faire progresser nos idées. Tout ceci est inscrit dans le préambule de notre projet éducatif : « lorsqu’il le faut, nous savons nous opposer à la vox populi ».

Voilà qui est dit ! Une vraie déclaration républicaine, en effet ! :cheers:

A propos des ABCD de l'égalité...

Dans le prolongement, certains se sont encore découverts, en ouvrant la polémique autour de l’ABCD de l’égalité et en insinuant qu’un soi-disant complot contre nos enfants et contre la nature aurait infiltré jusque dans les arcanes du pourvoir et qu’une fumeuse théorie du genre qui pervertirait les petits enfants à l’école de la République.
SMS et tracts en langue étrangère, rumeurs, mensonges, fausses révélations et vraie confusion, voilà les armes auxquelles nous n’étions pas assez préparés utilisées par cet ennemi du progrès, qui creuse le lit du front national en montant les uns contre les autres, à commencer par les parents contre les enseignants.

Tiens, voilà qui me rappelle certaine fédération de parents d'élèves. :santa:

Nous sommes allés à la rencontre de ces derniers, ils ne sont ni des extrémistes, ni des réactionnaires, mais des parents parfois en perte de repères dans une société en pleine mutation, victimes d’une campagne de désinformation. La facilité et la rapidité avec laquelle certains d'entre eux se sont laissés abuser est un phénomène qui doit être pris très au sérieux tant au ministère que dans la grande organisation que nous représentons. Ce phénomène est la conséquence d'une défiance d'une partie des parents envers l'institution scolaire.

Et à qui - entre autres - peut-on dire merci pour cette défiance ?

Et pourtant la confiance entre les parents et l’Ecole doit être le ciment qui solidifiera l’Ecole du XXIe siècle.

Un ciment construit à partir de déclarations comme "les ensei­gnants sont là au ser­vice des enfants comme la cais­sière est là au ser­vice des clients" (Paul Raoult).

L'Ecole doit être un lieu démocratique où les parents peuvent s'exprimer et dialoguer d’égal à égal avec les professionnels de l’éducation.

C'est typiquement ce que réclamait les opposants aux ABCD de l'égalité. :transpi:

Mais, ce qui s’est passé doit aussi nous interroger sur notre propre place dans l’Ecole. Comment être plus présents en primaire ? Comment réussir à aller vers les parents qui sont les plus éloignés de l’Ecole et les amener à prendre la parole ? Comment, aussi, changer le système pour faire en sorte que la parole des parents ait un poids dans les instances ?

Et décider d'interdire les EBCD de l'égalité par exemple. Un discours totalement schizophrène...

Ce sont des chantiers majeurs sur lesquels nous devons travailler dans les années qui viennent.
L’Ecole inclusive doit inclure tous les parents tout comme l’école bienfaisante doit être bienfaisante aussi pour les parents.

Mais pas bienfaisante pour les professeurs, visiblement.

Nous devons continuer de porter nos valeurs partout comme un rempart contre le fanatisme. A la FCPE, nous sommes pour la coéducation. La coéducation c’est le travail en commun de tous les adultes, sur un pied d’égalité, pour faire réussir nos enfants, les élèves.

Le terme "coéducation" (qui appelerait lui-même à de nombreux commentaires) n'implique aucunement l'égalité...

Mais la coéducation, c’est aussi affirmer que les parents ne sont pas les seuls à devoir transmettre des valeurs, ce rôle revient aussi à l’Ecole. Celle-ci ne doit pas se contenter de transmettre des connaissances ou des savoirs, elle doit aussi former des citoyens, des adultes qui auront à vivre dans une société, une République, que nous leur souhaitons un peu plus égalitaire qu’elle ne l’est aujourd’hui.

L'idéologie véhiculée par la FCPE depuis un certain temps est en partie responsable du creusement actuel des inégalités : suppression des devoirs, rythmes scolaires, suppression du redoublement, opposition aux sanctions éducatives, orientation choisie etc.

L’Ecole doit jouer son rôle dans l’éducation à l’égalité dès le plus jeune âge !
A la FCPE nous revendiquons de « changer l’Ecole pour changer la société »...

C'est exactement le même slogan que la mouvance réformiste des "Cahier pédagogiques", proche de deux syndicats enseignants réformistes.

Quiconque va au combat sans être protégé prend des risques. Nous, parents, militants, bénévoles prenons des risques depuis trop longtemps. Nous sommes vulnérables, car nous n’avons pas de statut de parents délégué. Nous sommes vulnérables parce que nous n’avons pas la reconnaissance.

"vulnérables" ? :shock:
On voit qu'un nouveau grand combat pour l'école et "l'intérêt de l'enfant" se dessine ici : celui de la place des parents d'élèves ! :doc:

Le candidat François Hollande nous l’avait promis. Monsieur le Président de la République, nous vous demandons d’honorer cette promesse et de faire en sorte que des discussions commencent rapidement avec les différents partenaires concernés pour avancer sur cette question.
Ce statut, doit permettre aux représentants de parents d’élèves d’accomplir leur mandat, comme tout élu.
Nous sommes des bénévoles, des militants engagés, nous sommes pleins de bonne volonté mais nous avons un problème technique : nous ne maitrisons ni le clonage, ni la téléportation… Aussi, notre temps de bénévolat doit se partager avec notre temps de parents et de travailleurs. Nous devons aussi tenir compte du temps de transport pour nous rendre à de multiples réunions…
C’est pourquoi nous demandons à l’Etat de nous accorder ce statut : chaque délégué de parent doit avoir la garantie de pouvoir exercer son mandat tout en étant protégé dans sa vie professionnelle. Rien d’extraordinaire, ce sont déjà des garanties existantes pour les délégués syndicaux.

Curieux parallélisme... Un délégué syndical défend les salariés contre leur employeur.
Que demande concrètement Paul Raoult ? Qu'implique ce statut ? Pas de précision à ce sujet...

Les fédérations de parents d’élèves sont de véritables corps intermédiaires, des acteurs indispensables au dialogue sur la question éducative, comme le sont les syndicats de salariés dans le monde du travail.

Ben non, justement...

