"Horaires, salaires : la Cour des comptes critique la gestion des enseignants" (Le Monde)

Plus d'informations
22 Mai 2013 11:16 - 22 Mai 2013 11:19 #5885 par Loys

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
22 Mai 2013 11:22 - 22 Mai 2013 12:46 #5886 par Loys
Commentons.

Horaires, salaires : la Cour des comptes critique la gestion des enseignants
La Cour des comptes propose sa refondation de l'école. Soucieux d'optimiser les 17 % du budget de l'Etat qui servent à la rémunérer les enseignants, les magistrats de la rue Cambon publient une proposition de réforme en 146 pages et 19 propositions.

Optimiser, personne ne peut être contre. En rappelant quand même que les enseignants français font partie des moins bien rémunérés de l'OCDE : www.laviemoderne.net/forum/etre-enseigna...tance-bien-francaise

Ce rapport thématique, intitulé Gérer autrement les enseignants, rendu public mercredi 22 mai, préconise d'en finir avec la gestion nationale des 837 000 "profs"...

C'est vrai que l’Éducation n'a pas vocation à être "nationale"... :spider:

...une gestion effectuée comme s'ils avaient tous les mêmes compétences et les mêmes envies....

Pas du tout... :scratch:
En tout cas, le rapport laisse croire qu'il veut redonner des "envies" aux enseignants. :santa:

...et comme si les élèves se ressemblaient dans tous les établissements. Le rapport vise une meilleure adaptation aux besoins réels des élèves et une véritable gestion des carrières.

Façon euphémistique de dire qu'il faut institutionnaliser les écoles pour les pauvres.

La Cour propose que le métier, défini aujourd'hui par un nombre d'heures de cours à assurer chaque semaine, soit désormais pensé comme un nombre d'heures et des missions à effectuer sur l'année, et que la répartition de ces heures entre les cours et la réponse aux autres besoins du terrain soit décidée au sein des établissements.

C'est bien de proposer, mais quel est donc l'intérêt de cette proposition ? :twisted:

CONCOURS NATIONAL
La coordination d'une discipline ou d'un niveau d'enseignement, l'aide aux élèves seraient pris en compte dans des services enseignants.

On peut parfaitement le faire avec un horaire hebdomadaire mais on le fait pas pour des raisons budgétaires. Voilà l'intérêt de l'annualisation : payer autant pour demander plus.

Plus une école, un collège ou un lycée accueilleraient d'élèves en difficulté, plus ils bénéficieraient d'un nombre élevé d'enseignants. La province de l'Ontario, le land de Berlin ou les Pays-Bas qui ont servi de modèle à la Cour osent dépenser deux fois plus pour leurs élèves en difficulté.

Voilà quelque chose d'intelligent. On peut aussi interdire les établissements défavorisés dépassant un certain effectif d'élèves.

Aujourd'hui, les collèges les plus durs n'attirent pas les enseignants puisqu'on y enseigne autant qu'ailleurs et qu'il faut en plus y gérer les problèmes sociaux.

Ah bon ? C'est une mission des enseignants que j'ignorais. :shock:
Ils n'attirent pas parce qu'on y enseigne pas ou presque pas et qu'on y subit de nombreuses incivilités sans souvent que l'autorité d'un chef d'établissement permette de survivre.

Pour rendre ces zones attractives, la Cour parie sur un vrai allégement du nombre de cours qu'un professeur devrait y assurer par rapport à un établissement du centre-ville.

Pour le coup, c'est une proposition intéressante mais qui ne doit - à mon avis - qu'être temporaire dans la carrière d'un enseignant. Il ne s'agit pas que des enseignants demandent des établissements défavorisés pour faire moins de cours. Une chose moins coûteuse serait tout simplement de garantir des emplois du temps bien pensés dans ces établissements.

Dans ce schéma, les enseignants de collège pourraient délivrer plusieurs disciplines et faire des échanges de services avec les maîtres de l'école d'à côté en cas de besoins des élèves.

Quand on propose quelque chose d'irrationnel, toujours préciser que c'est dans l'intérêt de l'élève. :doc:
... même si on se doute bien que les préoccupations de la cour des comptes sont tout sauf pédagogiques. :devil:

Un point que le ministre Vincent Peillon avait inscrit dans sa loi d'orientation, mais sur lequel il a reculé en novembre, face à l'opposition du principal syndicat du secondaire, le SNES-FSU.