Lorsque l’on est élu dans une fédération nationale de parents d’élèves, on n’est pas un représentant de parents comme un autre. On n’est pas là pour représenter son enfant ou ses propres intérêts...

Ce qu'on observe pourtant parfois...

... mais pour défendre l’Ecole publique, un projet éducatif, l’intérêt général. On forme et informe les autres parents, on partage, on porte des propositions communes dans toutes les instances locales ou nationales… A la FCPE, nous sommes dans l’Ecole car nous voulons la faire avancer, pour la réussite de tous les enfants.

Au contraire de tous les autres, bien sûr.

Quand on milite dans une fédération nationale de parents d’élèves, on doit avoir une considération différente que les parents non affiliés...

:scratch:

...qui se disent indépendants mais qui ne sont qu’indépendants des parents de l’établissement d’à côté. Les vrais indépendants, c’est nous !

On l'a vu, en effet ! :mrgreen:

Nous faisons des choix en toute connaissance du système scolaire, de ses instances et nous mesurons leur impact sur les territoires.

On l'a vu avec la réforme des rythmes en maternelle ! :mrgreen:

L’indépendance, c’est le fédéralisme qui ouvre à la mutualisation des savoirs.

:scratch:

Il faut faire barrage à ceux qui entrent à visage couvert dans les conseils d’école et les conseils d’administration, pour ensuite distiller leur philosophie loin de nos préoccupations éducatives. Je pense entre autres à la « manif pour tous » qui voulait présenter des listes à la dernière rentrée. La reconnaissance dans les textes officiels de fédérations de parents d’élèves est la meilleure garantie de laisser les idées réactionnaires et les motivations idéologiques à la porte de l’Ecole.

Une curieuse vision de la démocratie et des élections de parents d'élèves...

Nous devrons débattre du contenu de cette reconnaissance et serons mobilisé pour l’obtenir.
J’en viens maintenant au thème de notre congrès : « Construisons une Ecole sans sélection ».

Mais en sélectionnant les parents d'élèves, par contre. :P
Plus sérieusement : qu'est-ce qu'une école "sans sélection" ?

Le ministre de l’Education nationale, Benoit Hamon, s’est donné pour priorité de lutter contre les inégalités à l’Ecole. Lutter contre les inégalités ? Allons-y, mais allons-y vraiment !
Bien entendu, il faut y mettre les moyens financiers : donner plus à ceux qui ont le moins, faire l’égalité réelle entre les élèves ! La réforme de l’éducation prioritaire et la création des REP et REP+ est une bonne première réponse, un premier pas. Mais c’est insuffisant. Ce ne sont pas seulement les investissements financiers, aussi lourds soient-ils, qui permettront de mettre fin aux inégalités. Et j’en profite d’ailleurs pour rappeler ici une chose simple et très claire, l’argent public ne doit aller qu’à l’Ecole publique !

Et à la FCPE ! :santa:

Quant à la refondation de l’Ecole, elle doit avant tout être pédagogique, nous l’avons maintes fois répété. Parce que l’Ecole du 21ème siècle ne pourra pas se construire sur le modèle de celle du 19ème, il faut en finir avec l’équation : une heure, une matière, un enseignant face à sa classe transmettant un savoir académique…

:santa:
C'est bien de dire ce qu'il ne faut pas faire : mais que faut-il faire alors ?

Et c’est aujourd’hui le collège qui souffre le plus de ce modèle archaïque.

C'est vrai que le collège aujourd'hui ressemble à celui du XIXe siècle ! :papy:

Il ne réussit pas à résorber les inégalités et l’échec scolaire qui ont commencés dès l’école primaire, et, pire, il les accroit. Si l’accès de tous au collège est garanti depuis 40 ans sur le papier ; l’acquisition par tous les élèves de l’ensemble des connaissances et compétences indispensables à leur formation personnelle est loin d’être une réalité.

Merci qui, notamment ?
Au passage, puisque les inégalités se creusent dès le primaire, on voit mal comment elles pourraient être mises sur le compte de l'élitisme... :roll:

La massification est faite mais pas la démocratisation.
Changer le collège est donc indispensable ; et cela fait partie intégrante de la refondation de l’Ecole. Alors que le passage du CM2 à la 6ème reste un redoutable obstacle à l’intégration de tous...

Grâce à la suppression des devoirs à la maison, entre autres choses...

...il faut en finir avec le modèle du collège calqué sur celui d’un petit-lycée.

Et en faire une grande école primaire : voilà la "démocratisation" réussie !

Il faut rendre effectif le cycle CM1, CM2, 6ème et décloisonner les disciplines, au moins au début du collège.

Et pourquoi au juste : pour faire encore moins de français ?

Il est urgent de sortir de la situation d’un collège qui fait peur à ses élèves : 44% d’entre eux avouent s’y rendre parfois avec la boule au ventre. Imaginez, nous sommes environ 500 aujourd’hui, c’est comme si 220 d’entre vous étaient venus au congrès avec la boule au ventre !

Le raisonnement est d'une grande logique : les gens qui ont "parfois la boule au ventre" l'ont tous en même temps ! :doc:
Bon, bien sûr, ce mal de ventre n'a rien à voir avec les problèmes entre élèves. N'oublions pas que d'après PISA la France est l'un des pays les moins bien classés de l'OCDE pour le climat de discipline...

Dans le collège rénové, nous attendons une meilleure prise en compte de la diversité de chaque élève. Pour que les élèves aient plus de repères, nous voulons réduire le nombre d’enseignants différents intervenant devant une classe.

Il s'est passé exactement le contraire dans les écoles maternelles et primaires avec la réforme des rythmes scolaires ! :santa:

Le collège rénové doit s’ouvrir à un profond changement des méthodes pédagogiques, en acceptant de les diversifier, et de les personnaliser au sein de la classe. Enfin, il sera essentiel de développer le tutorat.

L'horaire de français a fondu en sixième, les professeurs ont plus de classes, les dédoublements ont disparu : voilà qui permet de "personnaliser" dans de bonnes conditions.

Ces changements que nous attendons, c’est aussi le développement de la confiance en l’élève. Lui donner confiance en lui, lui donner l’envie d’essayer, de créer, de prendre des risques, d’entreprendre. Les élèves doivent être capables de croire en eux pour rendre leur émancipation possible.

Pour croire en soi, il faut surtout atteindre un niveau scolaire suffisant.

C’est en soi un projet de société. L’institution doit aussi leur redonner les clés de leur avenir en leur accordant le droit de choisir leur orientation.

Nous y voilà ! La confiance doit donc remplacer le niveau scolaire. C'est effectivement une bonne façon de mettre fin à toute "sélection"...
C'est aussi une bonne façon de restaurer la confiance des parents dans l'école et les enseignants. :doc:

Sans cela, on continuera de constater la reproduction des inégalités de génération en génération.

Alors qu'en supprimant toute considération de niveau scolaire, on aplanit efficacement les inégalités. :doc:

Mais au-delà de ces investissements financiers et de ces réformes pédagogiques, l’Ecole – et sans aucun doute la société plus généralement - a besoin d’un véritable choc culturel, d’un profond changement de mentalités. Pour en finir avec les inégalités, le système éducatif doit guérir d’une de ses plus vieilles maladies, un mal qui le gangrène depuis sa création et qui a très largement contribué à son organisation et son fonctionnement: Ce mal, c’est l’élitisme.
L’élitisme, c’est un système favorisant une élite aux dépens de la masse.

C'est curieux car plus on a lutté contre l'élitisme, plus les inégalités se sont creusées... :scratch:
Difficile de voir dans l'école actuelle un système élitiste quand jamais autant d'élèves ont atteint le niveau bac...

Comment pourrait-on mieux décrire notre système éducatif ? Notre système éducatif est avant tout fondé sur la note chiffrée...

Quel rapport avec l'élitisme ? :scratch:

...la moyenne générale, le classement, et ceci depuis le CP jusqu’aux « grandes écoles », en passant par les classes prépa.

C'est surtout qu'avec le naufrage de l'école républicaine auquel ont largement contribué tous les tenants des nouvelles pédagogies, dont la FCPE, l'élitisme est devenu insupportable par la reproduction sociale qu'il occasionne. Ce n'est pas l'élitisme en soi qui cause l'échec...
En supprimant l'élitisme, les notes, la sélection, on ne fera que supprimer le symptôme et même on aggravera les inégalités.

C’est une course à la performance organisée dès le plus jeune âge et jusqu’à la fin de la scolarité.

Pas du tout. Je n'attends pas de mes élèves qu'ils soient "performants"...

C’est l’organisation de la concurrence généralisée entre les élèves, où l’on enseigne que pour réussir, il ne faut pas tant progresser soi-même qu’être meilleur que l’autre !

C'est totalement faux... Voilà la baudruche contre laquelle se bat la FCPE.

L’Ecole ne cherche pas à faire progresser les élèves, elle les compare.

Les élèves se comparent entre eux, les parents comparent leurs enfants... Accuser l'école est bien facile.

Elle n’aide pas les élèves en difficultés, elle les « oriente » et les exclue progressivement.

Ce que propose la FCPE risque bien de les exclure encore plus. Certains élèves quittent le système éducatif sans maîtriser la lecture et l'écriture : voilà la véritable exclusion.

Car, dans ce système sélectif, ce qu’on apprend importe finalement peu, ce qui compte c’est d’apprendre plus que les autres, de les battre, d’être devant eux.

:shock:
Ce discours ne vaut éventuellement que pour les concours des grandes écoles...
En fin de troisième les conseils de classe n'évaluent que la possibilité pour les élèves de continuer dans une voie qui privilégie par exemple l'abstraction intellectuelle, sans le moins du monde se restreindre sur le nombre d'élèves.

Malheureusement, parce que ce fonctionnement est mis en place dès le départ, bien peu parviennent à la ligne d’arrivée.

Il y a de nombreuses lignes d'arrivée. N'en voir qu'une, c'est mépriser les autres.

La ligne d’arrivée, parlons-en ! Alors que dès 1985 était fixé l’objectif d’amener 80% d’une classe d’âge au Bac, 30 ans plus tard nous n’en sommes péniblement qu’à 76,4%.

Non 85% en 2012. Il s'agissait d'une classe d'âge au niveau bac... Et dans les deux cas nous avons atteint un record dans l'histoire de la République, ici présenté comme une faillite.

Et encore, les bacs professionnels et technologiques ne sont pour certains que des « sous bacs ».

Pour la FCPE notamment.

L’un des défis qui nous attend sera de mieux valoriser ces voies d’orientation, qui ont tant participé ces dernières décennies à la hausse du niveau global de qualification.

Avec l'orientation choisie en fin de troisième c'est gagné ! :santa:

Il s’agit là de la conséquence de ce système qui écrème lentement mais sûrement les élèves année après année en ne gardant et ne concentrant ses efforts que sur ceux qu’il considère comme les plus méritants. Et tant pis pour les autres !

Mon expérience dans les établissements les plus difficiles me ferait plutôt penser l'inverse. On concentre tous les efforts en cours sur les élèves à problèmes, au détriment de tous ceux qui pourraient apprendre et progresser.
Pour le reste il n'y a aucune sélection avant l'entrée en seconde : l'élitisme ne peut donc être accusé de rien ici...

En jouant la carte de l’élitisme, l’Education nationale choisit la facilité : il est bien plus difficile d’organiser la réussite de tous que de faire la promotion des meilleurs !

Avec le nombre de bacheliers actuel c'est pourtant la "réussite de tous" que nous connaissons.

C’est à cette réalité qu’il faut s’attaquer si l’on veut lutter contre les inégalités à l’école : il faut lutter contre un système qui ne fait que reproduire les élites car il est conçu pour eux.

C'est grâce à ce genre de discours et aux réformes prônées depuis des années par la FCPE que la reproduction sociale fonctionne à plein régime. :fur

Nous devons passer d’un modèle élitiste à un système qui a pour priorité la réussite de tous, et donc construire une école sans sélection mais coopérative.

De grandes phrases creuses : concrètement ?