Pourtant professeur des écoles ou professeur d'une discipline du secondaire, c'est le même métier.

Et plutôt que passer un concours national, et se voir affecté à l'autre bout du pays dans les établissements boudés par les professionnels chevronnés, comme c'est le cas pour plus de six nouveaux profs sur dix, l'enseignant du secondaire choisirait une académie et y passerait les épreuves nationales du concours, comme c'est la règle pour le primaire.

Comme ça le niveau de recrutement variera d'une académie à l'autre. :doc:

L'"ENGAGEMENT" MIEUX RECONNU
La Cour aborde aussi le problème de la rémunération et postule qu'on peut mieux payer les professeurs en répartissant différemment les 49,9 milliards d'euros de leur masse salariale.

"Répartir différemment", ce n'est pas tout à fait "mieux payer". :xx:

Elle s'insurge que des agrégés continuent à être nommés en collège, où ils sont payés 30 % de plus qu'un certifié (titulaires du capes) pour travailler 15 % de moins.

C'est le même coût au lycée, en l'occurrence. C'est le principe de l'agrégation que conteste la Cour des comptes.

Plus globalement, elle estime que l'argent devrait aller vers ceux qui choisissent la difficulté.

Mais qu'est-ce que "choisir la difficulté" ? Enseigner avec des classes à examen ? Enseigner des matières avec plus de travail à la maison ? Se résigner à ne pas enseigner dans des classes difficiles ?

Sans parler de salaire au mérite, la Cour des comptes préconise que l'"engagement" soit mieux reconnu, que les équipes pédagogiques disposent d'une manne pour l'établissement et s'autoévaluent.

Voilà qui va favoriser l'esprit d'équipe. :devil:

Ce système, inspiré du modèle finlandais, permettrait des économies et éviterait d'attendre un inspecteur qui ne passe qu'une fois tous les quinze ans pour qui enseigne le sport à Versailles, une fois tous les dix ans lorsqu'on est en sciences économiques à Limoges..

.
Il faudrait surtout décharger les inspecteurs de toutes les charges inutiles dont ils sont accablés pour leur permettre de revenir à leur mission première : inspecter.
Et quitte à s'inspirer du modèle finlandais, que ne propose-t-on pas d'imiter l'évolution salariale finlandaise (+10% en dix ans) quand en France les salaires ont régressé en dix ans ? (voir supra). Sans parler du taux d'encadrement, inférieur de 2 élèves par classe en primaire et de 8 élèves par classe dans le secondaire (Source : OCDE ).

LA DÉFIANCE RESTE DE MISE
Pour construire ce schéma, la Cour des comptes est partie de plusieurs constats. D'abord l'inefficacité croissante de l'école française qui plonge dans les évaluations internationales des élèves depuis l'an 2000 et oublie sur le bord du chemin ses élèves les plus faibles.

Cet effondrement (enfin constaté) ne peut être lié qu'à la gestion des enseignants et rien d'autre : pas de crise de la pédagogie ou de l'autorité...

Ensuite, la crise du recrutement des enseignants, qui montre que quelque chose ne tourne pas rond quand le chômage sévit.

C'est bien de s'en rendre compte...

Entre 2006 et 2012, on est tombé de 6 candidats pour un poste mis au concours à 2,7. Même si les créations de postes de la gauche ont conduit à une remontée des candidatures, la défiance reste de mise.

Avec les propositions de la Cour, nul doute que la tendance va s'inverser ! :cheers:

La balle est dans le camp du ministre, qui a désormais sur son bureau une proposition de refondation plus radicale que la sienne. Sa réponse, annexée au rapport, laisse peu d'espoir qu'il ouvre ce dossier propre à indisposer le syndicat majoritaire du second degré sur à peu près tous les points abordés.

Petite estocade de Maryline Baumard du "Monde", qui partage habituellement le point de vue des syndicats réformistes.

Comme on le souligne dans l'entourage du ministre, "il manque à ce rapport un chapitre dans lequel la Cour des Comptes nous explique comment faire"... La rue Cambon, elle, continue au fil de ses rapports à dessiner une école qui offrirait ce qu'elle estime être un meilleur service à la nation pour 6,3 % du PIB. Et, surtout, une école plus égalitaire.