Le nouveau ministre souhaite lutter contre les inégalités ? Donnons-lui notre projet éducatif comme feuille de route!

En toute simplicité !

Il reste encore beaucoup à faire !
Comment terminer sans évoquer la situation alarmante que traverse notre République ? Il nous faut urgemment tirer des conclusions des 57% d’abstention et du score du Front national aux élections européennes.
Ces résultats sont inquiétants car le FN est un parti inquiétant. Le FN n’est pas un parti comme les autres. Le FN, c’est le parti de l’exclusion, de la stigmatisation, de la division. Le FN, c’est le parti qui, pour résoudre les problèmes des uns, pointe les autres du doigt. Pire, pour parvenir à leurs fins, ils osent s’approprier et salir des valeurs républicaines telles que la laïcité !
Pour nous, la laïcité ce n’est pas diviser les Français, c’est au contraire un principe qui permet de vivre tous ensemble en respectant les convictions de chacun. La laïcité ce n’est pas une religion contre une autre, c’est la garantie que l’État reste neutre vis à vis de la sphère religieuse. La laïcité, c’est d’abord une liberté. C’est la liberté de ses convictions, ou de l’absence de conviction religieuse, parce que tout ceci relève de la sphère privée. La laïcité en France, ce n’est pas interdire le voile ou la kippa dans la rue, c’est garantir la neutralité du service publique et notamment de cette grande institution républicaine qu’est l’École. La laïcité, ce n’est pas la violence, c’est l’indépendance!
Nous ne voulons pas que nos enfants connaissent l’arrivée de l’extrême-droite au pouvoir, et c’est aussi pour cela que nous voulons prendre toute notre place dans la construction d’une école sans sélection.

Car la montée du FN est liée à la sélection dans l'école. Bizarre car l'école était bien sélective auparavant... :P

Pendant ce congrès, mes amis, nous allons y travailler. Nous devons mener plus loin notre projet collectif, afin d’être toujours plus forts et de porter toujours plus haut nos propositions. Elles sont attendues par les jeunes dont beaucoup désespèrent du manque de changement dans l’Ecole. Avec les autres organisations d’usagers...

Avec le terme "usagers", c'est toute une philosophie de l'école républicaine qui meurt. :shock:

...notre principale préoccupation est de défendre l’intérêt des enfants dans ce système, c’est pourquoi nous ne devons jamais renoncer à réfléchir, proposer, revendiquer !
Ce travail, c’est toujours un travail collectif : en congrès, en journée des présidents, en conseil d’administration. Ce dernier a d’ailleurs beaucoup travaillé cette année grâce au dynamisme des nouveaux administrateurs élus l’an passé pour venir renforcer l’expérience de ceux qui, comme moi, sont aussi de jeunes administrateurs… mais depuis plus longtemps !
Nous sommes tous des responsables d’une fédération qui va de l’avant, qui travaille, qui réfléchit collectivement, qui cherche à se projeter dans l’avenir, pour tous les enfants. Le travail que nous avons fait ensemble sur le collège en est la meilleure preuve. Il faut continuer ainsi !

Le mur est devant nous !

Nous avons la responsabilité de faire avancer cette fédération, car elle est l’outil de tous les parents d’élèves pour améliorer l’Ecole. Nous le devons aux enfants de maintenant et à ceux de demain. Alors, mes amis, durant ces trois journées, construisons une Ecole qui place l’intérêt de l’élève en son cœur. Construisons une Ecole au service de tous les enfants, qui n’en laisse aucun de côté. Bref, construisons une Ecole sans sélection !

Ou avec une sélection qui ait le bon goût d'être invisible !

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
09 Jui 2014 10:06 #10837 par Loys
Réponse de Loys sur le sujet FCPE mon amour

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
09 Jui 2014 10:13 - 09 Jui 2014 10:14 #10838 par Loys
Réponse de Loys sur le sujet FCPE mon amour

« Pour 100% des élèves, le 2 septembre, ce sera mieux qu'avant.

Est-ce à dire que les 900 000 élèves du premier degré dans le privé ne sont plus du ressort de l'Education nationale ? :devil:
www.education.gouv.fr/cid57111/l-educati...ale-en-chiffres.html

Et ce qui se passera le 2 septembre, c'est une victoire de la FCPE ».

Et moi qui croyais naïvement que c'était une victoire de l'intérêt des enfants. :santa:
En tout cas communiquer en terme de "victoire", c'est bien concevoir les rapports avec les enseignants comme un affrontement.

Le ministre de l'Education nationale, Benoît Hamon, a félicité les représentants de parents d'élèves, réunis au 68e congrès national de la FCPE organisé le 7 juin à Dijon, pour leur implication dans la réussite de la réforme des rythmes scolaires. Le ministre a réaffirmé que l'organisation du temps scolaire est de la responsabilité de l'Etat...

Mais, dans ce cadre, fixé librement par les maires sans nécessité de compromis avec les équipes pédagogiques...

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
09 Jui 2014 14:22 - 09 Jui 2014 14:22 #10841 par Loys
Réponse de Loys sur le sujet FCPE mon amour
Après le discours d'ouverture, le discours de clôture :


Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
09 Jui 2014 15:12 - 09 Jui 2014 22:44 #10844 par Loys
Réponse de Loys sur le sujet FCPE mon amour
Quelques commentaires :

Sur les rythmes, il nous a assuré que nous avions remporté une victoire. Il est vrai que la rentrée 2014 marquera l'enterrement de la semaine de 4 jours, et ça, on peut déjà s'en féliciter! En revanche, quand je pense aux élèves qui continueront de subir 3 journées de 6 heures par semaine, cette victoire a un goût amer.

C'était déjà le cas deux jours par semaine dans la plus grosse commune ayant adopté les nouveaux rythmes en 2013 mais ça n'avait alors pas laissé un goût amer dans la bouche de Paul Raoult.

Je retiens aussi de sa visite qu'il s'est engagé à mettre en place, dès la rentrée prochaine, une semaine de la démocratie scolaire pour regrouper les élections de parents et de lycéens. Nous le demandions, pour permettre à la fois une meilleure information de tous les usagers sur la tenue de ces élections, et contribuer à l'éducation citoyenne des lycéens. Mais ça ne suffira pas, encore faut-il donner un sens à ces élections, c'est à dire donner un véritable pouvoir aux parents dans les instances où ils seront élus.

L'intérêt de l'enfant, en comparaison de ce noble but, c'est secondaire.

Et qu'il s'agisse du statut de parent délégué ou de la démocratie dans l'Ecole, nous n'attendons plus des discours du ministre, mais des actes ! Et vite! S'il va dans ce sens, M. Hamon donnera le gage qu'il accorde autant de place et d'importance aux représentants des parents d'élèves qu'au reste de la communauté éducative.

Les parents doivent donc avoir "autant de place et d'importance" que le reste de la communauté éducative. :santa:

Mais il n'en est rien, car le collège d'aujourd'hui est construit sur un modèle élitiste.

C'est vrai : avec des concours et des éliminations en cours de route.

Il est construit sur l'idée que lorsqu'un élève est en échec, c'est d'abord de sa faute, car il n'aurait pas le bon bagage culturel, ne serait pas assez scolaire ni assez méritant ou aurait des parents démissionnaires. Au contraire, nous l'avons dit dans les ateliers, c'est d'abord l'échec de notre système éducatif !

On peut raisonnablement penser que le système éducatif a sa part de responsabilité dans l'échec scolaire. De là à penser que l'élève n'a aucune responsabilité... :shock:

En organisant le tri des élèves à travers les notes et des options sélectives réservées à un petit nombre...

En quoi les options seraient-elles "réservées" à un petit nombre ? :shock:
Et en quoi les notes trient-elles les élèves avant l'orientation en seconde ? :shock:

...en hiérarchisant les différentes formes de savoirs et de compétences...

C'est vrai tout se vaut : le pilier "Maîtrise de la langue française" vaut bien le pilier "Maîtrise des techniques usuelles de l'information et de la communication" ! :doc:

...en hiérarchisant les voies et les filières...

Au collège ? :shock:

... au détriment de l'enseignement professionnel, en maintenant la course à la performance, en organisant la concurrence entre les élèves, les familles, les quartiers, le collège maintient et renforce les inégalités face à la réussite !

Course à la performance au collège ? Concurrence entre les élèves au collège ? :santa:

Maintenant que nous avons développé nos propositions, il faut convaincre que la réforme du collège est urgente. Inadmissible de laisser sortir 140 000 jeunes chaque année du système éducatif, sans qualification !

En fait 111 000 jeunes mais ça sonne moins bien, d'autant qu'il n'y en a jamais eu aussi peu...

C'est par la mixité sociale dans les classes et les établissements que l'on pourra lutter contre l'échec scolaire, mais aussi tirer l'ensemble des élèves vers le haut.

La mixité sociale ne se déclare malheureusement pas.

C'est par la mise en place d'une véritable école du socle, qui assure la liaison primaire/collège, que chaque jeune pourra acquérir le minimum indispensable que l'Etat doit garantir à tous.

Avec la suppression du travail à la maison en primaire, cette liaison a été rompue...

Certains seront bien sûr difficiles à convaincre. D'une part, la petite poignée de privilégiés qui profite justement de ce système élitiste et qui s'en contente bien parce qu'il leur garantit leur statut économique et culturel dans la société ! ;

Mais de qui parle Paul Raoult exactement avec ces allusions perfides ? Et à qui profite le naufrage de l'école dont les nouvelles pédagogies qu'il promeut sont en grande partie responsables ?

Et pour d'autres, pour les alliés de l'immobilisme, c'est simplement parce que changer notre modèle demande de l'audace.

En même temps c'est plus facile d'avoir de l'audace quand on est parent d'élève et qu'on n'est pas face aux élèves ! :santa:

Il est bien plus confortable de coller quelques pansements pour masquer l'incapacité de notre système éducatif à faire réussir tous les élèves ! Comme l'a rappelé samedi Danielle Zay, il est plus facile d'organiser la promotion de quelques-uns, que de construire un modèle qui permette la réussite de tous.

La réussite de tous, c'est maintenant pourtant ! :santa:

Et puis, à la fin du collège, il y a la question de l'orientation. On peut espérer qu'elle devienne moins douloureuse demain, grâce aux expérimentations menées actuellement sur le terrain dans une centaine de collèges. Et je suis d'accord avec toi, Sophie, le terme "dernier mot aux familles" est trop réducteur. Je préfère parler d'orientation choisie, car de nombreuses conditions sont nécessaires pour qu'elle devienne effective. Alors qu'aujourd'hui, l'orientation subie c'est l'orientation vers l'échec, reconnaître que ce sont les parents et leur enfant qui doivent prendre la décision finale, c'est une étape primordiale !

Les parents ou leur enfant ? Il faut dire les choses clairement ! :twisted:
Sûr que l'orientation choisie, c'est l'orientation vers la réussite ! :cheers:

C'est réaffirmer l'importance du partage des responsabilités éducatives pour permettre à chaque jeune de préparer son avenir.

En l'occurrence on se demande bien où est le "partage" puisque les professionnels n'ont pas leur mot à dire...

Ce n'est pas suffisant! Après le temps de l'orientation, vient celui de l'affectation, souvent tout aussi douloureux.

Vivement l'affectation choisie ! :cheers:

Comment peut-on encore accepter que des jeunes soient envoyés vers des filières qui ne leur conviennent pas, par manque de place ? Il n'est plus possible de concevoir l'orientation des élèves en termes de places à pourvoir.

Oui, vivons dans un monde idéal où les rêves des enfants déterminent les places offertes dans les lycées !

L'Ecole sans sélection, celle qui combat l'élitisme, c'est aussi une Ecole sans note chiffrée, sans redoublement, sans devoirs à la maison.

Bref l'Ecole d'une sélection plus sourde et plus sévère à la fois. :fur

Aaah les devoirs ! Un combat mené par les progressistes depuis des décennies. Nous dénonçons depuis trop longtemps cette sous-traitance pédagogique aux familles.