En n'étant plus "nationale", nul doute qu'elle sera plus égalitaire.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
Plus d'informations
22 Mai 2013 13:00 #5891 par DM
Apparemment, elle pointe également une répartition assez curieuse des rémunérations, où p.ex. un professeur en classes préparatoires peut arriver à 8500€ net/mois (service théorique faible d'où heures supplémentaires, enseignement en petits groupes, « colles » etc.). :devil:

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
22 Mai 2013 20:25 - 22 Mai 2013 20:54 #5893 par Loys
La Cour ne donne pas les salaires les plus faibles, notamment des enseignants du primaire qui sont honteusement sous-payés. Prendre un tel extrême comme exemple est particulièrement pervers puisque seul ce chiffre est retenu, plus parlant qu'une médiane, qu'un écart-type ou qu'une moyenne statistique..
En l'espèce, pour ce professeur particulier, son double service coûte moins cher à l’État qu'un poste supplémentaire : la Cour des Comptes devrait plutôt le féliciter. :devil:

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
22 Mai 2013 20:53 #5894 par DM
Notez bien que j'ai dit « répartition assez curieuse des rémunérations », pas « tout le monde est très bien payé ». Il est pour moi clair que, côté pénibilité, l'enseignant en ZEP ou celui qui doit surveiller une cantine bruyante subissent plus qu'un prof de prépa...
Si l'on estime que le service normal d'un professeur de classe préparatoires est de 9h, afin qu'il ait le temps de préparer ses cours, un service effectif de 20h relève de l'anormal (comment peut-il les préparer ?). Qu'en pensez-vous ?
Dans le cas de l'enseignement supérieur, on connaît des gens qui font double service et gagnent ainsi des heures supplémentaires... mais font-ils de la recherche alors qu'ils sont théoriquement payés pour ?

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
22 Mai 2013 20:55 #5895 par Loys
A titre personnel, je suis scandalisé par ce genre de pratiques. Pour les raisons que vous indiquez et d'autres encore, comme de laisser croire que les professeurs sont trop payés, qu'un professeur peut finalement faire le double de ce qu'il fait, qu'il n'y a pas besoin de postes supplémentaires etc.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
23 Mai 2013 18:41 - 23 Mai 2013 19:07 #5906 par Loys

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
23 Mai 2013 19:25 #5908 par DM
@Loys: Je vous avoue que j'ignorais qu'il fût plus avantageux financièrement d'être agrégé (mieux, de chaire supérieure) en CPGE que professeur des universités (sauf à multiplier les heures supplémentaires d'enseignement et ne pas faire de recherche). :|

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
23 Mai 2013 20:38 - 23 Mai 2013 20:39 #5916 par archeboc

Loys dit: Une infographie intéressante sur le site du "Monde" : www.lemonde.fr/education/visuel/2013/05/...3416435_1473685.html

Intéressante peut-être, mais surtout très problématique.
- Comment expliquer la baisse de revenu des "professeurs certifiés et équivalents" entre 15 ans et 30 ans d'ancienneté ?
- Même question pour les professeurs de chaire supérieure.
- Quelle est la nuance entre "professeur agrégés hors CPGE (1 an d'ancienneté)" et le même intitulé, à la ligne du dessous, avec des chiffres différents ?

Hum hum, à votre place, je ferais quelque vérification avant de citer cette source.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
23 Mai 2013 21:18 - 23 Mai 2013 21:21 #5917 par Loys
Effectivement. J'avais seulement regardé les minima et maxima mais, quand on compare ligne à ligne, cette infographie ne laisse pas d'étonner.
Si je comprends bien, la source est pourtant la Cour des comptes, non ? :scratch:

La Cour des comptes a dressé 14 portraits-robot parmi ces 227 000 enseignants, allant du professeur des écoles débutant au professeur de chaire supérieure en passant par l'agrégé travaillant en classe préparatoire aux grandes écoles (CPGE).
Pour chacun de ces "enseignants types" - sachant que les professeurs des écoles sont les plus nombreux -, retrouvez ci-dessous le salaire net annuel le plus bas et le plus haut, ainsi que, à titre de comparaison, le salaire moyen par catégorie - la pastille blanche - et les salaires moyens par catégorie des 5% les mieux et les moins bien payés - les rectangles violets.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
23 Mai 2013 22:44 - 24 Mai 2013 00:21 #5923 par archeboc
> Si je comprends bien, la source est pourtant
> la Cour des comptes, non ? :scratch:
Source moulinée par un infographiste du Monde. Il faudrait reprendre le rapport de la Cour.
Remontons à la source :
www.ccomptes.fr/Actualites/A-la-une/Gere...nseignants-autrement
Alors, page 81 du rapport, un encadré sur les rémunérations en CPGE :

La rémunération nette annuelle est en moyenne, entre 10 et 20 ans d'ancienneté, de 49 296 € pour les agrégés et de 63 470 € pour les chaires supérieurs [...]

Dans l'infographie du Monde, le deuxième chiffre a été attribué à la première population. La rémunération des agrégés en CPGE, entre 10 et 20 ans de carrière, passe donc grâce au Monde de 49296 € à 63 470 €. 27% d'erreur d'augmentation, on ne crache pas dessus.
Je ne vais pas plus loin dans le débunkage de l'infographie. On attend un errata du Monde.
Tiens, je vais juste surveiller si ils sortent cette blague sur papier.
PS : cela râle sec dans les commentaires : www.lemonde.fr/education/reactions/2013/...3416435_1473685.html . Je cite en particulier :

ANNE MARIE AZAM LAFONT 23/05/2013 - 20h50 dit: C'est un défaut fréquent dans les graphiques publiés par Le Monde! Légende incomplète ou peu compréhensible et autres anomalies. La lecture en est assez éprouvante pour qui a l'habitude de travailler sur graphique.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
23 Mai 2013 23:20 #5924 par Loys

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
24 Mai 2013 11:56 #5925 par Loys

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
25 Mai 2013 10:15 #5974 par Cap2006
Je me suis toujours posé la question sur la justification des profs agrégés en collèges et même en lycée....
Pire, je me suis toujours demandé comment ces personnes aussi pointues, disposant d'autant de connaissances, pouvaient vivre leurs frustrations à devoir essayer de se mettre au niveau correspondant à celui de leurs élèves.

Quelle entreprise de transport recruterait Alain Prost pour conduire un taxi ou une fourgonnette de livraison ?
Ce champion de la conduite accepterait il de se faire "suer" dans une Prius ou un kangoo ?
Bref, cela me parait exagérément couteux pour l’Éducation National ; sans aucun intérêts pour les élèves de collèges et de lycée ; et surtout bien triste à vivre pour les intéressés....

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
25 Mai 2013 12:40 #6006 par DM
@Cap2006: Oh, il y a pire : on m'a pointé le cas d'un agrégé docteur en physique que le rectorat a chargé d'aller enseigner les mathématiques en lycée professionnel (il me semble avoir entendu parler d'une formation "couture flou"). Il a enchaîné sur un remplacement en CPGE.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
25 Mai 2013 13:29 - 25 Mai 2013 13:36 #6009 par Loys
Il semblerait même que des professeurs de physique se soient vus proposer de devenir tout simplement professeurs de mathématiques dans une académie déficitaire. Voilà de la gestion innovante et adaptée aux besoins des élèves !

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
25 Mai 2013 14:05 #6012 par DM
J'ai une collègue qui, dans sa jeunesse, a été enseignante de collège (PEGC, je suppose). On lui a demandé de faire physique/chimie, alors qu'elle n'était pas formée pour cela. Après quelques catastrophes en tentant de préparer des expériences, notamment en chimie, elle a renoncé et n'a fait que de la théorie au tableau.
Comme quoi l'improvisation dans la gestion des effectifs n'a rien de nouveau.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
25 Mai 2013 14:18 - 25 Mai 2013 14:19 #6013 par Loys
Disons que dans le sens physique > mathématiques, le danger est moins immédiat pour les élèves. :mrgreen:
Les exemples dont je parlais impliquent un changement de statut, pas seulement de poste. J'en cherche la confirmation.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
29 Mai 2013 20:46 - 29 Mai 2013 20:48 #6065 par Loys

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
18 Juil 2013 12:39 - 18 Juil 2013 13:50 #6857 par Loys
Les choses suivent leur train naturel, particulièrement pendant cette période estivale... :devil:
A lire dans "VousNousIls" du 18/07/13 : "Statut des enseignants : Peillon convoque un groupe de travail sur le sujet" .