Car si les parents doivent avoir des droits sur le fonctionnement de l'école, ils ne doivent avoir aucun devoir ! :cheers:

Notre campagne "ce soir pas de devoirs" a encore hélas aujourd'hui tout son sens. Supprimer les devoirs à la maison c'est redonner du temps aux enfants, supprimer une bonne part de la pression qui s'exerce sur eux; mais aussi sur leurs parents!

On l'a bien compris ! :transpi:

Moins de stress, moins de fatigue, plus de temps pour jouer, pour lire, pour discuter...

En supprimant l'école on pourrait aller encore plus loin !
De fait, avec la réforme des rythmes scolaires, les parents se déchargent du temps libre sur l'école primaire...

As-tu fait tes devoirs ? Il serait temps que les relations avec nos enfants ne se fassent plus seulement autour de cette question !

Voilà qui est du ressort des parents, pas de l'école...

Pourtant, les enseignants savent très bien comment se passe le travail à la maison ! Mais malgré cela ils continuent à donner des exercices! Ils continuent à pénaliser ceux qui n'ont pas l'aide nécessaire à la maison pour faire les recherches, les exposées, apprendre les leçons, apprendre à s'organiser...

Quand ils n'ont plus de travail à la maison, ces élèves ne sont en revanche plus pénalisés par rapport à ceux dont les familles continuent à les aider ! :santa:

Nous ne voulons plus lire : manque de travail personnel !

:shock:

Car c'est d'abord en classe qu'il faut travailler ! Les textes de l'Education nationale sont extrêmement clairs, je cite : "le travail écrit, fait hors de la classe, hors de la présence du maître et dans des conditions matérielles et psychologiques souvent mauvaises, ne présente qu'un intérêt éducatif limité. En conséquence, aucun devoir écrit ne sera demandé aux élèves hors de la classe." Et cette circulaire date de 1956!

Le familles privilégiées se moquent bien de cette circulaire, à laquelle elles ne sont pas tenues.

Il est impératif qu'enfin les adultes entendent que ce qui n'a pas été compris en classe ne peut pas l'être à la maison.

Avec un exercice d'application, il s'agit moins de faire comprendre une notion que de l'appliquer systématiquement...

Il est impératif de mettre fin aux devoirs, de cesser de renvoyer l'échec d'un élève à sa responsabilité individuelle et familiale.

Voilà ce qui est véritablement sous-tendu par cette exigence : la culpabilité parentale. Comment peut-on exiger de parents qu'ils se préoccupent de la scolarité de leurs enfants ?

Il est impératif que l'école réagisse par rapport à sa propre responsabilité dans le renforcement des inégalités culturelles et sociales.

Déclinons avec la FCPE.

Et à cela s'ajoutent les notes ! Le ministère a annoncé qu'il veut faire évaluer les pratiques d'évaluation. Tant mieux ! Aujourd'hui, noter les élèves se résume à contrôler si l'élève est capable de restituer le chapitre du cours qu'il a appris à la maison.

Quel subtil résumé du travail des enseignants : Paul Raoult est décidément un fin connaisseur de la chose scolaire !

Devoirs, notes et... on y arrive, redoublement ! La mauvaise réponse à un vrai problème : l'échec scolaire. Mais dire qu'il faut arrêter les redoublements ne suffira pas. Il faut donner aux établissements les moyens pédagogiques et financiers de remédier aux difficultés des élèves, sans les faire redoubler mais en développant des solutions alternatives.

Et si ce n'est pas le cas, continuons à demander la suppression du redoublement quand même !

Je pense notamment au tutorat, à la différenciation pédagogique, à l'accompagnement personnalisé en classe et tous ce qui reste à inventer!

Tout ceci n'est pas à inventer, c'est déjà du recyclé pédagogique depuis un moment, avec le succès que l'on connaît.

Si nous luttons contre l'exclusion pédagogique que je viens de dénoncer, nous nous battons aussi contre l'exclusion... tout court. Vous l'aurez compris, je parle des sanctions disciplinaires.

Car c'est bien la même chose ! :doc:

Il faut remédier à une conception de la discipline entièrement orientée vers l'exclusion des élèves. L'exclusion, c'est une non-solution ! L'exclusion définitive c'est refuser d'éduquer pour laisser cette tâche à l'établissement voisin !

Ben du coup en quoi est-ce "refuser d'éduquer" ? :scratch:

Cela ne fait que concrétiser la situation d'élèves qui, généralement, avaient déjà la sensation d'être sortis de l'école depuis longtemps. J'irai même plus loin, l'exclusion renforce les inégalités sociales, comme les inégalités scolaires, car nous savons très bien que, trop souvent les élèves issus des classes populaires en sont les premières victimes... Et leurs parents, les premiers accusés.

Il faut donc donc considérer que l'origine populaire des élèves justifie des incivilités graves... L'immense majorité des parents et des enfants de milieu populaire qui ne commettent pas d'incivilités apprécieront.

Les procédures disciplinaires, c'est un chantier très symbolique pour nous. Car ce fonctionnement est symptomatique d'un système pas du tout bienveillant.

Tolérer les incivilités, c'est bienveillant. Il faudra le rappeler aux élèves qui subissent les incivilités d'une minorité d'élèves. :pendu:

A la FCPE, nous nous fixons un objectif : zéro exclusion ! Zéro exclusion, car c'est une solution violente, inutile, qui ne permet nullement aux élèves d'apprendre de leurs erreurs.

Donc en fait, c'est l'école qui est "violente" en demandant à un élève de changer d'établissement. :shock:
Quant au "zéro exclusion", il va falloir rappeler cette position officielle de la FCPE dans tous les conseils de discipline à venir, et notamment à tous les parents d'élèves. :twisted:

Les seules sanctions utiles à l'Ecole, ce sont celles qui participent à l'éducation des futurs adultes, parce qu'elles sont justes et proportionnées.

Changer d'établissement me semble "juste et proportionné"... :roll:

Et cela passe par des procédures disciplinaires entièrement réinventées, pour qu'elles soient exemplaires et que soit mis fin à l'arbitraire. C'est vers cela qu'il faut avancer.

On reste dans la rhétorique creuse et la pétition de principe, sans aucune proposition concrète.

Et pour faire ces propositions, nous devrons savoir ce qui se fait, au cas par cas, dans les Conseils de discipline. Nous recenserons les pratiques. Dans certains établissements, des conseils de discipline ont su s'approprier les textes pour mettre en place des dispositifs d'une grande justice. À l'inverse, des méthodes tout aussi infondées qu'inefficaces ont vu le jour. Alors je vous propose que nous travaillions à l'élaboration d'un livre noir et blanc des conseils de discipline ;

C'est une vraie priorité dans l'école d'aujourd'hui...

Qu'on ne vienne pas nous accuser de vouloir « rallumer la guerre scolaire », quand nous réclamons seulement ce qui n'est que raison : que l'Etat cesse d'organiser et de financer la concurrence de sa propre Ecole, que les parents puissent, partout sur le territoire, choisir librement l'Ecole publique pour leurs enfants.

ET comment fait-on s'ils demandent tous la même ? :santa:

En ces temps de crise, où le gouvernement cherche de l'argent pour financer le budget de l'Etat, les 60 000 postes dans l'Education nationale, nous jugeons, nous, qu'il y a des gisements à exploiter. Pour prolonger les calculs de Guillaume, le financement des établissements privés par l'Etat, c'est sept milliards par an ! Ajoutez-y les financements des collectivités territoriales – il n'y a pas que la loi Carle ! - et vous atteignez onze milliards ! De quoi faire de beaux projets dans l'Ecole publique...

Rien sur les centaines de millions gaspillés par les rythmes scolaires ?

Laïcité toujours, jusque dans la réforme territoriale ! On nous annonce la fusion de l'Alsace et de la Lorraine. Fort bien (ou pas). C'est une belle occasion de reposer la question du concordat de l'Alsace-Moselle, qui n'est pas en vigueur – et heureusement ! - dans la majorité des départements lorrains. Que fait-on de l'enseignement obligatoire de religion, qui prive les élèves de trois départements d'une heure de classe par semaine sur les programmes nationaux ? Que fait-on de la liberté de conscience de ces enfants ? On la piétine ?

Encore un grand combat prioritaire !

L'Ecole publique inculque des valeurs, elle a aussi des obligations. L'une d'entre elle est de s'assurer qu'il y ait au moins un enseignant dans chaque classe.
La promesse faite par le gouvernement de créer 60 000 postes dans l'Education nationale devait permettre de réparer un peu notre système éducatif. Mais les effectifs augmentent de manière significative dès la rentrée prochaine, nous voyons donc bien que la question du recrutement sera centrale pour cette année encore. Les problèmes de recrutements du mois dernier ne font que noircir un peu plus un tableau déjà bien sombre.

Le discours de la FCPE n'est évidemment pour rien dans ce sombre constat.

Cette question du recrutement se pose tant pour les nouveaux professeurs que pour ceux qui, demain, remplaceront leurs collègues absents. Nous ne pouvons tolérer que des élèves restent sans enseignants, que ce soit pour une heure ou pour plusieurs semaines. L'Education nationale a le devoir de remplir la mission qui lui est confiée par la République, celle de la continuité du Service public.
Parce que nous refusons cet état de fait, nous rénoverons le site ouyapacours. Cet outil est le vôtre. Il est à votre service pour que vous puissiez collecter toutes les heures perdues, chiffrer le montant de la dette de l'Education nationale vis-à-vis de nos enfants.

Une bonne façon de passer le temps libéré par la suppression de la "sous-traitance" pédagogique des devoirs à la maison : on s'occupe comme on peut...
Le titre de ce site est délicieusement anti-enseignant, même si la responsabilité de leur non-remplacement en cas d'absence ne leur est en rien imputable.

Continuons à travailler avec les associations d'éducation populaire, allons chercher les parents les plus éloignés de l'Ecole et donnons-leur la parole!

Ou parlons à leur place comme nous le faisons depuis toujours !

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
09 Jui 2014 22:40 - 09 Jui 2014 23:01 #10850 par archeboc
Réponse de archeboc sur le sujet FCPE mon amour
Sur neoprofs, actuellement, on discute des tentations diaboliques de Brighelli. Dans ce cadre, un intervenant a cité le programme éducatif du front de gauche.
La proximité de ce programme avec les positions de la FCPE, telles qu'elles apparaissent dans les discours de Raoult, est frappante. Personne n'a relevé, ni sur ce fil, ni ailleurs.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
10 Jui 2014 18:59 #10859 par Loys
Réponse de Loys sur le sujet FCPE mon amour
Dans le "Café" du 10/06/14 : "Hamon, ministre des parents d'élèves".


Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
10 Jui 2014 19:03 - 10 Jui 2014 19:13 #10860 par Loys
Réponse de Loys sur le sujet FCPE mon amour

En concluant son intervention, B. Hamon a invité la Fcpe à "travailler ensemble pour que chaque enfant se sente chez lui à l'école", une formule à laquelle ne pouvait que souscrire la Fcpe.

Et surtout une formule qui nous fait sourire sur La vie moderne : "La souffrance scolaire, mythe utile".
Fichier attaché :

Si la Fcpe et le ministre partagent la volonté de réduire les exclusions, comme en témoigne la récente circulaire sur les sanctions, nul doute que le ministère de l'éducation nationale voit d'un mauvais œil un dispositif qui éclairera les cotés sombres de l'ordre scolaire.

:rirej

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
17 Jui 2014 16:49 - 17 Jui 2014 16:49 #10960 par Loys
Réponse de Loys sur le sujet FCPE mon amour
Un numéro vert pour assistance téléphonique, par exemple si vous êtes accusé de fraude à l'examen : www.fcpe.asso.fr/index.php/actualites/it...sent-le-baccalaureat

Quelles (sic) sont les droits des lycéens pendant le baccalauréat ? Comment réagir en cas d'accusation de fraude ?

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
27 Jui 2014 18:25 - 27 Jui 2014 20:45 #11100 par Loys
Réponse de Loys sur le sujet FCPE mon amour
Ce 27/06/14 sur RMC, à propos de la suppression de la notation :

Paul Raoult dit: Un élève qui a 4, par exemple, et après a un 6 : c'est encore pas terrible. Seulement il a fait 50% d'efforts pour arriver à ça.