Et dans "Le Figaro" de la veille : "Peillon ouvre le chantier de la réforme du métier d'enseignant"


Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
23 Juil 2013 16:35 #6902 par Frist

Loys dit: La Cour ne donne pas les salaires les plus faibles, notamment des enseignants du primaire qui sont honteusement sous-payés. Prendre un tel extrême comme exemple est particulièrement pervers puisque seul ce chiffre est retenu, plus parlant qu'une médiane, qu'un écart-type ou qu'une moyenne statistique..

La Cour donne comme chiffre 21 077 € brut annuel en tant que rémunération dans le premier degré en début de carrière, soit -20.5 % par rapport à l'OCDE ou l'Europe des 21 (l'Europe qui est dans l'OCDE).
J'ai trouvé ce chiffre à la page 103 du rapport.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
23 Juil 2013 16:54 - 23 Juil 2013 19:27 #6904 par Loys
Oui vous avez raison, je me suis mal exprimé.
J'aurais dû dire qu'en indiquant la plus importante rémunération touchée par un enseignant dans les cinq académies étudiées, le Cour savait très bien que ce chiffre serait davantage retenu que celui que vous citez. Ce qui n'a pas manqué d'arriver.
Quel est l'intérêt statistique de l'observation suivante, si ce n'est de clouer les enseignants au pilori ?

La Cour des comptes dit: L’enseignant de CPGE ayant la rémunération la plus élevée dans l’échantillon étudié (107 339 €) est un agrégé de langues vivantes classé au 6ème échelon de la hors classe. Son ORS est de 9 heures, mais il fait 8 HSA qui lui procurent un complément de revenu annuel de 45 819 €. Il a aussi perçu 14 505 € au titre des heures d’interrogation de ses élèves.

Par ailleurs le traitement le plus bas est de 18.087€ après un an d'ancienneté comme professeur des écoles.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
23 Juil 2013 17:14 - 23 Juil 2013 17:15 #6906 par Loys
Ajoutons que l'étude que cite la Cour des comptes p. 103 de son rapport ("Regards sur l'éducation 2011") est problématique puisqu'elle se fonde sur "l'échelon le plus élevé" qui n'est atteint par les enseignants français que beaucoup plus tard que leurs collègues de l'OCDE.

Eric Charbonnier dit: 34 années d’ancienneté sont nécessaires pour atteindre l’échelon maximum en France, contre seulement 24 années en moyenne dans les pays de l’OCDE.

Source : educationdechiffree.blog.lemonde.fr/2013...francais-a-la-loupe/

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
23 Juil 2013 17:48 - 23 Juil 2013 17:51 #6908 par Frist

Loys dit: Quel est l'intérêt statistique de l'observation suivante, si ce n'est de clouer les enseignants au pilori ?

La Cour des comptes dit: L’enseignant de CPGE ayant la rémunération la plus élevée dans l’échantillon étudié (107 339 €) est un agrégé de langues vivantes classé au 6ème échelon de la hors classe. Son ORS est de 9 heures, mais il fait 8 HSA qui lui procurent un complément de revenu annuel de 45 819 €. Il a aussi perçu 14 505 € au titre des heures d’interrogation de ses élèves.

Cette observation est dans un encadré Service et rémunération des enseignants en classe préparatoire aux grandes écoles (CPGE), qui est légendé avec le texte suivant :

La Cour des Comptes dit: Cette adaptation du service au poste est aujourd’hui réservée à des filières sélectives alors qu’elle n’est pas utilisée ailleurs. D’autres pays appliquent ce principe de façon générale.

Ça me donne l'impression que plus que la somme finale, la méthode de calcul à la tâche, utilisée dans d'autres pays pour tous les enseignants, devrait être généralisée et plus une particularité des enseignants CPGE.

Loys dit: Ajoutons que l'étude que cite la Cour des comptes p. 103 de son rapport ("Regards sur l'éducation 2011") est problématique puisqu'elle se fonde sur "l'échelon le plus élevé" qui n'est atteint par les enseignants français que beaucoup plus tard que leurs collègues de l'OCDE.