On peut même dire qu'il a déployé des efforts démesurés. Par exemple un élève qui a appris 6 verbes irréguliers au lieu de 4 a fait beaucoup plus d'efforts qu'un élève qui a appris 16 verbes au lieu de 14 ! :santa:

Paul Raoult dit: Si je prend la Finlande par exemple, il n'y a aucune évaluation chiffrée avant l'âge de treize ans.

Mais il y en a à partir de treize ans et ensuite l'entrée au lycée est bien plus sélective qu'en France, sans parler de l'entrée à l'université. D'après l'OCDE les élèves sont bien plus malheureux à l'école que les élèves français, et le taux de suicide des adolescents y est trois fois supérieur.

Paul Raoult dit: Aujourd'hui le savoir, il est sur internet, tout le monde peut accéder au savoir, c'est qu'est-ce que l'élève fait du savoir qu'il a, c'est ça qui est important et c'est ça qu'il faut évaluer et ça ne peut pas être évalué juste à partir de notes.

Bon, le savoir sur Internet, passons... Même en supposant qu'il faudrait évaluer seulement "qu'est-ce que l'élève fait du savoir qu'il a" (sic), quel rapport avec la suppression des notes ? :scratch:

Paul Raoult dit: Les notes aujourd'hui en France c'est juste pour sélectionner les élèves : on fait une moyenne, et puis une moyenne de moyenne qui ne veut rien dire du tout. Celui qui a 8,75 il va passer dans la classe supérieure et celui qui a 7,99 il ne passe pas.

Bien sûr : le conseil de classe prend toujours ses décisions en se fondant sur les centièmes de points. Et le redoublement, c'est un bon exemple de l'impitoyable sélection qui s'exerce chaque année un peu plus dans le monde malveillant du collège.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
01 Juil 2014 19:51 - 01 Juil 2014 22:39 #11135 par modigliani
Réponse de modigliani sur le sujet FCPE mon amour
Je ne saisis pas pourquoi vous dites une " baisse de 10%" (17_15 cela fait bien 2...).Cependant voilà une tôle que j'appelle de tous mes voeux aux futures élections de parents 2014.

Bravo pour ce décryptage génial de la scandaleuse propagande de la FCPE !

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
01 Juil 2014 20:32 #11138 par modigliani
Réponse de modigliani sur le sujet FCPE mon amour
Voilà qui est bien vu: Les élèves , surtout les plus jeunes n'ont pas fini de "se sentir chez eux à l'école" puisqu'ils y passent dorénavant 5 jours sur 7 , de 8h20 à 18h30 pour la plupart ! Et c'est grâce à l'acharnement de la FCPE ! Avec un peu de chance, mr Raoult réussira à faire ouvrir les écoles 24h sur 24h et 7 jours sur 7 , toujours pour les "biendeszenfants" cela va de soi !

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
11 Aoû 2014 14:37 - 11 Aoû 2014 14:38 #11395 par Loys
Réponse de Loys sur le sujet FCPE mon amour

modigliani dit: Je ne saisis pas pourquoi vous dites une " baisse de 10%" (17_15 cela fait bien 2...).

Quand un prix passe de 17 euros à 15 euros, la baisse n'est pas de 2% mais de 11%. ;)

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
11 Aoû 2014 14:41 #11396 par Loys

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
11 Aoû 2014 14:50 - 11 Aoû 2014 14:50 #11397 par Loys
Réponse de Loys sur le sujet FCPE mon amour

Dès la prochaine rentrée scolaire, ce sera 4,5 jours par semaine pour tous les élèves du primaire !

Enfin... tous les élèves du public...
Compte tenu de la pagaille en 2013 quand seulement 17% des communes étaient concernées, on peut s'attendre à une rentrée 2014 sportive. :mrgreen:

La rentrée 2014 marquera la fin de la semaine de quatre jours. Cependant, la FCPE regrette que des communes aient fait le choix d'une organisation du temps scolaire qui ne prenne pas en compte les besoins des élèves.
Dans de nombreux conseils départementaux de l'Education nationale portant sur l'organisation du temps scolaire, la communauté éducative a voté contre les projets privilégiant le confort des adultes.

Choisir le mercredi plutôt que le samedi, c'est "privilégier le confort" de qui ?

Tiens, des collégiens qui dorment sur des pupitres... :P

La FCPE le répète, la journée de classe doit s'organiser autour des pics de vigilance qui sont aux alentours de 11h et de 16h et non pas en fonction des contraintes des enseignants ou des collectivités locales !

Et ceci n'exprime aucun mépris pour les enseignants !
Si le pic de vigilance est à 16h, il est normal de quitter l'école à 15h. :santa:

La journée de classe ne doit pas dépasser cinq heures.

C'est bête : c'est le cas deux jours par semaine dans la plus grande commune de France, mais pas de communiqué de la FCPE à ce sujet.

Aucun enfant de l'école primaire ne peut être vigilant, attentif, réceptif et disponible pendant six heures de classe !

On le voit : les malheureux enfants qui ont connu l'école avant 2013 en sont sortis avec d'importantes séquelles. :doc:
Au passage on notera encore une fois le mépris pour le travail des enseignants, supposés incapables d'organiser leur journée d'école en fonction de la fatigue des élèves.

Libérer le vendredi après-midi sans avoir classe le samedi matin est également une erreur. Plus la coupure du week-end est longue, plus la reprise des apprentissages scolaires est difficile.

C'est d'ailleurs - en toute logique - pourquoi la FCPE a lutté pour promouvoir le mercredi plutôt que le samedi. :doc:

Les conseils départementaux de l'Education nationale ont été marqués cette année par la confusion et les dysfonctionnements dans la procédure de mise en place de la réforme des rythmes scolaires.

Oh si peu...
On notera que le mot "enfant" remplace systématiquement le mot "élève" dans les communiqués de la FCPE.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Temps de génération de la page : 0.364 secondes
Propulsé par Kunena