Mais cette différence est bien prise en compte dans les commentaires des tableaux de la page 103, mais il faut lire énormément, puisque c'est page 104 :

La Cour des Comptes dit: Certes, cette tendance s’inverse à l’échelon maximum dans le premier degré et au collège où l’on observe un traitement légèrement supérieur pour les enseignants français : dans le premier degré, la rémunération au dernier échelon est supérieure de + 2,8 % à la moyenne des pays européens. Toutefois, cette inversion s’explique par l’existence de débouchés plus importants et par une durée des carrières plus courte d’en moyenne dix ans à l’étranger.

Loys dit: J'aurais dû dire qu'en indiquant la plus importante rémunération touchée par un enseignant dans les cinq académies étudiées, le Cour savait très bien que ce chiffre serait davantage retenu que celui que vous citez. Ce qui n'a pas manqué d'arriver.

Le rapport fait près de 200 pages, où à chaque fois qu'il y a des chiffres, ils sont tous commentés, a priori avec pertinence.
La dernière fois que j'ai lu sur ce forum un rapport de la Cour des Comptes, on avait bien vu que c'était le journaliste et seulement lui qui était fautif.
Ces rapports sont d'abord pour les entités étatiques, je pense qu'ils sont d'abord rédigés en ce sens avant de se demander quels chiffres seront extraits par la presse. Et surtout avec ce rapport complet de 200 page, une synthèse de 27 pages et un communiqué de 3 pages sont fournis, je ne vois pas cette anecdote dans ces deux derniers documents. S'il y a une responsabilité, j'ai tendance à la mettre que sur le dos des journalistes et des lecteurs.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
23 Juil 2013 19:43 - 05 Sep 2013 15:40 #6915 par Loys

Frist dit: Ça me donne l'impression que plus que la somme finale, la méthode de calcul à la tâche, utilisée dans d'autres pays pour tous les enseignants, devrait être généralisée et plus une particularité des enseignants CPGE.

L'annualisation est certes le cheval de bataille de la Cour des comptes mais je ne vois toujours pas l'intérêt statistique de cet exemple exceptionnel. En revanche les écarts de salaires entre agrégés et certifiés sont pointés du doigt.

Loys dit: Ajoutons que l'étude que cite la Cour des comptes p. 103 de son rapport ("Regards sur l'éducation 2011") est problématique puisqu'elle se fonde sur "l'échelon le plus élevé" qui n'est atteint par les enseignants français que beaucoup plus tard que leurs collègues de l'OCDE.

Mais cette différence est bien prise en compte dans les commentaires des tableaux de la page 103, mais il faut lire énormément, puisque c'est page 104 :

La Cour des Comptes dit: Certes, cette tendance s’inverse à l’échelon maximum dans le premier degré et au collège où l’on observe un traitement légèrement supérieur pour les enseignants français : dans le premier degré, la rémunération au dernier échelon est supérieure de + 2,8 % à la moyenne des pays européens. Toutefois, cette inversion s’explique par l’existence de débouchés plus importants et par une durée des carrières plus courte d’en moyenne dix ans à l’étranger.

Ce n'est pas la même chose. :xx:

Le rapport fait près de 200 pages, où à chaque fois qu'il y a des chiffres, ils sont tous commentés, a priori avec pertinence.

Croyez-moi, vous vous avancez un peu vite. :devil:

Ces rapports sont d'abord pour les entités étatiques, je pense qu'ils sont d'abord rédigés en ce sens avant de se demander quels chiffres seront extraits par la presse.

Vous péchez par excès de naïveté. Pour qu'un rapport (non contraignant) soit suivi d'effet, sa portée médiatique me semble beaucoup plus importante que vous ne le supposez.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
05 Sep 2013 15:43 - 05 Sep 2013 15:43 #7373 par Loys

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
05 Sep 2013 15:44 #7374 par Loys
S'attaquer, c'est le mot juste...

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
07 Sep 2013 17:02 #7395 par Loys

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
07 Sep 2013 17:04 - 07 Sep 2013 17:05 #7396 par Loys
C'est astucieux. :devil:
La Cour des comptes n'y va pas par quatre chemins, elle, en déplorant que le rapprochement de conjoint et l'ancienneté "constituent des priorités de mutation" (p. 74).

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Temps de génération de la page : 0.145 secondes
Propulsé par Kunena